Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÊTRE ET TEMPS, Martin Heidegger Fiche de lecture

Martin Heidegger - crédits : G. Schütz/ AKG-images

Martin Heidegger

Du seul véritable livre de Martin Heidegger (1889-1976) publié en 1927, Être et Temps (Sein und Zeit, 1927), certainement le traité de philosophie le plus important paru au xxe siècle, ne seront menées à bien et ne paraîtront que les deux premières sections de la première partie. Dans cette thèse, Heidegger cherche à penser l'Être et sa structure temporelle à partir d'une analytique de l'être que nous sommes (Dasein). « Cet étant que nous sommes nous-mêmes et qui a entre autres la possibilité essentielle de questionner, nous le saisissons terminologiquement comme Dasein. » Poser la question de l'homme et de son existence est la question préalable à celle de l'être en général, puisque l'homme est cet être particulier qui a en propre de se rapporter à l'être en tant que ce qui fait question pour lui. Alors que l'auteur voulait explicitement « poser à neuf la question du sens de l'être », certains de ses lecteurs (Husserl, Sartre) ont voulu y trouver une anthropologie qui, fatalement, ne pouvait s'avérer que très lacunaire et partiale.

Le « Dasein », ouverture au monde

Dans la première section, intitulée « L'Analyse fondamentale préparatoire du Dasein », l'auteur dégage les structures fondamentales, qu'il nomme « existentiaux », dont la notion de « souci » (Sorge) récapitulera tous les traits.

Le Dasein est « au monde », ouvert à lui. Être-au-monde c'est se rapporter à lui selon la modalité de la préoccupation qui donne sens aux choses sur un mode familier et nous y inscrit, à chaque fois, selon une certaine disposition ou humeur particulière (Stimmung). Le Dasein ne peut se comprendre qu'en relation avec d'autres Dasein, eux-mêmes ouverts au monde selon des manières différentes. Le Dasein est donc essentiellement « être-avec » : c'est là la structure première de son être. Heidegger entreprend une analyse systématique, qui déroutera bien des lecteurs, des modalités « inauthentiques » de l'être-au-monde : « L'inauthenticité désigne si peu quelque chose comme un ne-plus-être-au-monde qu'elle constitue précisément un être-au-monde privilégié qui est complètement pris par le monde » (paragr. 38). Jeté d'ores et déjà dans le monde, préoccupé par le quotidien, le Dasein peut déchoir : des manifestations telles que le bavardage, la curiosité, l'équivoque sont co-originaires des possibilités authentiques d'être que sont comprendre, pouvoir-être, sens, affectivité, projet et discours. Le souci, lui, rassemble tous les traits du Dasein : il se donne comme « être-en-avant-de-soi-dans-l'être-déjà-dans-un-monde ».

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • BEAUFRET JEAN (1907-1982)

    • Écrit par Jean LAUXEROIS, Claude ROËLS
    • 647 mots

    Le nom du philosophe Jean Beaufret demeure lié à celui de Martin Heidegger. La rencontre entre les deux hommes décida d'un dialogue lui-même décisif pour la pensée de notre temps. Jean Beaufret naquit à Auzances dans la Creuse. Après l'école communale et le lycée de Montluçon, il vint à Paris...

  • DE L'ESSENCE DE LA VÉRITÉ et PLATON LE SOPHISTE (M. Heidegger) - Fiche de lecture

    • Écrit par Francis WYBRANDS
    • 599 mots

    Il faut espérer que la traduction des tomes 19 et 34 de la Gesamtausgabe, qui rassemblent les cours des semestres d'hiver 1924-1925 et 1931-1932 : Platon « Le Sophiste » (Gallimard, 2001) et De l'essence de la vérité. Approche de l'« allégorie de la caverne » et du « Théétète » de...

  • ÊTRE, philosophie

    • Écrit par Giulio GIORELLO
    • 4 678 mots
    Dans Sein und Zeit (1927), Martin Heidegger part de l'affirmation aristotélicienne que « l'être se prend en de multiples acceptions » pour demander laquelle est fondamentale, laquelle constitue l'être de l'étant. C'est la question qui a « tenu en haleine » Platon et Aristote, celle qui s'est constamment...
  • EXISTENCE (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 075 mots
    À tort ou à raison, Jean-Paul Sartre s’est réclamé de Martin Heidegger (qui a formellement contesté cette filiation). Dans son premier ouvrage Sein undZeit (Être et Temps, 1927), Heidegger a réfuté la définition cartésienne de l’homme reprise par tout le courant humaniste. L’homme n’est...
  • Afficher les 11 références

Voir aussi