INTAILLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme qui désigne des pierres taillées ou gravées en creux dans la masse. Dans une intaille, aucun élément n'est en relief au-dessus du plan initial de la pierre. La technique de l'intaille constitue la glyptique. L'intaille s'oppose au camée qui désigne une pierre sculptée en relief (pierre généralement constituée de couches superposées de couleurs différentes mises en évidence par le dégagement en relief de chacune d'elles). Les pierres les plus fréquemment employées pour les intailles sont la cornaline, la calcédoine, l'agate, le jaspe et le cristal de roche, plus rarement, les pierres dites précieuses (émeraudes, saphirs) ; on entame la pierre avec des burins et au touret (petit tour à roue actionné au moyen d'une manivelle). Les intailles comportent soit un décor, soit des inscriptions, des armoiries ou des monogravures (au contraire des camées, qui sont en général figuratifs) car elles étaient souvent montées pour être utilisées comme cachets ou sceaux en forme de bagues ou d'anneaux ; elles ornaient parfois des bijoux. L'Antiquité fournit un nombre considérable d'intailles que le Moyen Âge rechercha, collectionna et remonta sur toutes sortes d'objets, couronnes, reliquaires, plats de reliure, vases, calices, etc., ce qui laisse penser qu'on en fabriqua assez peu à cette époque ; à la Renaissance au contraire la glyptique retrouva un essor considérable.

—  Catherine ARMINJON

Écrit par :

  • : conservateur de l'Inventaire, responsable des Objets mobiliers à l'Inventaire général

Classification


Autres références

«  INTAILLE  » est également traité dans :

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Dans le chapitre « Faux antiques »  : […] Dans l'Antiquité, le faux est apparu tout d'abord, sans intention dolosive, sous la forme de copies des originaux célèbres de la sculpture grecque classique que les princes hellénistiques, puis les patriciens romains, recherchaient pour orner leurs palais. Mais nous savons par Pline l'Ancien et Vitruve que, rapidement, des répliques revêtues de fausses signatures, de Phidias, Praxitèle, Polyclète, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-l-art-et-son-objet-le-faux-en-art/#i_13336

CAMÉES

  • Écrit par 
  • Josèphe JACQUIOT
  •  • 2 614 mots
  •  • 2 médias

Dans la glyptique, qui est l'art de graver les pierres fines, il faut distinguer deux techniques : l'une qui consiste à graver les pierres en creux, l'autre qui consiste à les graver en relief. La première de ces techniques produit les intailles ou pierres gravées ; la seconde, les camées . Le camée n'a pas été, chez les Anciens, distingué avec précision des pierres fines en général et même des œu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camees/#i_13336

DOMENICO DE' CAMMEI (actif fin XVe-déb. XVIe s.)

  • Écrit par 
  • Marguerite KRASSILNIKOFF
  •  • 210 mots

Selon Vasari, Domenico de' Cammei travaille à Milan, comme graveur sur gemmes et comme médailleur. Il est en ces domaines le rival d'un artiste réputé, Giovanni delle Carniole, auteur du portrait en intaille de Savonarole. On l'identifie avec Domenico de Compagni ou peut-être avec Domenico Romano qui signe, en 1557, un camée de calcédoine, en souvenir de l'entrée de Cosme I er à Sienne ; Cammei n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/domenico-de-cammei/#i_13336

GEMMES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul POIROT, 
  • Henri-Jean SCHUBNEL
  •  • 6 256 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] Afin de surmonter sa peur devant des phénomènes et fléaux naturels auxquels il attribuait des sentiments hostiles à son égard, l'homme de la préhistoire a été amené à matérialiser des défenses psychiques propres à le soulager de ses angoisses. Ces barrières de protection ont été concrétisées sous forme de divers rites magiques dont l'un des développements les plus remarquables a donné naissance à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gemmes/#i_13336

GLYPTIQUE

  • Écrit par 
  • Mathilde AVISSEAU, 
  • Josèphe JACQUIOT
  •  • 5 314 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les intailles crétoises et mycéniennes »  : […] Les intailles créto-mycéniennes sont des gemmes de forme lenticulaire, rondes, aplaties ou allongées et légèrement convexes. Ces formes que l'on donnait aux gemmes primitives apparaissent pour la première fois dans la glyptique et subsisteront longtemps après la disparition de la civilisation mycénienne. Les sujets représentés étaient simples et traités avec une certaine maladresse : fleurs, anim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glyptique/#i_13336

Pour citer l’article

Catherine ARMINJON, « INTAILLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/intaille/