MONOCHROME, peinture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis l'Antiquité, l'adjectif « monochrome » – d'une seule couleur – indiquait, lorsqu'il qualifiait une peinture, qu'il s'agissait d'un camaïeu : l'infinie variété des nuances de valeurs ou de tons permettait à l'artiste de réaliser une image parfaitement compréhensible. Les grisailles, souvent présentes sur les panneaux des polyptyques et fort répandues dans les décorations peintes, à partir de la Renaissance, en sont de parfaits exemples. Les artistes ont fréquemment utilisé les ressources de cette monochromie pour modeler, en trompe-l'œil, des formes imitant les bas ou les hauts-reliefs sculpturaux qui ont longtemps agrémenté les bâtiments.

Au xxe siècle, l'adjectif se substantive parfois, mais alors le monochrome ne relève plus du camaïeu ou de la grisaille. Le terme désigne ces peintures radicales, sans nuances de tons ou de valeurs, qui ont suscité bien des sarcasmes. La peinture monochrome semble être le degré zéro de l'art pictural, car aucun savoir-faire spécifique n'est requis pour couvrir entièrement une toile ou un panneau d'une couche de couleur unie. Quelles significations accorder à ces œuvres si simples et pourtant si rétives à l'interprétation ? Sont-elles un symptôme de la crise que connaît l'art pictural depuis des décennies, un signe annonciateur de sa fin ou au contraire une source de renouvellement ? Quoi qu'il en soit, elles demeurent éclairantes tant sur l'histoire de la peinture et des avant-gardes que sur les rapports qu'entretient l'art du visible, réputé muet, avec le registre des discours qui, sous maints aspects, prolifèrent autour de cette mutité.

Bien qu'elle soit récente, l'histoire de la monochromie radicale n'est pas simple à établir. En 1955, Yves Klein indiquait que ses recherches l'avaient conduit à peindre des « tableaux unis monochromes ». C'était sans doute la première fois que ce qualificatif était attribué à de telles peintures. Rapidement, la notion s'imposa. Aujourd'hui, lorsque l'on parle d'une « peinture monochrome », seuls, ou presque, les spécialistes d'art [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MONOCHROME, peinture  » est également traité dans :

LA PEINTURE MONOCHROME. HISTOIRE ET ARCHÉOLOGIE D'UN GENRE (D. Riout)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 388 mots

Ainsi que l'indique le sous-titre de l'ouvrage La Peinture monochrome (éd. Jacqueline Chambon, Nîmes, 1996), le patient et méticuleux travail mené par Denys Riout a d'abord consisté à définir le statut de la peinture monochrome au sein de l'histoire de l'art avant de relever les toutes premières traces de son apparition. Car la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-peinture-monochrome-histoire-et-archeologie-d-un-genre/#i_20275

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 699 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abstraction et formalisme »  : […] : la peinture doit « créer une surface uniformément plane ». Si, comme le remarque Donald Judd en 1965, « deux couleurs appliquées sur une surface se trouvent presque toujours situées à des profondeurs différentes », l'unique solution réside dans la monochromie radicale, aboutissement et terme de la « réduction moderniste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_20275

FONTANA LUCIO (1899-1968)

  • Écrit par 
  • Hervé GAUVILLE
  •  • 1 523 mots

Dans le chapitre « La toile lacérée »  : […] de cette époque. La lame de rasoir, le cutter ou le poinçon se mettent donc à entamer les toiles monochromes. L'idée lui en est venue à la faveur d'un incident, ou plutôt d'un accident. Il endommage l'une des toiles qu'il s'apprêtait à exposer à Paris. Peu importent les circonstances, désormais, quelle que soit l'intensité de la couleur déposée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucio-fontana/#i_20275

HONEGGER GOTTFRIED (1917-2016)

  • Écrit par 
  • Domitille d' ORGEVAL
  •  • 795 mots

galerie Martha Jackson. Honegger y montre des œuvres annonçant les Tableaux-Reliefs : des monochromes rouges animés par l’usage répétitif d’éléments géométriques de faible épaisseur dont la facture est méticuleusement travaillée. Quand il s’installe à Paris, Honegger fréquente le milieu de l’abstraction géométrique et se lie notamment d’amitié avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gottfried-honegger/#i_20275

KLEIN YVES (1928-1962)

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 2 784 mots

Dans le chapitre « Faux départ et vrais débuts »  : […] En 1955, Klein souhaita exposer à Paris un monochrome orange au salon des Réalités nouvelles, dévolu à l'art abstrait. Le comité d'organisation refusa l'œuvre car « une seule couleur unie », cela paraissait insuffisant. Klein organisa alors une exposition, Yves Peintures, dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-klein/#i_20275

MALÉVITCH KASIMIR (1878-1935)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 3 489 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le suprématisme »  : […] Certes, plusieurs monochromes purs produits par d'autres artistes, certains étant d'ailleurs ses élèves, ont précédé cette toile de 1918, et Malévitch a sans doute été intéressé par les ressources du monochrome. Mais il sait aussi que celui-ci représente une tentative de renoncement (c'est d'ailleurs ainsi qu'il sera défini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kasimir-malevitch/#i_20275

MANZONI PIERO (1933-1963)

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  • , Universalis
  •  • 1 684 mots

Dans le chapitre « Tableaux sans peinture et lignes sans dessin »  : […] à ses peintures, qui semblent plus vouloir recueillir la réalité brute qu'exprimer la psyché du peintre. L'exposition dans laquelle Klein présentait onze monochromes bleus (Milan, janvier 1957) lui suggère moins de recourir, lui aussi, à la monochromie, que de profiter de l'espace de liberté ouvert par de tels tableaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piero-manzoni/#i_20275

MOSSET OLIVIER (1944-    )

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 972 mots

refuse de présenter son œuvre comme un « spectacle ». Mais cette toile va l'entraîner à peindre plusieurs séries de tableaux monochromes, sur des formats et avec des couleurs dont il dispose par hasard. Ainsi participe-t-il, en 1983, à l'exposition New Abstraction de la galerie Sidney Janis de New York, puis, en 1984, à l'exposition Radical […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivier-mosset/#i_20275

NOUVEAU RÉALISME

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 605 mots

Dans le chapitre « Les nouveaux réalistes avec Yves Klein et après lui »  : […] connaître sous le nom d'International Klein Blue. Que ce fût dans ses monochromes bleus, ses Sculptures-Éponges ou dans ses Anthropométries – comme dans ses travaux sur l'air pulsé, puis dans ses « peintures de feu » –, les recherches de Klein tendaient bien plus à exalter la plasticité de l'immatériel qu'à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouveau-realisme/#i_20275

PARRINO STEVEN (1958-2005)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 175 mots

aura trouvé moins d'audience auprès d'elle qu'en Europe. Diplômé de la Parsons School of Design en 1982, il se distingue d'emblée dans la pratique d'un monochrome le plus souvent noir, par des gestes autocritiques, lacérant des toiles qu'il montre gisant au sol. Ses misshaped paintings s'opposent aux shaped canvas (toiles mises en forme) de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/steven-parrino/#i_20275

RAUSCHENBERG ROBERT (1925-2008)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 564 mots

Dans le chapitre « Du monochrome aux Combine Paintings »  : […] passé dans le présent, la totalité dans le moment ». À partir de 1952, les premières œuvres que Rauschenberg expose sont des monochromes : All Black Paintings et All White Paintings, dont la seule image est l'ombre réfléchie par la spectateur, équivalent pictural des plages de silence de John Cage. En 1954, il réalise une série de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-rauschenberg/#i_20275

RODTCHENKO ALEXANDER MIKHAÏLOVITCH (1891-1955)

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 1 363 mots

Dans le chapitre « Le monochrome et la ligne »  : […] Dans le travail de peintre proprement dit de Rodtchenko, il y a déjà deux voies. L'une est la reprise des travaux monochromes de Malévitch, reprise qui deviendra rapidement refonte. Le Noir sur noir de Rodtchenko, peint en 1918, répond maladroitement au Carré blanc sur fond blanc de Malévitch : la toile de Rodtchenko […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-mikhailovitch-rodtchenko/#i_20275

ROTHKO MARK (1903-1970)

  • Écrit par 
  • Éric de CHASSEY
  •  • 2 614 mots

Dans le chapitre « Projets d'ensemble »  : […] violet-brun particulièrement sombres, niant l'image pour mieux insister sur ce que l'artiste appelle « l'ambiance » : soit des monochromes au sens strict du terme [certains tableaux antérieurs flirtaient avec la monochromie mais sans s'y réduire exactement, comme Sans titre (bleu, vert, marron), 1952 Fondation Pinault], soit une seule forme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mark-rothko/#i_20275

SOULAGES (exposition)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 056 mots

Dix ans plus tard, Soulages réalise ses grandes peintures monochromes à base d'un seul pigment. « J'aime l'autorité du noir, dit le peintre, sa gravité, son évidence, sa radicalité ». Les outils qu'il utilise – lames, brosses, planches ou cartons – lissent, strient, scarifient ou encore creusent de profondes rigoles dans la densité de la matière […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soulages/#i_20275

WÉRY MARTHE (1930-2005)

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 739 mots

de tableaux rouges qui marquent son retour définitif à la peinture et manifestent les caractéristiques essentielles de son art : un dialogue fécond avec la tradition du monochrome, le travail par séries et, surtout, une confrontation de la peinture avec le lieu où elle apparaît. Posées sur le sol, adossées aux murs, les toiles rythmaient l'espace […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marthe-wery/#i_20275

Voir aussi

Pour citer l’article

Denys RIOUT, « MONOCHROME, peinture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/monochrome-peinture/