MUSIQUE SOUS L'OCCUPATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Éduquer et divertir

La guerre a des incidences sur la diffusion et la réception de la musique : le développement du chant choral et la création des Jeunesses musicales de France (J.M.F.) témoignent d’un souci d’éducation et de formation du public ; le succès des concerts symphoniques traditionnels et la création des Concerts de la Pléiade d’une part, mais aussi la vogue du jazz et de la chanson de variétés, hors des sentiers battus de la musique classique, montrent qu’à la profusion de l’offre répond une demande non moins forte ; l’essor du disque et le rôle de la radio viennent confirmer cette réalité.

Destiné à développer la connaissance de la musique, le chant choral est considéré comme un art d’importance nationale. Sa pratique mérite donc d’être popularisée. Si, depuis 1792 et la naissance des chants révolutionnaires, il constitue un enjeu politique, il devient à partir de 1940 une « affaire d’État ». L’engagement du gouvernement dans la formation des jeunes par le chant choral apparaît comme une nouveauté. Les Chantiers de jeunesse offrent un cadre idéal pour une pratique représentant une valeur morale et considérée comme une école de discipline. La « drôle de guerre » puis l’Occupation offrent un contexte favorable à la naissance en 1942 des J.M.F., dont la mission éducative ne vise pas la formation d’amateurs qui pratiquent la musique, mais celle de mélomanes, appelés à alimenter le public des salles de concerts, à acheter des disques et à écouter la radio. Généreusement encouragée par l’État, cette entreprise comble les organisateurs de concerts en leur promettant un public potentiel. Avec clairvoyance, la firme de disques La Voix de son maître s’engage dès le début dans une aventure qui contribue à alimenter le marché de la musique.

Les associations symphoniques (Concerts Pasdeloup, Colonne et Lamoureux et Orchestre de la Société des concerts du Conservatoire), dont la tradition est solidement ancrée depuis le xixe siècle dans la vie musicale parisienne, poursuivent et développent [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : docteure en musicolologie, habilitée à diriger des recherches, directrice de recherche en musicologie

Classification


Autres références

«  MUSIQUE SOUS L'OCCUPATION  » est également traité dans :

CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Hélène HAZERA
  •  • 5 009 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Évolutions et révolutions »  : […] Avec les années 1930 plusieurs révolutions vont changer la face de la chanson française : le cabaretier Louis Leplée découvre la « môme Piaf » (dont la mère travaillait dans un de ses cabarets). Sous l'influence du jazz, les compositeurs inventent une nouvelle écriture ; les textes percutants de Jean Tranchant (1904-1972), l'arrivée de Charles Tren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-francaise/#i_56445

Voir aussi

Pour citer l’article

Myriam CHIMÈNES, « MUSIQUE SOUS L'OCCUPATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-sous-l-occupation/