HEIDEGGER MARTIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La structure du « Dasein »

L'analytique fondamentale se propose donc d'élucider la manière selon laquelle la compréhension de l'être – qui est aussi l'être du Dasein – s'articule. Elle découvre ainsi une structure tridimensionnelle, unitairement désignée, on l'a dit, par la notion de souci. Ces trois composantes sont la facticité ou la déréliction (Geworfenheit, terme désormais traduit par : être-jeté), l'existence (Existenz) et l'être-auprès-de (Sein bei).

La facticité ou déréliction se marque en ceci que le Dasein se découvre comme étant toujours-déjà-là. « Nous sommes embarqués. » Il n'y a pas de pensée possible de la naissance, et toute question relative au Dasein se pose en deçà de son origine. Le Dasein est toujours-déjà jeté dans l'existence, sans l'avoir choisi. Il se trouve là. Tel est le sentiment fondamental de la situation (Grundbefindlichkeit). Ce sentiment situe le Dasein relativement à la totalité de l'étant. Il est à la racine de tous les autres « sentiments » – ce mot n'étant jamais pris dans le sens psychologique – qui sont autant de « positions » relatives à cette totalité. La Befindlichkeit est donc un trait constitutif du Dasein et le situe à tout moment par rapport à tout ce qui est. Enfin, la déréliction, parce qu'elle constitue du Dasein comme ayant-été, est la racine ontologique de la dimension temporelle du passé.

L'existence, qui n'est donc pas simplement synonyme du Dasein, désigne le caractère qui porte ce Dasein à être constamment en avant de lui-même. Ses modalités principales sont la compréhension (Verstehen), au sens le plus étendu de ce terme, et le pro-jet (Entwurf), qui sont intrinsèquement reliés à l'existence. Toute existence est donc « compréhensive », et elle l'est par l'articulation d'un pro-jet. Celui-ci est toujours mise en perspective de certains étants et ne concerne donc point la totalité de ceux-ci. L'existence est la source de la dimension temporelle de l'avenir (à-venir), dimension qui a un certain privilège sur les deux autres ekstases tempore[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HEIDEGGER MARTIN (1889-1976)  » est également traité dans :

HEIDEGGER MARTIN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 298 mots

26 septembre 1889 Naissance de Martin Heidegger , à Messkirch. 1914 Thèse de doctorat sur La Théorie du jugement dans le psychologisme. Thèse d'habilitation dédiée à Heinrich Rickert : Le Traité des catégories et de la signification chez Duns Scot. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heidegger-reperes-chronologiques/

HEIDEGGER MARTIN, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 181 mots
  •  • 1 média

Avec Husserl, le fondateur de la phénoménologie , Martin Heidegger est, sans conteste, le philosophe allemand le plus important du xxe siècle. Être et Temps, paru en 1927, a eu une influence considérable sur la philosophie européenne (Sartre, Merleau-Ponty, Lévinas, Derrida sauront […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heidegger-m-en-bref/

ESSAIS ET CONFÉRENCES, Martin Heidegger - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 924 mots
  •  • 1 média

Les onze textes recueillis dans ce volume, regroupés en trois massifs distincts et cependant secrètement reliés entre eux, constituent certainement la meilleure introduction à la seconde pensée de Martin Heidegger (1889-1976) pour reprendre la distinction devenue classique depuis la thèse de W. Richardson (1963). C'est en 1954 que paraissent les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/essais-et-conferences/#i_4001

ÊTRE ET TEMPS, Martin Heidegger - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 793 mots
  •  • 1 média

Du seul véritable livre de Martin Heidegger (1889-1976) publié en 1927, Être et Temps (Sein und Zeit, 1927), certainement le traité de philosophie le plus important paru au xxe siècle, ne seront menées à bien et ne paraîtront que les deux premières sections de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etre-et-temps/#i_4001

ABBAGNANO NICOLA (1901-1990)

  • Écrit par 
  • Sergio MORAVIA
  •  • 873 mots

tournant décisif dans l'itinéraire intellectuel d'Abbagnano. En lisant Husserl, Jaspers, Heidegger, Abbagnano découvre la problématique de la conscience, de l'existence, de l'« homme-dans-le-monde ». La Struttura dell'esistenza (1939) est universellement tenue pour le chef-d'œuvre du philosophe de Salerno (qui, en cette même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicola-abbagnano/#i_4001

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « La disjonction de l'affectivité et de la subjectivité : Heidegger »  : […] Ce n'est pas le lieu, ici, de redéployer toute la problématique, difficile par sa subtilité et par sa nouveauté, d'Être et Temps. Rappelons que, au lieu de caractériser l'homme par la subjectivité ou la conscience – ce qui sous-tend toujours, par l'autonomie de ce que ces concepts sont censés désigner, l'équivoque d'un être qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affectivite/#i_4001

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 372 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Heidegger et l'être-auprès-de »  : […] Cette ligne de partage entre ce qui m'est propre et ce qui est étranger, et que Husserl situait dans le vécu (Erlebnis) de ma chair, sera pour Martin Heidegger le « mourir ». Heidegger récuse l'évidence du cogito et des données immédiates d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alterite-philosophie/#i_4001

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 455 mots

Dans le chapitre « Les domaines de l'analogie »  : […] devoir être nécessairement fondée dans l'unité d'un concept univoque de l'analogie. Ce serait même éminemment le cas si, comme l'écrit Heidegger, la métaphysique médiévale avait en même temps pour objet « l'étant dans son étantité et l'étant qui en pureté correspond à l'étantité : l'étant suprême » ou, plus simplement, si la « philosophie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analogie/#i_4001

ANGOISSE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'angoisse de l'être »  : […] l'absolue inconsistance de celui-ci. Telle est l'idée essentielle sur laquelle a insisté Heidegger en précisant que « ce qui angoisse l'angoisse est l'être-au-monde comme tel ». Il est bien remarquable, note-t-il, que, lorsque l'angoisse est passée, nous disons volontiers : Ce n'était rien du tout, car c'est précisément ce rien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angoisse/#i_4001

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et philosophie

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 451 mots

Dans le chapitre « L'architecture des philosophies, de Platon à Hegel »  : […] Ainsi, chez Kant, la raison, comme l'énonce Heidegger, « pose un focus imaginarius, c'est-à-dire un foyer vers lequel convergent tous les traits du questionnement des choses [...], et à partir duquel, en retour, toute connaissance reçoit son unité ». S'inspirant probablement des Éléments pour une architectonique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-architecture-et-philosophie/#i_4001

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre « Nouvelle position du problème : la critique de la conscience esthétique »  : […] de la « forme » à l'objet ? On se rappelle en quels termes le Heidegger de « l'époque des conceptions du monde » entreprenait – en 1938 – de se démarquer de Hegel : à la différence de ce dernier, l'auteur de Sein und Zeit refusait d'admettre que la relation sujet-objet, c'est-à-dire la conscience dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-et-musique/#i_4001

ARENDT HANNAH (1906-1975)

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 1 791 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Penser ce que nous faisons » »  : […] funèbre de « celui qui pendant un quart de siècle a été la conscience de l'Allemagne ». La même année elle accepte de contribuer aux « Mélanges » dédiés à Martin Heidegger à l'occasion de son quatre-vingtième anniversaire, célébrant celui dont la réputation l'avait attirée à Fribourg, et comparant son engagement nazi au rôle joué par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hannah-arendt/#i_4001

BEAUFRET JEAN (1907-1982)

  • Écrit par 
  • Jean LAUXEROIS, 
  • Claude ROËLS
  •  • 646 mots

Le nom du philosophe Jean Beaufret demeure lié à celui de Martin Heidegger. La rencontre entre les deux hommes décida d'un dialogue lui-même décisif pour la pensée de notre temps. Jean Beaufret naquit à Auzances dans la Creuse. Après l'école communale et le lycée de Montluçon, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-beaufret/#i_4001

BULTMANN RUDOLF (1884-1976)

  • Écrit par 
  • André MALET
  •  • 2 306 mots

Dans le chapitre « Bultmann philosophe »  : […] Ni l'histoire, ni la biologie, ni la psychologie, ni la sociologie, bref aucune science ne peut rendre compte de l'amitié et de l'amour comme tels. L'univers des personnes et des relations interpersonnelles suppose une philosophie de l'ek-sistence, telle que Heidegger notamment l'a élaborée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-bultmann/#i_4001

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mise en question de l'idée de représentation »  : […] Il faudrait évoquer ici la problématique heideggérienne de la déconstruction de la métaphysique, qui contient une mise en question radicale de l'idée de représentation (on remarquera d'emblée que cette mise en question englobe la tentative phénoménologique, interprétée elle-même comme relevant encore d'une « métaphysique de la subjectivité »). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/connaissance/#i_4001

CONTINU & DISCRET

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 7 679 mots

Dans le chapitre « Investissement philosophique de l'opposition »  : […] On peut aussi repérer, dans le système aux accents pourtant fort différents de Heidegger, la persistance de ce lien du continu avec la présentation : si la déclosion de l'Être dans l'étant est pensée comme discontinuité, le mot possède ici le sens de l'emploi adjectival en mathématiques, il s'agit d'une rupture se manifestant sur le fond d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/continu-et-discret/#i_4001

CORRESPONDANCE DE HANNAH ARENDT

  • Écrit par 
  • Alain BROSSAT
  •  • 1 564 mots

Cette tension irrésolue entre politique et philosophie, le « roman » des relations entre Martin Heidegger et Hannah Arendt l'expose de la manière la plus déconcertante qui soit. Hannah Arendt rencontre le professeur à Marburg où elle suit ses cours, en 1924 – elle a alors dix-huit ans. Une relation amoureuse naît entre eux, alors que le penseur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/correspondance-de-hannah-arendt/#i_4001

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 911 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les modèles « gnostiques » ou indéterminés »  : […] passer du présent au passé, ou de l'œuvre à la conscience. Mais, avec la philosophie de Heidegger, le cercle herméneutique est devenu vicieux : l'interprète est enfermé dans son propre horizon de précompréhension, sans espoir d'en sortir. Aucune communication n'a plus lieu entre des contextes historiques séparés. Le cercle herméneutique s'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_4001

DERRIDA JACQUES (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Catherine MALABOU
  •  • 3 354 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « L'éthique du don » »  : […] sur la question du don. Cette interrogation s'inscrit dans le droit-fil du travail sur la présence et la trace puisque, par don, Derrida vise avant tout ce que Heidegger nomme le es gibt, littéralement « ça donne », et que le français traduit par « il y a ». Le es gibt désigne chez Heidegger la donation originaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-derrida/#i_4001

DES HÉGÉMONIES BRISÉES (R. Schürmann)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 345 mots

C'est seulement avec Heidegger que la « contre-révolution antisubjectiviste » va s'opérer et c'est à lui qu'est consacrée la dernière section de l'ouvrage. Véritable travail d'orfèvre, point d'orgue de tout le volume, elle nous fournit une lecture acérée d'un des textes les plus délicats et les plus riches de Heidegger : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/des-hegemonies-brisees/#i_4001

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 677 mots

Dans le chapitre « La transcendance »  : […] Heidegger évoque aussi l'idée de celui qu'il appelle le « dernier dieu », qui n'apparaît que « dans l'instant et le lieu où ses signes brillent subitement et se dérobent au regard ». Apparition furtive de ce qui ne s'appelle plus « le transcendens par excellence », mais qui ne fait que passer dans les remous de l'histoire de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-problematique-philosophique/#i_4001

ESTHÉTIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 1 610 mots

le droit fil de l'effort wagnérien, tant admiré jusqu'à nos jours, d'unification des différents arts en une seule œuvre, et, « par-delà cette union plutôt numérique et cumulative », selon Heidegger, elle vise, par le biais de la généralité, à réhabiliter l'idée de l'art comme « célébration de la communauté populaire : la religion même » (Heidegger […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-vue-d-ensemble/#i_4001

ÊTRE, philosophie

  • Écrit par 
  • Giulio GIORELLO
  •  • 4 682 mots

Dans le chapitre « Être, étant, néant »  : […] Dans Sein und Zeit (1927), Martin Heidegger part de l'affirmation aristotélicienne que « l'être se prend en de multiples acceptions » pour demander laquelle est fondamentale, laquelle constitue l'être de l'étant. C'est la question qui a « tenu en haleine » Platon et Aristote, celle qui s'est constamment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etre-philosophie/#i_4001

ÉVÉNEMENT, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 927 mots

Dans le chapitre « L'événement contre la métaphysique »  : […] pratique et de la philosophie de l'histoire ; tôt ou tard, elle implique également une révision de l'idée de l'être. À cet égard, Martin Heidegger a accompli une percée décisive, d'abord en montrant comment l'historicité est constitutive de l'être-au-monde humain. S'étirant entre deux événements également insaisissables, la naissance et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evenement-philosophie/#i_4001

EXISTENCE PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 6 149 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le « Dieu perdu » »  : […] La branche a-religieuse, si on définit ainsi la pensée de Heidegger, s'approche du religieux. Heidegger pense que le problème posé par l'idée de Dieu n'est pas un problème qui puisse se résoudre directement ; il faut passer par l'idée du divin. Cette affirmation même, appuyée sur certains poèmes de Hölderlin, montre la proximité de l'idée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-l-existence/#i_4001

EXISTENTIAL

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 455 mots

Terme technique de l'ontologie professée par Martin Heidegger et exposée par lui dans L'Être et le Temps (Sein und Zeit, 1927). Depuis lors, ce terme a été repris par différentes écoles existentialistes, mais non par toutes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/existential/#i_4001

GADAMER HANS GEORG (1900-2002)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 851 mots

Platon, qu'il soutient en 1922. Son évolution intellectuelle ultérieure est marquée par la lecture du manuscrit que Heidegger avait envoyé à Natorp et dans lequel il exposait les lignes directrices d'une interprétation phénoménologique d'Aristote. Gadamer s'inscrit pour le semestre d'été 1923 à l'université de Fribourg-en- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-georg-gadamer/#i_4001

GRANEL GÉRARD (1930-2000)

  • Écrit par 
  • Dominique JANICAUD
  •  • 653 mots

Philosophe au style éclatant, Gérard Granel a fait une carrière universitaire classique qui ne correspond qu'à une facette de sa forte personnalité. Traducteur, il fut aussi éditeur, polémiste, penseur d'avant-garde faisant converger de manière originale la phénoménologie heideggérienne avec le néo-marxisme de Gramsci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-granel/#i_4001

GRASSI ERNESTO (1902-1991)

  • Écrit par 
  • Alain PONS
  •  • 982 mots

et de Gentile exerçait à cette époque sur la philosophie italienne. À Marbourg, il suivit l'enseignement de Heidegger, qu'il accompagna en 1929 à Fribourg-en-Brisgau, et auprès de qui il resta près de dix ans en qualité de lecteur, puis d'assistant, et enfin de « professeur honoraire ». La pensée de Heidegger le marqua profondément, même s'il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernesto-grassi/#i_4001

HERMÉNEUTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 3 285 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La compréhension comme modalité de l'être-au-monde (M. Heidegger)  »  : […] Avec la philosophie de Martin Heidegger (1889-1976), la réflexion sur le statut philosophique de l'herméneutique connaît un virage décisif. Tournant résolument le dos aux préoccupations techniques et épistémologiques de F. Schleiermacher et de W. Dilthey, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermeneutique/#i_4001

HISTOIRE ET SALUT (K. Löwith)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 968 mots

Bossuet, Joachim de Flore). La démarche suivie est un hommage indirect à la pensée de Heidegger, auquel Löwith doit sa formation philosophique initiale. Même si le mot n'est pas utilisé, on peut parler ici d'une « déconstruction », qui s'efforce de déceler, sous le discours moderne sur le sens de l'histoire – en particulier sur le « progrès », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-et-salut/#i_4001

HISTORICITÉ

  • Écrit par 
  • Hans Georg GADAMER
  •  • 6 442 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Existence et finitude »  : […] donnant une signification fondamentale, dans son ouvrage Philosophie. Mais, plus radicalement que lui, Heidegger a élevé la question du caractère limite de la situation, ainsi que de la finitude et de l'historicité de l'existence humaine, au niveau de la philosophie classique, tout en détruisant la tradition de la métaphysique. Il renversa la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/historicite/#i_4001

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 324 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La différence heideggérienne »  : […] mais en lui. L'être, et non plus l'homme, trace un domaine d'ouverture où il s'offre en nous dans le langage. Mais ce langage n'est pleinement lui-même que s'il est parlé par nous. Nous en sommes, comme Heidegger l'écrit dans sa lettre à Jean Beaufret, le « berger ». La part d'initiative qui revient à l'être, dans cette rencontre, peut être plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-la-realite-humaine/#i_4001

IMMANENCE ET TRANSCENDANCE

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 276 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La transcendance horizontale »  : […] se situent également à la verticale de l'homme. C'est avec l'existentialisme athée de Heidegger et de Sartre qu'on aperçoit une nouvelle forme de la transcendance, tout à la fois intérieure à ce monde-ci et distincte cependant d'une pure immanence qui serait opacité : on est en présence d'une description de l'immanence (la réalité humaine, l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immanence-et-transcendance/#i_4001

INFINI, philosophie

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 6 339 mots

Dans le chapitre « Le fini sans infini »  : […] partir du donné fini : elle éclaire l'horizon infini où il apparaît et l'horizon infini d'horizons. Enfin, chez Heidegger, la finitude de l'être n'équivaut pas à la négation de l'infini. C'est au contraire à partir de structures positives de l'existence : être-au-monde, souci et être-pour-la-mort, que se décrit la finitude. C'est en partant de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-philosophie/#i_4001

JONAS HANS (1903-1993)

  • Écrit par 
  • Nicolas TERTULIAN
  •  • 1 276 mots

marqué à ses débuts par la philosophie de l'existence de Heidegger, dont il fut l'étudiant dans les années vingt, Jonas s'est éloigné progressivement de la pensée de son maître pour arriver à une position très critique ; l'adhésion de l'auteur de Sein und Zeit au national-socialisme a servi, en l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-jonas/#i_4001

LACOUE-LABARTHE PHILIPPE (1940-2007)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 004 mots

elle est restée inachevée et s'est interrompue et comme brisée sur le roc du politique. » Si le débat avec Heidegger est ici porté à un niveau qui dépasse les engagements factuels du penseur allemand en faveur du nazisme, c'est toute la modernité, issue de l'idéalisme spéculatif, de la promotion du sujet, de la naissance de la littérature et du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-lacoue-labarthe/#i_4001

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 534 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'herméneutique ontologique »  : […] à la problématique plus ontologique de la compréhension de l'« être-dans-le-monde ». On reconnaît là l'influence du premier Heidegger, celui de Sein und Zeit. La compréhension n'est plus ici une notion psychologique ; elle est désolidarisée de toute Einfühlung, de toute perception d'une conscience étrangère ; elle est interprétée en termes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_4001

LIBERTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 11 646 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le surgissement de la subjectivité »  : […] le regard. On se réfère ici, bien entendu, à l'interprétation que Heidegger donne de la certitude et de la recherche de certitude dans son fameux essai sur L'Âge du monde comme tableau. Or, cette promotion du cogito – poussé au centre du spectacle et élevé au rang de première vérité – ne peut pas ne pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte/#i_4001

L'INCONSCIENT DES MODERNES (J-M. Vaysse)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 010 mots

est repris dans le dernier chapitre de l'ouvrage avec une grande clarté : d'une part, Heidegger soucieux de se démarquer de la psychanalyse, ainsi que de la Daseinsanalyse de Binswanger, voit en elles les derniers avatars de la métaphysique des Modernes. Mais, d'autre part, force est de constater, à partir du « retour à Freud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-inconscient-des-modernes/#i_4001

LUKÁCS GYÖRGY (1885-1971)

  • Écrit par 
  • Lucien GOLDMANN
  •  • 3 546 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Conscience individuelle et dimension historique »  : […] une problématique est formulée à l'intérieur de laquelle se situera le célèbre ouvrage de Heidegger, L'Être et le temps, qui essaie de réaliser une synthèse entre la conscience individuelle authentique, la mort comme limite absolue, et la dimension historique de toute réalité humaine ; la différence fondamentale entre les deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gyorgy-lukacs/#i_4001

MACQUARRIE JOHN (1919-2007)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 325 mots

2007. Parmi les principaux ouvrages de Macquarrie, figurent sa thèse de doctorat, An Existentialist Theology : A Comparison of Heidegger and Bultmann (1955), la somme Twentieth Century Religious Thought : The Frontiers of Philosophy and Theology (1963), Studies in Christian Existentialism (1965) ainsi que Principles of […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-macquarrie/#i_4001

MERLEAU-PONTY MAURICE (1908-1961)

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 3 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Expérience de l'être-là et « sentir » »  : […] des essences. Merleau-Ponty adhérera donc absolument au remaniement que la notion d'intentionnalité subit dans l'œuvre de Heidegger, lorsque, cessant d'être appliquée à la seule conscience, elle va devenir souci et désigner l'être même de l'être-au-monde. Cela comporte, entre autres conséquences, celle de l'inhérence radicale du cogito à une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-merleau-ponty/#i_4001

MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 9 361 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hamelin, Husserl et Heidegger »  : […] Heidegger, il est vrai, s'efforce d'effectuer une remontée régressive vers les fondements de la métaphysique, fondements qu'il dit, de ce fait, non métaphysiques. Mais chercher les fondements de la métaphysique, explorer ce sol où plongent les racines de la métaphysique, ou, plus exactement, cette racine de tout savoir qu'est la métaphysique, c'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphysique/#i_4001

MONSTRES, esthétique

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 3 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Préoccupations allégoriques »  : […] Le jeu combinatoire et ornemental du monstrueux répond également à un souci symbolique. Comme l'explicite Martin Heidegger dans Holzwege (Chemins qui ne mènent nulle part), ce souci caractérise sans doute toute forme esthétique : « L'œuvre est bien une chose, chose amenée à sa finition, mais elle dit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monstres-esthetique/#i_4001

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 527 mots

Dans le chapitre « Mort et temporalité : mort propre et mort d'autrui »  : […] Plus que tout autre, Heidegger fait de la temporalité l'étoffe même de l'existence. Dès qu'il s'éveille à lui-même, le Dasein est candidat à sa mort et sa vie croît à l'ombre de son deuil. De là, cette structure fondamentale de l'« être-pour-la-mort », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_4001

NATURE PHILOSOPHIES DE LA

  • Écrit par 
  • Maurice ÉLIE
  •  • 6 379 mots

Dans le chapitre « Physique et philosophies de la nature »  : […] mouvement et de son repos » (Métaphysique E 1). Sur ce point, Heidegger estime pourtant que « la méta-physique est dans un sens tout à fait essentiel une “physique” – autrement dit un savoir de la ψυσις » – et que « la métaphysique est tout autant “physique” que la physique est “métaphysique” (« Ce qu'est et comment se détermine la Physis », in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-la-nature/#i_4001

NÉANT

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 210 mots

Dans le chapitre « « L'être et le néant sont la même chose » »  : […] Heidegger fait remarquer que « le lieu où se déploie la proposition hégélienne peut être défini précisément le lieu de l'être conscient ». Le néant est lui-même saisi radicalement à partir de la conscience. L'aphorisme de Parménide : « La même chose est penser et être » se trouve ainsi mis dialectiquement en mouvement jusqu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neant/#i_4001

NIETZSCHE FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 9 775 mots
  •  • 1 média

se découvrent quelque affinité, attestée par les déclarations de Nietzsche lui-même. Enfin la méditation de Martin Heidegger (prolongée par celle d'Eugen Fink) a permis de cerner la question majeure : quelle place Nietzsche occupe-t-il par rapport à l'ensemble de la philosophie depuis les Grecs ? Une telle question oblige à préciser notre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-nietzsche/#i_4001

NIHILISME

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 4 433 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Nihilisme et oubli de l'être »  : […] Quant à Heidegger, il accorde à l'analyse du nihilisme par Nietzsche une signification cruciale : « Le nihilisme, indique-t-il, est le mouvement universel des peuples de la terre engloutis dans la sphère de puissance des Temps modernes. » Mais il estime que Nietzsche, loin de surmonter le nihilisme, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nihilisme/#i_4001

NON-ÊTRE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 355 mots

Le non-être n'est pas le néant, si l'on entend par néant la simple absence d'être (l'idée de néant ne surgit qu'après coup, de façon imaginaire, comme suppression de l'être). Au sens le plus fort, le non-être est la part de négativité qui est présente dans le réel ou bien le pouvoir de négation qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/non-etre/#i_4001

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Heidegger »  : […] Le « renversement » du primat de la conscience a trouvé son expression exemplaire dans L'Être et le Temps de Heidegger (1927) ; même si cette œuvre suscite à son tour un « retournement » ultérieur, elle est déjà le renversement à l'œuvre. Il suffit de considérer la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_4001

PATOČKA JAN (1907-1977)

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 1 202 mots

Philosophe tchèque de réputation mondiale, signataire du Manifeste de la Charte 77, Jan Patočka était venu étudier à Paris en 1929. Il est alors introduit par Alexander Koyré et par Georges Gurvitch à la philosophie phénoménologique allemande et assiste aux Pariser Vorträge de Husserl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-patocka/#i_4001

PHÉNOMÉNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Renaud BARBARAS, 
  • Jean GREISCH
  •  • 7 227 mots

Dans le chapitre « Retour critique aux textes fondateurs »  : […] Alors que la lecture de Heidegger dans les années 1950-1960 prenait la plupart du temps son départ avec la Lettre sur l'humanisme et privilégiait les thématiques de l'antihumanisme, de l'onto-théo-logie et de la métaphysique de la présence, une nouvelle génération de lecteurs se focalise sur l'analyse des liens complexes qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie/#i_4001

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 040 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La philosophie française contemporaine »  : […] post-totalitaires. Prenant le parti, comme Friedrich Nietzsche et Martin Heidegger, du déclin de la métaphysique occidentale, suspectée de n'être qu'une onto-théologie, la philosophie contemporaine développe, sur fond d'une réhabilitation de l'immanence et du sensible, une « pensée faible », caractérisée par un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_4001

RECHERCHES LOGIQUES, Edmund Husserl - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 955 mots

Dans le chapitre « De l'intentionnalité de la conscience à « l'intuition catégoriale » »  : […] sensible. » La pensée « au sens le plus élevé » est « fondée dans la sensibilité ». Ainsi, la recherche des fondements de la logique débouche sur une ontologie. Véritable « tour de force » à partir duquel Heidegger, par exemple, trouva « le sol » nécessaire pour ses investigations sur le sens de l'être. Si Husserl « nous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherches-logiques/#i_4001

SARTRE JEAN-PAUL

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME, 
  • Juliette SIMONT
  •  • 8 906 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pour-soi et en-soi »  : […] dire accomplir, par rapport à la phénoménologie, le « dépassement ontologique » prôné par Heidegger. Certes, Husserl s'était bien attaché en ce sens à l'élucidation de l'être du percipiens, c'est-à-dire de la conscience, et Sartre ne renie en rien cet héritage – la conscience comme constituante et intentionnelle –, moyennant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-sartre/#i_4001

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 644 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Science et ontologie »  : […] Radicalisant la critique husserlienne, Heidegger affirme, dans un cours donné en 1952 à l'université de Fribourg-en-Brisgau : « la science ne pense pas, et ne peut pas penser ; et c'est même là, ajoute-t-il, sa chance, je veux dire ce qui lui assure sa démarche propre et bien définie » (Qu'appelle-t-on penser ?). Revenant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_4001

SOPHISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG, 
  • Barbara CASSIN
  •  • 6 775 mots

Dans le chapitre « La postérité de la sophistique »  : […] la sophistique restent transis d'aristotélisme. Ainsi, lorsque Heidegger repense l'ensemble de la philosophie présocratique à la lumière de l'histoire de l'être et à partir de la différence ontologique, il critique une interprétation du subjectivisme de Protagoras qui ferait de lui « le Descartes de la métaphysique grecque » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophistique/#i_4001

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Structuralisme et néo-kantisme : Ernst Cassirer »  : […] à une enquête critique sur la diversité et l'unité des représentations humaines. De ce point de vue, la rencontre de Cassirer avec Heidegger en 1929 à Davos (contemporaine de la rédaction du manifeste structuraliste du Cercle linguistique de Prague) constituait déjà, envisagée rétrospectivement, un embranchement majeur de la pensée contemporaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_4001

THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Claude GEFFRÉ, 
  • Jacques POULAIN
  •  • 13 334 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théologie chrétienne et onto-théologie »  : […] celle des « théologies de la parole », dans la ligne de l'ontologie du langage du second Heidegger (cf. la théologie herméneutique postbultmannienne, avec G. Ebeling, E. Fuchs, H. Ott) ; d'autre part, celle des « théologies de l'histoire », qui réagissent contre la « privatisation » de la foi de l'herméneutique existentiale et soulignent les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologie/#i_4001

TOTALITÉ

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 3 269 mots

Dans le chapitre « La totalité herméneutique »  : […] mutuelle de l'analyse et de la synthèse peut mener à la reconnaissance de ce que Heidegger nomma « cercle herméneutique », et qu'on aurait tort d'appeler vicieux, car le mouvement circulaire de la totalisation est précisément irréductible à un mouvement linéaire, opérant en milieu homogène. Dans ce mouvement circulaire, le tout et les parties se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/totalite/#i_4001

TOWARNICKI FRÉDÉRIC DE (1920-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 204 mots

de 1945 des écrivains et des artistes dans les centres culturels de Lindau et de Rote-Lache, en Allemagne. De cette même année date sa rencontre avec Martin Heidegger. Il sera un de ses introducteurs en France et lui consacrera deux ouvrages (À la rencontre de Heidegger : souvenirs d'un messager de la Forêt-Noire, 1993 ; Martin Heidegger, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-de-towarnicki/#i_4001

VATTIMO GIANNI (1936-    )

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 093 mots

chez Aristote : Il Concetto di « fare » in Aristotele (1961), avant de se tourner très vite vers Heidegger dont il deviendra l'un des principaux interprètes : Essere, storia e linguaggio in Heidegger (1963), Introduction à Heidegger (1971, trad. franç. 1985). Il s'intéresse également de près à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gianni-vattimo/#i_4001

VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Antonia SOULEZ
  •  • 10 663 mots

Dans le chapitre « De la distinction entre le vrai dans l'être et le vrai dans la pensée à la critique de la vérité comme adéquation »  : […] conçue à l'origine sur le mode du « non-voilement » (Unverbogenheit) de l'Être même, que célèbre Heidegger à partir du Poème de Parménide d'Élée. D'après Heidegger, c'est en effet à un tel « changement intervenu », avec Platon, « dans l'essence de la vérité » (« La Doctrine de Platon sur la vérité », in Questions II […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite/#i_4001

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean BEAUFRET, Claude ROËLS, Alphonse DE WAELHENS, « HEIDEGGER MARTIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-heidegger/