MONOCHROME, peinture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des monochromes comiques

George Brecht (1926-2008) présentait à Lyon un tableau entièrement peint en vert sur lequel des lettres en relief, elles aussi peintes en vert, indiquaient : « Notice Red » (1966). Les cartels disposés aux quatre angles d'une grande toile bleu uni d'Ilya Kabakov (né en 1933) semblaient transcrire une discussion entre badauds qui se perdraient en conjectures : « C'est la mer ; c'est un lac ; c'est de l'air frais ; c'est le ciel » (1970). Au cours des années 1980, la veine comique qui se répandait dans les pratiques artistiques avant-gardistes naguère le plus souvent vouées au sérieux, voire à la gravité, trouvait avec le monochrome un terrain de jeu accueillant. François Morellet (1926-2016) multiplie alors les occasions d'en sourire. Il réalise par exemple une série de Paysages-Marines (1987) par assemblage de toiles blanches. Selon leurs dispositions respectives, elles offrent une représentation de Falaise et mer, une vue de la Marée basse, de la Marée haute, une évocation de La Vague et, enfin, celle d'un Raz-de-marée. Le titre tient un rôle déterminant dans la lecture ludique des éléments visuels. En outre, ici, le verbe projette la monochromie, comble de la non-figuration, dans le monde des représentations.

L'association de la monochromie et du verbe au service d'une figuration paradoxale caractérise les monochromes drolatiques, dont le xixe siècle ne fut pas avare. Le plus connu de ces monochromistes pour rire est sans doute Alphonse Allais (1854-1905). En 1883, il exposait sa Première communion de jeunes filles chlorotiques par un temps de neige dans le cadre de l'exposition des Arts incohérents. L'œuvre fut remarquée par Félix Fénéon : « Sous ce titre suave [...] M. Alphonse Allais a collé au mur une feuille de bristol absolument blanche. » L'original en est perdu, mais l'idée en fut reprise par Allais dans son Album Primo-Avrilesque (1897). En 1884, l'humoriste récidivait avec une Récolte de l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  MONOCHROME, peinture  » est également traité dans :

LA PEINTURE MONOCHROME. HISTOIRE ET ARCHÉOLOGIE D'UN GENRE (D. Riout)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 388 mots

Ainsi que l'indique le sous-titre de l'ouvrage La Peinture monochrome (éd. Jacqueline Chambon, Nîmes, 1996), le patient et méticuleux travail mené par Denys Riout a d'abord consisté à définir le statut de la peinture monochrome au sein de l'histoire de l'art avant de relever les toutes premières traces de son apparition. Car la replace […] Lire la suite

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abstraction et formalisme »  : […] Il va de soi que ce que dit la peinture ou la sculpture ne peut pas être communiqué par le langage verbal. S'il en était autrement, il serait inutile de peindre ou de sculpter. Abstrait ou non, l' art, quand il aspire à devenir cosa mentale , ne cherche pas à transcrire ou à illustrer une pensée préexistante ; il est pensée en acte, incarnée dans un médium spécifique. C'est pourquoi il ne saurait […] Lire la suite

FONTANA LUCIO (1899-1968)

  • Écrit par 
  • Hervé GAUVILLE
  •  • 1 523 mots

Dans le chapitre « La toile lacérée »  : […] C'est alors que Fontana édicte un geste souverain. Il griffe, perfore, troue, incise et lacère la toile du tableau. Ce faisant, c'est comme s'il trouvait une signature originale par quoi, aujourd'hui, se reconnaissent ses peintures de cette époque. La lame de rasoir, le cutter ou le poinçon se mettent donc à entamer les toiles monochromes. L'idée lui en est venue à la faveur d'un incident, ou plu […] Lire la suite

HONEGGER GOTTFRIED (1917-2016)

  • Écrit par 
  • Domitille d' ORGEVAL
  •  • 795 mots

Acteur majeur de l’ art concret, Gottfried Honegger est né le 12 juin 1917. Il commence sa carrière comme graphiste dans les années 1930 à Zurich, sa ville natale. En 1939, il se rend à Paris où il peint ses premiers paysages et quelques portraits de style cubiste. Le début de la Seconde Guerre mondiale l’oblige à retourner en Suisse où il ne reprendra son activité artistique qu’en 1949. Proche […] Lire la suite

KLEIN YVES (1928-1962)

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 2 784 mots

Dans le chapitre « Faux départ et vrais débuts »  : […] Le père d'« Yves le Monochrome », Fred Klein, était un peintre hollandais figuratif. Quant à sa mère, Marie Raymond, niçoise, elle avait acquis une réelle notoriété comme peintre abstrait. Elle recevait lors de ses lundis le Tout-Paris des arts, que le fils de la maison eut ainsi l'occasion de côtoyer – excellente éducation artistique, par imprégnation. Initié au judo à Nice, où il résidait chez s […] Lire la suite

MALÉVITCH KASIMIR (1878-1935)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 3 487 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le suprématisme »  : […] Telle est l'affirmation magistrale de la quasi totalité des œuvres exposées à 0,10 (dix exposants à l'origine, dont Tatline avec ses « Contre-reliefs », chacun s'attachant à découvrir le degré zéro de leur art), et surtout du Carré noir sur fond blanc , disposé, comme une icône, à un coin de la pièce. Ce tableau clé de l'art moderne articule en quelque sorte toutes les questions qui ont intéressé […] Lire la suite

MANZONI PIERO (1933-1963)

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  • , Universalis
  •  • 1 684 mots

Dans le chapitre « Tableaux sans peinture et lignes sans dessin »  : […] Après avoir réalisé quelques travaux traditionnels, le jeune artiste utilise les objets et mêle du goudron à ses peintures, qui semblent plus vouloir recueillir la réalité brute qu'exprimer la psyché du peintre. L'exposition dans laquelle Klein présentait onze monochromes bleus (Milan, janvier 1957) lui suggère moins de recourir, lui aussi, à la monochromie, que de profiter de l'espace de liberté […] Lire la suite

MOSSET OLIVIER (1944- )

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 972 mots

Né à Berne (Suisse) à la fin de la guerre, l’artiste Olivier Mosset incarne sans doute les contradictions des avant-gardes artistiques, telles qu'elles se sont manifestées en Europe et aux États-Unis depuis les années 1960. Ayant vécu et travaillé à Paris de 1965 à 1977, il s'est installé ensuite aux États-Unis, où il joue, non sans un certain détachement, un rôle de pivot entre les deux continent […] Lire la suite

NOUVEAU RÉALISME

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 605 mots

Dans le chapitre « Les nouveaux réalistes avec Yves Klein et après lui »  : […] Si elles ont pu contribuer à en relativiser l'impact émotionnel, ces arguties ne purent enrayer les effets causés, en juin 1962, par la mort d'Yves Klein sur la cohésion du groupe. Non qu'avec lui Restany ait perdu l'artiste le plus représentatif du Nouveau Réalisme – loin s'en faut. Après leur rencontre, Klein s'était attelé, avec l'énergie obsessionnelle qui le caractérisait, à la mise au point […] Lire la suite

PARRINO STEVEN (1958-2005)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 175 mots

Artiste américain. Peintre abstrait, « de sensibilité punk-minimaliste » selon la critique américaine, Steven Parrino aura trouvé moins d'audience auprès d'elle qu'en Europe. Diplômé de la Parsons School of Design en 1982, il se distingue d'emblée dans la pratique d'un monochrome le plus souvent noir, par des gestes autocritiques, lacérant des toiles qu'il montre gisant au sol. Ses misshaped p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Denys RIOUT, « MONOCHROME, peinture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/monochrome-peinture/