THÉODORE DE MOPSUESTE (350 env.-env. 428)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Évêque et exégète chrétien. Élève de Libanios, puis de Diodore de Tarse, Théodore de Mopsueste renonça à une carrière de rhéteur pour mener la vie monastique à l'instigation de son ami et condisciple Jean Chrysostome. Il quitta pendant quelque temps son monastère dans l'intention de se faire avocat et de se marier, mais Chrysostome le persuada de revenir (cf. deux lettres Ad Theodorum lapsum). Ordonné prêtre par Flavien d'Antioche vers 383, Théodore fut nommé en 392 au siège épiscopal de Mopsueste (Cilicie). Il y exerça son ministère pendant trente-six ans, tout adonné à la prédication, à la lutte contre les hérétiques et à la recherche biblique et théologique. Jouissant d'une solide réputation d'orthodoxie de son vivant, ce n'est qu'après le concile d'Éphèse, en 431, que Théodore fut soupçonné d'hérésie. Des attaques de Cyrille d'Alexandrie, qui rapprochaient Théodore et son disciple Nestorius, amorcèrent une campagne qui aboutit en 553 à la condamnation posthume de Théodore par le cinquième concile général de Constantinople. On voyait en Théodore le père du nestorianisme et l'on produisait des textes où il avait enseigné l'existence dans le Christ de deux personnes distinctes reliées entre elles par une communauté de volonté. Cette condamnation explique la disparition presque complète de l'œuvre immense de Théodore. Il avait écrit des commentaires sur presque tous les livres de la Bible selon une exégèse littérale de tradition antiochienne, de nombreux traités théologiques (De Incarnatione, retrouvé en 1905 et disparu, avant publication, durant la Première Guerre mondiale) et des ouvrages de controverse (Contre Eunome, Contre Apollinaire, Contre les Macédoniens), ainsi que des traités ascétiques. La découverte, en 1932, d'une version syriaque de ses Homélies catéchétiques a permis une réinterprétation globale de la théologie de Théodore et a poussé plusieurs théologiens à conclure que la condamnation de 553 fut rendue possible par l'utilisation d'un florilège falsifié d'extraits de Théodore.

—  Richard GOULET

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  THÉODORE DE MOPSUESTE (350 env.-env. 428)  » est également traité dans :

ANTIOCHE

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 2 593 mots

Dans le chapitre « Exégèse »  : […] homélies familières révèlent un exégète pénétrant, sans aucune tendance à l'allégorisme. De Théodore, évêque de Mopsueste en Cilicie († 428), on a conservé, intégralement ou par fragments, des commentaires sur les Psaumes, saint Jean, saint Paul. Exégète savant, il est pour l'Orient syrien l'Interprète par excellence ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antioche/#i_11261

Pour citer l’article

Richard GOULET, « THÉODORE DE MOPSUESTE (350 env.-env. 428) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-de-mopsueste/