HEIDEGGER MARTIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le problème de l'être

L'analytique existentiale paraissait laisser la porte entrebâillée à diverses questions dont les réponses seraient autant d'interprétations de la pensée heideggérienne. En particulier, peut-on contester que cette analytique n'exclut pas absolument la possibilité d'une lecture qui assure l'immanence de l'être au Dasein ? Il est certain, à ce propos, que cette interprétation deviendra toujours moins tenable à mesure qu'on s'éloigne de la publication de l'ouvrage, pour s'avérer aujourd'hui, et depuis longtemps, simplement impossible. Il n'empêche qu'elle pose un problème : celui de savoir pourquoi l'œuvre subséquente de Heidegger ne s'est jamais présentée comme l'achèvement de L'Être et le Temps.

On ne peut donc plus comprendre Heidegger – si même on l'a jamais pu – en identifiant l'être à la lumière que projette l'homme tandis qu'il dit ou établit le sens des choses. Depuis L'Être et le Temps, la méditation du rapport qui relie le Dasein à l'être a continuellement déplacé son accent du Dasein vers l'être. C'est à l'être qu'appartient désormais l'initiative, une initiative qui tend de plus en plus à devenir totale. Telle est la conséquence d'une problématique qui se situe aujourd'hui au centre de la pensée heideggérienne et qui n'était qu'implicite à l'époque de L'Être et le Temps : la problématique de la différence ontologique.

Penser la différence de l'être et de l'étant, telle est aujourd'hui la tâche quasi unique de la philosophie. L'être n'est pas sans les étants, et les étants ne sont pas sans l'être ; pourtant tous deux diffèrent. Ils ne se confondent pas, mais ne tombent pas non plus simplement l'un en dehors de l'autre. L'être n'est que par les étants comme les étants ne sont que par l'être. Les étants ne sont que pour autant que, chacun à sa manière, ils participent à, s'inscrivent ou séjournent dans la lumière de la Présence de l'être. Mais inversement, on doit dire que cette Présence ne serait pas si elle n'illuminait que son propre vide, sa propre transparence. Jamais, néanmoins, la Présence et ce qui est présent n'arriveront à être id [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  HEIDEGGER MARTIN (1889-1976)  » est également traité dans :

HEIDEGGER MARTIN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 298 mots

26 septembre 1889 Naissance de Martin Heidegger, à Messkirch.1914 Thèse de doctorat sur La Théorie du jugement dans le psychologisme. Thèse d'habilitation dédiée à Heinrich Rickert : Le Traité des catégories et de la signification chez Duns Scot. […] Lire la suite

HEIDEGGER MARTIN, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 181 mots
  •  • 1 média

Avec Husserl, le fondateur de la phénoménologie, Martin Heidegger est, sans conteste, le philosophe allemand le plus important du xxe siècle. Être et Temps, paru en 1927, a eu une influence considérable sur la […] Lire la suite

DE L'ESSENCE DE LA VÉRITÉ et PLATON LE SOPHISTE (M. Heidegger) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 602 mots

Il faut espérer que la traduction des tomes 19 et 34 de la Gesamtausgabe, qui rassemblent les cours des semestres d'hiver 1924-1925 et 1931-1932 : Platon « Le Sophiste » (Gallimard, 2001) et De l'essence de la vérité. Approche de l'« allégorie de la caverne » et […] Lire la suite

ESSAIS ET CONFÉRENCES, Martin Heidegger - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 923 mots
  •  • 1 média

Les onze textes recueillis dans ce volume, regroupés en trois massifs distincts et cependant secrètement reliés entre eux, constituent certainement la meilleure introduction à la seconde pensée de Martin Heidegger (1889-1976) pour reprendre la distinction devenue classique depuis la thèse de W. Richardson (1963). C'est en 1954 que paraissent les Vorträge und Aufsätze, qui seron […] Lire la suite

ÊTRE ET TEMPS, Martin Heidegger - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 792 mots
  •  • 1 média

Du seul véritable livre de Martin Heidegger (1889-1976) publié en 1927, Être et Temps (Sein und Zeit, 1927), certainement le traité de philosophie le plus important paru au xxe siècle, ne seront menées à bien et ne paraî […] Lire la suite

ABBAGNANO NICOLA (1901-1990)

  • Écrit par 
  • Sergio MORAVIA
  •  • 873 mots

Esprit extrêmement précoce, Abbagnano débute sur la scène intellectuelle dans les années 1920 – un début caractérisé par une vive, surprenante originalité. Dans Le Sorgenti irrazionali del pensiero (1923) et dans Il Problema dell'arte (1925), il repousse nettement le néo-idéalisme de Croce et de Gentile, dont l'hégémonie spéculative dans la pensée italienne de l'entre-deux-guerres est bien connu […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « La disjonction de l'affectivité et de la subjectivité : Heidegger »  : […] Ce n'est pas le lieu, ici, de redéployer toute la problématique, difficile par sa subtilité et par sa nouveauté, d' Être et Temps . Rappelons que, au lieu de caractériser l'homme par la subjectivité ou la conscience – ce qui sous-tend toujours, par l'autonomie de ce que ces concepts sont censés désigner, l'équivoque d'un être qui pourrait être tout autant hors du monde qu'être dans le monde ou au […] Lire la suite

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 454 mots

Dans le chapitre « Les domaines de l'analogie »  : […] Entées sur un complexe de textes hétérogènes, pénétrées d'influences contradictoires, travaillées par des problèmes partiellement étrangers à l'univers d'Aristote, les principales théories médiévales de l'analogie se sont édifiées soit dans un sens « avicennien », soit dans un sens « averroïste ». Le composant avicennien prédomine dans toutes les théories qui font de l'analogie un sous-ensemble de […] Lire la suite

ANGOISSE EXISTENTIELLE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 547 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'angoisse de l'être »  : […] Ce qui nous angoisse, c'est donc l'environnement du monde dans son ensemble et, en même temps, l'absolue inconsistance de celui-ci. Telle est l'idée essentielle sur laquelle a insisté Heidegger en précisant que « ce qui angoisse l'angoisse est l'être-au-monde comme tel ». Il est bien remarquable, note-t-il, que, lorsque l'angoisse est passée, nous disons volontiers : Ce n'était rien du tout, car […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et philosophie

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 451 mots

Dans le chapitre « L'architecture des philosophies, de Platon à Hegel »  : […] Le premier volet de notre enquête nous a révélé la fragilité de l'union des deux mots, archè et tektonikos , qui composent l'« architecture » en elle-même : vécue « de l'intérieur », dans la mémoire de la langue. Et donc posée comme susceptible de susciter sa propre philosophie. Mais qu'en pensent les philosophes ? L'investigation doit ici, semble-t-il, se dédoubler. D'une part, il existe des phi […] Lire la suite

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre « Nouvelle position du problème : la critique de la conscience esthétique »  : […] Ne faut-il pas cependant s'interroger sur cette réduction de la « forme » à l' objet  ? On se rappelle en quels termes le Heidegger de « l'époque des conceptions du monde » entreprenait – en 1938 – de se démarquer de Hegel : à la différence de ce dernier, l'auteur de Sein und Zeit refusait d'admettre que la relation sujet-objet, c'est-à-dire la conscience dans l'acception traditionnelle, gouvern […] Lire la suite

ARENDT HANNAH (1906-1975)

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 1 790 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Penser ce que nous faisons » »  : […] Comment penser la crise de la culture, la crise de l'éducation, l'avènement du mensonge en politique, dès lors qu'aucune des réponses fournies par la tradition n'est plus valable : telles sont les interrogations qui sous-tendent La Crise de la culture (1954), puis La Condition de l'homme moderne (1958). Ce livre signe sa réconciliation avec le monde, en appelant à penser la vita activa sous l'a […] Lire la suite

BEAUFRET JEAN (1907-1982)

  • Écrit par 
  • Jean LAUXEROIS, 
  • Claude ROËLS
  •  • 646 mots

Le nom du philosophe Jean Beaufret demeure lié à celui de Martin Heidegger. La rencontre entre les deux hommes décida d'un dialogue lui-même décisif pour la pensée de notre temps. Jean Beaufret naquit à Auzances dans la Creuse. Après l'école communale et le lycée de Montluçon, il vint à Paris pour préparer le concours de l'École normale supérieure, où il entre en 1928. Il commence son métier de pr […] Lire la suite

BULTMANN RUDOLF (1884-1976)

  • Écrit par 
  • André MALET
  •  • 2 306 mots

Dans le chapitre « Bultmann philosophe »  : […] La réponse de Bultmann à ses critiques permet de mieux entrevoir l'aspect proprement philosophique de sa pensée. Le refus de la démythologisation a pour cause, selon lui, une conception erronée de la connaissance : on tient qu'il n'y a de connaissance qu'objective (naturelle ou surnaturelle, peu importe). Bultmann admet naturellement que l'objectivité est indispensable. C'est si vrai que toute son […] Lire la suite

CASSIN BARBARA (1947- )

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste GOURINAT
  •  • 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’aventure de la traduction »  : […] Née le 24 octobre 1947 à Boulogne-Billancourt, elle est d’abord l’élève des philosophes Michel Deguy et Jean Beaufret, qui ont grandement contribué à l’introduction de la pensée de Martin Heidegger en France. Grâce à Jean Beaufret, elle participe au mythique séminaire du Thor, près de L’Isle-sur-la-Sorgue, qui se tint chez René Char en 1969, en présence de Heidegger. L’empreinte de la pensée de c […] Lire la suite

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mise en question de l'idée de représentation »  : […] Il faudrait évoquer ici la problématique heideggérienne de la déconstruction de la métaphysique, qui contient une mise en question radicale de l'idée de représentation (on remarquera d'emblée que cette mise en question englobe la tentative phénoménologique, interprétée elle-même comme relevant encore d'une « métaphysique de la subjectivité »). Cette problématique doit être comprise sur le fond d […] Lire la suite

CONSCIENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 718 mots

Dans le chapitre « L’oubli de la rupture »  : […] Une fois la conscience acquise, l’être humain tend à considérer comme allant de soi cette faculté qui lui a fait quitter son statut d’animal inséré dans le monde pour celui de créature exceptionnelle située  face au monde. Martin Heidegger (1889-1976) dénonce cet oubli de la rupture dans son livre Le P rincipe de raison (1957). Partant des mots apparemment anodins d’ Angelus Silesius (1624-167 […] Lire la suite

CONTINU & DISCRET

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 7 679 mots

Dans le chapitre « Investissement philosophique de l'opposition »  : […] Il existe une tradition philosophique rattachant le continu à l'Identité, au Même, à la Permanence : le structuralisme, qui pensait mener un combat contre ces figures, et tout particulièrement contre l'historicisme, nous a incité à considérer de préférence cette tradition, pour mieux la rejeter. Peut-être tire-t-elle sa force de la pensée de Leibniz, si l'on veut à tout prix déterminer une origin […] Lire la suite

CORRESPONDANCE DE HANNAH ARENDT

  • Écrit par 
  • Alain BROSSAT
  •  • 1 564 mots

Autant la réception de Hannah Arendt en France a été tardive, hésitante, voire rétive, autant la reconnaissance de sa stature de penseur du politique et de philosophe va bon train. La publication, en 1995 et 1996 respectivement, de sa correspondance avec deux de ses amis les plus proches – le philosophe Karl Jaspers et l'écrivain Mary McCarthy – témoignait de cet intérêt croissant. Mais il faut a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BEAUFRET, Alphonse DE WAELHENS, Claude ROËLS, « HEIDEGGER MARTIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-heidegger/