NÉO-RÉALISME ITALIEN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Quatre Pas dans les nuages, A. Blasetti

Quatre Pas dans les nuages, A. Blasetti
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Pier Paolo Pasolini

Pier Paolo Pasolini
Crédits : Hulton Getty

photographie

Vittorio de Sica, Roberto Rossellini et Federico Fellini

Vittorio de Sica, Roberto Rossellini et Federico Fellini
Crédits : Hulton Getty

photographie

Cesare Zavattini

Cesare Zavattini
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tous les médias


Le néo-réalisme désigne le mouvement culturel qui se développe en Italie dès la fin du fascisme et qui témoigne d'un intérêt soutenu pour la réalité socio-économique du pays. Il concerne la littérature, le cinéma, les arts, mais, pour ces derniers, on parle plutôt de réalisme. D'une ampleur considérable, il n'a pas constitué une école ayant sa doctrine codifiée ou son manifeste. Dans la diversité de ses productions, on retrouve cependant une commune adhésion aux problèmes immédiats de la société, l'aspiration à une culture globale qui ne sépare pas les activités humaines, la volonté de toucher un public très large en opposition avec les expériences élitistes de la prosa d'arte ou du calligraphisme qui marquent la période d'avant guerre.

Histoire d'un mot

Le mot « néo-réalisme » fait son apparition dans la critique littéraire en 1929 au lendemain de la publication des Indifférents d'Alberto Moravia. Il calque l'expression allemande Neue Sachlichkeit et qualifie certains aspects des romans dont la thématique bat en brèche la vision stéréotypée que donne de la réalité la propagande du régime. Ainsi de Gens d'Aspromonte (1930) de Corrado Alvaro, Trois Ouvriers (1934) de Carlo Bernari. En 1934, dans un article intitulé Aspects du néo-réalisme, Francesco Jovine, qui en 1950 participera au mouvement avec Les Terres du Saint Sacrement, note : « Contre une littérature vide de contenu, réduite à de vains exercices stylistiques, on tente d'en opposer une autre qui tirerait de la réalité présente ses raisons de vie » ; mais il ajoute : « Pour échapper à la rhétorique de la pure forme, les néo-réalistes nous menacent d'une autre : celle du contenu. » Un an auparavant, le critique littéraire et cinématographique Umberto Barbaro avait déclaré : « Je conçois l'art en profonde connexion avec la vie [...] et cela me fait préconiser une production engagée, problématique, riche de contenu. » Dans l'immédiat après-guerre, l'opposition contenu-exer [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NÉO-RÉALISME ITALIEN  » est également traité dans :

AMIDEI SERGIO (1904-1981)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 559 mots

Nous évaluons assez mal en France les mécanismes de la production cinématographique italienne, peu structurée de façon durable, notamment en ce qui concerne la place des scénaristes et surtout celle des soggiotori (« créateurs de sujets ») dont il n'y a guère d'équivalents ailleurs. Sergio Amidei a ainsi joué un rôle capital, et, à travers sa longue et diverse carrière, c'es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sergio-amidei/#i_9553

ANTONIONI MICHELANGELO (1912-2007)

  • Écrit par 
  • Paul Louis THIRARD
  •  • 2 273 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les premiers films »  : […] Né en 1912 à Ferrare, Antonioni entre dans la profession en 1942 comme assistant de Marcel Carné pour Les Visiteurs du soir  ; jusqu'à 1950, il collabore à quelques scénarios et réalise des courts-métrages qui ne sont pas indifférents. C'est l'époque où le cinéma italien connaît la flambée du néo-réalisme fortement marqué à gauche, et qui, prôné ou contredit, influencera pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michelangelo-antonioni/#i_9553

BLASETTI ALESSANDRO (1900-1987)

  • Écrit par 
  • Giuditta ISOTTI-ROSOWSKY
  •  • 1 135 mots
  •  • 1 média

Critique, figurant, acteur jouant son propre rôle, metteur en scène au théâtre, au cinéma et, à partir de 1962, à la télévision, Alessandro Blasetti adorait se définir comme « un océan de contradictions ». Né à Rome, il fait des études de droit, conformément à la tradition de sa famille maternelle où l'on était avocat de la curie romaine de père en fils. Mais il tient sans doute son goût pour les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alessandro-blasetti/#i_9553

CAMERINI MARIO (1895-1981)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 807 mots

Mario Camerini est né à Rome en 1895. Grâce à son cousin, le cinéaste Augusto Genina, Mario Camerini débute comme assistant avant de passer à la réalisation avec Jolly, clown da circo en 1923. Mais ce n'est qu'en 1929, avec Rotaie ( Rails ) qu'il obtient un certaine reconnaissance critique et que son style, intimiste et gris-rose, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mario-camerini/#i_9553

CANNES FESTIVAL DE

  • Écrit par 
  • Philippe d' HUGUES
  •  • 2 157 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des débuts difficiles »  : […] Tout a commencé à cause de Venise et de sa biennale, premier festival cinématographique mondial créé en 1932. Après quelques belles années, l'influence de Mussolini et de son encombrant allié allemand y étant devenue envahissante, Français, Britanniques et Américains décidèrent de créer un autre festival, qui ne serait plus tributaire des impératifs politiques de l'Axe. La France prit l'initiative […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/festival-de-cannes/#i_9553

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Un essor considérable »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, c'est en Italie que le cinéma prit un essor considérable. Le renouveau du cinéma italien peut s'expliquer par des raisons politiques, historiques, artistiques, et aussi de générations. Politiquement, les cinéastes, comme les écrivains et tous les artistes italiens, sont sévèrement surveillés par le pouvoir fasciste. Les hommes de talent, condamnés au sil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_9553

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 765 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Retrouver la puissance de suggestion de la lumière naturelle »  : […] C'est avec Orson Welles et Citizen Kane que l'on situe généralement l'accession de la mise en scène à la modernité . L'utilisation systématique du plan-séquence et de la profondeur de champ transforme largement les données du cinéma hollywoodien : le montage perd son invisibilité et le spectateur retrouve une liberté perdue, ayant à choisir – ou l'illusion de choisir –, par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-mise-en-scene/#i_9553

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Photographie de cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 316 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Retour à la lumière naturelle »  : […] En 1941, avec son opérateur Gregg Toland, Orson Welles ( Citizen Kane ) revenait à la fois à un certain expressionnisme de la lumière, mais en transformait le sens totalitaire par le recours au plan-séquence et surtout à la profondeur de champ. Ce dernier procédé, le plus important, permettait, à l'aide de nouveaux objectifs, de retrouver une netteté à tous les niveaux de pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-photographie-de-cinema/#i_9553

CINÉMA ET HISTOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 8 282 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le cinéma de fiction : une histoire dédoublée »  : […] La fiction conjuguée au présent représente la part la plus importante du cinéma produit et regardé dans le monde. Tous genres confondus. Le cinéma anime des personnages, crée des situations, qui sont contemporains des premiers spectateurs. La question du « reflet » (le cinéma renvoie-t-il une image pertinente de la société contemporaine ?) est un préalable. La fiabilité immédiate du cinéma vu comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-et-histoire/#i_9553

DE SANTIS GIUSEPPE (1917-1997)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 801 mots
  •  • 1 média

Giuseppe De Santis a passé les vingt-cinq dernières années de sa vie à essayer de revenir derrière une caméra. Solitaire, intransigeant devant l'injustice dont il se sentait frappé, ayant même pris ses distances à l'égard de Rome en allant habiter à une trentaine de kilomètres de la capitale, il était devenu un homme en suspens. À l'image de Drogo, le héros du Désert des Tartares […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-de-santis/#i_9553

DE SICA VITTORIO (1901-1974)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 1 647 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Regarder la vie en face »  : […] Né en Campanie en 1901, Vittorio De Sica passe son enfance à Naples. En 1912, il suit sa famille à Rome et très tôt, parallèlement à des études de comptabilité, il s'intéresse au théâtre. En 1923, il réussit à se faire engager dans la compagnie de Tatiana Pavlova et commence aussi à faire du cinéma. Avec l'arrivée du parlant, il devient rapidement un des acteurs les plus appréciés du public. Mari […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vittorio-de-sica/#i_9553

EMMER LUCIANO (1918-2009)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 794 mots

Épigone du néoréalisme dont il introduisit les enseignements dans des comédies de mœurs aux tonalités amères, Luciano Emmer a connu une carrière singulière, faite de nombreuses ruptures et de réorientations inattendues. Né à Milan mais élevé à Venise, il abandonne des études de droit pour se consacrer au cinéma. Il se fait d'abord connaître à partir de la fin des années 1930 par des films sur l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luciano-emmer/#i_9553

FELLINI FEDERICO

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 2 772 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Années d'apprentissage »  : […] Né à Rimini en 1920, Federico Fellini débarque à Rome en 1939, après quelques mois passés à Florence où il s'est initié au journalisme. Espéra-t-il vraiment devenir grand reporter, après avoir, dans son enfance, tenté de suivre un cirque ? Dans l'état actuel de la « légende Fellini », on peut dire que le collaborateur régulier de l'hebdomadaire satirique Marc'Aurelio a songé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/federico-fellini/#i_9553

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « « Hermétisme » et réalisme »  : […] Nous voici parvenus à la troisième génération, celle du « milieu », comme on dit en Italie. Elle regroupe des poètes que l'on est en train de découvrir en France aujourd'hui. Nés à partir de 1910, ils prennent le relais de l'extraordinaire constellation qui les a précédés. Leur jeunesse se déroule au temps du fascisme triomphant. L'horizon culturel des écrivains se restreint alors considérablement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_9553

ITALIE - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 7 718 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le cinéma italien pendant l'époque fasciste (1922-1945) »  : […] Arrivé au pouvoir en 1922, le fascisme s'est d'abord peu soucié de la question du cinéma. En matière de communication de masse, il ne se préoccupe que de la presse écrite, ne prenant pas la mesure du message que peut véhiculer le film. Seuls l'intéressent les actualités et les documentaires ; le film de fiction apparaît comme un simple divertissement qu'il convient de contrôler au regard de l'ord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-le-cinema/#i_9553

LATTUADA ALBERTO (1914-2005)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 885 mots

Pierre Kast disait de Lattuada et de ses films qu'ils étaient inclassables. Il est difficile en effet de mettre une étiquette sur celui qui fut un des adeptes du calligraphisme au début de sa carrière puis participa au mouvement néoréaliste, signa quelques comédies italiennes de référence, s'inspira de textes littéraires, empruntés notamment à la littérature russe, se laissa aller à quelques portr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alberto-lattuada/#i_9553

LIZZANI CARLO (1917-2013)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 912 mots

Grande figure de la culture italienne, Carlo Lizzani, né à Rome en 1922, a largement débordé les frontières de son métier de cinéaste. Plusieurs ouvrages l’ont inscrit dans le panorama des témoins privilégiés de l’histoire du xx e  siècle : Attraverso il Novecento (1998), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlo-lizzani/#i_9553

MAGNANI ANNA (1908-1973)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 1 565 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une carrière inégale »  : […] Il y a quelque chose de paradoxal dans la carrière d'Anna Magnani, une sorte de hiatus entre l'immensité de la réputation – qui fait d'elle une sorte d'icône d'un féminisme triomphant – et une carrière artistique en dents de scie, une expérience professionnelle non exempte d'insuccès et où ne figure qu'un petit nombre de grands films. À y regarder de près, en effet, Anna Magnani n'est l'interprète […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anna-magnani/#i_9553

ORTESE ANNA MARIA (1914-1998)

  • Écrit par 
  • Gilles QUINSAT
  •  • 2 427 mots

Dans le chapitre « Réalisme et magie »  : […] De manière significative, c'est Massimo Bontempelli qui publia le premier livre d'Anna Maria Ortese, Angelici dolori . En 1946, aux côtés de Landolfi, de Palazzeschi, entre autres, cet écrivain allait figurer dans un recueil collectif intitulé Italie magique , dont l'initiative revenait au critique Gianfranco Contini. Selon celui-ci, le livre réunissait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anna-maria-ortese/#i_9553

ROME, VILLE OUVERTE, film de Roberto Rossellini

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 938 mots

Dans le chapitre « Petits à-côtés et grandes actions de la Résistance »  : […] Les morts héroïques et symétriques du communiste Manfredi et du chrétien Don Pietro, la longue scène où le prêtre doit assister, en pleurs et en prière, au supplice de son compagnon, l'échange de discours idéologiques entre le prêtre et le SS, sont ce qui, aujourd'hui encore, fait de ce film un émouvant témoignage sur la résistance et ses martyrs. Mais pour le reste (c'est-à-dire les trois quarts […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-ville-ouverte-roberto-rossellini/#i_9553

ROME VILLE OUVERTE (R. Rossellini)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 238 mots

En 1942, Luchino Visconti avait montré la voie en tournant Ossessione en décors naturels. Mais, avec Rome ville ouverte , les spectateurs du premier festival de Cannes, en 1946, découvrent un film, une esthétique, une attitude « morale » devant la vie et le cinéma qui vont bouleverser, entre autres, les futurs cinéastes de la Nouvelle Vague. Réalisé en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-ville-ouverte/#i_9553

ROSSELLINI ROBERTO

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 2 490 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Au-delà du néoréalisme »  : […] Rome, ville ouverte ( Roma, città aperta , 1945) et Païsa (1946) sont unanimement considérés, aujourd'hui, comme des « films clés », dont le retentissement au lendemain de la Libération fut énorme : on possède peu de témoignages aussi poignants sur la souffrance d'un peuple, et où celle-ci soit plus sobrement représentée, tout en l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roberto-rossellini/#i_9553

ROSSELLINI ROBERTO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 201 mots

18 mai 1906 Naissance de Roberto Rossellini à Rome. Aîné de quatre enfants, il appartient à une famille aisée. 1934 Premiers essais de cinéma, financés par Rossellini lui-même. 1936 Prélude à l'après-midi d'un faune , censuré pour impudicité. Travaille comme scénariste et assistant pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rossellini-reperes-chronologiques/#i_9553

VALLONE RAF (1916-2002)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 192 mots
  •  • 1 média

Acteur italien. Fils d'un avocat turinois, Raffaele (dit Raf) Vallone goûte du football professionnel avant de s'orienter vers le journalisme. En 1947 et 1948, chef de la rubrique culturelle du quotidien communiste L'Unità , il est remarqué par le cinéaste Giuseppe De Santis, qui lui offre un des rôles majeurs de Riz amer (1949). Ce film culte du néo- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raf-vallone/#i_9553

VISCONTI LUCHINO (1906-1976)

  • Écrit par 
  • Suzanne LIANDRAT-GUIGUES
  •  • 3 207 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Apories critiques »  : […] Né en 1906, dans une grande famille de la noblesse milanaise, Luchino Visconti rencontre Jean Renoir en France au moment du Front populaire et devient son assistant pour Les Bas-Fonds (1937), après avoir créé les costumes d' Une partie de campagne (1936). Au même moment, Coco Chanel le présente à Jean Cocteau. En Italie, il se lie avec le groupe d'inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luchino-visconti/#i_9553

ZAVATTINI CESARE (1902-1989)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 701 mots
  •  • 1 média

« Quelle belle époque tout de même ; un meeting continuel, on se figurait qu'on changerait le monde ou le gouvernement grâce à une douzaine de films, les slogans nous sortaient du cœur avec la détermination des balles de fusil : le néoréalisme est la conscience du cinéma, le cinéma est utile ou il n'est pas, il importe de s'attaquer à ce qui se passe et non à ce qui s'est passé, il faut connaître […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesare-zavattini/#i_9553

Voir aussi

Pour citer l’article

Giuditta ISOTTI-ROSOWSKY, « NÉO-RÉALISME ITALIEN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-realisme-italien/