NÉO-RÉALISME ITALIEN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une expérience de cinéma social

Parmi les caractéristiques du cinéma néo-réaliste, on cite souvent le tournage en décors réels, le recours à des acteurs venus du music-hall ou à des non-professionnels et le refus du changement brusque de cadrage. Dès 1940, dans la revue Cinema, Cesare Zavattini préconise « le film de l'homme qui dort, le film de l'homme qui se dispute, sans montage et j'oserais dire sans sujet ». Et il ajoute : « Les choses immobiles deviennent spectacle lorsqu'on les soumet à une attente prédisposée. » En 1953, pour le film à sketches L'Amour dans la ville, il en arrivera à la théorie de la caméra invisible (buco nel muro, pedinamento : trou dans le mur, filature), l'image devant coïncider avec le flux de la réalité. Umberto D (1952), fruit de la collaboration de De Sica-Zavattini, est sans doute le meilleur exemple d'une poétique qui a trouvé son point d'équilibre.

Vittorio de Sica, Roberto Rossellini et Federico Fellini

Photographie : Vittorio de Sica, Roberto Rossellini et Federico Fellini

Vittorio de Sica (1901-1974), Roberto Rossellini (1906-1977) et Federico Fellini (1920-1993) sur le tournage du Général de la Rovere (Generale della Rovere, 1959) de Rossellini, d'après Indro Montanelli. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Cesare Zavattini

Photographie : Cesare Zavattini

Le scénariste Cesare Zavattini (1902-1989), figure essentielle du néo-réalisme. 

Crédits : Werner Rings/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Suivre le plus longtemps possible un objet sur le même plan permet de créer un espace englobant, fortement présent. Comme c'est l'espace de la quotidienneté, le spectateur peut s'orienter même s'il n'a aucune expérience de la situation. Ainsi dans La terre tremble (1947) de Visconti. Dans la scène du salage des anchois, la caméra se promène de rire en rire : les gens sont proches, ils se parlent. Lors du baptême des barques, elle va d'une tête à l'autre, puis s'approche du visage décrépit de la marquise : là aussi, personnages et actions sont intégrés dans un espace parfaitement définissable. Le panoramique reproduit le mouvement du regard. Ce système expressif est intimement lié au choix thématique. Filmer des situations réelles a été une exigence profondément ressentie. Visconti a travaillé pendant six mois dans le village sicilien, il a recruté sur place ses interprètes qui, à partir d'un canevas, ont improvisé son texte. Giuseppe de Santis a mené une véritable enquête sur le fait divers qu'il présente dans Onze heures sonnaient (1947) : à côté des acteurs principaux, certaines figurantes sont des jeunes filles qui ont assisté à l'écroulement de l'escalier qu'elles avaient encombré pour répondre à une offre d'emploi.

Le cinéma néo-réaliste a voulu mobiliser l'opinion publique sur les questions les plus urgentes. D'abord la guerre et ses séquelles. Giorni di gloria (1945) est un montage documentaire sur la lutte des partisans. En 1946 sortent Paisà de Rossellini, Le soleil se lèvera encore d'Aldo Vergano, Un jour dans la vie d'Alessandro Blasetti, Vivre en paix de Luigi Zampa, Le Bandit d'Alberto Lattuada, Sciuscià de Vittorio de Sica, où la volonté de documenter se transforme en dénonciation impitoyable. En 1947, on tourne Sans pitié de Lattuada, rare exemple de montage court, Tombolo, paradis noir de Giorgio Ferroni, Sous le soleil de Rome de Renato Castellani et Jeunesse perdue de Pietro Germi.

Alberto Lattuada

Photographie : Alberto Lattuada

Le réalisateur Alberto Lattuada sur le tournage de Sans pitié (Senza Pietá, 1948). 

Crédits : Kurt Hutton/ Picture Post/ Getty Images

Afficher

À partir de 1947, la question agraire et méridionale et le sous-emploi urbain retiennent surtout l'attention. Ce n'est pas d'un Voleur de bicyclette (1948) mais de voleurs qu'il s'agit dans le film de De Sica-Zavattini : le pluriel italien (Ladri di bicicletta) renvoie au chômage, partout présent. Le banditisme méridional est évoqué dans Au nom de la loi (1948) de Pietro Germi. De Santis raconte l'histoire d'une coopérative du Nord dans Chasse tragique (1947) ; avec Riz amer (1948), il concilie un mélodrame à quatre personnages et l'exploration presque documentaire du travail des mondine dans la vallée du Pô ; dans Pâques sanglantes (1949), il dénonce les rapports sociaux dans la campagne autour de Montecassino. De son côté, Lattuada réalise Le Moulin du Pô (1948).

Le Voleur de bicyclette, V. De Sica

Photographie : Le Voleur de bicyclette, V. De Sica

Le Voleur de bicyclette (1948), de Vittorio De Sica (1901-1974), film phare du néo-réalisme. 

Crédits : Ullstein Bild/ Getty Images

Afficher

L'évolution économique et sociale de l'Italie des années cinquante se manifeste dans le changement d'intérêt des cinéastes qui se tournent vers les couches moyennes, leurs contradictions, leurs difficultés matérielles et morales : Umberto D, Le Manteau de Lattuada, I Vitelloni de Federico Fellini (qui avait débuté comme scénariste de Rome, ville ouverte et avait collaboré à plusieurs scénarios des films de Lattuada), Bellissima de Visconti. Action et décor sont indissociables. Le Voleur de bicyclette nous donne une coupe topographique de Rome à partir de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Pier Paolo Pasolini

Pier Paolo Pasolini
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Vittorio de Sica, Roberto Rossellini et Federico Fellini

Vittorio de Sica, Roberto Rossellini et Federico Fellini
Crédits : Hulton Getty

photographie

Cesare Zavattini

Cesare Zavattini
Crédits : Werner Rings/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Alberto Lattuada

Alberto Lattuada
Crédits : Kurt Hutton/ Picture Post/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  NÉO-RÉALISME ITALIEN  » est également traité dans :

AMIDEI SERGIO (1904-1981)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 559 mots

Nous évaluons assez mal en France les mécanismes de la production cinématographique italienne, peu structurée de façon durable, notamment en ce qui concerne la place des scénaristes et surtout celle des soggiotori (« créateurs de sujets ») dont il n'y a guère d'équivalents ailleurs. Sergio Amidei a ainsi joué un rôle capital, et, à travers sa longue et diverse carrière, c'est tout le cinéma itali […] Lire la suite

ANTONIONI MICHELANGELO (1912-2007)

  • Écrit par 
  • Paul Louis THIRARD
  •  • 2 289 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les premiers films »  : […] Né en 1912 à Ferrare, Antonioni entre dans la profession en 1942 comme assistant de Marcel Carné pour Les Visiteurs du soir  ; jusqu'à 1950, il collabore à quelques scénarios et réalise des courts-métrages qui ne sont pas indifférents. C'est l'époque où le cinéma italien connaît la flambée du néo-réalisme fortement marqué à gauche, et qui, prôné ou contredit, influencera profondément toute la vie […] Lire la suite

BLASETTI ALESSANDRO (1900-1987)

  • Écrit par 
  • Giuditta ISOTTI-ROSOWSKY
  •  • 1 135 mots

Critique, figurant, acteur jouant son propre rôle, metteur en scène au théâtre, au cinéma et, à partir de 1962, à la télévision, Alessandro Blasetti adorait se définir comme « un océan de contradictions ». Né à Rome, il fait des études de droit, conformément à la tradition de sa famille maternelle où l'on était avocat de la curie romaine de père en fils. Mais il tient sans doute son goût pour les […] Lire la suite

CAMERINI MARIO (1895-1981)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 807 mots

Mario Camerini est né à Rome en 1895. Grâce à son cousin, le cinéaste Augusto Genina, Mario Camerini débute comme assistant avant de passer à la réalisation avec Jolly, clown da circo en 1923. Mais ce n'est qu'en 1929, avec Rotaie ( Rails ) qu'il obtient un certaine reconnaissance critique et que son style, intimiste et gris-rose, s'affirme. Il s'agit là de l'un des derniers films muets italiens, […] Lire la suite

CANNES FESTIVAL DE

  • Écrit par 
  • Philippe d' HUGUES
  •  • 2 160 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Des débuts difficiles »  : […] Tout a commencé à cause de Venise et de sa biennale, premier festival cinématographique mondial créé en 1932. Après quelques belles années, l'influence de Mussolini et de son encombrant allié allemand y étant devenue envahissante, Français, Britanniques et Américains décidèrent de créer un autre festival, qui ne serait plus tributaire des impératifs politiques de l'Axe. La France prit l'initiative […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Un essor considérable »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, c'est en Italie que le cinéma prit un essor considérable. Le renouveau du cinéma italien peut s'expliquer par des raisons politiques, historiques, artistiques, et aussi de générations. Politiquement, les cinéastes, comme les écrivains et tous les artistes italiens, sont sévèrement surveillés par le pouvoir fasciste. Les hommes de talent, condamnés au sil […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 770 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Retrouver la puissance de suggestion de la lumière naturelle »  : […] C'est avec Orson Welles et Citizen Kane que l'on situe généralement l'accession de la mise en scène à la modernité . L'utilisation systématique du plan-séquence et de la profondeur de champ transforme largement les données du cinéma hollywoodien : le montage perd son invisibilité et le spectateur retrouve une liberté perdue, ayant à choisir – ou l'illusion de choisir –, parmi les différentes act […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Photographie de cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 318 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Retour à la lumière naturelle »  : […] En 1941, avec son opérateur Gregg Toland, Orson Welles ( Citizen Kane ) revenait à la fois à un certain expressionnisme de la lumière, mais en transformait le sens totalitaire par le recours au plan-séquence et surtout à la profondeur de champ. Ce dernier procédé, le plus important, permettait, à l'aide de nouveaux objectifs, de retrouver une netteté à tous les niveaux de profondeur de l'image et […] Lire la suite

CINÉMA ET HISTOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 8 285 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le cinéma de fiction : une histoire dédoublée »  : […] La fiction conjuguée au présent représente la part la plus importante du cinéma produit et regardé dans le monde. Tous genres confondus. Le cinéma anime des personnages, crée des situations, qui sont contemporains des premiers spectateurs. La question du « reflet » (le cinéma renvoie-t-il une image pertinente de la société contemporaine ?) est un préalable. La fiabilité immédiate du cinéma vu comm […] Lire la suite

DE SANTIS GIUSEPPE (1917-1997)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 801 mots

Giuseppe De Santis a passé les vingt-cinq dernières années de sa vie à essayer de revenir derrière une caméra. Solitaire, intransigeant devant l'injustice dont il se sentait frappé, ayant même pris ses distances à l'égard de Rome en allant habiter à une trentaine de kilomètres de la capitale, il était devenu un homme en suspens. À l'image de Drogo, le héros du Désert des Tartares , il attendait le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Giuditta ISOTTI-ROSOWSKY, « NÉO-RÉALISME ITALIEN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-realisme-italien/