MÉDAILLE

La médaille, qui est un monument monétiforme, se distingue des espèces de monnaies courantes du fait qu'elle n'est pas destinée à la circulation monétaire et qu'elle est une pièce commémorative. Dans une médaille se reflètent à la fois les traits physiques et moraux d'un être, ou des faits historiques et sociaux d'une époque. Œuvre d'art dans laquelle se conjuguent le génie créateur de l'inventeur de la devise inscrite au revers avec le talent du médailleur qui, en donnant aux formes une densité, un relief, une précision dans les contours, fait de la matière une structure vivante, dans laquelle les êtres, comme les faits historiques, ne sont ni prisonniers ni figés dans le métal, mais, au contraire, survivent grâce à cette matière et au-delà d'elle.

Matières et techniques de fabrication

Les matières utilisées pour les médailles sont le plomb, notamment à la Renaissance, l'or, l'argent, le bronze, l'étain. En Allemagne, des médailles ont été taillées dans le buis et la pierre. Bien que les procédés de fabrication de la médaille aient varié selon les époques et les écoles, on peut distinguer deux procédés : la médaille coulée ou fondue et la médaille frappée.

La médaille coulée

La médaille coulée peut être obtenue au moyen de deux procédés : par la fonte proprement dite, au cours de laquelle le médailleur grave en creux directement, dans une plaque de plâtre, l'image inversée qu'il veut reproduire, et dans ce moule il coule le métal ; en modelant en cire, ou en toute autre matière très plastique, le modèle en relief de la médaille que l'on veut faire. De ce modèle on tire un moule en creux, où l'on coule la matière dans laquelle doit être exécutée la médaille.

Une variante de ce procédé est la fonte à cire perdue qui consiste à mouler la médaille de cire, avers et revers, et à l'enfermer dans un moule de sable fin où, par des évents, on coule le métal qui se substitue à la cire fondue. Avant de souder les deux parties fondues, on comble le vide intérieur par des matières telles que le plâtre ou le plomb. Des médailleurs ont che [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : conservateur honoraire du Cabinet des médailles de Paris, ancien professeur à l'École du Louvre, professeur à la Monnaie de Paris

Classification


Autres références

«  MÉDAILLE  » est également traité dans :

BERTOLDO DI GIOVANNI (1420 env.-1491)

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 399 mots

Selon le témoignage de Vasari, Bertoldo di Giovanni était très âgé lorsqu'il mourut, le 30 décembre 1491, à Poggio a Caiano. On en a déduit assez arbitrairement, qu'il était né vers 1420. Élève de Donatello, il fut son collaborateur pour la seconde chaire de San Lorenzo, qu'il acheva après la mort de son maître en 1466. Il passa (vers 1479 ?) au service des Médicis, et fut même sans doute un des f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bertoldo-di-giovanni/#i_22953

CELLINI BENVENUTO (1500-1571)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 409 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Surpasser Michel-Ange »  : […] Irascible, il cultive la morgue et l'ironie : un ton de grand seigneur qui lui permet de discourir familièrement avec ses commanditaires. Seul le génie de Michel-Ange permettait, il le sent bien, ses fameuses colères contre Jules II. Le vieux Cellini, dans une Florence qui lui paraît mesquine, dut ciseler cette formule qu'il met dans la bouche de François I er  : « Je ne s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benvenuto-cellini/#i_22953

DELAUNE ÉTIENNE (1519 env.-env. 1583)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 293 mots

Auteur de plus de quatre cents petites gravures, extrêmement fines, qui offrent un panorama assez complet du style décoratif de l'école de Fontainebleau qu'il contribuera à diffuser sous le règne de Henri II, Étienne Delaune est-il né à Paris (où il serait mort), à Orléans ou à Genève ? en 1518 ou en 1519 ? On l'ignore. Mais on sait qu'il était protestant et qu'il fut obligé de fuir, en 1572, de P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-delaune/#i_22953

DOMENICO DE' CAMMEI (actif fin XVe-déb. XVIe s.)

  • Écrit par 
  • Marguerite KRASSILNIKOFF
  •  • 210 mots

Selon Vasari, Domenico de' Cammei travaille à Milan, comme graveur sur gemmes et comme médailleur. Il est en ces domaines le rival d'un artiste réputé, Giovanni delle Carniole, auteur du portrait en intaille de Savonarole. On l'identifie avec Domenico de Compagni ou peut-être avec Domenico Romano qui signe, en 1557, un camée de calcédoine, en souvenir de l'entrée de Cosme I er […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/domenico-de-cammei/#i_22953

DOMINIQUE-VIVANT DENON. L'ŒIL DE NAPOLÉON (exposition)

  • Écrit par 
  • Marie-Claude CHAUDONNERET
  •  • 1 077 mots

En consacrant une exposition à Denon, le Louvre rendait hommage à son « grand homme », à celui qui fut le premier directeur des Musées. Pierre Rosenberg, directeur du musée du Louvre et organisateur de cette manifestation, ne s'est pas limité à l'action du haut fonctionnaire sous le Consulat et l'Empire mais entendait, avec les 634 œuvres présentées, éclairer les différentes facettes de la person […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dominique-vivant-denon-l-oeil-de-napoleon/#i_22953

GID RAYMOND (1905-2000)

  • Écrit par 
  • Pascal FULACHER
  •  • 984 mots

L'affichiste Raymond Gid est né à Paris en 1905. Fils d'un ingénieur de l'École centrale, il suit d'abord une formation d'architecte à l'école des Beaux-Arts, mais il n'exercera jamais ce métier. Il préfère le dessin : croquis humoristiques et caricatures sont ses genres de prédilection. En 1930, Raymond Gid fait la connaissance de Guy Lévis-Mano (GLM), l'éditeur et le typographe de nombre de poè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-gid/#i_22953

GLYPTIQUE

  • Écrit par 
  • Mathilde AVISSEAU, 
  • Josèphe JACQUIOT
  •  • 5 314 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Renaissance italienne et française »  : […] Aux xv e et xvi e  siècles, la glyptique atteignit un degré de perfection digne de l'Antiquité ; dès la première moitié du xv e  siècle, les intailles antiques furent rassemblées, copiées, imitées. Des collections de pierres gravées furent réuni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glyptique/#i_22953

GRÈNETIS

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 187 mots

Ornement constitué d'un rang ou d'un semis de petits grains en relief sur un fond. Dans l'art des médailles, le grènetis désigne plus particulièrement le rang de petits grains en relief situé au bord des monnaies, des médailles et des jetons ; le grènetis limite ainsi l'usure du métal sur les bords. Le grènetis (ou greneté), composé de grains hémisphériques en demi-relief ou en haut relief (à peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grenetis/#i_22953

HAGUENAUER FRIEDRICH (mort en 1546)

  • Écrit par 
  • Marguerite KRASSILNIKOFF
  •  • 387 mots

Médailleur et sculpteur allemand de la première moitié du xvi e siècle, sans doute originaire de Strasbourg, Friedrich Haguenauer est le fils du sculpteur Nicolaus von Haguenau qui achève en 1501 le maître-autel de la cathédrale. Ce maître médailleur de la Renaissance allemande est sans rival comme modeleur en miniature. Jusqu'en 1537 il signe la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-haguenauer/#i_22953

LEONI LES

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 372 mots

Artistes italiens, originaires d'Arezzo. Leone Leoni, ou Lioni (1509-1590), séjourna à Venise en 1527 avant d'entrer en 1538 comme graveur à la Zecca (hôtel des Monnaies) pontificale. Condamné aux galères pour le meurtre de l'orfèvre Pellegrino de Leuti, il fut libéré en 1541 sur l'intervention d'Andrea Doria, dont il fit la médaille. Maître de la Monnaie de Milan (1542-1545), compromis dans une a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-leoni/#i_22953

MÉDAILLON

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 218 mots

Terme souvent employé pour désigner une médaille. Mais la médaille qui représente un personnage ou un événement a une fonction essentiellement commémorative, alors que le médaillon, lui, offre une plus grande diversité d'usages ; il s'agit, en effet, soit d'un bijou, circulaire ou ovale, le plus souvent porté au cou, soit d'une médaille de grande taille ressemblant à un tableau en miniature, un po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medaillon/#i_22953

NASSARO ou NAZZARO MATTEO DEL (mort en 1548 env.)

  • Écrit par 
  • Marguerite KRASSILNIKOFF
  •  • 517 mots

Peintre, dessinateur, orfèvre, graveur sur gemmes et médailleur italien, Matteo del Nassaro est pour Vasari le maître de la glyptique. Fils de Jacopo del Nassaro, bottier à Vérone, il apprend dans sa jeunesse le dessin et la musique. Deux artistes de Vérone lui enseignent la gravure : Galeazzo Mondella et Nicolò Avanzi. On considère La Déposition de Croix comme l'une de ses p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nassaro-nazzaro/#i_22953

HUMANISME

  • Écrit par 
  • André GODIN, 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 11 427 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Érasme et la peinture : mythes et réalité »  : […] D'allégations en amalgames défiant le bon sens et la simple chronologie, des thuriféraires d'Érasme (Brocwell, 1917) tentèrent d'imposer la légende du jeune moine devenu peintre consommé durant ses années de couvent ou peu après sa sortie. À l'origine de cette fable, il y a une tradition orale, plus raisonnable, fixée au début du xvii e  siècle pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humanisme/#i_22953

PISANELLO ANTONIO PISANO dit (av.1395-1455?)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 663 mots

Peintre, dessinateur et médailleur italien. Formé à Vérone dans l'ambiance du gothique international, près de Stefano da Zevio, Pisanello reçut à Venise une impulsion nouvelle de Gentile da Fabriano : La Madone à la caille (Castelvecchio, Vérone), œuvre de jeunesse, témoigne de cette ouverture à une poétique nouvelle, qu'exprime encore L'Annonciation d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pisanello/#i_22953

SAINT-GAUDENS AUGUSTUS (1848-1907)

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 886 mots

Célébré aux États-Unis comme l'un des pères de la sculpture américaine moderne, Augustus Saint-Gaudens est depuis quelques années redécouvert par la France, berceau de sa famille paternelle et lieu principal de sa formation artistique. De la médaille au monument commémoratif, cet artiste a pratiqué durant trois décennies tous les genres et tous les formats de la sculpture et a su inventer un style […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustus-saint-gaudens/#i_22953

SCANDINAVIE

  • Écrit par 
  • Martin Edvard BLINDHEIM, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Nicole PÉRIN, 
  • Jean-Michel QUENARDEL
  •  • 22 094 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les différents types de bractéates »  : […] Les bractéates (du latin bractea , « feuille mince ») sont des pendentifs de forme circulaire faits d'une mince tôle d'or, décorés par estampage d'un motif central circulaire, figuratif ou abstrait, et bordés d'un filet en cordelière ou d'une série de frises en zigzag délicatement ouvragées, sur lesquelles se détache la figure centrale. Une attache est fixée sur le pourtour, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scandinavie/#i_22953

SOU

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 436 mots

Unité monétaire de l'or à partir de 312. Constantin fixa la taille du sou ( solidus aureus ) à 72 par livre romaine (327,45 g), soit au poids de 4,55 grammes. L'abondance des émissions du sou, son excellent aloi et la régularité de son poids lui assurèrent un grand succès. Il eut pour sous-multiple le semis ou semissis, rarement frappé, du poids de 2,27 grammes, et le triens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sou/#i_22953

SPERANDIO SAVELLI DE MANTOUE dit (1425 env.-env. 1495)

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 277 mots

Fils d'un orfèvre de Mantoue, Sperandio doit surtout sa réputation à son activité de médailleur. Le peu que l'on sait de sa vie nous le montre comme un artiste besogneux, chargé d'une famille qu'il qualifiait lui-même d'inutile, contraint, pour survivre, de quémander les bonnes grâces des princes et passant d'ailleurs d'un protecteur à l'autre sans beaucoup de scrupules. On le trouve ainsi success […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sperandio/#i_22953

WARIN ou VARIN JEAN (1604-1672)

  • Écrit par 
  • François SOUCHAL
  •  • 267 mots

Sculpteur et médailleur né à Liège dans une famille française originaire de Champagne, comme le montrent les lettres de naturalisation qu'il obtient en 1650. On ne sait rien de la formation de Jean Warin ni de ses premiers travaux. On ignore s'il s'est arrêté en France au retour d'un voyage à Rome. C'est aux alentours de 1626 qu'il s'installe à Paris. Sa renommée de médailleur dépasse, à vrai dire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/warin-varin/#i_22953

Voir aussi

Pour citer l’article

Josèphe JACQUIOT, « MÉDAILLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/medaille/