FERRO-ÉLECTRICITÉ

Médias de l’article

Boracite

Boracite
Crédits : R. Appiani/ De Agostini

photographie

Titanate de baryum

Titanate de baryum
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Phosphate diacide de potassium

Phosphate diacide de potassium
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Variation de1/e avec T

Variation de1/e avec T
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama


Les corps ferro-électriques sont une classe de diélectriques solides, dont l'étude s'est développée depuis 1945. L'intérêt de ces matériaux n'est pas seulement théorique ; leur très grande constante diélectrique, leurs propriétés non linéaires, tant électriques qu'optiques, sont exploitées dans de nombreuses applications (condensateurs, transducteurs, doubleurs de fréquences, etc.). Leurs propriétés générales se déduisent des propriétés électriques des atomes qui les constituent.

Dans certaines molécules plus ou moins dissymétriques, les barycentres des charges positives et des charges négatives ne coïncident pas ; il en résulte un moment électrique dipolaire, et ces molécules sont dites polaires. Lorsque ces corps ne sont pas soumis à un champ électrique, les moments élémentaires sont orientés de façon aléatoire et la polarisation macroscopique, somme vectorielle de tous les moments dipolaires élémentaires, est nulle.

L'action d'un champ électrique extérieur tend à orienter tous les moments élémentaires des corps dits para-électriques dans le même sens et à créer ainsi une polarisation induite. Mais dans quelques édifices cristallins, les moments élémentaires s'ordonnent spontanément dans des directions déterminées par la structure cristalline et il apparaît, même en l'absence d'un champ appliqué, une polarisation spontanée. De tels corps sont appelés ferro-électriques par analogie avec les corps ferromagnétiques, pour lesquels ce sont les moments magnétiques élémentaires qui produisent une polarisation magnétique spontanée.

Le sens de la polarisation électrique spontanée peut être inversé sous l'action d'un champ électrique convenablement choisi en direction, sens et grandeur ; cette polarisation disparaît au-dessus d'une certaine température dite température de transition.

De nombreux cristaux ioniques sont ferro-électriques : des phosphates et des arséniates, dont le plus typique et le plus étudié est le KDP (phosphate diacide de potassium) ; les titanates, niobates, tantalates, vanadates, parmi lesquels l'exemple classique est le titanate de baryum T [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  FERRO-ÉLECTRICITÉ  » est également traité dans :

PÉROVSKITES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 775 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Propriétés physiques et applications actuelles des pérovskites »  : […] champ électrique extérieur peut faire basculer d’une direction à une autre. Ce caractère, appelé « ferroélectrique », est décrit par le cycle d’hystérésis de la polarisation en fonction du champ électrique appliqué (rappelons que, en physique, on appelle hystérésis la persistance d’un phénomène lorsque cesse la cause qui l’a provoqué). La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perovskites/#i_15005

RÉMANENCE, physique

  • Écrit par 
  • Viorel SERGIESCO
  •  • 485 mots

Phénomène lié à l'hystérésis de la réponse A d'un système par rapport au champ appliqué extérieur B. Si A dépend non seulement de la valeur actuelle de B, mais aussi de son « histoire » (systèmes à mémoire, phénomènes héréditaires), il y a hystérésis au sens suivant : en augmentant lentement B de zéro à Bm et en le réduisant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/remanence/#i_15005

Voir aussi

Pour citer l’article

Lucien GODEFROY, « FERRO-ÉLECTRICITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferro-electricite/