NESTORIANISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Église de Perse sous les Sassanides (224-632)

Les premières preuves d'un christianisme organisé en Perse datent de l'avènement des Sassanides. Mais les chrétiens n'y obtinrent jamais l'appui de l'État : Sapor II (340-379) les persécuta d'autant plus violemment qu'il les soupçonnait de sympathies pour l'Empire romain où leur situation était devenue privilégiée. Ils durent constamment témoigner de leur loyalisme à la Perse, contre Byzance. La déclaration d'autonomie canonique absolue de leur catholicos-patriarche (424) n'est pas étrangère à cette nécessité, non plus que la réception officielle du nestorianisme au synode de Séleucie-Ctésiphon en 484. Devenue Église « nationale », l'Église d'Orient n'échappa pas pour autant aux persécutions tout au cours des ve et vie siècles. Le clergé mazdéen, fort de l'appui que l'État apportait à son culte, ne cessa de la combattre. Cela ne l'empêcha pas d'être la première Église du monde chrétien à proposer un enseignement universitaire de la théologie, avec l'école de Nisibe, réfugiée d'Édesse en 490. On s'y référait plus à la théologie antiochienne de Théodore de Mopsueste qu'à Nestorius. Le nestorianisme fit preuve aussi d'originalité en dégageant les mœurs chrétiennes des courants ascétiques : de 484 à 544, le mariage fut obligatoire pour le clergé, évêques inclus. Jusqu'à nos jours, c'est la seule Église orientale à permettre des secondes noces aux prêtres veufs.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NESTORIANISME  » est également traité dans :

ANTIOCHE

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 2 593 mots

Dans le chapitre « Christologie »  : […] de Dieu (Θεοτ́οκος) : elle n'est pour eux que la mère de l'homme assumé par le Verbe. C'est sur ce point que la prédication de Nestorius, prêtre d'Antioche devenu archevêque de Constantinople (428), heurte le plus la conscience chrétienne : il est condamné par le concile d'Éphèse (431), où triomphe la christologie alexandrine (Cyrille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antioche/#i_11167

CHALCÉDOINE CONCILE DE (451)

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 790 mots

Dans le chapitre « L'union hypostatique »  : […] œcuméniques de Nicée et de Constantinople, qu'elle déclare être des exposés suffisants de la foi dans le Christ. Mais elle ajoute aussitôt que les nouvelles erreurs de Nestorius et d'Eutychès doivent être formellement répudiées – c'était la volonté expresse de l'empereur. Ainsi, après avoir renouvelé la condamnation du nestorianisme ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concile-de-chalcedoine/#i_11167

CHALDÉEN RITE

  • Écrit par 
  • Jacques PONS
  •  • 339 mots

Les pratiques et les disciplines liturgiques adoptées par l'ancienne Église nestorienne de Chaldée se maintiennent aujourd'hui dans les communautés chaldéennes catholiques du patriarcat de Babylone, où elles portent le nom de rite syrien oriental. Ce rite est en usage principalement en Irak, en Iran et en Syrie, ainsi qu'en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rite-chaldeen/#i_11167

CONSTANTINOPLE IIe CONCILE DE (553)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 1 326 mots

L'histoire compliquée du IIe concile de Constantinople est à situer dans la suite des querelles, théologiques et politiques, qui s'élevèrent en Orient après le concile de Chalcédoine (451). Celui-ci avait défini l'existence dans le Christ de deux natures, humaine et divine. Des partisans attardés de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iie-concile-de-constantinople/#i_11167

COSMAS INDICOPLEUSTÈS CONSTANTIN D'ANTIOCHE dit (1re moitié VIe s.)

  • Écrit par 
  • Wanda WOLSKA-CONUS
  •  • 931 mots

De son vrai nom Constantin d'Antioche, Cosmas Indicopleustès, Grec de Syrie établi à Alexandrie, signe simplement « Chrétien ». Adepte de Théodore de Mopsueste et disciple de Mar Aba, katholikos de l'Église nestorienne de Perse, Cosmas dissimule ainsi une identité qui aurait pu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cosmas-indicopleustes-constantin-d-antioche-dit/#i_11167

CYRILLE D'ALEXANDRIE saint (entre 376 et 380-444)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 427 mots

Évêque chrétien et docteur de l'Église, neveu de l'évêque Théophile d'Alexandrie. Après des études classiques et théologiques, Cyrille mena peut-être pendant un certain temps la vie monastique, puis devint clerc. Son oncle l'amena en 403 à Constantinople au concile du Chêne, qui déposa Jean Chrysostome. À la mort de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyrille-d-alexandrie/#i_11167

ÉPHÈSE BRIGANDAGE D' (449)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 473 mots

Le concile d'Éphèse (juin 431) avait condamné et déposé Nestorius, évêque de Constantinople, pour ses erreurs sur la personne du Christ : la théologie de Cyrille d'Alexandrie l'emportait sur la théologie antiochienne. Quelques années plus tard, la persistance des tendances […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brigandage-d-ephese/#i_11167

EUTYCHÈS ou EUTUKHÈS (370 env.-apr. 454)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 132 mots

Moine de Constantinople, condamné comme hérétique et mort en exil, Eutychès se veut adversaire du nestorianisme condamné à Éphèse en 431 et il défend la théologie alexandrine de Cyrille, qui insiste sur la réalité de l'union de la divinité et de l'humanité dans le Christ. Cette lutte farouche contre tout ce qui fleure le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eutyches-eutukhes/#i_11167

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 232 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La tradition chrétienne »  : […] valeur la distinction (sans séparation) des « natures » (physeis), et l'approche alexandrine – Athanase, Cyrille –, désireuse (contre le nestorianisme) d'insister sur l'union (sans confusion) selon l'unique « personne » (ou « hypostase ») du Verbe de Dieu qui, incarné en Jésus, « assumait » en lui-même toute sa réalité humaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_11167

MISSIONS

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Antonin-Marcel HENRY, 
  • Anastasios YANNOULATOS
  •  • 17 284 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les missions de l'Église perse »  : […] pas à s'en détacher après le IIIe Concile œcuménique (431) en adoptant la doctrine de Nestorius, ce qui leur a valu, de la part des Occidentaux, le nom de « nestoriens ». L'« Église d'Orient » – c'est ainsi qu'elle se désigna – ne s'est jamais liée à l'État et a développé, du fleuve Tigre à la mer Jaune et du lac Baïkal à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/missions/#i_11167

MONGOLIE, histoire

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 17 566 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La dislocation de l'Empire »  : […] favorables au bouddhisme (en Chine, surtout au bouddhisme tibétain) et au christianisme, sous l'influence des princesses chrétiennes nestoriennes, mères et épouses des khans, issues des premiers peuples soumis à Gengis-khan (Kereit, Naiman, Öngüt) qui adhéraient à cette croyance depuis plusieurs siècles. En revanche, la Horde d'Or s'est laissé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-histoire/#i_11167

NESTORIUS (apr. 381-env. 451)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 459 mots

Évêque de Constantinople de 428 à 431, condamné comme hérétique au concile d'Éphèse (431). Né à Germanicie (Syrie euphratéenne), Nestorius fut probablement l'élève de Théodore de Mopsueste ; il choisit la vie monastique et fut ordonné prêtre. Sa renommée d'orateur amena Théodose II à l'appeler en 428 au siège épiscopal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nestorius/#i_11167

ORIENT ÉGLISES CHRÉTIENNES D'

  • Écrit par 
  • Irénée-Henri DALMAIS, 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 6 564 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du modèle impérial aux autocéphalies »  : […] de vue alexandrin l'emporta au concile d'Éphèse (431) grâce à la personnalité de saint Cyrille, qui dirigeait, en fait, l'assemblée ; celle-ci prononça la destitution de l'archevêque de Constantinople, Nestorius, d'origine antiochienne, qui hésitait à reconnaître à Marie le titre de « Mère de Dieu » (Théotokos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglises-chretiennes-d-orient/#i_11167

SASSANIDES

  • Écrit par 
  • Philippe GIGNOUX
  •  • 2 490 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les persécutions contre les chrétiens »  : […] succès, semble-t-il, en dépit de l'envoi de sept cents mages. Quand, sous Vālaxsh (484-488), l'Église de Perse devint tout entière nestorienne et autonome, à la suite de divergences théologiques avec Rome, concernant surtout les deux natures dans le Christ, les persécutions s'apaisèrent, car les rapports entre l'Église et l'État en furent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sassanides/#i_11167

THÉODORE DE MOPSUESTE (350 env.-env. 428)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 370 mots

Évêque et exégète chrétien. Élève de Libanios, puis de Diodore de Tarse, Théodore de Mopsueste renonça à une carrière de rhéteur pour mener la vie monastique à l'instigation de son ami et condisciple Jean Chrysostome. Il quitta pendant quelque temps son monastère dans l'intention de se faire avocat et de se marier, mais Chrysostome le persuada de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-de-mopsueste/#i_11167

Pour citer l’article

Hervé LEGRAND, « NESTORIANISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nestorianisme/