MARXISMELa réification

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une catégorie de la sociologie de la littérature et de la philosophie

Dans une structure sociale marchande, les pratiques religieuses, artistiques et philosophiques perdent tendanciellement leur autonomie dans la mesure où elles perdent tout pouvoir sur la structure globale de la société, alors qu'en retour elles sont de plus en plus déterminées par la structure économique. La réification détermine donc une hypertrophie de la sphère privée (J. Habermas, Strukturwandel der Öffentlichkeit) comme conséquence de l'inefficacité sociale de la pensée et des axiomatiques religieuses, philosophiques ou esthétiques, alors même qu'elle est le signe que toute vie ou pensée privée est déterminée par la catégorie de la médiation.

La réification devient alors une catégorie nécessaire à l'étude du statut de ces pratiques en société marchande, ainsi que du statut des intellectuels qui se constituent ipso facto en groupe particulier à l'intérieur de celle-ci.

La réification est enfin un concept clé pour la compréhension et l'explication des œuvres produites en ces conditions, et particulièrement pour le roman. Sur ce point, le livre de Goldmann, Pour une sociologie du roman, représente l'application la plus précise du concept de réification en sociologie de la création. L'hypothèse de travail peut se résumer ainsi : la structure du roman, comme univers total représenté, enregistre et reproduit les transformations engendrées dans la société par le développement de la réification, à savoir, en quatre étapes :

a) Le roman né dans la société individualiste se présente comme la quête dégradée de valeurs authentiques par un héros plongé dans un monde dégradé. Toute valeur s'y trouve donc à l'état implicite. Ce type de romans est « la transposition sur le plan littéraire de la vie quotidienne dans la société individualiste née de la production pour le marché » (Goldmann).

b) Dans la période de transformation du capitalisme individualiste en capitalisme des monopoles, on constate sur le plan romanesque la disparition de l'importance de l'individu (le hér [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages





Écrit par :

  • : maître assistant, directeur du groupe de sociologie de la littérature à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  MARXISME  » est également traité dans :

MARXISME - La théorie marxiste

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 741 mots
  •  • 2 médias

Si elle implique nécessairement des problèmes philosophiques, la théorie de Marx n'est donc pas un système philosophique. Il en résulte, d'abord, qu'elle n'est pas achevée et, d'autre part, que son exposé n'a pas de commencement absolu, ni dans son ensemble, ni dans telle de ses parties (par exemple, dans sa partie « économique », qu'expo […] Lire la suite

MARXISME - Le matérialisme dialectique

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 6 386 mots
  •  • 2 médias

C'est vraisemblablement avec l'ouvrier allemand Joseph Dietzgen que les mots de dialectique et de matérialisme se trouvent pour la première fois associés, et désignent ensemble la philosophie nouvelle du prolétariat. Marx et Engels reconnurent dans cette association […] Lire la suite

MARXISME - Les révisions du marxisme

  • Écrit par 
  • Pierre BOURETZ, 
  • Evelyne PISIER
  •  • 3 652 mots
  •  • 1 média

Dans l'histoire du socialisme, le terme « révisionnisme » fait problème. Toute entreprise, avouée ou non, de révision de l'œuvre de Marx n'est pas tenue pour révisionniste : ni Lénine, ni Mao Zedong, ni Castro ne passent pour « révisionnistes ». Dans les débats marxistes, la notion de révisionnisme est souvent confon […] Lire la suite

ABENSOUR MIGUEL (1939-2017)

  • Écrit par 
  • Anne KUPIEC
  •  • 907 mots
  •  • 1 média

Utopie, émancipation, critique, politique – tels sont les termes qui peuvent qualifier le travail conduit par Miguel Abensour, professeur de philosophie politique, éditeur et penseur . Miguel Abensour est né à Paris le 13 février 1939. Agrégé de sciences politiques, auteur d’une thèse d’État ( Les Formes de l'utopie socialiste-communiste : essai sur le communisme critique et l ' utopie), il ensei […] Lire la suite

ADLER MAX (1873-1937)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 644 mots

Longtemps occulté par la prépondérance de l'idéologie bolchevique, le rôle de Max Adler, l'un des principaux représentants de l'austro-marxisme, s'éclaire d'une importance accrue à mesure qu'on redécouvre les tendances anti-autoritaires apparues dans l'évolution de la doctrine marxiste. Né le 15 janvier 1873 à Vienne, Max Adler entreprend des études de droit, mais se consacre surtout à la philosop […] Lire la suite

ALTHUSSER LOUIS (1918-1990)

  • Écrit par 
  • Saül KARSZ, 
  • François MATHERON
  •  • 4 564 mots

Références philosophiques et politiques majeures, les écrits de Louis Althusser comme ceux qu'il a inspirés exercèrent une forte emprise, bien au-delà de la France, de 1960 à 1978. La lente, la tragique agonie de l'auteur, le triomphe des idéologies libérales dans les pays capitalistes, la crise et finalement le reflux spectaculaire du marxisme, l'abandon par les pays de l'Est du « socialisme [d […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'anthropologie marxiste »  : […] Certes, la conception que se font les marxistes de l'histoire est différente de celle de Lévi-Strauss, mais, d'un côté comme de l'autre, les débats portent sur les mêmes problèmes fondamentaux, essentiellement celui de savoir quel statut et quelle priorité accorder aux systèmes symboliques. Même si, en définitive, les divergences restent profondes, Lévi-Strauss, dans La Pensée sauvage , déclare v […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 5 144 mots

Dans le chapitre « La vision libérale et la critique marxiste »  : […] À la fin du xviii e  siècle, les sociétés primitives apparaissent généralement, du moins chez les adversaires de J.-J. Rousseau, comme les vestiges témoins de l'enfance de l'Humanité, d'un stade où l'outillage technique et intellectuel ne permettait « pas encore » aux individus de produire plus que pour leurs besoins. Sans surplus pas d'échanges, sans échanges pas de monnaie. Caractérisée négative […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 138 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Occupation de l'espace, peuples et civilisations »  : […] Existe-t-il une « civilisation asiatique » et, si oui, sur la base de quels critères ? La réponse doit prendre en compte les problèmes de délimitation de l'Asie tels qu'ils viennent d'être exposés, l'évolution historique qui peut dégager des divergences ou des convergences et, enfin, le point de vue. La définition socioculturelle, sinon ethnique, d'une Asie est inséparable d'un positionnement géo […] Lire la suite

BALIBAR ÉTIENNE (1942- )

  • Écrit par 
  • Patrice MANIGLIER
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Étienne Balibar est une des plus grandes figures internationales de ce qu'on a parfois appelé « post-marxisme ». Après avoir connu très tôt la notoriété par sa contribution à l'ouvrage dirigé par Louis Althusser Lire le Capital (1965), qui permit à toute une génération d'apprendre à concilier la référence politique au marxisme avec la modernité intellectuelle alors incarnée par le structuralisme […] Lire la suite

BAUER OTTO (1881-1938)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 655 mots

Tenu pour un des plus éminents représentants de l'austro-marxisme, Otto Bauer s'inscrit dans la lignée antidogmatique de la pensée marxiste en s'efforçant de créer une troisième voie entre le bolchevisme et la social-démocratie. Né à Vienne d'une famille originaire de Bohême, le 5 septembre 1881, Bauer a vingt-quatre ans quand il publie, après de brillantes études de droit et d'économie, La Quest […] Lire la suite

BEBEL AUGUST (1840-1913)

  • Écrit par 
  • François IGERSHEIM
  •  • 779 mots

Fils d'un sous-officier prussien, orphelin de bonne heure, August Bebel est formé au métier de tourneur. Il entreprend un tour d'Allemagne en 1858. Il s'établit par la suite à Leipzig en 1861 où il adhère à la Société d'éducation ouvrière dont il devient vite un des principaux animateurs. Il est membre du comité permanent de l'Union des associations ouvrières allemandes en 1864. En 1865, Wilhelm L […] Lire la suite

ÉDUCATION - Philosophie de l'éducation

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 2 340 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'humanisme soumis à un double assaut »  : […] Cent ans après la leçon inaugurale de Henri Marion, le propos humaniste dont le xix e  siècle philosophique avait fait le slogan de l'éducation laïque moderne fait l'objet d'une récusation pratique et théorique en passe de devenir un fait de culture. L'invitation à la mise en route de soi par soi ne pouvait être entendue en définitive que sur fond d'un « grand récit » (J.-F. Lyotard) qui lui confé […] Lire la suite

BENSAÏD DANIEL (1946-2010)

  • Écrit par 
  • Willy PELLETIER
  •  • 952 mots

Daniel Bensaïd eut plusieurs vies, chacune recomposant l'autre, en la continuant. Né le 25 mars 1946 à Toulouse, il est mort le 12 janvier 2010 à Paris. Philosophe militant révolutionnaire, théoricien du mouvement trotskiste, il est l'une des rares incarnations du soixante-huitard resté fidèle à ce qu'il défendait alors. Dissident de l'Union des étudiants communistes, solidaire de l'« opposition […] Lire la suite

BERNSTEIN EDUARD (1850-1932)

  • Écrit par 
  • Frédéric BON
  •  • 1 146 mots

Dans le chapitre « Le secrétaire d'Engels »  : […] Eduard Bernstein est né à Berlin dans une famille juive libérale. Son père, artisan, pratique une religion assouplie. Son oncle, le rabbin Aron Bernstein, est le fondateur du journal libéral La Gazette populaire de Berlin ( Berliner Volkzeitung ). Après des études secondaires sans éclat, il entre à seize ans comme apprenti chez un banquier. De 1871 à 1878, il est employé à la banque Rothschild. Il […] Lire la suite

BLUNT ANTHONY (1907-1983)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 362 mots

L'historien de l'art Anthony Blunt est décédé à Londres le 26 mars 1983. Renommé parmi ses pairs, universitaires et conservateurs, ce grand savant devint la proie d'un scandale retentissant lorsque, le 15 novembre 1979, à la requête de députés travaillistes, le Premier ministre anglais, Margaret Thatcher, révéla à la Chambre des Communes son engagement dans un réseau d'espionnage au service de l' […] Lire la suite

BOLCHEVISME

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 7 566 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Lors du II e congrès du P.O.S.D.R., les divergences éclatèrent à propos de l'article premier des statuts, sur la question de savoir qui serait considéré comme membre du parti. Celui qui « en reconnaît le programme et soutient le parti tant par des moyens matériels que par sa participation personnelle dans une des organisations du parti », selon la formulation de Lénine, ou celui qui, en reconnais […] Lire la suite

BOURGEOISIE

  • Écrit par 
  • Pierre SALY
  •  • 1 980 mots

Dans le chapitre « De la notion au concept : vers une vision marxiste de la bourgeoisie »  : […] Timidement dès le xvi e  siècle, plus fermement au xviii e , se présente l'idée que le cours des événements historiques peut s'expliquer, ou du moins s'éclairer, par la prise en compte des affrontements entre groupes sociaux : « peuple gras » et « peuple menu », noblesse de race et tiers état, etc. Mais la bourgeoisie comme acteur de l'histoire est encore absente de la vision du devenir humain de […] Lire la suite

BROUÉ PIERRE (1926-2005)

  • Écrit par 
  • Daniel BENSAÏD
  •  • 848 mots

Né en 1926 à Privas (Ardèche), l'historien Pierre Broué est décédé le 26 juillet 2005 à Grenoble. Collégien, il avait découvert sa vocation en se plongeant dans la bibliothèque d'un professeur militant, Elie Reynier. Ce goût précoce pour l'histoire lui permit d'établir très tôt un lien entre étude et engagement, notamment à travers la lecture de l' Histoire de la révolution russe de Léon Trotski. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LEENHARDT, « MARXISME - La réification », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-la-reification/