HEIDEGGER MARTIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La structure du « Dasein »

L'analytique fondamentale se propose donc d'élucider la manière selon laquelle la compréhension de l'être – qui est aussi l'être du Dasein – s'articule. Elle découvre ainsi une structure tridimensionnelle, unitairement désignée, on l'a dit, par la notion de souci. Ces trois composantes sont la facticité ou la déréliction (Geworfenheit, terme désormais traduit par : être-jeté), l'existence (Existenz) et l'être-auprès-de (Sein bei).

La facticité ou déréliction se marque en ceci que le Dasein se découvre comme étant toujours-déjà-là. « Nous sommes embarqués. » Il n'y a pas de pensée possible de la naissance, et toute question relative au Dasein se pose en deçà de son origine. Le Dasein est toujours-déjà jeté dans l'existence, sans l'avoir choisi. Il se trouve là. Tel est le sentiment fondamental de la situation (Grundbefindlichkeit). Ce sentiment situe le Dasein relativement à la totalité de l'étant. Il est à la racine de tous les autres « sentiments » – ce mot n'étant jamais pris dans le sens psychologique – qui sont autant de « positions » relatives à cette totalité. La Befindlichkeit est donc un trait constitutif du Dasein et le situe à tout moment par rapport à tout ce qui est. Enfin, la déréliction, parce qu'elle constitue du Dasein comme ayant-été, est la racine ontologique de la dimension temporelle du passé.

L'existence, qui n'est donc pas simplement synonyme du Dasein, désigne le caractère qui porte ce Dasein à être constamment en avant de lui-même. Ses modalités principales sont la compréhension (Verstehen), au sens le plus étendu de ce terme, et le pro-jet (Entwurf), qui sont intrinsèquement reliés à l'existence. Toute existence est donc « compréhensive », et elle l'est par l'articulation d'un pro-jet. Celui-ci est toujours mise en perspective de certains étants et ne concerne donc point la totalité de ceux-ci. L'existence est la source de la dimension temporelle de l'avenir (à-venir), dimension qui a un certain privilège sur les deux autres ekstases temporelles du passé et du présent. Le temp [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HEIDEGGER MARTIN (1889-1976)  » est également traité dans :

HEIDEGGER MARTIN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 298 mots

26 septembre 1889 Naissance de Martin Heidegger, à Messkirch.1914 Thèse de doctorat sur La Théorie du jugement dans le psychologisme. Thèse d'habilitation dédiée à Heinrich Rickert : Le Traité des catégories et de la signification chez Duns Scot.1923 Il est nommé professeur à l'université de Marbourg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heidegger-reperes-chronologiques/

HEIDEGGER MARTIN, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 181 mots
  •  • 1 média

Avec Husserl, le fondateur de la phénoménologie, Martin Heidegger est, sans conteste, le philosophe allemand le plus important du xxe siècle. Être et Temps, paru en 1927, a eu une influence considérable sur la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heidegger-m-en-bref/

DE L'ESSENCE DE LA VÉRITÉ et PLATON LE SOPHISTE (M. Heidegger)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 602 mots

Il faut espérer que la traduction des tomes 19 et 34 de la Gesamtausgabe, qui rassemblent les cours des semestres d'hiver 1924-1925 et 1931-1932 : Platon « Le Sophiste » (Gallimard, 2001) et De l'essence de la vérité. Approche de l'« allégorie de la caverne » et du «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-l-essence-de-la-verite-et-platon-le-sophiste-m-heidegger/#i_4001

ESSAIS ET CONFÉRENCES, Martin Heidegger - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 923 mots
  •  • 1 média

Les onze textes recueillis dans ce volume, regroupés en trois massifs distincts et cependant secrètement reliés entre eux, constituent certainement la meilleure introduction à la seconde pensée de Martin Heidegger (1889-1976) pour reprendre la distinction devenue classique depuis la thèse de W. Richardson (196 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/essais-et-conferences/#i_4001

ÊTRE ET TEMPS, Martin Heidegger - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 792 mots
  •  • 1 média

Du seul véritable livre de Martin Heidegger (1889-1976) publié en 1927, Être et Temps (Sein und Zeit, 1927), certainement le traité de philosophie le plus important paru au xxe siècle, ne seront menées à bien et ne paraî […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etre-et-temps/#i_4001

ABBAGNANO NICOLA (1901-1990)

  • Écrit par 
  • Sergio MORAVIA
  •  • 873 mots

Esprit extrêmement précoce, Abbagnano débute sur la scène intellectuelle dans les années 1920 – un début caractérisé par une vive, surprenante originalité. Dans Le Sorgenti irrazionali del pensiero (1923) et dans Il Problema dell'arte (1925), il repousse nettement le néo-idéalisme de Croce et de Gentile, dont l'hégémonie spéculative dans la pensé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicola-abbagnano/#i_4001

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 252 mots

Dans le chapitre « La disjonction de l'affectivité et de la subjectivité : Heidegger »  : […] Ce n'est pas le lieu, ici, de redéployer toute la problématique, difficile par sa subtilité et par sa nouveauté, d' Être et Temps . Rappelons que, au lieu de caractériser l'homme par la subjectivité ou la conscience – ce qui sous-tend toujours, par l'autonomie de ce que ces concepts sont censés désigner, l'équivoque d'un être qui pourrait être tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affectivite/#i_4001

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 371 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Heidegger et l'être-auprès-de »  : […] Cette ligne de partage entre ce qui m'est propre et ce qui est étranger, et que Husserl situait dans le vécu ( Erlebnis ) de ma chair, sera pour Martin Heidegger le « mourir ». Heidegger récuse l'évidence du cogito et des données immédiates d'un sujet, au nom d'une ontologie de l'Être en tant que caché, transcendant. Pour accéder à la connaissan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alterite-philosophie/#i_4001

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 454 mots

Dans le chapitre « Les domaines de l'analogie »  : […] Entées sur un complexe de textes hétérogènes, pénétrées d'influences contradictoires, travaillées par des problèmes partiellement étrangers à l'univers d'Aristote, les principales théories médiévales de l'analogie se sont édifiées soit dans un sens « avicennien », soit dans un sens « averroïste ». Le composant avicennien prédomine dans toutes les t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analogie/#i_4001

ANGOISSE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 547 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'angoisse de l'être »  : […] Ce qui nous angoisse, c'est donc l'environnement du monde dans son ensemble et, en même temps, l'absolue inconsistance de celui-ci. Telle est l'idée essentielle sur laquelle a insisté Heidegger en précisant que « ce qui angoisse l'angoisse est l'être-au-monde comme tel ». Il est bien remarquable, note-t-il, que, lorsque l'angoisse est passée, nous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angoisse/#i_4001

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et philosophie

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 451 mots

Dans le chapitre « L'architecture des philosophies, de Platon à Hegel »  : […] Le premier volet de notre enquête nous a révélé la fragilité de l'union des deux mots, archè et tektonikos , qui composent l'« architecture » en elle-même : vécue « de l'intérieur », dans la mémoire de la langue. Et donc posée comme susceptible de susciter sa propre philosophie. Mais qu'en pensent les philosophes ? L'investigation doit ici, semble […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-architecture-et-philosophie/#i_4001

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre « Nouvelle position du problème : la critique de la conscience esthétique »  : […] Ne faut-il pas cependant s'interroger sur cette réduction de la « forme » à l' objet  ? On se rappelle en quels termes le Heidegger de « l'époque des conceptions du monde » entreprenait – en 1938 – de se démarquer de Hegel : à la différence de ce dernier, l'auteur de Sein und Zeit refusait d'admettre que la relation sujet-objet, c'est-à-dire la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-et-musique/#i_4001

ARENDT HANNAH (1906-1975)

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 1 790 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Penser ce que nous faisons » »  : […] Comment penser la crise de la culture, la crise de l'éducation, l'avènement du mensonge en politique, dès lors qu'aucune des réponses fournies par la tradition n'est plus valable : telles sont les interrogations qui sous-tendent La Crise de la culture (1954), puis La Condition de l'homme moderne (1958). Ce livre signe sa réconciliation avec le mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hannah-arendt/#i_4001

BEAUFRET JEAN (1907-1982)

  • Écrit par 
  • Jean LAUXEROIS, 
  • Claude ROËLS
  •  • 646 mots

Le nom du philosophe Jean Beaufret demeure lié à celui de Martin Heidegger. La rencontre entre les deux hommes décida d'un dialogue lui-même décisif pour la pensée de notre temps. Jean Beaufret naquit à Auzances dans la Creuse. Après l'école communale et le lycée de Montluçon, il vint à Paris pour préparer le concours de l'École normale supérieure, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-beaufret/#i_4001

BULTMANN RUDOLF (1884-1976)

  • Écrit par 
  • André MALET
  •  • 2 306 mots

Dans le chapitre « Bultmann philosophe »  : […] La réponse de Bultmann à ses critiques permet de mieux entrevoir l'aspect proprement philosophique de sa pensée. Le refus de la démythologisation a pour cause, selon lui, une conception erronée de la connaissance : on tient qu'il n'y a de connaissance qu'objective (naturelle ou surnaturelle, peu importe). Bultmann admet naturellement que l'objectiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-bultmann/#i_4001

CASSIN BARBARA (1947- )

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste GOURINAT
  •  • 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’aventure de la traduction »  : […] Née le 24 octobre 1947 à Boulogne-Billancourt, elle est d’abord l’élève des philosophes Michel Deguy et Jean Beaufret, qui ont grandement contribué à l’introduction de la pensée de Martin Heidegger en France. Grâce à Jean Beaufret, elle participe au mythique séminaire du Thor, près de L’Isle-sur-la-Sorgue, qui se tint chez René Char en 1969, en pré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barbara-cassin/#i_4001

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mise en question de l'idée de représentation »  : […] Il faudrait évoquer ici la problématique heideggérienne de la déconstruction de la métaphysique, qui contient une mise en question radicale de l'idée de représentation (on remarquera d'emblée que cette mise en question englobe la tentative phénoménologique, interprétée elle-même comme relevant encore d'une « métaphysique de la subjectivité »). Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/connaissance/#i_4001

CONTINU & DISCRET

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 7 679 mots

Dans le chapitre « Investissement philosophique de l'opposition »  : […] Il existe une tradition philosophique rattachant le continu à l'Identité, au Même, à la Permanence : le structuralisme, qui pensait mener un combat contre ces figures, et tout particulièrement contre l'historicisme, nous a incité à considérer de préférence cette tradition, pour mieux la rejeter. Peut-être tire-t-elle sa force de la pensée de Leibn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/continu-et-discret/#i_4001

CORRESPONDANCE DE HANNAH ARENDT

  • Écrit par 
  • Alain BROSSAT
  •  • 1 564 mots

Autant la réception de Hannah Arendt en France a été tardive, hésitante, voire rétive, autant la reconnaissance de sa stature de penseur du politique et de philosophe va bon train. La publication, en 1995 et 1996 respectivement, de sa correspondance avec deux de ses amis les plus proches – le philosophe Karl Jaspers et l'écrivain Mary McCarthy – t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/correspondance-de-hannah-arendt/#i_4001

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les modèles « gnostiques » ou indéterminés »  : […] Faut-il ajouter un quatrième paradigme pour réunir certaines manières de la critique littéraire contemporaine ? Les trois précédents – explicatif, interprétatif, analytique – relèvent de conceptions du sujet et du langage – positiviste, phénoménologique, structurale – après lesquelles on n'a rien inventé. Toutefois, le modèle textuel ne se situe pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_4001

DERRIDA JACQUES (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Catherine MALABOU
  •  • 3 353 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « L'éthique du don » »  : […] Il n'est pas possible de distinguer, dans l'œuvre de Derrida, ce que l'on appelle communément des « tournants » ni même une « évolution », chaque livre étant toujours un événement qui frappe par sa singularité. Il n'en demeure pas moins que les textes écrits à partir des années 1990 insistent de manière remarquable sur la question du don. Cette in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-derrida/#i_4001

DES HÉGÉMONIES BRISÉES (R. Schürmann)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 345 mots

Dans son livre Le Principe d'anarchie paru en 1982, consacré à « Heidegger et la question de l'agir », Reiner Schürmann (né de parents allemands, à Amsterdam en 1941, mort à New York le 20 août 1993) citait quelques lignes de Novalis, elles-mêmes méditées par Heidegger, qui peuvent servir de fil conducteur aux textes rédigés en français et rassemb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/des-hegemonies-brisees/#i_4001

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 672 mots

Dans le chapitre « La transcendance »  : […] Voir Dieu dans la nature, il n'y a là « rien qui crève les yeux » : Kierkegaard ( Miettes philosophiques , « Le Paradoxe absolu ») rejoint Pascal sur ce point. Dans la tradition ouverte par Descartes, ce n'est plus à partir du monde que l'on remonte vers Dieu, mais à partir du moi pensant. D'où le souci primordial, dans la philosophie anti-idéalist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-problematique-philosophique/#i_4001

ESTHÉTIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 1 611 mots

Q u'est-ce que l'esthétique ? Le philosophe allemand Martin Heidegger la définissait, en 1936, comme « la science du comportement sensible et affectif de l'homme et de ce qui le détermine », étant entendu que ce déterminant est le beau, que le beau peut aussi bien apparaître dans la nature qu'être issu de l'art, et que l'homme, s'il se targue so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-vue-d-ensemble/#i_4001

ÊTRE, philosophie

  • Écrit par 
  • Giulio GIORELLO
  •  • 4 682 mots

Dans le chapitre « Être, étant, néant »  : […] Dans Sein und Zeit (1927), Martin Heidegger part de l'affirmation aristotélicienne que « l'être se prend en de multiples acceptions » pour demander laquelle est fondamentale, laquelle constitue l'être de l'étant. C'est la question qui a « tenu en haleine » Platon et Aristote, celle qui s'est constamment posée dans la pensée de l'Occident. Heidegge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etre-philosophie/#i_4001

ÉVÉNEMENT, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 927 mots

Dans le chapitre « L'événement contre la métaphysique »  : […] Dans cette redécouverte de la notion d'événement, la phénoménologie contemporaine n'est pas en reste. Ce qui retient l'attention des phénoménologues, ce ne sont pas les événements anonymes de la nature ou de l'histoire, attestant que quelque chose s'est passé. Certains événements rendent possible une scansion du temps chronologique. Tout n'est pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evenement-philosophie/#i_4001

EXISTENCE PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 6 149 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le « Dieu perdu » »  : […] Comment se fait-il qu'une pensée originairement religieuse, celle de Kierkegaard, se soit transformée en une philosophie non religieuse et même antireligieuse ? À cette observation, on peut répondre que, s'il y a une branche non religieuse et une branche a-religieuse de la philosophie de l'existence, la tendance religieuse persiste toujours, notamm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-l-existence/#i_4001

EXISTENTIAL

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 455 mots

Terme technique de l'ontologie professée par Martin Heidegger et exposée par lui dans L'Être et le Temps ( Sein und Zeit , 1927). Depuis lors, ce terme a été repris par différentes écoles existentialistes, mais non par toutes. Il y a lieu de bien distinguer entre « existentiel » et « existential ». Est existentiel tout ce qui se rapporte à la faço […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/existential/#i_4001

GADAMER HANS-GEORG (1900-2002)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 851 mots

Hans-Georg Gadamer est né le 11 février 1900 à Breslau. Plus proche de la sensibilité esthétique et religieuse de sa mère que de la mentalité scientiste de son père qui ne cessait de le mettre en garde contre les « bavardages ineptes » des sciences de l'esprit, il débute ses années d'apprentissage philosophique en 1919 à l'université de Marbourg, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-georg-gadamer/#i_4001

GRANEL GÉRARD (1930-2000)

  • Écrit par 
  • Dominique JANICAUD
  •  • 653 mots

Philosophe au style éclatant, Gérard Granel a fait une carrière universitaire classique qui ne correspond qu'à une facette de sa forte personnalité. Traducteur, il fut aussi éditeur, polémiste, penseur d'avant-garde faisant converger de manière originale la phénoménologie heideggérienne avec le néo-marxisme de Gramsci. Né à Paris dans un milieu de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-granel/#i_4001

GRASSI ERNESTO (1902-1991)

  • Écrit par 
  • Alain PONS
  •  • 982 mots

Ernesto Grassi a été l'une des figures les plus importantes de la philosophie européenne. Peu connu en France, où deux seulement de ses ouvrages, Humanisme et marxisme et La Métaphore inouïe , ont été traduits, il jouissait d'un grand prestige en Italie, sa patrie, et surtout en Allemagne, où il passa la plus grande partie de son existence. Son œu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernesto-grassi/#i_4001

HERMÉNEUTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 3 284 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La compréhension comme modalité de l'être-au-monde (M. Heidegger)  »  : […] Avec la philosophie de Martin Heidegger (1889-1976), la réflexion sur le statut philosophique de l'herméneutique connaît un virage décisif. Tournant résolument le dos aux préoccupations techniques et épistémologiques de F. Schleiermacher et de W. Dilthey, Heidegger s'intéresse exclusivement à la compréhension et à l'explicitation ( Verstehen/Ausle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermeneutique/#i_4001

HISTOIRE ET SALUT (K. Löwith)

  • Écrit par 
  •  • 968 mots

Presque cinquante ans après la parution de sa version allemande, la traduction du livre de Karl Löwith Histoire et Salut . Les présupposés théologiques de la philosophie de l'histoire (trad. M. C. Calliol-Gillet, S. Hurstel, J.-F. Kervégan, Gallimard, 2002) vient enrichir le débat sur la « sécularisation » et ses enjeux, relancé en 1985 par Marcel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-et-salut/#i_4001

HISTORICITÉ

  • Écrit par 
  • Hans Georg GADAMER
  •  • 6 441 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Existence et finitude »  : […] C'est d'abord dans sa Psychologie des conceptions du monde ( Psychologie der Weltanschauungen , 1919) que Karl Jaspers a exposé sa doctrine des situations limites ; il l'a plus tard développée, en lui donnant une signification fondamentale, dans son ouvrage Philosophie . Mais, plus radicalement que lui, Heidegger a élevé la question du caractère l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/historicite/#i_4001

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 321 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La différence heideggérienne »  : […] On pourrait, sans peut-être les modifier autant qu'on le pense généralement, formuler les thèses et les thèmes que l'on vient de développer en un langage plus délibérément ontologique. On parlera alors de la différence de l'être et de l'étant ou, plus simplement, du mouvement de la différence. On dira encore que l'être n'est pas sans les étants ni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-la-realite-humaine/#i_4001

IMMANENCE ET TRANSCENDANCE

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 276 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La transcendance horizontale »  : […] Mais transascendance ou transdescendance ressortissent encore à « l'imagination en hauteur » dont parlait Brunschvicg, et le tout-autre de Jaspers comme le tout-autre d'Emmanuel Lévinas se situent également à la verticale de l'homme. C'est avec l'existentialisme athée de Heidegger et de Sartre qu'on aperçoit une nouvelle forme de la transcendance, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immanence-et-transcendance/#i_4001

INFINI, philosophie

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 6 339 mots

Dans le chapitre « Le fini sans infini »  : […] Le criticisme kantien, dans sa rigoureuse distinction entre, d'une part, l'intuition dont le temps est la forme pure et où la nature est donnée , et, d'autre part, la raison qui possède l'idée de l'infini sans pouvoir s'assurer de l'être, instaure d'une nouvelle façon le fini et l'infini. Contrairement à la tradition cartésienne, le fini, chez Kant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-philosophie/#i_4001

JONAS HANS (1903-1993)

  • Écrit par 
  • Nicolas TERTULIAN
  •  • 1 276 mots

Le trajet philosophique de Hans Jonas a connu une ligne de développement sinueuse, sur laquelle on peut distinguer au moins trois étapes. Si les recherches sur la gnose et le gnosticisme ont dominé au début de son activité théorique, il s'est orienté, à partir de la Seconde Guerre mondiale, vers les questions d'ontologie, pour se concentrer finalem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-jonas/#i_4001

LACOUE-LABARTHE PHILIPPE (1940-2007)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 004 mots

Né en 1940, tout comme Jean-Luc Nancy, et, comme ce dernier, professeur à l'université Marc-Bloch de Strasbourg, Philippe Lacoue-Labarthe s'inscrit dans la mouvance de Jacques Derrida (à propos duquel il organisa en 1980, avec Jean-Luc Nancy, un colloque à Cerisy-la-Salle publié sous le titre Les Fins de l'homme ). Aux limites de la philosophie, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-lacoue-labarthe/#i_4001

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'herméneutique ontologique »  : […] La théorie contemporaine de l'interprétation n'a cessé de s'éloigner de la conception encore psychologisante de Dilthey : celui-ci, bien qu'il ait expressément lié à la notion de texte le passage de la compréhension intersubjective, telle qu'elle s'exerce dans le dialogue, à l'interprétation des expressions de la vie fixées par l'écriture, n'avait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_4001

LIBERTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 11 650 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le surgissement de la subjectivité »  : […] L'entrée en scène de la notion de subjectivité nous enjoint de porter notre attention sur le fait que le fond, auquel renvoient les notions d'acte, d'action, d'activité, ressortit à une histoire profonde. Celle-ci ne peut être réduite, semble-t-il, à un pur changement de théorie, qui serait lié lui-même à un changement culturel, encore moins à quel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte/#i_4001

L'INCONSCIENT DES MODERNES (J-M. Vaysse)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 010 mots

Le sous-titre de L'Inconscient des Modernes  : Essai sur l'origine métaphysique de la psychanalyse (Gallimard, 1999) en indique d'emblée les enjeux et les ambitions. Il ne s'agit pas pour Jean-Marie Vaysse de simplement rapporter les concepts forgés par Freud à leurs racines métaphysiques afin d'en finir avec une entreprise jugée philosophiqueme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-inconscient-des-modernes/#i_4001

LUKÁCS GYÖRGY (1885-1971)

  • Écrit par 
  • Lucien GOLDMANN
  •  • 3 544 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Conscience individuelle et dimension historique »  : […] De même, entre l'affirmation, dans L'Âme et les formes , du caractère tragique de toute pensée individuelle authentique qui se heurte nécessairement à la limite de la mort, et celle, dans Histoire et conscience de classe , du caractère non absolu de cette limite dans la perspective historique d'une réalité humaine dont le sujet n'est plus l'individ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gyorgy-lukacs/#i_4001

MACQUARRIE JOHN (1919-2007)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 325 mots

Théologien britannique, John Macquarrie mêla les philosophies de l'existence à la pensée chrétienne orthodoxe afin de produire une analyse structurelle et systématique de la théologie chrétienne. Né à Renfrew, non loin de Glasgow, Macquarrie fréquente l'université de cette dernière ville, où il passe une maîtrise de la philosophie en 1940 et une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-macquarrie/#i_4001

MERLEAU-PONTY MAURICE (1908-1961)

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 3 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Expérience de l'être-là et « sentir » »  : […] Un tel primat de l'inspiration phénoménologique dans l'œuvre de Merleau-Ponty ne veut point dire que celui-ci ne prenne vis-à-vis de Husserl aucune distance. Il s'en faut même de beaucoup puisqu'on ne trouve chez lui ni le moi transcendantal, auquel il reproche de rendre le philosophe et la philosophie oublieux de leurs origines, ni le célèbre « s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-merleau-ponty/#i_4001

MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 9 360 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hamelin, Husserl et Heidegger »  : […] Mais, de même qu'elle a résisté à la critique qu'en présentait Kant, la métaphysique survit à ses négations, marxistes ou positivistes. Il est de fait que la philosophie contemporaine est tout entière métaphysique, ou pénétrée de métaphysique. L'idéalisme d'Octave Hamelin est bien une métaphysique. On le trouve à la source de ce qu'en France on a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphysique/#i_4001

MONSTRES, esthétique

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 3 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Préoccupations allégoriques »  : […] Le jeu combinatoire et ornemental du monstrueux répond également à un souci symbolique. Comme l'explicite Martin Heidegger dans Holzwege ( Chemins qui ne mènent nulle part ), ce souci caractérise sans doute toute forme esthétique : « L'œuvre est bien une chose, chose amenée à sa finition, mais elle dit encore quelque chose d'autre que la chose qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monstres-esthetique/#i_4001

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 525 mots

Dans le chapitre « Mort et temporalité : mort propre et mort d'autrui »  : […] À la mort ponctuelle, Scheler substitue l'expérience du « mourir ». L'homme ne sympathise avec la mort d'autrui que parce qu'il y projette sa propre mort. Et il est vrai que la souffrance sensibilise et qu'inversement une certaine indifférence n'est que l'égoïsme d'une bonne santé. Maladie, intervention chirurgicale, vieillesse sont hantées par l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_4001

NATURE PHILOSOPHIES DE LA

  • Écrit par 
  • Maurice ÉLIE
  •  • 6 379 mots

Dans le chapitre « Physique et philosophies de la nature »  : […] D'un point de vue historique, il semble que cette distinction n'ait pas toujours existé, si l'on admet que les penseurs présocratiques furent indissolublement physiciens et philosophes de la nature, eux qui cherchèrent l' Archè , le principe des choses, s'interrogèrent sur leurs éléments, terre, air, eau ou feu, ainsi que sur leurs modes de composi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-la-nature/#i_4001

NÉANT

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 210 mots

Dans le chapitre « « L'être et le néant sont la même chose » »  : […] La réduction « humaniste » de la dialectique permettait d'éviter ou d'atténuer le paradoxe des formulations de la Science de la logique . Hegel s'attendait d'ailleurs à des sarcasmes qui n'ont pas manqué. « Cela n'exige pas une grande dépense d'esprit, écrit-il dans la Logique de 1817, de tourner la proposition qu'être et néant sont la même chose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neant/#i_4001

NIETZSCHE FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 9 775 mots
  •  • 1 média

Toute grande œuvre, à quelque degré, est toujours incomprise. Mais celle de Nietzsche , plus encore que les autres, provoque les malentendus. Sans doute parce qu'il est difficile de résister, en face de Nietzsche , à la double tentation : soit de chercher des prétextes pour neutraliser les terribles questions qu'il soulève, soit de projeter sur ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-nietzsche/#i_4001

NIHILISME

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 4 432 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Nihilisme et oubli de l'être »  : […] Quant à Heidegger, il accorde à l'analyse du nihilisme par Nietzsche une signification cruciale : « Le nihilisme, indique-t-il, est le mouvement universel des peuples de la terre engloutis dans la sphère de puissance des Temps modernes. » Mais il estime que Nietzsche, loin de surmonter le nihilisme, l'a porté à son achèvement, parce qu'il n'a jama […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nihilisme/#i_4001

NON-ÊTRE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 355 mots

Le non-être n'est pas le néant, si l'on entend par néant la simple absence d'être (l'idée de néant ne surgit qu'après coup, de façon imaginaire, comme suppression de l'être). Au sens le plus fort, le non-être est la part de négativité qui est présente dans le réel ou bien le pouvoir de négation qui appartient à l'esprit. Par réaction contre une con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/non-etre/#i_4001

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Heidegger »  : […] Le « renversement » du primat de la conscience a trouvé son expression exemplaire dans L'Être et le Temps de Heidegger (1927) ; même si cette œuvre suscite à son tour un « retournement » ultérieur, elle est déjà le renversement à l'œuvre. Il suffit de considérer la progression des thèmes de L'Être et le Temps pour en mesurer l'ampleur. On ne par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_4001

PATOČKA JAN (1907-1977)

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 1 202 mots

Philosophe tchèque de réputation mondiale, signataire du Manifeste de la Charte 77 , Jan Patočka était venu étudier à Paris en 1929. Il est alors introduit par Alexander Koyré et par Georges Gurvitch à la philosophie phénoménologique allemande et assiste aux Pariser Vorträge de Husserl, noyau des futures Méditations cartésiennes . En 1932-1933, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-patocka/#i_4001

PHÉNOMÉNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Renaud BARBARAS, 
  • Jean GREISCH
  •  • 7 227 mots

Dans le chapitre « Retour critique aux textes fondateurs »  : […] Ce sont ces « résistants » qui ont en partie rendu possible le renouveau de la phénoménologie. Au début des années 1980, il va trouver son expression dans l'émergence d'une génération de chercheurs aujourd'hui confirmés (J. Barash, R. Bararas, R. Brague, J. Colette, J.-L. Chrétien, J.-F. Courtine, F. Dastur, E. Escoubas, D. Franck, J.-Y. Lacoste, J […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie/#i_4001

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La philosophie française contemporaine »  : […] Les recherches et débats philosophiques, tant universitaires que médiatiques, semblent marqués, depuis les années 1980, par une nouvelle vitalité, due à une confiance retrouvée en la spécificité de la discipline, qui contraste avec son assujettissement aux problèmes et discours des sciences humaines durant les années 1960 (structuralisme de R. Bart […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_4001

RECHERCHES LOGIQUES, Edmund Husserl - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 955 mots

Dans le chapitre « De l'intentionnalité de la conscience à « l'intuition catégoriale » »  : […] Les quatre premières Recherches s'efforcent de dégager la possibilité d'une phénoménologie des vécus théoriques (signification, expression, tout et parties, grammaire pure) en fournissant, dans l'extraordinaire détail de leurs analyses et de leur abstraction, les bases d'une théorie de la connaissance. Les Recherches  V et VI marquent un « retour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherches-logiques/#i_4001

SARTRE JEAN-PAUL

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME, 
  • Juliette SIMONT
  •  • 8 906 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pour-soi et en-soi »  : […] L'Être et le Néant (1943) porte en sous-titre : Essai d' ontologie phénoménologique . L'influence husserlienne est donc encore présente, mais le terme d'« ontologie », qui renvoie à la question heideggérienne de l'Être, indique une nouvelle orientation de la pensée de Sartre – qui va de pair avec une certaine distance prise à l'égard de Husserl. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-sartre/#i_4001

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 642 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Science et ontologie »  : […] Radicalisant la critique husserlienne, Heidegger affirme, dans un cours donné en 1952 à l'université de Fribourg-en-Brisgau : « la science ne pense pas, et ne peut pas penser ; et c'est même là, ajoute-t-il, sa chance, je veux dire ce qui lui assure sa démarche propre et bien définie » ( Qu'appelle-t-on penser ? ). Revenant quelque temps après sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_4001

SOPHISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG, 
  • Barbara CASSIN
  •  • 6 775 mots

Dans le chapitre « La postérité de la sophistique »  : […] L'histoire de la philosophie, métaphysique de l'être et du sens, est d'abord platonico-aristotélicienne. C'est dire qu'elle a dû contribuer à mésentendre, circonvenir ou reléguer l'hétérodoxie sophistique. En premier lieu, on peut facilement montrer que les réévaluations successives qu'a connues la sophistique ne sont, somme toute, que des mises en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophistique/#i_4001

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Structuralisme et néo-kantisme : Ernst Cassirer »  : […] Il faudrait également, pour rendre compte des rapports de la philosophie au structuralisme, distinguer les appréciations globales du structuralisme en philosophie selon les époques où elles sont portées. Par exemple, en 1963, Paul Ricœur prend acte de la pensée structurale (celle de Lévi-Strauss) et de son incidence sur la philosophie : c'est l'al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_4001

THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Claude GEFFRÉ, 
  • Jacques POULAIN
  •  • 13 334 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théologie chrétienne et onto-théologie »  : […] La remise en cause des présupposés philosophiques traditionnels de la théologie constitue un autre signe de la fermentation théologique actuelle. À l'intérieur du catholicisme comme des autres confessions chrétiennes, on tient en suspicion le caractère trop étroit de l'alliance entre le Dieu de la philosophie grecque et le Dieu de Jésus-Christ. C' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologie/#i_4001

TOTALITÉ

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 3 269 mots

Dans le chapitre « La totalité herméneutique »  : […] La constitution d'une totalité par addition des parties n'est concevable que dans une vision mécaniste du monde où l'on admet, comme Descartes, la possibilité dans l'être et dans la pensée de natures simples, intelligibles par elles-mêmes (totalité qu'Aristote décrit comme ne dépendant pas de la disposition des parties). L'intellection d'un texte, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/totalite/#i_4001

TOWARNICKI FRÉDÉRIC DE (1920-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 204 mots

Écrivain français. Né à Vienne (Autriche), interprète et animateur du service social « Rhin et Danube » dans l'armée du général de Lattre de Tassigny, Frédéric de Towarnicki invite à partir de 1945 des écrivains et des artistes dans les centres culturels de Lindau et de Rote-Lache, en Allemagne. De cette même année date sa rencontre avec Martin He […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-de-towarnicki/#i_4001

VATTIMO GIANNI (1936- )

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 093 mots

C'est à Turin, où il est né en 1936, que Gianni Vattimo fera ses études de philosophie auprès de Luigi Pareyson avant de devenir professeur de philosophie théorétique et doyen de l'université de cette ville (de 1976 à 1980 et de 1982 à 1984). Il consacre son premier travail à la notion de technè chez Aristote : Il Concetto di « fare » in Aristote […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gianni-vattimo/#i_4001

VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Antonia SOULEZ
  •  • 10 663 mots

Dans le chapitre « De la distinction entre le vrai dans l'être et le vrai dans la pensée à la critique de la vérité comme adéquation »  : […] Du Cratyle au Sophiste , Platon procède en quelque sorte à la mise en place du concept de vérité dans son rapport au discours. Il ne suffit pas en effet de débattre, comme dans le Cratyle , de la « justesse des noms » pour répondre à la question de la vérité. Une fois libérée d'une illusoire confiance dans les mots, reste encore à s'assurer de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite/#i_4001

Voir aussi

Pour citer l’article

Alphonse DE WAELHENS, Jean BEAUFRET, Claude ROËLS, « HEIDEGGER MARTIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-heidegger/