NÉGATIONNISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'exploitation des circonstances

De 1945 à la fin des années 1960, la conscience de l'étendue et de la nature des crimes perpétrés par le régime nazi et ses complices avait rendu inacceptable, ou malaisé à faire entendre, un discours antisémite largement répandu avant la guerre. C'est pourquoi ni les écrits de Bardèche et de Rassinier ni ceux de leurs correspondants étrangers ne rencontrèrent d'écho au-delà d'un cercle essentiellement composé de nazis, d'anciens de la collaboration et de militants d'extrême droite. En revanche, à partir des années 1970, les circonstances favorisant la diffusion du négationnisme se multiplient.

En France, la parution des articles de Faurisson s'inscrit dans une série d'événements qui contribuent à rappeler le passé collaborationniste, refermé officiellement depuis l'épuration de 1945 : interview déjà mentionnée de Louis Darquier dans L'Express ; diffusion par la télévision française, qui s'y était jusque-là refusée, de Holocauste, fiction télévisée américaine sur le sort des juifs pendant la guerre, vue dans le monde entier et dont la forme surtout déclenche des polémiques ; mais aussi, en 1979, inculpation pour crimes contre l'humanité de Jean Leguay, ancien délégué en zone occupée du secrétaire général de la police sous Vichy, René Bousquet, et responsable à ce titre de la déportation des juifs, une inculpation qui ne débouche pas sur un procès (Leguay meurt en 1989, au moment où, après dix ans, son dossier aboutit) mais qui précède et annonce celles de l'ancien milicien Paul Touvier en 1981, de Maurice Papon et de Klaus Barbie deux ans plus tard.

La recrudescence du négationnisme traduit aussi, sous une forme paroxystique, une modification progressive du regard porté sur les juifs dans le monde, en rapport avec l'évolution géopolitique d'Israël. Déjà, les partis communistes aux ordres de Moscou, peu après avoir, stratégiquement, soutenu puis salué la création de l'État d'Israël en 1948, s'étaient mis à dénoncer le « cosmopolitisme », qu'ils qualifièrent bientôt de « sionisme ». L'expédition de Suez en 1956 avait fait apparaître Israël comme l'allié des puissances occidentales dans la région. Mais c'est avec la victoire militaire des Israéliens lors de la guerre des Six-Jours de juin 1967 que cette évolution se radicalisa.

Pour la gauche française dans son ensemble, protester contre une politique israélienne d'expansion et de répression, défendre les droits des Palestiniens, soutenir leur revendication d'un État n'entraîna pas, ni sur le moment ni par la suite, le moindre dérapage antisémite, aussi chargé et inextricable que semblait être le conflit israélo-palestinien. Dans l'extrême gauche cependant, ce changement géopolitique conduisit certains à de véritables révisions. Il y avait en somme deux images. Celle de rescapés du plus effroyable des massacres, trouvant enfin un pays – Israël – où vivre en paix et libres d'être juifs. Et celle d'agents « sionistes » de l'impérialisme américain, persécutant les Palestiniens. La guerre des Six-Jours permettait enfin d'effacer la première image, de ne plus voir que des bourreaux dans les anciennes victimes, des oppresseurs dans les anciens opprimés et – luxe inouï –, elle autorisait l'inversion suprême, traiter des juifs de nazis. Dix ans plus tard, pour une poignée de militants, qui venaient de connaître, après Mai-68, une longue période de quasi-chômage politique, les « conclusions » de Faurisson arrivèrent à point nommé, autrement plus audibles désormais que celles auxquelles était parvenu Rassinier, disparu au moment de la guerre des Six-Jours.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  NÉGATIONNISME  » est également traité dans :

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Europe de l'Ouest et Moyen- Orient »  : […] En Europe de l'Ouest, hormis chez les groupuscules néo-nazis, l'antisémitisme ouvert demeurait un phénomène marginal marginal jusqu'à la projection du conflit israélo-palestinien sur la scène européenne. Contrairement aux États-Unis, certains États européens sanctionnent l'expression des opinions racistes, antisémites et négationnistes. Le Japon, pour sa part, développe un antisémitisme sans juifs […] Lire la suite

SHOAH

  • Écrit par 
  • Philippe BURRIN
  •  • 5 886 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Shoah dans l'histoire »  : […] Par sa monstruosité, la Shoah constitue un défi que n'affaiblit pas le passage du temps. Quelques-uns veulent, certes, « assassiner la mémoire » (selon l'expression de Pierre Vidal-Naquet) en niant ce que le génocide des juifs eut de plus spécifique, à savoir les chambres à gaz. D'autres veulent, pour faire « passer le passé » ( Ernst Nolte), dissoudre la singularité de l'événement, comme il appar […] Lire la suite

GÉNOCIDE

  • Écrit par 
  • Louis SALA-MOLINS
  •  • 8 481 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Chiffrer pour nier ou banaliser »  : […] Compréhensible que le Maya et le Miskito organisent leur vision du génocide en fonction de leur calvaire, que le Tchétchène compte à l'impossible calendrier de son temps de douleur interminable ce que le Juif pondère en mortelle intensité et le Congolais en cycles d'amputations et de tortures. Comment s'y retrouver, et à quoi bon cette polémique sur les degrés de l'horreur dans l'homogénéité de l' […] Lire la suite

IRAN - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 22 385 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'ascension d'Ahmadinejad et le retour des radicaux »  : […] Les élections locales de 2003 traduisent ce désenchantement et ce revirement de l'opinion. Le taux de participation est très faible (49 p. 100 dans l'ensemble du pays, 12 p. 100 à Téhéran), un indice récurrent de la démobilisation des électeurs réformateurs, et les conservateurs remportent la plupart des municipalités. À Téhéran, ils conquièrent la totalité des sièges sous l'impulsion du parti des […] Lire la suite

REFUS ET VIOLENCES (J. Verdès-Leroux) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 1 648 mots

Il faut d'abord saluer le travail énorme, méthodique et maîtrisé de Jeannine Verdès-Leroux, qui entreprend, avec Refus et violences (Gallimard), de brosser le tableau d'une génération d'écrivains d'extrême droite. Personne, avant elle, n'avait inventorié cette masse de revues et de journaux, proliférant dans une période où un seul média, la presse, régnait sans partage. On évoque souvent, avec de […] Lire la suite

TEMPS PRÉSENT, notion de

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 374 mots

Dans le chapitre « Une histoire nouvelle »  : […] Ce nouvel objet d'histoire répond visiblement à une transformation de la conjoncture historiographique et de l'attente sociale. En témoignent, en France, l'ouverture des archives (loi de 1979) plus rapide qu'auparavant, en théorie, la parution de la revue Vin gtième Siècle (1984) et l'introduction du second xx e  siècle dans les programmes de terminale des lycées (1982). Son rapport nécessaire au […] Lire la suite

TUDJMAN FRANJO (1922-1999)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 807 mots

Avec le Serbe Slobodan Milošević, le Croate Franjo Tudjman fut l'un des principaux artisans de la disparition de la Yougoslavie et du renouveau d'un nationalisme qui a mis à feu et à sang le cœur des Balkans. Né le 14 mai 1922 à Veliko Trgovišće, dans la Zagorié croate, il est le fils d'un des dirigeants du Parti paysan croate qui rejoindra le mouvement des partisans titistes durant la Seconde Gue […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17-20 juin 2019 Belgique. Inculpation du fondateur de l'association Schild & Vrienden.

Le 17, le juge chargé d’instruire l’affaire, révélée en septembre 2018, des messages racistes, antisémites ou glorifiant la violence, échangés sur le site de conversation de l’association d’extrême droite Schild & Vrienden (S&V, « Bouclier et Amis »), inculpe le fondateur de celle-ci, Dries Van Langenhove, notamment pour infractions à la loi sur le racisme, à la loi réprimant le négationnisme et à la loi sur le port d’arme. […] Lire la suite

20 septembre 2017 Belgique. Suspension conditionnelle de la condamnation de Laurent Louis.

La cour d’appel de Bruxelles suspend sous condition, pour une durée de cinq ans, la condamnation à six mois de prison avec sursis et 18 000 euros d’amende prononcée en juin 2015 contre l’ancien député fédéral d’extrême droite Laurent Louis pour négationnisme. Comme il l’a proposé lui-même, ce dernier doit notamment visiter un camp de concentration une fois par an pendant cinq ans et faire un compte-rendu sur son blog. […] Lire la suite

8-15 mai 2009 Vatican. Voyage du pape Benoît XVI au Proche-Orient

Le 11, il arrive en Israël où il est reçu, à Jérusalem, par le président Shimon Peres en compagnie duquel il se rend au mémorial de Yad Vashem; il y condamne la Shoah et le négationnisme. Le 12, Benoît XVI visite le dôme du Rocher, sur l'esplanade des Mosquées, accueilli par le grand mufti de Jérusalem. Il est le premier pape à entrer dans ce lieu saint de l'islam. […] Lire la suite

7 juillet 2005 Algérie – France. Condamnation par Alger d'une loi française reconnaissant « le rôle positif de la présence française outre-mer »

Abdelaziz Bouteflika est le seul président d'une des anciennes colonies françaises à avoir vivement réagi à cette loi depuis son adoption, fustigeant une « cécité mentale confinant au négationnisme et au révisionnisme » à propos du colonialisme et de ses « crimes ».  […] Lire la suite

25 septembre 1994 Suisse. Adoption par référendum d'une législation antiraciste

Cette révision du Code pénal doit permettre de punir comme des délits le racisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale et le négationnisme ou le révisionnisme.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nadine FRESCO, « NÉGATIONNISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/negationnisme/