MORELLET FRANÇOIS (1926-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'œuvre de François Morellet, que l'on associe toujours et uniquement à l'art cinétique ou à l'op art, on pourrait dire qu'elle relève d'une abstraction géométrique. Ironie mise à part (un trait marquant de Morellet), cela est déjà beaucoup. Car se pose immédiatement le bien-fondé de cette double appellation à propos d'une production où l'« abstrait » est sans cesse remis en cause, et où la « géométrie » contredit continuellement l'idée que l'on se fait habituellement d'une science rigoureuse. On pourrait ensuite dire que la caractéristique de cette œuvre, à tout le moins non figurative, est sa conception systématique et son développement par niveaux logiques. Mais là encore, cette logique relève parfois de l'aléatoire le plus invraisemblable. Enfin, et contrairement à tout un courant de l'abstraction moderne et contemporaine, l'œuvre de Morellet est totalement matérialiste et n'aspire à aucune vérité spirituelle ou ontothéologique.

Né le 30 avril 1926 à Cholet, où il va vivre et travailler, François Morellet poursuit ses études tout en exerçant des activités dans l'entreprise industrielle de son père qu’il dirigera jusqu’en 1975. Il se consacre assez rapidement à la peinture. Presque autodidacte, il entreprend en 1948 d'abord un travail figuratif, et devient abstrait en 1950, époque à laquelle il expose à la galerie Raymond Creuze, à Paris. À partir de 1952, Morellet choisit de travailler avec des formes simples (lignes, carrés, bandes de couleur, triangles) qu'il peint de manière uniforme et répétitive sur le support, en adoptant une facture volontairement anonyme. Radicalisant cette absence de subjectivité, et à l’image de ce qu’opère l’Oulipo dans le langage, il va définir une méthode de travail qui consistera à trouver chaque fois un système lui permettant de réaliser des œuvres. Ce sont donc les principes établis au préalable qui seront la cause matérielle et conceptuelle de l'objet. Parmi ces nombreux procédés, plus ou moins loufoques, citons la toile Répartition aléatoire de 40 000 carrés suivant les chiffres pairs et impairs d'un annuaire de téléphone ( [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification


Autres références

«  MORELLET FRANÇOIS (1926-2016)  » est également traité dans :

CONCRET ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 2 729 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Morellet et l'art systématique »  : […] En France, la relève de l'art concret a été assurée très tôt par François Morellet (1926-2016). Autodidacte, il découvre l'œuvre de Bill en 1951 et imagine aussitôt ses premiers systèmes régissant à la fois l'organisation de la couleur et l'occupation tabulaire de la surface par de petites unités formelles identiques . L'objectif de réaliser un tableau comprenant le minimum de décisions subjecti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-concret/#i_32563

DYNAMO (exposition)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 148 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Lumières et mouvements dans l’art »  : […] Si on retrouve nombre d’œuvres de Le Parc et de Soto dans l’exposition intitulée Dynamo , les 3 000 mètres carrés du Grand-Palais ont permis aux commissaires de la manifestation, Serge Lemoine assisté de Matthieu Poirier, de présenter, réparties sur deux étages, quelque deux cent œuvres de cent quarante-deux artistes de toutes nationalités, sans compter ceux qui se sont expri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynamo-exposition/#i_32563

INSTALLATION, art

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 3 499 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La participation »  : […] Dans ce cadre expérimental, la position du spectateur peut aisément glisser du participant au cobaye, de l'actant au sujet. Les membres du Groupe de recherche d'art visuel (G.R.A.V.), organisé en France en 1961 autour d'Horacio Garcia-Rossi (1929-2012), Julio Le Parc, François Morellet, Francisco Sobrino (1932-2014), Joël Stein et Jean-Pierre Yvaral (1934-2002), ont, en 1963, poussé le spectat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/installation-art/#i_32563

LE PARC JULIO (1928- )

  • Écrit par 
  • Cécile GODEFROY
  •  • 769 mots

Figure historique de l'art cinétique, l'Argentin Julio Le Parc, né en 1928 à Mendoza, vit et travaille à Cachan. Après s'être formé à l'académie des Beaux-Arts de Buenos Aires, il effectue son premier voyage à Paris en 1958. Là, il rencontre la galeriste Denise René et l'artiste Victor Vasarely dont, la même année, il a découvert les œuvres en compagnie de ses compatriotes Garcio-Rossi et Sobrino […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julio-le-parc/#i_32563

MONOCHROME, peinture

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 3 837 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des monochromes comiques »  : […] George Brecht (1926-2008) présentait à Lyon un tableau entièrement peint en vert sur lequel des lettres en relief, elles aussi peintes en vert, indiquaient : «  Notice Red  » (1966). Les cartels disposés aux quatre angles d'une grande toile bleu uni d'Ilya Kabakov (né en 1933) semblaient transcrire une discussion entre badauds qui se perdraient en conj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monochrome-peinture/#i_32563

Pour citer l’article

Jacinto LAGEIRA, « MORELLET FRANÇOIS - (1926-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-morellet/