NÉO-RÉALISME ITALIEN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Continuité ou rupture ?

Certains partages se donnent pour évidents. Ainsi de l'année 1945, avec d'un côté les désastres de la guerre, de l'autre le sentiment aigu d'un effondrement et aussi de la fin d'une époque. Aussi les contemporains des événements vont-ils mettre en œuvre cette notion de rupture. Le néo-réalisme se trouverait donc ramené à une brutale liquidation des faux-semblants : sous l'Italie gentille et fraternelle de Camerini, il n'aurait plus été possible d'ignorer la misère, le chômage, et les intellectuels se seraient vus contraints de dévoiler une partie de la réalité italienne. Cette théorie s'est imposée dans l'atmosphère de la reconstruction et des premiers affrontements entre les partis de la Résistance. Elle a prédominé jusqu'aux années soixante. À mesure qu'on s'éloigne, l'évidence de la coupure s'estompe. On cherche alors à fonder la discontinuité en se référant davantage à des transformations économiques qu'à des faits politiques, et on met en relief une double coupure intervenant d'abord dans les années trente, puis à la fin des années cinquante (début de la letteratura dell'azienda). Mais l'idée d'une modification radicale trouvant chez les intellectuels un miroir réfléchissant n'est pas mise en cause. En fait, le néo-réalisme est à la fois le produit d'une possibilité inscrite dans le champ culturel italien avant la guerre et des événements historiques. Dès 1940, une offensive se développe dans le cinéma pour modifier les procédés expressifs : on salue les signes du changement dans la reprise d'un style documentaire. Blasetti, auteur d'un film d'évasion en 1941 et de Quatre Pas dans les nuages en 1942, en est un exemple : ici l'orientation réaliste ne comporte pas de visée politique. Par ailleurs, au moment où l'Italie entre en guerre, la production documentaire reçoit une aide financière accrue de la part de divers organismes officiels comme l'Institut Luce et le Centre de cinématographie de la marine qui produit le premier film de Rossellini. Un article de Cinema en 1940 appelle à commencer « la documentation de notre guerre ». Rome, vi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Pier Paolo Pasolini

Pier Paolo Pasolini
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Vittorio de Sica, Roberto Rossellini et Federico Fellini

Vittorio de Sica, Roberto Rossellini et Federico Fellini
Crédits : Hulton Getty

photographie

Cesare Zavattini

Cesare Zavattini
Crédits : Werner Rings/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Alberto Lattuada

Alberto Lattuada
Crédits : Kurt Hutton/ Picture Post/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  NÉO-RÉALISME ITALIEN  » est également traité dans :

AMIDEI SERGIO (1904-1981)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 559 mots

Nous évaluons assez mal en France les mécanismes de la production cinématographique italienne, peu structurée de façon durable, notamment en ce qui concerne la place des scénaristes et surtout celle des soggiotori (« créateurs de sujets ») dont il n'y a guère d'équivalents ailleurs. Sergio Amidei a ainsi joué un rôle capital, et, à travers sa longue et diverse carrière, c'est tout le cinéma itali […] Lire la suite

ANTONIONI MICHELANGELO (1912-2007)

  • Écrit par 
  • Paul Louis THIRARD
  •  • 2 288 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les premiers films »  : […] Né en 1912 à Ferrare, Antonioni entre dans la profession en 1942 comme assistant de Marcel Carné pour Les Visiteurs du soir  ; jusqu'à 1950, il collabore à quelques scénarios et réalise des courts-métrages qui ne sont pas indifférents. C'est l'époque où le cinéma italien connaît la flambée du néo-réalisme fortement marqué à gauche, et qui, prôné ou contredit, influencera profondément toute la vie […] Lire la suite

BLASETTI ALESSANDRO (1900-1987)

  • Écrit par 
  • Giuditta ISOTTI-ROSOWSKY
  •  • 1 135 mots

Critique, figurant, acteur jouant son propre rôle, metteur en scène au théâtre, au cinéma et, à partir de 1962, à la télévision, Alessandro Blasetti adorait se définir comme « un océan de contradictions ». Né à Rome, il fait des études de droit, conformément à la tradition de sa famille maternelle où l'on était avocat de la curie romaine de père en fils. Mais il tient sans doute son goût pour les […] Lire la suite

CAMERINI MARIO (1895-1981)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 807 mots

Mario Camerini est né à Rome en 1895. Grâce à son cousin, le cinéaste Augusto Genina, Mario Camerini débute comme assistant avant de passer à la réalisation avec Jolly, clown da circo en 1923. Mais ce n'est qu'en 1929, avec Rotaie ( Rails ) qu'il obtient un certaine reconnaissance critique et que son style, intimiste et gris-rose, s'affirme. Il s'agit là de l'un des derniers films muets italiens, […] Lire la suite

CANNES FESTIVAL DE

  • Écrit par 
  • Philippe d' HUGUES
  •  • 2 157 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Des débuts difficiles »  : […] Tout a commencé à cause de Venise et de sa biennale, premier festival cinématographique mondial créé en 1932. Après quelques belles années, l'influence de Mussolini et de son encombrant allié allemand y étant devenue envahissante, Français, Britanniques et Américains décidèrent de créer un autre festival, qui ne serait plus tributaire des impératifs politiques de l'Axe. La France prit l'initiative […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Un essor considérable »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, c'est en Italie que le cinéma prit un essor considérable. Le renouveau du cinéma italien peut s'expliquer par des raisons politiques, historiques, artistiques, et aussi de générations. Politiquement, les cinéastes, comme les écrivains et tous les artistes italiens, sont sévèrement surveillés par le pouvoir fasciste. Les hommes de talent, condamnés au sil […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 765 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Retrouver la puissance de suggestion de la lumière naturelle »  : […] C'est avec Orson Welles et Citizen Kane que l'on situe généralement l'accession de la mise en scène à la modernité . L'utilisation systématique du plan-séquence et de la profondeur de champ transforme largement les données du cinéma hollywoodien : le montage perd son invisibilité et le spectateur retrouve une liberté perdue, ayant à choisir – ou l'illusion de choisir –, parmi les différentes act […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Photographie de cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 316 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Retour à la lumière naturelle »  : […] En 1941, avec son opérateur Gregg Toland, Orson Welles ( Citizen Kane ) revenait à la fois à un certain expressionnisme de la lumière, mais en transformait le sens totalitaire par le recours au plan-séquence et surtout à la profondeur de champ. Ce dernier procédé, le plus important, permettait, à l'aide de nouveaux objectifs, de retrouver une netteté à tous les niveaux de profondeur de l'image et […] Lire la suite

CINÉMA ET HISTOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 8 282 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le cinéma de fiction : une histoire dédoublée »  : […] La fiction conjuguée au présent représente la part la plus importante du cinéma produit et regardé dans le monde. Tous genres confondus. Le cinéma anime des personnages, crée des situations, qui sont contemporains des premiers spectateurs. La question du « reflet » (le cinéma renvoie-t-il une image pertinente de la société contemporaine ?) est un préalable. La fiabilité immédiate du cinéma vu comm […] Lire la suite

DE SANTIS GIUSEPPE (1917-1997)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 801 mots

Giuseppe De Santis a passé les vingt-cinq dernières années de sa vie à essayer de revenir derrière une caméra. Solitaire, intransigeant devant l'injustice dont il se sentait frappé, ayant même pris ses distances à l'égard de Rome en allant habiter à une trentaine de kilomètres de la capitale, il était devenu un homme en suspens. À l'image de Drogo, le héros du Désert des Tartares , il attendait le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Giuditta ISOTTI-ROSOWSKY, « NÉO-RÉALISME ITALIEN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-realisme-italien/