MILAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Milan forme l'aire métropolitaine la plus complète de la péninsule italienne en termes de centralité, de rayonnement économique, scientifique et culturel. C'est aussi une des métropoles européennes les plus influentes, après Londres et Paris. Milan jouit d'une accessibilité exceptionnelle grâce à la confluence, sur son territoire, d'un vaste réseau de routes alpines, dont celle du Gothard, d'axes stratégiques vers l'ouest, l'est et le sud du pays et la présence de trois aéroports internationaux (Malpensa, Linate et Bergamo). Après avoir vécu des périodes très brillantes au temps des Visconti et des Sforza (fin du xiiie s.-xvie s.) avec le développement de la puissance manufacturière et marchande, la ville a connu un regain d'influence durant la période napoléonienne puis une phase de stagnation durant sa période autrichienne. À l'aube de la réunification de l'Italie, Milan comptait parmi les grandes villes du pays, mais sa position demeurait relativement modeste en Europe, avec une population qui ne dépassait pas 270 000 habitants. Or, même si Milan n'a pas été choisie comme capitale politique, des expressions comme « Milan capitale économique » et « Milan capitale morale » reflètent son prestige et parfois sa suprématie par rapport aux trois capitales successives de l'Italie, Turin, Florence et Rome. Le prestige milanais s'est construit autour de secteurs variés que sont la finance et le secteur bancaire, la puissance de son industrie, l'excellence de ses universités et de ses pôles scientifiques, la mode et le design, l'opéra et la musique contemporaine.

Italie : carte administrative

Carte : Italie : carte administrative

Carte administrative de l'Italie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Cathédrale de Milan

Photographie : Cathédrale de Milan

Cathédrale de Milan. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Histoire

Des origines au XIe siècle

Les Celtes Insubres s'installent dans une petite bourgade créée par les Étrusques et la nomment Mediolanum, « centre du pays où vit un peuple » ; ils se maintiennent plusieurs siècles à Milan. Ils ruinent la domination étrusque en Italie du Nord, participent à l'occupation de Rome (390 av. J.-C.), mais tombent sous le joug romain en 222. Vaincus mais non soumis, il ouvrent les routes alpines aux troupes d'Hannibal, mais doivent s'incliner en 196 devant la puissance romaine. Ayant reçu de César le droit de cité, Milan passe sous Auguste dans la XIe région de l'Empire, avec toute l'Italie transpadane. Chef-lieu de la province de Ligurie, la ville, proche du limes, devient au iiie siècle un des grands foyers de résistance contre les attaques barbares. À ce titre, Maximien la choisit comme capitale de l'Empire d'Occident (292). Centre militaire, administratif, Milan connaît au ive siècle un essor économique tel que les prédicateurs dénoncent à l'envi la richesse et la soif de plaisirs de ses habitants.

La croissance du christianisme a suivi celle de la ville. Si les origines de l'Église milanaise demeurent obscures, l'épanouissement en est éclatant au ive siècle. En 313, Constantin confirme l'édit de Galère établissant la liberté religieuse dans l'Empire (édit de Milan). Saint Ambroise, évêque de 374 à 397, s'efforce de christianiser les institutions romaines, défend les droits de l'Église face aux empereurs, combat l'arianisme – il transmettra au Moyen Âge la pensée des Pères cappadociens et des Alexandrins – et donne à sa ville un lustre et des traditions dont elle se réclamera longtemps (rite ambrosien). Sa mort coïncide avec le changement de capitale : en 404, Honorius choisit de résider à Ravenne ; Milan voit grandir près d'elle une rivale, Pavie, protégée par Théodoric. Les conquêtes ostrogothique (538) et lombarde (569) amènent le déclin de Milan. La ville se relève sous les Carolingiens, grâce au prestige de ses archevêques qui, par leur richesse foncière, dominent la plaine lombarde et, nantis de droits publics, s'imposent aux comtes carolingiens puis othoniens. À l'aube du xie siècle, la société milanaise accepte l'hégémonie féodale de son archevêque.

Origine et transformations de la Commune (XIe-XIIIe s.)

De cette société se détachent les vassaux directs de l'archevêque, maîtres d'un district rural ou d'un quartier de la ville, des vavasseurs ou arrière-vassaux, détenant quelques biens fonciers, et des citoyens, marchands, monnayeurs et hommes de loi. Au sommet se trouve l'archevêque, dispensateur d'offices et de fiefs, ma [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Italie : carte administrative

Italie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cathédrale de Milan

Cathédrale de Milan
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Risorgimento, Milan, 1848

Risorgimento, Milan, 1848
Crédits : G. Cigolini/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Galerie Victor-Emmanuel II, Milan

Galerie Victor-Emmanuel II, Milan
Crédits : G. Berengo Gardin/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris
  • : professeur de géographie humaine à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, visiting professor à l'université de Barcelone

Classification

Autres références

«  MILAN  » est également traité dans :

AGRICULTURE URBAINE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET, 
  • Xavier LAUREAU
  •  • 6 271 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Exemples de reconnexions de métropoles à leurs campagnes proches »  : […] Les initiatives sont nombreuses pour tenter de ressusciter, au moins ponctuellement et partiellement, le modèle de localisation des productions agricoles en fonction d’une ville-marché, établi par l’Allemand Johann Heinrich von Thünen (1783-1850) dans la première moitié du xix e  siècle, époque où les villes étaient souvent entourées de ceintures maraîchères . Ces initiatives reposent le plus souv […] Lire la suite

AUTOUR DE GABRIELE BASILICO (livres et exposition)

  • Écrit par 
  • Emmanuel HERMANGE
  •  • 1 070 mots

Lorsque Gabriele Basilico, architecte de formation, réalise une série d'images sur la banlieue de Milan à la fin des années 1970 ( Milano, ritratti di fabbriche , Sugarco, Milan, 1983), la photographie de paysage urbain est un genre étranger au champ de l'art en Europe. Seuls les Américains, dans la continuité d'artistes tels que Charles Sheeler ou Walker Evans, considèrent les développements de […] Lire la suite

BASILICO GABRIELE (1944-2013)

  • Écrit par 
  • Emmanuel HERMANGE
  •  • 929 mots
  •  • 1 média

Tandis qu'il étudie l'architecture à la faculté polytechnique de Milan à la fin des années 1960, Gabriele Basilico (né en 1944 à Milan) s'intéresse à la photographie en autodidacte et se lie à la galerie Il Diaframma, lieu incontournable de la photographie d'auteur en Italie. Il y présente sa première exposition en 1970, un reportage en noir et blanc réalisé à Glasgow, où des personnes rencontrée […] Lire la suite

BRAMANTE (1444-1514)

  • Écrit par 
  • Pasquale ROTONDI
  •  • 2 204 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du sacré au profane »  : […] L'activité de Bramante s'exerça également dans le domaine de l'architecture civile. Nous ne savons pas avec précision à quel moment Ludovic le More lui confie la résidence de Vigenano, sans doute assez tôt, peut-être même vers 1480. Malheureusement, il ne reste que peu de chose des travaux que fit exécuter Bramante (et qui durèrent jusqu'en 1495) ; mais l'aménagement de la grande place qui sert d' […] Lire la suite

CAGNOLA LUIGI (1762-1833)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 114 mots

Aristocrate milanais, amateur cultivé fuyant les armées révolutionnaires françaises, Luigi Cagnola séjourne à Venise à partir de 1797 et devient architecte et théoricien d'un néo-classicisme national inspiré par Palladio, la Rome antique et la Renaissance. Il construit pour Milan des arcs de triomphe modernes : la Porta Marengo (1801), l'Arco del Sempione (1806), et de nombreuses églises dans la c […] Lire la suite

CATTANEO CARLO (1801-1869)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 637 mots

Patriote italien, représentant le plus éminent du courant fédéraliste, dans le Risorgimento. D'une famille de souche terrienne, Carlo Cattaneo acquiert une vaste culture humaniste et économique. Professeur et publiciste, il se passionne pour les transformations qui, sous l'impulsion de la bourgeoisie d'affaires, commencent à moderniser l'agriculture et l'industrie de la Lombardie. Entre 1839 et 18 […] Lire la suite

CERANO GIOVAN BATTISTA CRESPI dit LE (1567 ou 1568-1632)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 333 mots

Peintre italien né en 1575 ou 1576 à Cerano, près de Novara (duché de Milan), mort le 23 octobre 1632 à Milan. Giovan Battista Crespi, dit le Cerano, est l'un des grands peintres lombards du xvii e  siècle initiateur du réalisme lombard. Cerano se rend à Rome en 1586. Il se lie d'amitié avec le cardinal Frédéric Borromée, qui devient son protecteur, et retourne avec lui à Milan en 1595. Milan es […] Lire la suite

CHARLES BORROMÉE saint (1538-1584)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 210 mots

Archevêque de Milan, particulièrement attaché à l'application des réformes tridentines. D'une noble famille milanaise, ce neveu du pape Pie IV est fait cardinal à vingt-deux ans. Après la fin du concile de Trente (1563), Charles Borromée se consacre à l'application, dans son propre diocèse, des réformes conciliaires : fondation d'un séminaire, restauration des églises et des monastères, répression […] Lire la suite

FILARÈTE (1400 env.-env. 1469)

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 1 213 mots
  •  • 2 médias

« Qu'il te plaise d'accepter cet ouvrage, composé par ton architecte Antonio Averlino, florentin, qui sculpta les portes de bronze de Saint-Pierre-de-Rome et les décora des faits mémorables de la vie de saint Pierre et saint Paul, et de celle d'Eugène IV, sous le pontificat duquel elles furent exécutées. Et dans ta glorieuse ville de Milan, je construisis la célèbre auberge des pauvres du Christ […] Lire la suite

FRÉDÉRIC Ier BARBEROUSSE (1122 env.-1190) empereur germanique (1152-1190)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 1 257 mots

L'une des figures les plus attachantes de l'Empire germanique et de l'histoire du Moyen Âge européen. Frédéric I er Barberousse s'est laissé séduire par l'Italie, comme tous ses prédécesseurs, et s'est efforcé de reconstituer un bloc politique formé de la Lombardie et de l'Allemagne : pourtant il n'a pas compris le mouvement communal, alors très puissant dans la vallée du Pô. Ces tentatives, qui […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4 février - 13 mars 2022 Chine. Jeux Olympiques et Paralympiques d'hiver de Pékin.

Lors de la cérémonie de clôture, le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach remet le drapeau olympique aux villes italiennes de Milan et de Cortina d’Ampezzo qui doivent organiser les jeux Olympiques d’hiver en 2026. Du 4 au 13 mars se tiennent à Pékin les XIIIe jeux Paralympiques d’hiver. Cinq cent soixante-quatre athlètes appartenant à quarante-six délégations y participent, à la suite de l’exclusion par le CIO, le 3 mars, des sportifs russes, qui devaient concourir sous une bannière neutre, et des sportifs biélorusses, en raison de la violation de la trêve olympique par leurs gouvernements du fait de l’invasion de l’Ukraine. […] Lire la suite

18 décembre 2021 France – Italie. Première circulation d'un train concurrent des TGV de la SNCF sur la ligne Paris-Lyon.

Un Frecciarossa, le train à grande vitesse de la compagnie ferroviaire italienne Trenitalia, effectue sa première desserte de la ligne reliant Paris à Milan via Lyon, Chambéry et Turin. C’est la première fois qu’un train de voyageurs d’une compagnie étrangère dessert deux gares françaises. La libéralisation du trafic ferroviaire a été mise en place en 2006 pour le fret et en 2009 sur les liaisons internationales. […] Lire la suite

15 novembre 2019 France – Italie. Remise en liberté de Vincenzo Vecchi.

En octobre, la cour avait déjà rejeté l’autre mandat d’arrêt relatif aux violences perpétrées lors d’une manifestation antifasciste à Milan en 2006, estimant purgée la peine à laquelle Vincenzo Vecchi avait été condamné dans cette affaire. […] Lire la suite

8-23 août 2019 France. Arrestation de Vincent Vecchi.

Vincent Vecchi s’était exilé en France sous une fausse identité, en 2011, après avoir été condamné dans son pays à deux reprises, une première fois, en 2007, à quatre ans de prison pour des violences perpétrées lors d’une manifestation antifasciste à Milan en 2006, et une seconde fois en 2009, à douze ans de prison, pour des violences commises lors des manifestations contre la réunion du G8 à Gênes en 2001. […] Lire la suite

28-30 août 2018 Danemark – Finlande. Visite du président français Emmanuel Macron en Europe du Nord.

Le 29, le président français réagit aux propos tenus la veille à Milan par le vice-président du Conseil italien Matteo Salvini et le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui l’accusent d’être « à la tête des forces politiques soutenant l’immigration ». Il s’engage à ne « céder en rien aux nationalistes et à ceux qui prônent un discours de haine ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel BALARD, Petros PETSIMERIS, « MILAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/milan/