MONOCHROME, peinture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le monochrome, nouveau genre pictural

Alors que le monochrome était considéré sous les auspices d'une analytique réductionniste qui procédait par élimination, des artistes introduisent, au cours des années 1950, d'autres problématiques. Loin d'être un terme, la monochromie, table rase, peut apparaître comme un commencement. Les White Paintings et les Black Paintings exposées par Robert Rauschenberg (1925-2008) à la Stable Gallery (New York) en 1953 ne demandent qu'à accueillir les bruits du monde, ce que feront les Combine Paintings, plans accrochés aux cimaises ou disposés dans l'espace, et occupés par des objets de toute nature. Au cours de la même décennie, Ellsworth Kelly (1923-2015) utilise la monochromie pour promouvoir des œuvres qui tendent à troubler l'association entre couleur et peinture d'une part, achromie et sculpture d'autre part. Nombre de ses réalisations magnifient une manière d'hybridation entre le tableau et la sculpture.

Mais c'est sans doute avec Yves Klein (1928-1962) que s'ouvre une nouvelle ère pour la monochromie picturale. Il inaugure son parcours d'artiste par la réalisation d'un recueil de « reproductions », Yves Peintures (1954). Dans chaque exemplaire de ce portfolio, Klein réunit une dizaine de papiers unis colorés, présentés comme des reproductions de tableaux monochromes. Quelques mois plus tard, il peint vraiment des monochromes. L'un d'eux fut refusé par le comité d'organisation du Salon des réalités nouvelles (1955) sous prétexte qu'une surface unie, ce n'est pas suffisant. Ce refus s'est transmué en intronisation. Klein exposait l'année suivante une série de monochromes de diverses couleurs à la galerie Colette Allendy (Paris, 1956). Devenu Yves le monochrome, l'artiste choisit un bleu auquel il donna son nom – le bleu I.K.B., International Klein Blue dont il déposa la formule à l'Institut national de la propriété industrielle.

Jusqu'à sa mort, Klein a multiplié les expositions de peintures monochromes, tant en France qu'en Europe [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MONOCHROME, peinture  » est également traité dans :

LA PEINTURE MONOCHROME. HISTOIRE ET ARCHÉOLOGIE D'UN GENRE (D. Riout)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 388 mots

Ainsi que l'indique le sous-titre de l'ouvrage La Peinture monochrome (éd. Jacqueline Chambon, Nîmes, 1996), le patient et méticuleux travail mené par Denys Riout a d'abord consisté à définir le statut de la peinture monochrome au sein de l'histoire de l'art avant de relever les toutes premières traces de son apparition. Car la replace […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-peinture-monochrome-histoire-et-archeologie-d-un-genre/#i_20275

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abstraction et formalisme »  : […] Il va de soi que ce que dit la peinture ou la sculpture ne peut pas être communiqué par le langage verbal. S'il en était autrement, il serait inutile de peindre ou de sculpter. Abstrait ou non, l' art, quand il aspire à devenir cosa mentale , ne cherche pas à transcrire ou à illustrer une pensée préexistante ; il est pensée en acte, incarnée dans un méd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_20275

FONTANA LUCIO (1899-1968)

  • Écrit par 
  • Hervé GAUVILLE
  •  • 1 523 mots

Dans le chapitre « La toile lacérée »  : […] C'est alors que Fontana édicte un geste souverain. Il griffe, perfore, troue, incise et lacère la toile du tableau. Ce faisant, c'est comme s'il trouvait une signature originale par quoi, aujourd'hui, se reconnaissent ses peintures de cette époque. La lame de rasoir, le cutter ou le poinçon se mettent donc à entamer les toiles monochromes. L'idée lui en est venue à la faveur d'un incident, ou plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucio-fontana/#i_20275

HONEGGER GOTTFRIED (1917-2016)

  • Écrit par 
  • Domitille d' ORGEVAL
  •  • 795 mots

Acteur majeur de l’ art concret, Gottfried Honegger est né le 12 juin 1917. Il commence sa carrière comme graphiste dans les années 1930 à Zurich, sa ville natale. En 1939, il se rend à Paris où il peint ses premiers paysages et quelques portraits de style cubiste. Le début de la Seconde Guerre mondiale l’oblige à retourner en Suisse où il ne reprendra son activité artistique qu’en 1949. Proche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gottfried-honegger/#i_20275

KLEIN YVES (1928-1962)

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 2 784 mots

Dans le chapitre « Faux départ et vrais débuts »  : […] Le père d'« Yves le Monochrome », Fred Klein, était un peintre hollandais figuratif. Quant à sa mère, Marie Raymond, niçoise, elle avait acquis une réelle notoriété comme peintre abstrait. Elle recevait lors de ses lundis le Tout-Paris des arts, que le fils de la maison eut ainsi l'occasion de côtoyer – excellente éducation artistique, par imprégnation. Initié au judo à Nice, où il résidait chez s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-klein/#i_20275

MALÉVITCH KASIMIR (1878-1935)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 3 487 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le suprématisme »  : […] Telle est l'affirmation magistrale de la quasi totalité des œuvres exposées à 0,10 (dix exposants à l'origine, dont Tatline avec ses « Contre-reliefs », chacun s'attachant à découvrir le degré zéro de leur art), et surtout du Carré noir sur fond blanc , disposé, comme une icône, à un coin de la pièce. Ce tableau clé de l'art moderne articule en quelque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kasimir-malevitch/#i_20275

MANZONI PIERO (1933-1963)

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  • , Universalis
  •  • 1 684 mots

Dans le chapitre « Tableaux sans peinture et lignes sans dessin »  : […] Après avoir réalisé quelques travaux traditionnels, le jeune artiste utilise les objets et mêle du goudron à ses peintures, qui semblent plus vouloir recueillir la réalité brute qu'exprimer la psyché du peintre. L'exposition dans laquelle Klein présentait onze monochromes bleus (Milan, janvier 1957) lui suggère moins de recourir, lui aussi, à la monochromie, que de profiter de l'espace de liberté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piero-manzoni/#i_20275

MOSSET OLIVIER (1944- )

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 972 mots

Né à Berne (Suisse) à la fin de la guerre, l’artiste Olivier Mosset incarne sans doute les contradictions des avant-gardes artistiques, telles qu'elles se sont manifestées en Europe et aux États-Unis depuis les années 1960. Ayant vécu et travaillé à Paris de 1965 à 1977, il s'est installé ensuite aux États-Unis, où il joue, non sans un certain détachement, un rôle de pivot entre les deux continent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivier-mosset/#i_20275

NOUVEAU RÉALISME

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 605 mots

Dans le chapitre « Les nouveaux réalistes avec Yves Klein et après lui »  : […] Si elles ont pu contribuer à en relativiser l'impact émotionnel, ces arguties ne purent enrayer les effets causés, en juin 1962, par la mort d'Yves Klein sur la cohésion du groupe. Non qu'avec lui Restany ait perdu l'artiste le plus représentatif du Nouveau Réalisme – loin s'en faut. Après leur rencontre, Klein s'était attelé, avec l'énergie obsessionnelle qui le caractérisait, à la mise au point […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouveau-realisme/#i_20275

PARRINO STEVEN (1958-2005)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 175 mots

Artiste américain. Peintre abstrait, « de sensibilité punk-minimaliste » selon la critique américaine, Steven Parrino aura trouvé moins d'audience auprès d'elle qu'en Europe. Diplômé de la Parsons School of Design en 1982, il se distingue d'emblée dans la pratique d'un monochrome le plus souvent noir, par des gestes autocritiques, lacérant des toiles qu'il montre gisant au sol. Ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/steven-parrino/#i_20275

RAUSCHENBERG ROBERT (1925-2008)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 564 mots

Dans le chapitre « Du monochrome aux Combine Paintings »  : […] Robert Rauschenberg est né à Port Arthur (Texas) en 1925. Sa formation de plasticien le conduit successivement au Kansas City Art Institute et au Black Mountain College en 1949. Il y suit l'enseignement de Josef Albers et se lie d'amitié avec Merce Cunningham, David Tudor et John Cage qui avait coutume de dire : « même le banal contient un potentiel esthétique ». Il y participe à un certain nombr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-rauschenberg/#i_20275

RODTCHENKO ALEXANDER MIKHAÏLOVITCH (1891-1955)

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 1 363 mots

Dans le chapitre « Le monochrome et la ligne »  : […] Dans le travail de peintre proprement dit de Rodtchenko, il y a déjà deux voies. L'une est la reprise des travaux monochromes de Malévitch, reprise qui deviendra rapidement refonte. Le Noir sur noir de Rodtchenko, peint en 1918, répond maladroitement au Carré blanc sur fond blanc de Malévitch : la toile de Rodtchenko présente de telles différences fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-mikhailovitch-rodtchenko/#i_20275

ROTHKO MARK (1903-1970)

  • Écrit par 
  • Éric de CHASSEY
  •  • 2 614 mots

Dans le chapitre « Projets d'ensemble »  : […] Comme Matisse, dont il poursuit l'esthétique du décoratif – même s'il a rejeté à plusieurs reprises ce terme, il a lui-même rappelé à quel point l'observation de l' Atelier rouge de 1911, entré dans les collections du Museum of Modern Art de New York en 1949, avait été importante pour lui –, Rothko n'aura de cesse, à partir des années 1950, de trouver des occasions de réalise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mark-rothko/#i_20275

SOULAGES (exposition)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 056 mots

L'exposition consacrée en 2009 à Pierre Soulages, au Centre Georges-Pompidou, n'est pas la première du genre. En effet, l'artiste a été l'objet de très nombreuses manifestations un peu partout dans le monde. À Paris, on se souvient de l'exposition organisée dans ce même lieu en 1979, et de celle qui eut lieu en 1996 au musée d'Art moderne de la ville de Paris. La rétrospective proposée par Alfred […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soulages/#i_20275

WÉRY MARTHE (1930-2005)

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 739 mots

Marthe Wéry/les couleurs du monochrome  : ce titre, celui de sa dernière grande exposition (au musée des Beaux-Arts de Tournai en 2004), résume l'un des aspects de l'œuvre de cette artiste belge. Son travail, accompli à une époque où la peinture semblait obsolète, manifeste une liberté d'autant plus remarquable qu'il se développe avec une grande rigueur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marthe-wery/#i_20275

Voir aussi

Pour citer l’article

Denys RIOUT, « MONOCHROME, peinture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/monochrome-peinture/