MÉDAILLE

Des premières médailles à la Renaissance

Bien que les Romains n'aient pas connu de médailles distinctes de la monnaie, il existait des pièces de souvenir frappées pour commémorer un événement particulièrement important – types agrandis et plus lourds que les monnaies, appelés « médaillons » ; ils étaient offerts généralement par l'empereur, et portés suspendus à une chaîne. Considérés comme bijoux, certains de ces médaillons furent montés dans des montures ouvragées, ornées de pierres précieuses. Cet usage fut perpétué non seulement par les Byzantins, mais encore il survécut à travers tout le Moyen Âge, où ces pièces réapparaissaient à l'occasion de circonstances exceptionnelles. Ces monnaies-médailles préparèrent l'avènement de la médaille.

Ce fut en 1390 que furent exécutées, en Italie, les premières médailles, pièces qui rappellent par leur aspect extérieur les plus grandes monnaies de l'Empire romain : l'une était à l'effigie de Francesco II Novello de Carrare, et commémorait la reprise de Padoue par ce prince, le 15 août 1390, l'autre faite à la même époque était à l'effigie de Francesco Ier de Carrare. Dès 1402, ces pièces ont été connues en France ; la preuve en est apportée par le plus ancien des inventaires des collections de Jean, duc de Berry, daté de 1401-1402, dans lequel on lit : « Une empraincte de plomb, où est le visage de François de Carrare en un costé, et en l'autre, la marque de Pade (Padoue). »

L'Italie

Brisant avec le moule hiératique où restaient enfermées les médailles des Carrare, Antonio Pisano, dit Pisanello, créa réellement l'art de la médaille en 1439 avec la célèbre médaille de Jean Paléologue, l'avant-dernier empereur de Constantinople. Cet artiste sut d'emblée conjuguer la grande hardiesse des raccourcis dans les revers au réalisme vivant des portraits. Il fit souvent entrer, dans la composition des devises, des animaux qu'il traitait avec une vérité et une noblesse de forme exceptionnelles, propres au talent d'un peintre. Pisanello n'a pas connu d'autre technique que la fonte ; il a signé toutes ses médailles et quelques-unes portent [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : conservateur honoraire du Cabinet des médailles de Paris, ancien professeur à l'École du Louvre, professeur à la Monnaie de Paris

Classification

Autres références

«  MÉDAILLE  » est également traité dans :

BERTOLDO DI GIOVANNI (1420 env.-1491)

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 399 mots

Selon le témoignage de Vasari, Bertoldo di Giovanni était très âgé lorsqu'il mourut, le 30 décembre 1491, à Poggio a Caiano. On en a déduit assez arbitrairement, qu'il était né vers 1420. Élève de Donatello, il fut son collaborateur pour la seconde chaire de San Lorenzo, qu'il acheva après la mort de son maître en 1466. Il passa (vers 1479 ?) au service des Médicis, et fut même sans doute un des f […] Lire la suite

CELLINI BENVENUTO (1500-1571)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Surpasser Michel-Ange »  : […] Irascible, il cultive la morgue et l'ironie : un ton de grand seigneur qui lui permet de discourir familièrement avec ses commanditaires. Seul le génie de Michel-Ange permettait, il le sent bien, ses fameuses colères contre Jules II. Le vieux Cellini, dans une Florence qui lui paraît mesquine, dut ciseler cette formule qu'il met dans la bouche de François I er  : « Je ne sais qui est le plus heure […] Lire la suite

DELAUNE ÉTIENNE (1519 env.-env. 1583)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 293 mots

Auteur de plus de quatre cents petites gravures, extrêmement fines, qui offrent un panorama assez complet du style décoratif de l'école de Fontainebleau qu'il contribuera à diffuser sous le règne de Henri II, Étienne Delaune est-il né à Paris (où il serait mort), à Orléans ou à Genève ? en 1518 ou en 1519 ? On l'ignore. Mais on sait qu'il était protestant et qu'il fut obligé de fuir, en 1572, de P […] Lire la suite

DOMENICO DE' CAMMEI (actif fin XVe-déb. XVIe s.)

  • Écrit par 
  • Marguerite KRASSILNIKOFF
  •  • 210 mots

Selon Vasari, Domenico de' Cammei travaille à Milan, comme graveur sur gemmes et comme médailleur. Il est en ces domaines le rival d'un artiste réputé, Giovanni delle Carniole, auteur du portrait en intaille de Savonarole. On l'identifie avec Domenico de Compagni ou peut-être avec Domenico Romano qui signe, en 1557, un camée de calcédoine, en souvenir de l'entrée de Cosme I er à Sienne ; Cammei n […] Lire la suite

DOMINIQUE-VIVANT DENON. L'ŒIL DE NAPOLÉON (exposition)

  • Écrit par 
  • Marie-Claude CHAUDONNERET
  •  • 1 077 mots

En consacrant une exposition à Denon, le Louvre rendait hommage à son « grand homme », à celui qui fut le premier directeur des Musées. Pierre Rosenberg, directeur du musée du Louvre et organisateur de cette manifestation, ne s'est pas limité à l'action du haut fonctionnaire sous le Consulat et l'Empire mais entendait, avec les 634 œuvres présentées, éclairer les différentes facettes de la person […] Lire la suite

GID RAYMOND (1905-2000)

  • Écrit par 
  • Pascal FULACHER
  •  • 984 mots

L'affichiste Raymond Gid est né à Paris en 1905. Fils d'un ingénieur de l'École centrale, il suit d'abord une formation d'architecte à l'école des Beaux-Arts, mais il n'exercera jamais ce métier. Il préfère le dessin : croquis humoristiques et caricatures sont ses genres de prédilection. En 1930, Raymond Gid fait la connaissance de Guy Lévis-Mano (GLM), l'éditeur et le typographe de nombre de poè […] Lire la suite

GLYPTIQUE

  • Écrit par 
  • Mathilde AVISSEAU, 
  • Josèphe JACQUIOT
  •  • 12 171 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Renaissance italienne et française »  : […] Aux xv e et xvi e  siècles, la glyptique atteignit un degré de perfection digne de l'Antiquité ; dès la première moitié du xv e  siècle, les intailles antiques furent rassemblées, copiées, imitées. Des collections de pierres gravées furent réunies par le pape Martin V (1417-1431), par Lionello d'Este à Ferrare (1441-1450), les Giustiniani à Gênes, etc. La glyptique antique jouissait d'un tel pre […] Lire la suite

GRÈNETIS

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 187 mots

Ornement constitué d'un rang ou d'un semis de petits grains en relief sur un fond. Dans l'art des médailles, le grènetis désigne plus particulièrement le rang de petits grains en relief situé au bord des monnaies, des médailles et des jetons ; le grènetis limite ainsi l'usure du métal sur les bords. Le grènetis (ou greneté), composé de grains hémisphériques en demi-relief ou en haut relief (à peu […] Lire la suite

HAGUENAUER FRIEDRICH (mort en 1546)

  • Écrit par 
  • Marguerite KRASSILNIKOFF
  •  • 387 mots

Médailleur et sculpteur allemand de la première moitié du xvi e siècle, sans doute originaire de Strasbourg, Friedrich Haguenauer est le fils du sculpteur Nicolaus von Haguenau qui achève en 1501 le maître-autel de la cathédrale. Ce maître médailleur de la Renaissance allemande est sans rival comme modeleur en miniature. Jusqu'en 1537 il signe la plupart de ses œuvres de son monogramme auquel il […] Lire la suite

HUMANISME

  • Écrit par 
  • André GODIN, 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 11 427 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Érasme et la peinture : mythes et réalité »  : […] D'allégations en amalgames défiant le bon sens et la simple chronologie, des thuriféraires d'Érasme (Brocwell, 1917) tentèrent d'imposer la légende du jeune moine devenu peintre consommé durant ses années de couvent ou peu après sa sortie. À l'origine de cette fable, il y a une tradition orale, plus raisonnable, fixée au début du xvii e  siècle par l'historiographie des Pays-Bas, et dont un détail […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Relaxe de Charles Pasqua dans l'affaire de l'« Angolagate ». 29 avril 2011

valu une condamnation à trois ans de prison, dont un an ferme, par le tribunal correctionnel, en octobre 2009. La cour constate l'absence de preuve d'un « pacte préalable » entre la remise de la médaille du mérite à Arcadi Gaydamak, sur recommandation de Charles Pasqua, et le versement de 1,5 million […] Lire la suite

Corée du Sud. Jeux Olympiques d'été de Séoul. 17 septembre - 2 octobre 1988

international olympique disqualifie Johnson pour dopage ; la médaille d'or revient donc à son rival, l'Américain Carl Lewis. Le 2 octobre, la flamme olympique s'éteint à Séoul. Les Jeux de 1992 doivent avoir lieu à Barcelone. […] Lire la suite

Algérie. Célébration du trentième anniversaire de l'insurrection. 1er-2 novembre 1984

, Ferhat Abbas, ancien président du G.P.R.A. (Gouvernement provisoire de la République algérienne), reçoit la médaille de résistant. La présence de Claude Cheysson, ministre français des Relations extérieures, aux cérémonies d'Alger a soulevé en France, depuis son annonce en octobre, une vive polémique […] Lire la suite

Pour citer l’article

Josèphe JACQUIOT, « MÉDAILLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/medaille/