NICKEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Propriétés

Propriétés physico-chimiques

Le nickel occupe le huitième groupe de transition avec le fer et le cobalt. Sa masse atomique est de 58,71 et il possède 5 isotopes stables, dont 58Ni (67,76 p. 100), et 7 isotopes radioactifs identifiés, dont le nickel 78.

Le nickel est un métal blanc brillant, relativement dur, malléable et ductile, de densité 8,90 à 20 0C. Il fond à 1 453 0C et bout à environ 2 800 0C. Il cristallise dans le réseau cubique à face centrée (a = 0,352 nm à 20 0C) et il est ferro-magnétique jusqu'à 355 0C (point de Curie).

Les principales caractéristiques physiques et mécaniques des nickels industriels sont indiquées dans les tableaux.

Propriétés physiques et mécaniques

Tableau : Propriétés physiques et mécaniques

Quelques propriétés physiques et mécaniques du nickel. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Nickel : caractéristiques mécaniques

Tableau : Nickel : caractéristiques mécaniques

Caractéristiques mécaniques du nickel. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le nickel s'oxyde difficilement à l'air, car il est protégé par une mince couche d'oxyde. Il résiste bien à la corrosion par l'eau distillée et par l'eau de ville, même à la température de 260 0C sous une pression de 136 atm ; l'eau de mer en mouvement est presque sans action, mais l'eau de mer stagnante peut le corroder localement.

Le nickel est peu éloigné de l'hydrogène dans l'échelle des forces électromotrices de dissolution (— 0,5 V) ; il se polarise facilement et les produits de sa corrosion sont généralement peu solubles ; il résiste donc bien aux acides non oxydants et non aérés. Au contraire, dans les acides oxydants tels que l'acide nitrique, il se corrode rapidement. Il est peu attaqué par les solutions salines ou alcalines non oxydantes, de même que par la plupart des acides et des composés organiques que l'on rencontre dans l'industrie alimentaire.

Il résiste particulièrement bien à la soude et à la potasse à des concentrations supérieures à 75 p. 100 et à des températures de plus de 400 0C.

Il résiste bien aux halogènes secs et à leurs hydracides, même à des températures de 450 à 500 0C.

Aux températures élevées, le nickel se comporte bien en atmosphère oxydante ou réductrice, mais ne peut être utilisé en présence de composés sulfureux au-dessus de 325 à 350 0C.

L'isotope 78 du nickel

Pour les physiciens nucléaires, le noyau de l'isotope 78 du nickel est très particulier. Ils l'appellent même « doublement magique », car son nombre de protons (28) et son nombre de neutrons (50) sont tous les deux caractéristiques de couches complètes (comme il en va des atomes nobles tels l'argon ou le néon dont toutes les couches électroniques sont complètes). Son grand intérêt scientifique vient de son extrême importance dans les processus de nucléosynthèse des éléments plus lourds que le fer. On pense en effet que le processus dominant, appelé processus r (pour rapide), est un enrichissement progressif en neutrons qui a lieu lors de l'explosion d'étoiles. Par ses propriétés, le nickel 78 pourrait ralentir considérablement ce processus ou même le rendre inopérant. Il importait donc de mieux connaître certaines caractéristiques essentielles de ce noyau, et en particulier sa durée de vie moyenne. Malheureusement, ce noyau instable semble avoir pratiquement disparu de l'Univers et il est très difficile à produire artificiellement.

Des spécimens du nickel 78 fabriqués à l'aide d'un cyclotron supraconducteur ont permis, en 2005, de mesurer leur durée de vie moyenne : 110 millisecondes, soit quatre fois moins que ne le laissaient prévoir les estimations théoriques. Ainsi, le nickel n'est pas autant qu'on le croyait responsable de la difficulté de la nucléosynthèse des éléments lourds.

Utilisations

Le nickel non allié est utilisé à l'état massif ou sous forme de plaqués de nickel dans l'industrie chimique, notamment en présence de soude, et pour les chlorations organiques. On l'utilise aussi dans l'électronique et pour les pièces de monnaie.

Le nickel est également utilisé sous forme de revêtements électrolytiques, chimiques, etc. Le nickelage électrolytique est utilisé pour la décoration et la protection contre la corrosion des aciers et d'autres alliages.

Les poudres de nickel obtenues par différents procédés : décomposition du nickel carbonyle, réduction de l'oxyde de nickel, etc., sont utilisées dans les accumulateurs alcalins et les piles à combustible. Elles servent également en catalyse et à la fabrication d'aciers et d'alliages frittés (fig. 1).

Utilisations du nickel dans le monde

Dessin : Utilisations du nickel dans le monde

En a, les emplois primaires du nickel : plus des deux tiers du métal est utilisé pour la fabrication des aciers inoxydables. En b, les emplois finaux du nickel (source Nidi [Nickel Development Institute], 1990-2001). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Propriétés physiques et mécaniques

Propriétés physiques et mécaniques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Nickel : caractéristiques mécaniques

Nickel : caractéristiques mécaniques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Utilisations du nickel dans le monde

Utilisations du nickel dans le monde
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Nickel : pays producteurs et utilisateurs

Nickel : pays producteurs et utilisateurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  NICKEL  » est également traité dans :

ACIER - Technologie

  • Écrit par 
  • Louis COLOMBIER, 
  • Gérard FESSIER, 
  • Guy HENRY, 
  • Joëlle PONTET
  •  • 14 172 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Aciers réfractaires »  : […] Lorsque des pièces d'acier sont maintenues sous charge pendant des temps assez longs, on constate leur déformation progressive. Ce phénomène de viscosité, appelé fluage , est nul ou négligeable à la température ambiante ou aux températures peu élevées, inférieures par exemple à 300  0 C. Mais il faut en tenir compte aux températures supérieures, car son importance croît lorsque la température aug […] Lire la suite

AIMANTS

  • Écrit par 
  • Roger FONTAINE
  •  • 6 375 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les alliages à durcissement par diffusion »  : […] La découverte en 1931 par Mishima d'un alliage de fer, de nickel et d'aluminium (30 p. 100 Ni, 12 p. 100 Al, 58 p. 100 Fe) présentant des propriétés d'aimant permanent intéressantes (B r  = 0,95 T, H c  = 34 220 A ( m -1 ) ouvre la voie à une nouvelle classe de matériaux désignés sous les noms alni et alnico. Leur importance devient telle qu'ils supplantent rapidement tous les autres types d'aima […] Lire la suite

ALLIAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GACHON
  •  • 7 352 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Superalliages »  : […] Le développement des turboréacteurs d'avion a entraîné, dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'élaboration d'alliages capables de résister à des efforts mécaniques intenses dans un domaine de température où tout ce qui était connu à l'époque avait une forte propension à fluer et/ou à s'oxyder de façon catastrophique. Dans le même temps, Superman devenait un héros de télévision, et certains […] Lire la suite

CADMIUM

  • Écrit par 
  • Alexandre TRICOT
  •  • 8 049 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Accumulateurs alcalins cadmium-nickel »  : […] Des hydroxydes de cadmium et de nickel mis en tubes ou en plaques et baignés dans un électrolyte, forment un élément susceptible d'être chargé électriquement puis déchargé. L'électrolyte est une solution aqueuse de potasse, d'où son nom d'alcalin. Au moment de la charge il y a dégagement d'oxygène au pôle positif et d'hydrogène au pôle négatif, avec les réactions : – au pôle positif (nickel) : –  […] Lire la suite

CARBONE

  • Écrit par 
  • Jean AMIEL, 
  • Henry BRUSSET
  •  • 8 323 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Préparations »  : […] Les vapeurs des carbonyles métalliques sont très toxiques et il convient d'éviter de les répandre dans l'atmosphère même à faibles concentrations. On prépare les carbonyles de nickel, fer, cobalt, molybdène par synthèse directe. La réaction est favorisée par une augmentation de pression et par le choix d'une température appropriée à la nature du carbonyle recherché. Le métal doit être en poudre […] Lire la suite

CONSTANTAN

  • Écrit par 
  • Stanislas de CHAWLOWSKI
  •  • 212 mots

Alliage de cuivre et de nickel caractérisé par une résistance électrique pratiquement indépendante de la température, et convenant donc à la construction de résistances électriques. Le cuivre et le nickel étant deux métaux parfaitement isomorphes, ils sont donc miscibles à l'état liquide en toutes proportions. La courbe des conductivités de l'alliage, en fonction de la proportion de cuivre et de n […] Lire la suite

CORROSION

  • Écrit par 
  • Gérard BERANGER, 
  • Jean TALBOT
  •  • 5 141 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Moyens de lutte contre la corrosion »  : […] Trois méthodes principales sont utilisées : la première consiste à choisir un métal ou un alliage qui n'est pas attaqué ou peu attaqué par le milieu extérieur, la deuxième à modifier très légèrement la composition du réactif par addition de faibles quantités de corps appelés inhibiteurs ; enfin, la troisième, de caractère électrochimique, consiste à imposer au métal un potentiel qui lui permet d […] Lire la suite

CUBA

  • Écrit par 
  • Marie Laure GEOFFRAY, 
  • Janette HABEL, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Jean Marie THÉODAT, 
  • Victoire ZALACAIN
  •  • 24 414 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La période spéciale »  : […] La chute de l'URSS en 1991 a placé l'économie cubaine en porte-à-faux. De 1990 à 1993, le PIB diminue de 30 p. 100, Cuba ne bénéficiant plus de traitement de faveur de la part de Moscou. Cette évolution met le pays en difficulté : par son niveau d'éducation, son taux de croissance, les conditions sanitaires et le mode de vie, la population cubaine présente les caractères d'un pays développé, mais […] Lire la suite

CUIVRE

  • Écrit par 
  • C.I.C.L.A., 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 8 201 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Autres alliages »  : […] Le nombre des alliages de cuivre dépasse de très loin celui des autres alliages non ferreux. Les principaux éléments d'addition sont, avec le zinc et l'étain, l'aluminium, le nickel, le plomb et le manganèse. Les cuproaluminiums constituent toute une famille d'alliages, simples ou pouvant comporter des additions de nickel, fer ou manganèse. En règle générale, ces alliages, d'une belle couleur or, […] Lire la suite

GARNIÉRITE

  • Écrit par 
  • Guy TAMAIN
  •  • 278 mots

Phyllosilicate du groupe de l'halloysite découvert par l'ingénieur français Garnier dans les minerais nickélifères de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie. La garniérite a pour formule chimique : (Ni,Mg) 3 [Si 2 O 5 ](OH) 4 . Sa composition est variable, avec généralement 20 à 30 p. 100 de nickel, et jusqu'à 15 p. 100 de magnésium (sous forme de mélange isomorphe avec NiO). Son système cristallin est inc […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4 mars 2021 France. Accord sur la reprise de l'usine Vale en Nouvelle-Calédonie.

Le président du Congrès de la Nouvelle-Calédonie Roch Wamytan annonce la signature d’un accord qui prévoit « une solution calédonienne et apaisée » au litige relatif à la reprise de l’usine de nickel du groupe brésilien Vale, située dans la province du Sud. Les autres signataires sont la coalition Les Loyalistes et la présidente loyaliste de la province Sud Sonia Backès d’une part, et le Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS), le collectif Usine du Sud = usine pays et l’Instance coutumière autochtone de négociation (ICAN) d’autre part. […] Lire la suite

7-22 décembre 2020 France. Tension autour de la reprise d'une usine métallurgique en Nouvelle-Calédonie.

Les deux autres usines métallurgiques, celle de la Société Le Nickel dans le Sud et celle de Koniambo Nickel SAS dans le Nord, sont également en difficulté financière. Ces tensions interviennent alors que les discussions sur la tenue éventuelle d’un troisième référendum d’autodétermination en 2022 sont au point mort. […] Lire la suite

21 avril - 5 mai 1998 France. Conclusion de l'accord sur l'avenir de la Nouvelle-Calédonie

Il souhaitait pour cela que la Société minière du Sud-Pacifique soit autorisée, en association avec le groupe canadien Falconbridge, à exploiter une usine de traitement du nickel dans la province du Nord, gérée par les indépendantistes, en concurrence avec l'usine du groupe public Eramet, établie dans la province du Sud contrôlée par le R.P.C.R. Un accord a été trouvé à ce sujet en février. […] Lire la suite

3-28 août 1985 France. Session extraordinaire du Parlement à propos de la loi sur l'évolution de la Nouvelle-Calédonie

Le 3, à Thio, où des incidents violents avaient eu lieu depuis le 29 juillet, les barrages qui bloquaient l'accès aux installations de la société Le Nickel sont levés et le travail reprend le 6. Le 8, le Conseil constitutionnel estime non conforme à la Constitution une disposition de la loi sur l'évolution de la Nouvelle-Calédonie définitivement adoptée le 26 juillet, concernant la répartition et le nombre des membres des quatre futurs conseils de région. […] Lire la suite

7-28 janvier 1985 France. Proposition de « l'indépendance-association » à la Nouvelle-Calédonie et instauration de l'état d'urgence

Le 23, le matériel roulant de la principale mine de nickel du territoire, à Kouaoua, est détruit par des inconnus. Après le sabotage des installations de Thio, cet attentat compromet la reprise de l'ensemble de l'activité économique du territoire. Les 23 et 24, le Parlement se réunit en session extraordinaire pour examiner un projet de loi relatif à l'état d'urgence. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques GRILLIAT, Bernard PIRE, Michel RABINOVITCH, Jacques SALBAING, « NICKEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nickel/