MATIÈRE (physique)États de la matière

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La richesse des états de la matière

La thermodynamique peut donc s'appliquer à des propriétés très différentes du caractère fluide ou solide d'un corps et, partant, va permettre l'exploration d'états nouveaux d'un système. Ces états constituent autant d'aspects intéressants de « manière d'être » pertinente de la matière, et le xxe siècle verra une explosion de sujets relatifs à ces propriétés nouvelles. Sans entrer dans les détails, expliquons que des états nouveaux, posant des questions nouvelles, apparaissent lorsqu'on considère des molécules ou des corpuscules de matières anisotropes (ayant une orientation préférentielle) ou bien lorsqu'on considère des milieux inhomogènes, ou bien enfin lorsqu'on s'interroge sur des propriétés structurelles, des organisations aux géométries particulières.

Les milieux anisotropes peuvent conduire, par exemple, à l'étude de transitions entre un comportement parfaitement transparent d'un système et un comportement polarisant. Ainsi, sous l'effet d'un champ électrique, la maille élémentaire d'un cristal peut changer de forme, passer de carrée à rectangulaire, et provoquer un effet notable sur les rayons lumineux qui le traversent (polarisation). Autre exemple lié à l'anisotropie, si l'on place dans un liquide certaines molécules longues en forme de bâtonnets, on observera, en fonction de la concentration en molécules, des transitions de phase correspondant à des configurations aléatoires des molécules, des configurations plus ordonnées où les molécules sont parallèles mais réparties de façon aléatoire, puis des configurations où les molécules sont parallèles et parfaitement alignées dans des couches régulièrement espacées. Ce sont les cristaux liquides utilisés par exemple pour l'affichage des calculatrices ou des portables.

Les milieux inhomogènes, dispersés, fournissent d'autres exemples saisissants d'états de la matière qui ne sont pas réductibles à une division schématique en liquide-fluide. Prenons le cas des argiles. Les argiles sont des pâtes contenant des suspensions très concentrées de microcristaux en forme de disque. Lorsqu'ils sont assez « à l'aise », ces disques sont répartis de façon homogène, désordonnée, et l'argile est une pâte presque solide : on peut la couper au couteau. Sous pression (plus exactement, sous cisaillement), les disques s'empilent et glissent les uns sur les autres comme des piles d'assiettes : l'argile se met à couler comme un liquide (d'où les dramatiques glissements de terrain). On observe donc une transition de comportement sous contrainte (appelée thixotropie) reflétant, effectivement, des états différents de l'argile. Des effets analogues sont exploités pour la mise au point de peintures que l'on coupe au couteau dans le bac, et qui s'étalent comme un liquide lorsqu'on les applique (principe des peintures qui ne gouttent pas).

D'autres effets structurels permettent d'étudier des états plus éloignés encore du fluide ou du solide, mais néanmoins pertinents du point de vue de la science contemporaine : comportement des mousses, des mélanges granulaires, etc.

Après ce tour d'horizon des états de la matière apparaissant en physique de la matière condensée, il convient de décrire, comme singuliers, mais importants, l'état plasma et l'état superfluide quantique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

États désordonnés de la matière

États désordonnés de la matière
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Éolipile

Éolipile
Crédits : D.R.

photographie

États de la matière

États de la matière
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Diagramme de phase d'un corps pur

Diagramme de phase d'un corps pur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., laboratoire de physique de la matière condensée, École polytechnique, Palaiseau

Classification

Autres références

«  MATIÈRE, physique  » est également traité dans :

MATIÈRE (physique) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 2 003 mots

Le mot « matière » cache sous sa généralité abstraite une origine concrète fort éclairante. En latin archaïque, materia appartient à la langue rustique et désigne la substance dont est fait le tronc de l'arbre, en tant qu'elle est productrice (de branches, de feuilles). L'élargissement successif des sens du mot, d'abord dans la langue commune, à des matériaux variés, puis, dans […] Lire la suite

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 607 mots
  •  • 13 médias

La matière se présente principalement sous trois états simples : gazeux, liquide et solide. Ce qui distingue l'état solide des deux autres états est l'incapacité d'une masse solide à épouser la forme du récipient dans lequel on la place ; en revanche, un gaz s'empresse d'envahir tout le volume qu'on lui offre et un liquide prend la forme de la partie du récipient qui le contient. Ce qui caractéris […] Lire la suite

MATIÈRE (physique) - État liquide

  • Écrit par 
  • Jean-Louis RIVAIL
  •  • 3 248 mots
  •  • 6 médias

La notion de liquide est une notion familière, l'état liquide étant, avec l'état solide et l'état gazeux, l'un des trois états communs de la matière.On peut étudier un liquide comme une phase condensée fluide. Cela signifie que le liquide a une masse spécifique élevée, proche de celle du solide, et qu'il est aisément déformable, au point d'adapter sa forme à celle des récipients dans lesquels il e […] Lire la suite

MATIÈRE (physique) - État gazeux

  • Écrit par 
  • Henri DUBOST, 
  • Jean-Marie FLAUD
  •  • 8 284 mots
  •  • 9 médias

L'état sous lequel se présente la matière, solide, liquide ou gazeux, dépend des conditions de température et de pression. Suivant l'usage généralement admis, on désigne par gaz tout corps existant dans cet état dans les conditions normales de température et de pression (P0 = 1 atm, T0 = 0 0C), et par vapeur la phase gazeuse d'un corps solide ou liquide dans les mêmes condit […] Lire la suite

MATIÈRE (physique) - Plasmas

  • Écrit par 
  • Patrick MORA
  •  • 7 680 mots
  •  • 4 médias

L'état plasma peut être considéré comme le quatrième état de la matière, obtenu, par exemple, en portant un gaz à très haute température (104 K ou plus). L'énergie d’agitation thermique des molécules et atomes constituant le gaz est alors suffisante pour que, lors de collisions entre ces particules, un électron puisse être arraché à […] Lire la suite

MATIÈRE (physique) - Transitions de phase

  • Écrit par 
  • Nino BOCCARA
  •  • 6 912 mots
  •  • 7 médias

Les premières transitions de phase observées ont été des changements d'état tels que la fusion de la glace ou la vaporisation de l'eau. Lors d'un changement d'état, le système, au sens de la thermodynamique, se présente comme la réunion de deux sous-systèmes homogènes possédant des propriétés distinctes. On appelle phase chacun de ces sous-systèmes. Plus préci […] Lire la suite

ANTIMATIÈRE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE, 
  • Jean-Marc RICHARD
  •  • 6 914 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Antimatière en laboratoire »  : […] Les particules de l'espace interplanétaire arrivant dans l'atmosphère y subissent des collisions et modifient ainsi l'énergie des particules qu'elles rencontrent. Si leur vitesse est suffisante, elles peuvent créer des paires électron- positon au cours de ces chocs, en libérant leur énergie cinétique. Ce sont les positons créés par ce processus qui ont été observés par Anderson. C'est seulement en […] Lire la suite

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 246 mots
  •  • 15 médias

L'atome est le terme ultime de la division de la matière dans lequel les éléments chimiques conservent leur individualité. C'est la plus petite particule d'un élément qui existe à l'état libre ou combiné. On connaît 90 éléments naturels auxquels s'ajoutent le technétium (Tc,  Z  = 43), le prométhéum (Pm, Z  = 61) ainsi que les transuraniens obtenus artificiellement depuis 1940. Les corps simples s […] Lire la suite

BOHR ATOME DE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 370 mots
  •  • 1 média

Deux ans après avoir soutenu sa thèse sur la théorie électronique des métaux, le physicien danois Niels Bohr (1885-1962) écrit en 1913 trois articles fondamentaux qui révolutionnent la compréhension de la structure de la matière. Le premier, paru le 5 avril dans le Philosophical Magazine , est titré « Sur la constitution des atomes et des molécules ». Bohr prend pour point de départ la découvert […] Lire la suite

ATOMIQUE PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe BOUYER, 
  • Georges LÉVI
  •  • 6 703 mots
  •  • 1 média

La physique atomique est née des expériences effectuées à la fin du xix e  siècle qui ont montré que la matière était discontinue et formée d'atomes possédant une structure interne ; celle-ci étant à l'origine des raies observées dans les spectres d'émission et d'absorption du rayonnement par les différents éléments, l'objectif premier de la physique atomique a été de comprendre et d'interpréter […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-20 décembre 2008 États-Unis. Nominations dans la future administration Obama

Le 1er, le président élu Barack Obama annonce la composition de son équipe diplomatique et militaire. Hillary Clinton, son adversaire lors des primaires démocrates, est nommée secrétaire d'État. Le républicain Robert Gates conserve son poste de secrétaire à la Défense. Le général James Jones, ancien commandant en chef de l'O.T.A.N. et proche du candidat […] Lire la suite

Pour citer l’article

Vincent FLEURY, « MATIÈRE (physique) - États de la matière », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etats-de-la-matiere/