FRANÇAIX JEAN (1912-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un des rares compositeurs français qui soit resté fidèle à une musique écrite pour le seul plaisir, Jean Françaix s'inscrit dans la filiation de Chabrier ou de Poulenc, avec une musique fine et élégante, brillante et pleine de charme. Du début à la fin de sa carrière, il ne s'est jamais écarté de cet esprit français où le sourire et le raffinement ont toujours fait bon ménage.

Jean Françaix naît au Mans le 23 mai 1912. Son père, Alfred Françaix, est directeur du Conservatoire de sa ville natale, et sa mère professeur de chant dans le même établissement. Après y avoir commencé ses études musicales, il vient à Paris, où il travaille la composition avec Nadia Boulanger à partir de 1922. Puis il entre, en 1926, dans la classe de piano d'Isidor Philipp au Conservatoire et remporte un premier prix en 1930. Ses premières œuvres rencontrent rapidement un grand succès et sont jouées par les plus grands interprètes de l'époque : Pierre Monteux, Alfred Cortot, Maurice Maréchal... En 1933, son ballet Scuola di ballo, sur des thèmes de Boccherini, est créé par les Ballets russes de Monte-Carlo, dans une chorégraphie de Léonide Massine. Le jeune homme aborde tous les genres musicaux avec une égale réussite. Doué d'une étonnante facilité, il semble maîtriser d'instinct les règles académiques de l'écriture que Nadia Boulanger avoue n'être jamais parvenue à lui inculquer : « Les plus belles théories sont la dernière chose à quoi je pense. Les autoroutes de la pensée m'intéressent moins que les sentiers forestiers. »

Introduit dans le salon de la princesse Blanche de Polignac, il fréquente l'élite artistique parisienne dans les années 1930. C'est dans ce salon qu'est créé, en 1938, son opéra-comique Le Diable boiteux. Un an plus tard, il compose un [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  FRANÇAIX JEAN (1912-1997)  » est également traité dans :

LANCELOT JACQUES (1920-2009)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 580 mots

L'école française de clarinette comptait avec Jacques Lancelot l'un de ses membres les plus prestigieux, même si sa discrétion naturelle n'en a pas fait une vedette à l'instar de Jean-Pierre Rampal pour la flûte ou de Maurice André pour la trompette. Pédagogue recherché, il a formé des clarinettistes venus travailler avec lui du monde entier. Né à Rouen le 24 avril 1920, Jacques Lancelot commence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-lancelot/#i_70401

MUSIQUE SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Myriam CHIMÈNES
  •  • 3 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’attitude des musiciens »  : […] Les perturbations qui modifient les conditions d’exercice de leur métier éclairent les comportements des musiciens. Leur conduite ne se révèle pas spécifique à leur profession : comme dans tous les milieux, une minorité fait de la résistance, une autre collabore, alors que la majorité s’accommode de la situation. Dans le milieu musical, les premiers regroupements de résistants datent de juin 1940. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-sous-l-occupation/#i_70401

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « FRANÇAIX JEAN - (1912-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francaix/