MONOCHROME, peinture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis l'Antiquité, l'adjectif « monochrome » – d'une seule couleur – indiquait, lorsqu'il qualifiait une peinture, qu'il s'agissait d'un camaïeu : l'infinie variété des nuances de valeurs ou de tons permettait à l'artiste de réaliser une image parfaitement compréhensible. Les grisailles, souvent présentes sur les panneaux des polyptyques et fort répandues dans les décorations peintes, à partir de la Renaissance, en sont de parfaits exemples. Les artistes ont fréquemment utilisé les ressources de cette monochromie pour modeler, en trompe-l'œil, des formes imitant les bas ou les hauts-reliefs sculpturaux qui ont longtemps agrémenté les bâtiments.

Au xxe siècle, l'adjectif se substantive parfois, mais alors le monochrome ne relève plus du camaïeu ou de la grisaille. Le terme désigne ces peintures radicales, sans nuances de tons ou de valeurs, qui ont suscité bien des sarcasmes. La peinture monochrome semble être le degré zéro de l'art pictural, car aucun savoir-faire spécifique n'est requis pour couvrir entièrement une toile ou un panneau d'une couche de couleur unie. Quelles significations accorder à ces œuvres si simples et pourtant si rétives à l'interprétation ? Sont-elles un symptôme de la crise que connaît l'art pictural depuis des décennies, un signe annonciateur de sa fin ou au contraire une source de renouvellement ? Quoi qu'il en soit, elles demeurent éclairantes tant sur l'histoire de la peinture et des avant-gardes que sur les rapports qu'entretient l'art du visible, réputé muet, avec le registre des discours qui, sous maints aspects, prolifèrent autour de cette mutité.

Bien qu'elle soit récente, l'histoire de la monochromie radicale n'est pas simple à établir. En 1955, Yves Klein indiquait que ses recherches l'avaient conduit à peindre des « tableaux unis monochromes ». C'était sans doute la première fois que ce qualificatif était attribué à de telles peintures. Rapidement, la notion s'imposa. Aujourd'hui, lorsque l'on parle d'une « [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages






Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Denys RIOUT, « MONOCHROME, peinture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/monochrome-peinture/