Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MARXISME La réification

Le concept de réification est lié au développement de la pensée marxiste. Chez Marx et chez Lukács ensuite, il agit comme concept théorique et politique. L'influence de la dialectique hégélienne se fait sentir dans le mécanisme de dépassement envisagé par ces deux auteurs. Il n'en demeure pas moins que Marx avait, sous le nom de fétichisme de la marchandise, mis à jour un des mécanismes mentaux les plus importants de la société produisant pour le marché. La richesse des études auxquelles ce concept a donné naissance en témoigne. En revanche, la sociologie durkheimienne pas plus que la sociologie dite américaine ne l'ont retenu. Il faut d'ailleurs ajouter que le marxisme stalinien le rejeta tout autant, comme l'atteste la condamnation officielle du livre de Lukács, Histoire et conscience de classe(1923). Certes, on peut trouver chez Durkheim une théorie de l'aliénation religieuse comme fausse consciencedans Les Formes élémentaires de la vie religieuse (1912). Il manque cependant à ce point de vue trop strictement mécaniste de donner au plan de la conscience l'importance qu'il a, ce qui permet de son côté à la pensée marxiste de connoter par la notion d'intérêt la réification constatée aussi bien par Durkheim. C'est faute d'avoir pensé la rétroaction dialectique de la conscience sur la structure réificationnelle de la société, que la pensée durkheimienne s'est vue dans l'impossibilité de saisir le phénomène de réification dans sa complexité et, par conséquent, de lui accorder la place qui lui revient.

L'abstraction de la marchandise et ses conséquences

Le domaine économique

La théorie de la réification trouve sa source dans l'analyse marxienne de la marchandise. Dans Le Capital (liv. Ier, chap. Ier), Marx étudie le processus historique à travers lequel le produit du travail se transforme en marchandise en même temps que la valeur du produit devient elle-même valeur d' échange. La constitution de la marchandise en tant que telle va donc de pair avec la prédominance de la valeur d'échange sur la valeur d'usage ; elle implique, d'autre part, l'élaboration de l'équivalent général, la forme « argent ».

Or, ce qui intéresse Marx dans la quatrième partie de son chapitre sur la marchandise, ce sont les transformations que la généralisation de l'échange détermine, non seulement sur la chose échangée, la marchandise, mais sur les acteurs mêmes de l'échange, les producteurs-acheteurs. Pour ces derniers, dit Marx, « les rapports de leurs travaux privés apparaissent ce qu'ils sont, c'est-à-dire non des rapports sociaux immédiats des personnes dans leurs travaux mêmes, mais bien plutôt des rapports sociaux entre les choses » (Le Capital, liv. Ier). Marx pose ainsi la détermination sociologique du phénomène qu'il étudie.

Ce n'est en effet qu'à partir du moment où la forme « marchandise » est devenue la forme générale des produits du travail qu'apparaissent l'égalité et l'équivalence de tous les travaux en tant que travaux humains, concomitamment avec l'idée de l'égalité humaine. Le lien nécessaire qui unit ces phénomènes explique, selon Marx, qu'Aristote ait pu génialement découvrir le rapport d'égalité de valeur entre les produits échangés, mais ne pas comprendre le contenu réel de ce rapport, c'est-à-dire l'égalité des travaux humains ; en effet, la société grecque reposait sur le travail des esclaves et avait donc pour fondement naturel l'inégalité des hommes et de leur force de travail.

Il fallait l'avènement de la société bourgeoise échangiste et capitaliste, et le développement de l'idéologie égalitariste pour que le contenu réel de la valeur puisse être établi en toute clarté. Or, comme on l'a vu, l'avènement de[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître assistant, directeur du groupe de sociologie de la littérature à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Pour citer cet article

Jacques LEENHARDT. MARXISME - La réification [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Autres références

  • ABENSOUR MIGUEL (1939-2017)

    • Écrit par
    • 898 mots
    • 1 média

    Utopie, émancipation, critique, politique – tels sont les termes qui peuvent qualifier le travail conduit par Miguel Abensour, professeur de philosophie politique, éditeur et penseur.

    Miguel Abensour est né à Paris le 13 février 1939. Agrégé de sciences politiques, auteur d’une thèse d’État (...

  • ADLER MAX (1873-1937)

    • Écrit par
    • 648 mots

    Longtemps occulté par la prépondérance de l'idéologie bolchevique, le rôle de Max Adler, l'un des principaux représentants de l'austro-marxisme, s'éclaire d'une importance accrue à mesure qu'on redécouvre les tendances anti-autoritaires apparues dans l'évolution de la doctrine marxiste....

  • ALTHUSSER LOUIS (1918-1990)

    • Écrit par et
    • 4 570 mots

    Références philosophiques et politiques majeures, les écrits de Louis Althusser comme ceux qu'il a inspirés exercèrent une forte emprise, bien au-delà de la France, de 1960 à 1978. La lente, la tragique agonie de l'auteur, le triomphe des idéologies libérales dans les pays capitalistes, la crise et...

  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par et
    • 16 158 mots
    • 1 média
    Certes,la conception que se font les marxistes de l'histoire est différente de celle de Lévi-Strauss, mais, d'un côté comme de l'autre, les débats portent sur les mêmes problèmes fondamentaux, essentiellement celui de savoir quel statut et quelle priorité accorder aux systèmes symboliques. Même si,...
  • Afficher les 109 références