DIPOLAIRES MOMENTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Développements récents

Tout d'abord, le progrès dans le calcul ab initio des structures moléculaires permet de disposer de meilleures fonctions d'onde et d'atteindre avec une précision satisfaisante les polarisabilités et le moment permanent d'une molécule.

Ensuite, la considération exclusive des effets dipolaires apparaît souvent comme insuffisante et l'extension à l'étude des moments électriques multipolaires, que l'on sait maintenant calculer et mesurer, apparaît nécessaire.

Enfin, la théorie classique des molécules polaires en solution utilisait l'approximation dite du modèle de cavité, consistant à assimiler l'entourage d'une molécule à un continuum. Des progrès significatifs ont été accomplis en vue de dépasser cette approximation ; la difficulté tenant au caractère « coopératif » des interactions moléculaires a pu être surmontée au moyen de méthodes mathématiques élaborées faisant appel souvent à l'emploi de graphes. L'étude des molécules polaires en phase condensée devient ainsi intégrée dans la théorie générale de l'état liquide.


Médias de l’article

Polarisation

Polarisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Éther méthylique

Éther méthylique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Composition

Composition
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Molécule H2O2

Molécule H2O2
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : Correspondant de l'Institut. Professeur émérite à l'Université Nancy

Classification


Autres références

«  DIPOLAIRES MOMENTS  » est également traité dans :

DEBYE PETER JOSEPH WILLEM (1884-1966)

  • Écrit par 
  • P. M. HEIMANN
  •  • 1 231 mots

Dans le chapitre « Moments dipolaires et structure moléculaire »  : […] En 1912, Debye soutint que les électrons négatifs sont inégalement distribués parmi les atomes dans les molécules, de sorte que celles-ci peuvent être considérées comme des dipôles électriques permanents. Debye put expliciter la liaison entre structure moléculaire et moment dipolaire (produit de la charge par la distance constante entre les pôles). La détermination des moments dipolaires a été d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-joseph-willem-debye/#i_14861

FERRO-ÉLECTRICITÉ

  • Écrit par 
  • Lucien GODEFROY
  •  • 2 855 mots
  •  • 4 médias

Les corps ferro-électriques sont une classe de diélectriques solides, dont l'étude s'est développée depuis 1945. L'intérêt de ces matériaux n'est pas seulement théorique ; leur très grande constante diélectrique, leurs propriétés non linéaires, tant électriques qu'optiques, sont exploitées dans de nombreuses applications (condensateurs, transducteurs, doubleurs de fréquences, etc.). Leurs proprié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferro-electricite/#i_14861

INTERACTIONS (physique) - Électromagnétisme

  • Écrit par 
  • Bernard DIU
  •  • 4 620 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Électricité »  : […] Certains corps ou objets, dans certaines situations, acquièrent une charge électrique. Elle leur est conférée par apport ou retrait d'électrons. Depuis la découverte de l'électron par J. J. Thomson en 1897, on ne connaît toujours pas la nature physique de la charge, qui accompagne toutes les particules atomiques et subatomiques. On constate l'existence de deux espèces de charges, que l'on qualif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interactions-physique-electromagnetisme/#i_14861

LIAISONS CHIMIQUES - Liaison et classification

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 8 330 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques générales des liaisons »  : […] Deux cas sont à distinguer : les liaisons localisées et les liaisons délocalisées, c'est-à-dire conjuguées. Correspondant à un nuage électronique répandu sur toute la molécule, les liaisons conjuguées ont perdu leur individualité et le système doit être étudié dans son ensemble. Les liaisons localisées sont pratiquement indépendantes du reste de la molécule, si bien qu'elles possèdent des caractér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liaisons-chimiques-liaison-et-classification/#i_14861

LIAISONS CHIMIQUES - Liaison hydrogène

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 3 324 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Étude théorique »  : […] La liaison hydrogène entre dans le cadre général des interactions intermoléculaires ou intramoléculaires. À strictement parler, c'est le système global A–H...B que l'on doit étudier directement comme un édifice moléculaire unique. Cependant, étant donné qu'à l'intérieur de celui-ci on peut, en général, encore reconnaître les constituants A–H et B, le problème de l'association est envisageable da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liaisons-chimiques-liaison-hydrogene/#i_14861

LIAISONS CHIMIQUES - Liaisons biochimiques faibles

  • Écrit par 
  • Antoine DANCHIN
  •  • 5 907 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Liaisons dipolaires »  : […] On classe sous un tel nom trois familles d'interactions qui, dans l'ordre d'énergie décroissante, sont : ion-dipôle, dipôle-dipôle et dipôle induit-dipôle induit. La molécule d'eau illustre à nouveau très bien ce que sont ces différents modes de liaison . Dans cette molécule existe une forte dissymétrie de la répartition des électrons ; l'atome d'oxygène est entouré de beaucoup plus d'électrons q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liaisons-chimiques-liaisons-biochimiques-faibles/#i_14861

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 602 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les solides moléculaires »  : […] Raisonnons avec un atome de gaz rare tel que le néon. Son nuage électronique remplit exactement tous les états des couches électroniques occupées et se répartit avec une symétrie sphérique autour du noyau. On conçoit difficilement qu'un tel atome, dont les effets des charges + et – devraient s'opposer exactement, puisse attirer un autre atome de néon ; pourtant, il existe du néon à l'état solide, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etat-solide/#i_14861

MATIÈRE (physique) - État gazeux

  • Écrit par 
  • Henri DUBOST, 
  • Jean-Marie FLAUD
  •  • 8 280 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Absorption d'un milieu gazeux »  : […] Dans le cas d'un gaz sous faible pression, les interactions entre molécules sont faibles et on peut relier les propriétés d'absorption ou d'émission du gaz à celles de la molécule isolée. Du fait du principe de la conservation de l'énergie, l'énergie perdue (absorption) ou gagnée (émission) par le rayonnement se retrouve sous la forme d'énergie gagnée ou perdue par les molécules. Cet effet se tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etat-gazeux/#i_14861

SOLVANTS

  • Écrit par 
  • Jacques DEVYNCK
  •  • 1 795 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Classification »  : […] Les propriétés physiques conduisent à une première distinction entre solvants moléculaires et solvants ionisés. Les composés organiques constituent, comme l'eau, des solvants moléculaires  : ils sont constitués de molécules électriquement neutres et présentent, à l'état pur, une conductivité faible. Les solvants ionisés sont formés principalement d'anions et de cations reliés par des attractions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/solvants/#i_14861

Pour citer l’article

Jean BARRIOL, « DIPOLAIRES MOMENTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moments-dipolaires/