PAPON MAURICE (1910-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis sa condamnation pour complicité de crimes contre l'humanité, Maurice Papon incarne la collaboration de la haute fonction publique avec les persécutions antisémites du IIIe Reich. C'est pourquoi, au surlendemain de sa mort survenue le 17 février 2007, le journal Libération put qualifier de « préfet du crime » celui qui fut ensuite préfet de police, député, trésorier du parti gaulliste et ministre du Budget.

Né le 3 septembre 1910 à Gretz-Armainvilliers (Seine-et-Marne), où il devait être inhumé, ce fils d'un notaire devenu industriel et élu local est diplômé de Sciences Po quand il devient, en 1935, rédacteur au ministère de l'Intérieur. Jeune radical-socialiste, il est membre de cabinets ministériels à Paris puis à Vichy. À partir de 1942, auprès du préfet régional de Bordeaux Maurice Sabatier, en sa qualité de secrétaire général de la préfecture de la Gironde, il contrôle le Service des affaires juives et participe à la politique d'arrestation et de déportation coordonnée par René Bousquet et Jean Leguay. Au prétexte dévoyé du respect de la souveraineté française, il revient aux gendarmes et policiers français d'arrêter, en zone occupée comme en zone dite libre, les juifs à déporter.

Jusqu'en 1944, onze convois partent de Bordeaux vers Drancy, où étaient rassemblés ceux qui seront ensuite exterminés à Auschwitz-Birkenau ; parmi eux figurèrent donc 1 457 juifs adultes et 233 enfants. Malgré la plaidoirie de maître Varaut niant la communauté d'intention entre les fonctionnaires français et les Allemands, la responsabilité de Maurice Papon sera reconnue pour quatre des convois, non pour complicité d'assassinats mais pour « complicité d'arrestations illégales et de séquestrations arbitraires ».

Avant cette condamnation, dans une région où les mouvements résistants avaient été décapités, le zèle de Papon lui avait permis de promouvoir sous-préfet son chef du service des affaires juives Pierre Garat et de devenir lui-même, à l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en études politiques et en histoire, historien associé à la Délégation aux commémorations nationales du ministère de la Culture et de la Communication

Classification

Autres références

«  PAPON MAURICE (1910-2007)  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'opinion réclame qu'on en finisse avec cette guerre »  : […] Le 22 avril 1961, trois des plus hautes figures de l'armée française, les généraux Maurice Challe, Edmond Jouhaud, André Zeller, rejoints le 23 par Raoul Salan, appuyés par les parachutistes de la Légion et les commandos de l'air, tentent de s'emparer du pouvoir en Algérie. L'opération, aussi mal organisée qu'impopulaire en métropole et parmi le contingent, tourne rapidement court. Dans une allocu […] Lire la suite

CUSIN GASTON (1903-1993)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 551 mots
  •  • 1 média

Commissaire honoraire de la République et ancien secrétaire général du ministère de l'Économie nationale en 1945, Gaston Cusin a incarné la capacité de la haute fonction publique à s'engager, mais aussi à imposer une certaine vision technocratique du bien de la nation. Né à Annecy, le 15 juin 1903, ce fils d'un fonctionnaire des Douanes est lui-même contrôleur dans cette administration à l'âge de […] Lire la suite

KAGAN ÉLIE (1929-1999)

  • Écrit par 
  • Christian CAUJOLLE
  •  • 611 mots

Le photographe Élie Kagan est né à Paris en 1929 ; ses parents, tous les deux juifs (son père d'origine russe, sa mère polonaise), étaient installés dans le X e  arrondissement. Le jeune adolescent est confronté à l'antisémitisme, à l'Occupation, à la déportation des siens. Il porte l'étoile jaune avant d'être caché durant de longs mois dans la capitale occupée. Il dira lui-même qu'il éprouva, le […] Lire la suite

PIERRE-BLOCH JEAN (1905-1999)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 683 mots

Né le 14 avril 1905 à Paris, fils d'industriel, Jean Pierre-Bloch est journaliste du quotidien de la S.F.I.O., Le Populaire , dès 1930. Pour avoir enquêté sur des pogroms à Constantine en 1934, il devient un antiraciste résolu. Membre du comité directeur de la L.I.C.A. (Ligue internationale contre l'antisémitisme) dès 1937, il est l'inlassable président de la L.I.C.R.A. (Ligue internationale cont […] Lire la suite

Les derniers événements

18-19 septembre 2002 France. Suspension de la peine de Maurice Papon

Maurice Papon, la cour estime en outre que la libération de celui-ci « n'est pas de nature à troubler l'ordre public ». La remise en liberté de Maurice Papon, qui intervient le jour même, suscite une vive émotion parmi les parties civiles à son procès. Le 19, le ministre de la Justice, Dominique Perben, qui a exprimé son désaccord avec l'arrêt de la […] Lire la suite

25 juillet 2002 France. Condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l'homme dans l'affaire Papon

Maurice Papon annoncent leur intention de saisir la commission ad hoc en vue d'obtenir l'examen du pourvoi de leur client par la Cour de cassation.  […] Lire la suite

17 octobre 2001 France. Commémoration de la manifestation du 17 octobre 1961 à Paris

Maurice Papon. Des dizaines de manifestants avaient été tués et leurs corps jetés dans la Seine. La cérémonie est boycottée par les élus municipaux de droite. Dans la soirée, quelque 5 000 personnes, qui manifestent à l'appel de partis, de syndicats de gauche et d'associations de défense des droits de l'homme, réclament une reconnaissance officielle […] Lire la suite

12-22 octobre 1999 France. Fuite, condamnation définitive et arrestation de Maurice Papon

Maurice Papon, à partir d'octobre 1998. De son côté, Élisabeth Guigou, garde des Sceaux, annonce son intention de faire réformer le Code de procédure pénale de façon à permettre de prononcer un mandat de dépôt à l'audience. Le 22, les autorités suisses expulsent Maurice Papon vers la France. Il est aussitôt incarcéré.  […] Lire la suite

26 mars 1999 France. Reconnaissance judiciaire de la violence de la répression de la manifestation parisienne d'octobre 1961

Maurice Papon, ancien préfet de police de Paris ; celui-ci lui reprochait d'avoir écrit dans Le Monde, en mai 1998, que « les forces de l'ordre agissant sous les ordres de Maurice Papon » avaient perpétré « un massacre » en réprimant la manifestation du Front de libération nationale (F.L.N.) algérien, le 17 octobre 1961, à Paris – événement longtemps […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles-Louis FOULON, « PAPON MAURICE - (1910-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-papon/