NESTORIANISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du XVIe siècle à nos jours

Au xvie siècle, l'Église nestorienne s'affaiblit encore à la suite de la politique d'union menée par Rome. Récusant la dévolution héréditaire du patriarcat d'oncle à neveu, en vigueur depuis 1450 (et qui demeure la règle jusqu'au xxe siècle), un groupe dissident entra en communion avec Rome sous la conduite de Sulāqā. Ainsi commença la communauté chaldéenne catholique, qui, de nos jours, a intégré la grande majorité des nestoriens d'Irak. En Inde, tous les chrétiens acceptèrent l'union de 1599, lors du synode de Diamper tenu sous l'influence des Portugais. Mais, cinquante ans plus tard, la majorité d'entre eux, découragée par la latinisation, reprit sa liberté et se rattacha à l'Église syrienne occidentale, embrassant ainsi, paradoxalement, le monophysisme ! Le nestorianisme a cependant repris pied en Inde en 1874, lorsque le patriarche chaldéen voulut y établir sa juridiction sur les catholiques fidèles à l'union de Diamper. Devant l'opposition du pape Pie IX à ce projet, la communauté rassemblée par Mar Mellus, envoyé du patriarche chaldéen Audo, se rattacha au patriarcat nestorien : elle devait avoir 15 000 fidèles en 1982. La guerre de 1914-1918 a décimé les nestoriens du nord de la Mésopotamie. En 1933 encore, ils subirent de telles persécutions de la part du gouvernement irakien que beaucoup s'exilèrent, y compris le patriarche Mar Chimoun XXIII, dernier patriarche héréditaire, qui mourut assassiné aux États-Unis en 1975, où il s'était fixé depuis 1940 et où il s'était marié en 1972.

Comptant environ 200 000 fidèles, la glorieuse Église d'Orient, qui a répudié l'appellation de nestorienne, n'est plus que l'ombre d'elle-même. Elle a pourtant adhéré au Conseil œcuménique des Églises, envoyé des observateurs au deuxième concile du Vatican et elle entretient des relations assez cordiales avec l'Église d'Angleterre, mais le successeur élu en 1976 de Mar Chimoun, Mar Denkha IV, métropolite de Téhéran, n'a pas réussi à venir à bout de schismes q [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  NESTORIANISME  » est également traité dans :

ANTIOCHE

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 2 585 mots

Dans le chapitre « Christologie »  : […] D'autre part, la christologie antiochienne présente des traits très accusés. S'opposant expressément à la théologie d' Apollinaire de Laodicée, qui refusait au Christ une âme humaine, elle insiste sur la pleine réalité de l'humanité du Christ et de sa psychologie, vue dans une perspective d'histoire du salut. Mais l'insuffisance de sa métaphysique de la personne l'empêche de faire pleinement droit […] Lire la suite

CHALCÉDOINE CONCILE DE (451)

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 790 mots

Dans le chapitre « L'union hypostatique »  : […] La définition de Chalcédoine peut se résumer en quelques expressions techniques : le Christ est une personne, mais il possède deux natures unies entre elles « sans confusion ni changement, sans division ni séparation » ; les propriétés de chacune de ces natures restent sauves, mais appartiennent à une seule personne ou hypostase . Cette définition permet au croyant d'affirmer, sans contradiction, […] Lire la suite

CHALDÉEN RITE

  • Écrit par 
  • Jacques PONS
  •  • 339 mots

Les pratiques et les disciplines liturgiques adoptées par l'ancienne Église nestorienne de Chaldée se maintiennent aujourd'hui dans les communautés chaldéennes catholiques du patriarcat de Babylone, où elles portent le nom de rite syrien oriental. Ce rite est en usage principalement en Irak, en Iran et en Syrie, ainsi qu'en Inde, où il a été apporté dès le vi e siècle par des missionnaires nestor […] Lire la suite

CONSTANTINOPLE IIe CONCILE DE (553)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 1 326 mots

L'histoire compliquée du II e concile de Constantinople est à situer dans la suite des querelles, théologiques et politiques, qui s'élevèrent en Orient après le concile de Chalcédoine (451). Celui-ci avait défini l'existence dans le Christ de deux natures, humaine et divine. Des partisans attardés de saint Cyrille d'Alexandrie, attachés à sa formule de l'« unique nature », refusent obstinément la […] Lire la suite

COSMAS INDICOPLEUSTÈS CONSTANTIN D'ANTIOCHE dit (1re moitié VIe s.)

  • Écrit par 
  • Wanda WOLSKA-CONUS
  •  • 931 mots

De son vrai nom Constantin d'Antioche, Cosmas Indicopleustès, Grec de Syrie établi à Alexandrie, signe simplement « Chrétien ». Adepte de Théodore de Mopsueste et disciple de Mar Aba, katholikos de l'Église nestorienne de Perse, Cosmas dissimule ainsi une identité qui aurait pu faire douter de son orthodoxie dans la mesure où il écrivait dans une Alexandrie monophysite, à la veille du II e conci […] Lire la suite

CYRILLE D'ALEXANDRIE saint (entre 376 et 380-444)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 427 mots

Évêque chrétien et docteur de l'Église, neveu de l'évêque Théophile d'Alexandrie. Après des études classiques et théologiques, Cyrille mena peut-être pendant un certain temps la vie monastique, puis devint clerc. Son oncle l'amena en 403 à Constantinople au concile du Chêne, qui déposa Jean Chrysostome. À la mort de Théophile, en 412, Cyrille fut élu au siège d'Alexandrie et il le conserva jusqu'à […] Lire la suite

ÉPHÈSE BRIGANDAGE D' (449)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 473 mots

Le concile d'Éphèse (juin 431) avait condamné et déposé Nestorius, évêque de Constantinople, pour ses erreurs sur la personne du Christ : la théologie de Cyrille d'Alexandrie l'emportait sur la théologie antiochienne. Quelques années plus tard, la persistance des tendances antiochiennes (par exemple, chez Théodoret de Cyr) inquiète certains partisans attardés de Cyrille. Ainsi un moine de Constant […] Lire la suite

EUTYCHÈS ou EUTUKHÈS (370 env.-apr. 454)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 132 mots

Moine de Constantinople, condamné comme hérétique et mort en exil, Eutychès se veut adversaire du nestorianisme condamné à Éphèse en 431 et il défend la théologie alexandrine de Cyrille, qui insiste sur la réalité de l'union de la divinité et de l'humanité dans le Christ. Cette lutte farouche contre tout ce qui fleure le nestorianisme pousse Eutychès à refuser de reconnaître dans le Christ deux na […] Lire la suite

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La tradition chrétienne »  : […] On devra se contenter d'un rapide survol, limité à la période patristique (et conciliaire) qui est, de fait, celle où s'élabora la doctrine qui, à travers les siècles, malgré des séparations institutionnelles postérieures et sans préjudice pour des interprétations théologiques diversifiées selon les écoles, devait rester professée jusqu'aujourd'hui dans les Églises chrétiennes. Le résultat le plus […] Lire la suite

MISSIONS

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Antonin-Marcel HENRY, 
  • Anastasios YANNOULATOS
  •  • 17 270 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les missions de l'Église perse »  : […] Le christianisme s'est répandu très tôt en Mésopotamie. Au v e  siècle, l'Église y était déjà très bien organisée ; le monachisme y florissait et la littérature chrétienne y était remarquable. Des apôtres zélés travaillaient parmi les zoroastriens. Pour affermir leur indépendance vis-à-vis de l'État chrétien romain, les chrétiens de Perse n'hésitèrent pas à s'en détacher après le III e Concile œc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Hervé LEGRAND, « NESTORIANISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nestorianisme/