Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ALTHUSSER LOUIS (1918-1990)

Références philosophiques et politiques majeures, les écrits de Louis Althusser comme ceux qu'il a inspirés exercèrent une forte emprise, bien au-delà de la France, de 1960 à 1978. La lente, la tragique agonie de l'auteur, le triomphe des idéologies libérales dans les pays capitalistes, la crise et finalement le reflux spectaculaire du marxisme, l'abandon par les pays de l'Est du « socialisme [dit] réel » sont autant de facteurs qui expliquent un dépérissement apparemment rédhibitoire.

« Je ne suis pas marxiste »

Cette phrase de Marx, Althusser l'applique tout d'abord à son auteur : ce n'est pas parce qu'une œuvre est signée de Karl Marx qu'elle relève nécessairement du marxisme. Pour en décider, un travail d'analyse et d'argumentation se révèle indispensable, afin d'identifier le dispositif théorique et les visées politiques qu'on nomme le marxisme. Les écrits de Marx étant écrits, ils constituent justement une réalité matérielle-discursive à analyser en tant que telle : leur signature subjective ne garantit pas les problématiques objectives qui y sont à l'œuvre. Althusser reprend ainsi la thèse centrale du matérialisme : l'être social détermine la conscience, et non l'inverse ; le réel est irréductible, dans sa structure et dans son fonctionnement, aux représentations intuitives ou rationnelles que les sujets humains s'en font. L'œuvre de Marx ne s'explique pas par le seul fait que Marx s'y est mis à l'œuvre. Ni non plus par les travaux qui s'en réclament ou par les régimes politiques qui affirment pratiquer cette œuvre.

Karl Marx n'est pas né marxiste. Il l'est devenu dans un processus complexe balisé par des ruptures laborieuses, des découvertes révolutionnaires, des points aveugles. Chez Marx, déjà, le marxisme n'est pas une nature, et moins encore un état définitivement acquis, il constitue une position contradictoire à étayer et à défendre sans fin. Pas de ligne « par définition juste », mais l'ajustement ininterrompu d'une ligne qui doit être raffermie chaque fois : tel est le premier leitmotiv de Louis Althusser, celui de Pour Marx et de Lire « Le Capital ».

De là le découpage des œuvres de Marx proposé par Althusser. Découpage par identification de différentes problématiques (de 1841 à 1843, problématique idéaliste et feuerbachienne ; en 1844, problématique communiste utopique ; dès 1847, problématique marxiste effective). Découpage tendanciel, surtout : il ne sépare pas des blocs étanches, mais des problématiques dominantes, articulées chaque fois à d'autres problématiques autrefois dominantes (éléments hégéliens encore en 1859) ou qui domineront par la suite (éléments marxistes déjà en 1844). Pas de succession harmonieuse, mais des enchevêtrements multiples. Et, d'un bout à l'autre, des points aveugles maintes fois repris mais jamais réellement élaborés : l'idéologie, l'État, l'organisation et l'exercice du pouvoir révolutionnaire sont cernés sans guère être pensés comme l'économique a pu l'être. Il n'y a donc pas, chez Marx, un système mais un travail inégalement développé. Il s'ensuit que la « crise du marxisme », loin de sanctionner – de l'extérieur – l'échec de cette démarche, y est inclue comme sa condition sine qua non de développement. Penser effectivement ces points aveugles, faire ce que Marx n'a pas su faire ou qu'il fait dans une problématique prémarxiste : voilà le deuxième leitmotiv de Louis Althusser, celui du recueil Positions, celui de Réponse à John Lewis.

L'exigence éthique d'un « retour à Marx » y est à l'œuvre, que maints fils relient au « retour à Freud » énoncé par Jacques Lacan (voir « Freud et Lacan », in [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en sociologie, U.F.R. de sciences sociales à l'université de Paris-V, président de l'association Pratiques sociales
  • : professeur de philosophie

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • BALIBAR ÉTIENNE (1942- )

    • Écrit par Patrice MANIGLIER
    • 1 058 mots

    Étienne Balibar est une des plus grandes figures internationales de ce qu'on a parfois appelé « post-marxisme ». Après avoir connu très tôt la notoriété par sa contribution à l'ouvrage dirigé par Louis AlthusserLire le Capital (1965), qui permit à toute une génération d'apprendre...

  • CRITIQUE LITTÉRAIRE

    • Écrit par Marc CERISUELO, Antoine COMPAGNON
    • 12 918 mots
    • 4 médias
    ...s'inspirent, en Allemagne de Theodor W. Adorno et de l'école de Francfort, en Grande-Bretagne de Raymond Williams et du matérialisme culturel, en France de Louis Althusser et de sa conception de l'idéologie calquée sur le modèle de l'inconscient freudien. De même que le structuralisme génétique...
  • DIALECTIQUE

    • Écrit par Étienne BALIBAR, Pierre MACHEREY
    • 8 037 mots
    • 2 médias
    De là l'idée avancée par L. Althusser que « la contradiction est surdéterminée dans son principe » (Pour Marx) : elle n'est pas une cause simple mais un effet complexe. Au lieu de réduire son objet à un principe rationnel interne (dans un mouvement qui relève en dernière analyse de l'...
  • IDÉOLOGIE

    • Écrit par Joseph GABEL
    • 6 777 mots
    ...entrer dans le problème des rapports d'une science à son passé (idéologique), disons que l'idéologie comme système de représentations se distingue de la science en ce que la fonction pratico-sociale l'emporte en elle sur la fonction théorique (ou fonction de connaissance) » (L. Althusser, Pour Marx).
  • Afficher les 9 références

Voir aussi