DAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom d'une des douze tribus d'Israël, qui occupa d'abord la région située à l'ouest de Jérusalem, autour de Beth-Shemesh (Jug., xiii à xvi), puis s'installa au nord de la Palestine, près des sources du Jourdain, autour de l'ancienne ville cananéenne de Laïsh (Jug., xviii), qui s'appela dès lors Dan. Les traditions bibliques y rapportent la fondation d'un sanctuaire lévitique avec l'installation de l'éphod, des téraphim et d'une « image taillée » (Jug., xvii et xviii).

À l'époque de David et de Salomon, Dan constitue la limite septentrionale du territoire proprement israélite qui s'étend alors « de Dan à Bersabée » (I Sam., iii, 20). Après la division du royaume de Salomon(~ 931), le roi Jéroboam Ier élève son sanctuaire au rang de sanctuaire royal et y installe, ainsi qu'à Béthel, un veau d'or en vue d'y attirer les foules de pèlerins. Au ~ viiie siècle, le prophète Amos critique le pèlerinage et le culte de ce sanctuaire (Am., viii, 14), comme ceux de Béthel et de Bersabée. Après avoir longtemps souffert des guerres opposant le royaume de Samarie au royaume araméen de Damas, Dan fut finalement détruite lors de l'invasion assyrienne de ~ 734.

L'ancienne ville israélite était située à l'emplacement de la butte de Tell el-Qadi, au pied de l'Hermon, près d'une des sources du Jourdain. Les fouilles effectuées depuis 1966 sous la direction de l'archéologue Avraham Biran ont dégagé une enceinte sacrée représentant probablement les restes du sanctuaire israélite, ainsi que la porte de la ville et une rue monumentale, construites en pierres de basalte noir. Une inscription bilingue araméo-grecque du iie siècle avant J.-C. mentionnant « le dieu qui est dans Dan » a été mise au jour. Mais c'est surtout la découverte en 1993 des fragments d'une inscription araméenne du roi de Damas Hazaël (vers 820 av. J.-C.) qui a fait sensation. Le texte évoque la mort de « Yoram fils [d'Achab], roi d'Israël » et d'« Achazyahou fils de [Yehoram], roi de la maison de David ». Il s'agit de la plus ancienne mention du royaume de David répertoriée à ce jour par l'archéologie, contemporaine de celle de la stèle du roi Mésha, où l'inscription est moins bien conservée.

—  André LEMAIRE

Écrit par :

  • : directeur d'études honoraire, École pratique des hautes études, correspondant français de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification


Autres références

«  DAN  » est également traité dans :

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 605 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'époque monarchique (de la fin du xie siècle à 587 av. J.-C.) »  : […] Saül, devenu roi, s'établit à Gibéah (Tell el-Foul), située à 6 km au nord de Jérusalem, qu'il fortifia. Battu par les Philistins, il réussit à redresser la situation et décida, alors, de constituer un corps permanent de mercenaires grâce auquel il put éloigner la menace que les peuples voisins (Araméens au nord, Ammonites, Moabites et Édomites à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palestine/#i_21190

Pour citer l’article

André LEMAIRE, « DAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dan/