CAMERINI MARIO (1895-1981)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mario Camerini est né à Rome en 1895. Grâce à son cousin, le cinéaste Augusto Genina, Mario Camerini débute comme assistant avant de passer à la réalisation avec Jolly, clown da circo en 1923. Mais ce n'est qu'en 1929, avec Rotaie (Rails) qu'il obtient un certaine reconnaissance critique et que son style, intimiste et gris-rose, s'affirme. Il s'agit là de l'un des derniers films muets italiens, mais la virtuosité en est remarquable : Camerini raconte comment un jeune couple, prêt à se suicider, trouve fortuitement une somme d'argent qui lui permet de vivre ses derniers jours dans le grand luxe de la Riviera. Au sortir de l'aventure, le couple optera pour la vie. Un apologue exemplaire des soucis de Camerini et de sa philosophie. Son œuvre regorge en effet de travailleurs et de petits bourgeois qui s'aventurent dans une sphère sociale élevée : immanquablement, ils leur faut revenir à leur point de départ. Ce conformisme plaît sans doute aux autorités fascistes en place qui, du coup, lui permettent de travailler avec une indéniable liberté, malgré une commande de propagande (Il grande appello, 1936). En fait, il s'agit moins pour Camerini de faire une concession au régime que d'exprimer un sentiment personnel sur la société.

Celui que l'on a appelé le René Clair italien possède au fond une inspiration sombre, où le destin social de chacun paraît impossible à infléchir. Alors que le cinéma italien engourdit son public dans le luxe ou le romanesque, Camerini peut montrer des gens du peuple et, chose rarissime à l'époque, des gens qui travaillent et qui sont représentés dans un milieu socio-professionnel précisément rendu. Le public italien fait un triomphe à Les Hommes, quels mufles ! (Gli Uomini, che mascalzoni !, 1932), délicate chronique d'une amourette entre une vendeuse de parfumerie et un mécanicien qui se fait passer pour un grand bourgeois. L'authenticité des scènes, situées dans la foire commerciale de Milan ou dans une auberge de banlieue, fait de ce film un document rare. Camerini inaugure là une collaboration heureuse av [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : historien du cinéma, maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, rédacteur à la revue Positif

Classification


Autres références

«  CAMERINI MARIO (1895-1981)  » est également traité dans :

COMÉDIE ITALIENNE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI, 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 510 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Origines et composantes »  : […] L'expression même de « comédie italienne » prête à confusion. On a dit d'abord et on dit encore « comédie à l'italienne ». Or, dans la péninsule, l'expression all'italiana est familière, voire péjorative. C'est une allusion à la routine, aux compromis, au laisser-aller qui caractérisent les Italiens, selon les étrangers et souvent selon les Italiens eux-mêmes. Elle était employée par les critiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-italienne-cinema/#i_85833

ITALIE - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 7 718 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le cinéma italien pendant l'époque fasciste (1922-1945) »  : […] Arrivé au pouvoir en 1922, le fascisme s'est d'abord peu soucié de la question du cinéma. En matière de communication de masse, il ne se préoccupe que de la presse écrite, ne prenant pas la mesure du message que peut véhiculer le film. Seuls l'intéressent les actualités et les documentaires ; le film de fiction apparaît comme un simple divertissement qu'il convient de contrôler au regard de l'ord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-le-cinema/#i_85833

Pour citer l’article

Christian VIVIANI, « CAMERINI MARIO - (1895-1981) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mario-camerini/