TÀPIES ANTONI (1923-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre de la matière dense et lacérée dans laquelle viennent s'inscrire signes et mots, empreintes et objets, le catalan Antoni Tàpies écrit à propos du tableau : « Celui-ci n'est qu'un support... Le talisman qui dresse ou écroule des murs dans les recoins les plus reculés de notre esprit, qui ouvre et parfois ferme les portes et les fenêtres des édifices de notre impuissance, de notre servitude ou de notre liberté. »

Dans le milieu intellectuel catalan

Antoni Tàpies est né en 1923 à Barcelone, dans un milieu cultivé, particulièrement concerné par le fait catalan. Lui-même dira plus tard : « Si je peins comme je peins, c'est d'abord parce que je suis catalan. » Adolescent à la santé fragile, il commence à peindre et à dessiner très jeune, en copiant Van Gogh et Picasso dans une pâte épaisse à l'excès, « une manière, écrit-il, de symboliser mon mépris de l'art académique ». Esprit curieux, avide de savoir et de connaissances, Tàpies se passionne très tôt pour la musique, la littérature et la philosophie. Il lit Nietzsche, Schopenhauer et Sartre, dont les théories existentialistes le marqueront. Il découvre également Heidegger, qu'il commente ainsi : « cette distinction de l'existence en inauthentique (le tumulte du monde, la réalité banale et quotidienne) et authentique (le véritable règne de l'être) me semblait confirmer l'aversion spontanée que j'avais à l'égard de ce que j'appelais la réalité officielle ». Par ailleurs, c'est auprès des penseurs extrême-orientaux que l'artiste ira chercher les données d'une pratique basée sur la méditation et l'intensité du repli sur soi. Avec le mystique catalan du xiiie siècle, Ramón Llull qu'il illustre en 1986, Tàpies dit : « Tenter de retrouver Ramón Llull, c'est réactualiser le témoin éclairé de la rencontre de trois cultures : arabe, juive et chrétienne. »

Durant ces années de formation, Tàpies se lie d'amitié avec tout ce que le milieu intellectuel catalan compte d'esprits éclairés, parmi lesquels Joan Prats, initiateur de l'avant-garde barcelonaise, le poète Joan Brossa et le phil [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TÀPIES ANTONI (1923-2012)  » est également traité dans :

CATALOGNE

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN, 
  • Christian CAMPS, 
  • John COROMINAS, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean MOLAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 22 411 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La sculpture et la peinture »  : […] Gaudí avait réservé dans son œuvre une place importante à la sculpture, qu'il tenta de libérer de la routine du réalisme en lui imprimant un aspect non figuratif. Mais il demeura un solitaire, et son action ne dépassa pas le cercle de ses collaborateurs. Vers 1910, une réaction ramena les sculpteurs vers la tradition méditerranéenne, c'est-à-dire v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catalogne/#i_15174

Voir aussi

Pour citer l’article

Maïten BOUISSET, « TÀPIES ANTONI - (1923-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoni-tapies/