MAUSS MARCEL (1872-1950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « phénomène social total »

L'étude des sociétés humaines, selon Mauss, comprend la morphologie qui porte sur les groupes structurés, la physiologie sociale qui s'applique aux représentations et aux mouvements sociaux, et la sociologie générale qui traite des phénomènes généraux se retrouvant dans les divers aspects de la vie nationale et internationale. La nation correspond à un certain degré d'intégration et de cohésion ; quant à la civilisation, c'est un fait hypersocial et supranational.

La sociologie doit s'attacher à l'élucidation des phénomènes significatifs pour retrouver derrière eux les structures rationnelles. Cela implique qu'elle collabore avec la psychologie et même avec la biologie pour atteindre la réalité humaine dans sa totalité, telle qu'elle est concrètement engagée dans la vie individuelle et collective. Ainsi, les techniques du corps (par exemple, la façon de marcher, de nager) sont des actes à la fois physiques et façonnés par l'éducation. En les étudiant, on découvre les processus inconscients par lesquels s'opère la socialisation. De la même façon, en recherchant comment s'est formée et comment a évolué au cours des âges la notion de personne, au lieu de la prendre comme une donnée abstraite, on peut mieux saisir le point de jonction entre le psychologique et le sociologique.

Ainsi, à la conception de l'homme total correspond celle du phénomène social total, qui conduit à la fois à saisir les structures cachées et à rejoindre le donné véritable qui est, par exemple, le Mélanésien, le Romain, et non pas, comme le ferait croire une sociologie trop simpliste, un ensemble d'institutions qu'on pourrait décrire isolément, sans référence à leurs auteurs.

C'est dans l'Essai sur le don que Mauss a été le plus loin dans cette voie. Il a voulu montrer que les phénomènes économiques ne sont pas dissociables des autres aspects de la vie sociale et ne peuvent se réduire à des calculs d' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MAUSS MARCEL (1872-1950)  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'écologie culturelle à l'anthropologie française »  : […] Un autre courant américain se situe dans le cadre de cette anthropologie sociale et culturelle, qui, née d'une orientation matérialiste et néo-évolutionniste, rejeta l'intellectualisme et le psychologisme de l'anthropologie culturelle, provoquant aux États-Unis une véritable révolution et posant les principes d'une nouvelle recherche. Anthropologues et archéologues s'inspirèrent des travaux de J.  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie/#i_26588

ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

  • Écrit par 
  • Olivier LESERVOISIER
  •  • 3 441 mots

Dans le chapitre « L'équation personnelle du chercheur »  : […] La publication en 1967 du journal posthume de Malinowski marque une étape importante dans la prise de conscience de la nécessité de ne plus passer sous silence les effets de la dimension intersubjective de l'enquête de terrain. En dévoilant les frustrations et les colères de l'ethnologue contre ses hôtes, l'ouvrage révèle le caractère illusoire d'une observation neutre et montre la manière dont l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-reflexive/#i_26588

ART (Aspects culturels) - Public et art

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 6 253 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La perception esthétique »  : […] Mais les variations dans l'appréciation des œuvres selon les différents publics ne touchent pas seulement les sujets et les formes, les contenus et les styles de représentation : elles concernent tout d'abord – et trop de recherches tendent à l'oublier – le statut même des œuvres, le fait qu'elles soient ou ne soient pas appréhendées comme des objets d'art. Car, avant même de faire l'histoire et l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-culturels-public-et-art/#i_26588

BIEN, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 626 mots
  •  • 1 média

La science économique a longtemps revendiqué avec succès le monopole légitime de l’analyse des biens. Dans sa version dominante, elle rend compte de la production et de l’appropriation d’un bien privé, qu’il s’agisse d’une tomate ou d’un soin dentaire, en suivant les règles d’une institution, le marché, auquel elle prête la faculté d’allouer les ressources de façon optimale grâce à la concurrence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bien-sociologie/#i_26588

CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 115 mots

Dans le chapitre « La forme concrète de la civilisation »  : […] Une tentative a été faite par Marcel Mauss pour unir les différentes acceptions du terme. Il définit d'abord le phénomène de civilisation comme étant commun à plusieurs sociétés et à un passé plus ou moins long de ces sociétés. On peut donc le distinguer du simple phénomène culturel par son volume, de sorte que l'analyse conceptuelle est faite ici en extension plutôt qu'en compréhension. Ainsi, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation/#i_26588

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'historicisation des catégories kantiennes »  : […] Dans son projet de fonder l'autonomie de la sociologie par rapport à la psychologie et la philosophie, Émile Durkheim apporte une contribution majeure à la sociologie de la connaissance en s'attaquant aux catégories les plus fondamentales de l'entendement et de la sensibilité (temps, espace, nombre, cause, substance, etc.) et de la pensée logique. Jusque-là domaine réservé aux philosophes qui l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/connaissance/#i_26588

CORPS - Données anthropologiques

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 251 mots

Dans le chapitre « Les techniques du corps »  : […] Les modalités dynamiques du corps – gestes, déplacements – sont étroitement dépendantes du contexte culturel. Marcel Mauss, l'un des premiers sociologues à avoir noté comment varient, en fonction de l'éducation reçue, les manières dont le corps se meut (dans la marche, l'absorption alimentaire, les relations sexuelles, etc.), a montré, comme d'autres ethnologues après lui, combien ces postures so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-donnees-anthropologiques/#i_26588

CORPS - Les usages sociaux du corps

  • Écrit par 
  • Luc BOLTANSKI
  •  • 2 595 mots

Dans le chapitre « Corps et culture »  : […] La diversité des pratiques corporelles entre les sociétés et, à l'intérieur d'une même société, entre les différents groupes sociaux (entre les sexes, les générations, les classes sociales, etc.) n'est ni « conditionnée » par des mécanismes héréditaires et fatals (que suppose l'explication par la « race » ou, aujourd'hui, par le « patrimoine génétique ») ni même « déterminée » de façon directe, pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-les-usages-sociaux-du-corps/#i_26588

DON

  • Écrit par 
  • François POUILLON
  •  • 3 517 mots
  •  • 1 média

Donner est une opération des plus familières qui ne semble pas appeler de définition sociologique particulièrement précise : un bien change d'attributaire par la décision de son propriétaire qui manifeste à un tiers une disposition bienveillante puisqu'il n'exige rien en retour. Définition satisfaisante en première approximation, mais partielle, puisqu'elle en reste aux apparences, sinon aux conve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/don/#i_26588

DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Raymond BOUDON
  •  • 11 011 mots

Dans le chapitre « Les durkheimiens »  : […] Ce qui distingue Émile Durkheim des autres « pères fondateurs » de la sociologie c'est qu'il fut à proprement parler un chef d'école. Son projet impliquait, en effet, que la fondation de cette nouvelle science fût le fruit d'un travail collectif où chacun des membres de l'équipe se spécialiserait dans une branche du savoir à constituer et ferait valoir le point de vue sociologique dans les discipl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-durkheim/#i_26588

DURKHEIM (ÉCOLE DE)

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 2 534 mots

Dans le chapitre « La filiation durkheimienne »  : […] La pensée du véritable maître que fut Durkheim a rayonné bien au-delà de sa mort relativement prématurée, à 59 ans, en 1917. Jusqu'en 1940, ce qu'on a pu appeler l'« école durkheimienne » a régné sur la sociologie française. Encore en 1965, Jean Duvignaud pouvait écrire qu'il « n'existe pour ainsi dire pas de sociologue français qui ne se rattache de près ou de loin à Durkheim, même pour le critiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/durkheim-ecole-de/#i_26588

ETHNOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick MENGET
  •  • 5 636 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'école française : Durkheim et Mauss »  : […] La place d' Émile Durkheim – et celle de l'école française, c'est-à-dire l'ensemble de ses élèves et de ceux qu'il influence – est à la fois éminente et paradoxale. En insistant sur la spécificité du fait social, sur son irréductibilité à des phénomènes d'un autre ordre comme la psychologie individuelle, sur l'interdépendance des faits sociaux dans un système, sur la distinction entre explication […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-histoire/#i_26588

ETHNOLOGIE - Ethnographie

  • Écrit par 
  • Geza de ROHAN-CSERMAK
  •  • 5 066 mots

Dans le chapitre « Définitions ethnologiques modernes »  : […] L'ethnologie, de nos jours, accepte formellement la prise de position d'Ampère. À sa suite, il serait difficile de trouver une définition plus approfondie que celle de Shirokogoroff (1935), qui voit dans l'ethnographie une aide technique pour l'ethnologie. « La technique de l'ethnographie est bien avancée : l'ethnographe utilise sa connaissance technique, analyse linguistique, analyse psychologiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnographie/#i_26588

ETHNOLOGIE - Ethnologie religieuse

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 6 092 mots

Dans le chapitre « Religions et ethnies »  : […] L'étude même d'un système religieux, quelle que soit l'ethnie considérée, pose un problème préalable au chercheur, surtout quand il envisage les sociétés non occidentales, à savoir celui de la délimitation même du domaine qu'il doit explorer. Existe-t-il un domaine du sacré distinct, voire opposé à celui du profane ? On sait que, pour Durkheim et son école, cette distinction, qui recouvre à peu p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnologie-religieuse/#i_26588

ETHNOLOGIE - Ethnosciences

  • Écrit par 
  • Jacques BARRAU
  •  • 3 705 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La tradition naturaliste en France »  : […] Qu'en était-il en France à l'époque de la Première Guerre mondiale ? On n'y parlait pas d'ethnobotanique ni d'ethnozoologie et l'écologie n'avait guère cours. Pourtant, une minorité de naturalistes et d'ethnologues s'intéressaient aux relations entre sociétés, civilisations et nature. Au Muséum national d'histoire naturelle de Paris, le botaniste colonial Auguste Chevalier, auteur, parmi de nombr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnosciences/#i_26588

FÊTE

  • Écrit par 
  • François-André ISAMBERT, 
  • Jean-Pierre MARTINON
  •  • 6 981 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fête idéale »  : […] La recherche d'un type idéal de la fête est caractéristique de ceux qui ont emprunté la voie phénoménologique, tels G. Van der Leeuw, G. Dumézil, M. Eliade, R. Caillois... On peut trouver chez des auteurs de la génération précédente les éléments de base de la théorie dont Caillois semble avoir donné la formule définitive. Durkheim, dans Les Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), fait du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fete/#i_26588

FRAZER JAMES GEORGE (1854-1941)

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 3 467 mots

Dans le chapitre « La théorie de la magie »  : […] La notion de magie sympathique est, quant à elle, susceptible d'une application plus large puisque, aux yeux de Frazer, la pensée magique anime l'un des stades traversés par l'humanité, les deux autres étant caractérisés par la pensée religieuse et par la pensée scientifique. Il ne s'agit pas d'un évolutionnisme rigide. C'est ainsi que des traces de pensée magique existent encore dans notre mond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-george-frazer/#i_26588

GRIAULE MARCEL (1898-1956)

  • Écrit par 
  • Eric JOLLY
  •  • 1 316 mots

Dans le chapitre « De l’aviation à l’ethnographie »  : […] Avant de s’orienter vers l’ethnologie, Marcel Griaule est observateur aérien dans l’armée de l’air avec le grade de sous-lieutenant. Ce n’est qu’à vingt-cinq ans qu’il reprend des études supérieures en suivant les cours du linguiste Marcel Cohen et du sociologue Marcel Mauss à l’École nationale des langues orientales, à l’École pratique des hautes études ou, à partir de 1925, à l’Institut d’ethno […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-griaule/#i_26588

L'IDÉOLOGIE TRIPARTIE DES INDO-EUROPÉENS, Georges Dumézil - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 135 mots

Dans le chapitre « « L'Idéologie », entre structure et histoire »  : […] On reconnaîtra bien sûr dans le schéma trifonctionnel l'influence de la thèse défendue en 1903 par Durkheim et Mauss à propos de la classification entendue comme « institution sociale », ou encore la thématique, chez le second, du « fait social total ». La tripartition, dans sa version initiale de 1938, sera d'ailleurs immédiatement adoptée par Mauss et Granet. Derrière les expressions sociales va […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ideologie-tripartie-des-indo-europeens/#i_26588

JEU - Ethnologie du jeu

  • Écrit par 
  • Geza de ROHAN-CSERMAK
  •  • 9 576 mots

Dans le chapitre « Classification des jeux »  : […] Les travaux taxonomiques sur les manifestations ludiques de l'homme se limitent à la philosophie et à l'ethnologie, la sociologie n'ayant jamais envisagé de proposer une classification des jeux universellement valable d'après les critères de relations et de divisions sociales. Certes, la psychologie a suggéré plusieurs classifications de jeux, mais toujours associées aux différents âges de l'indiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-ethnologie-du-jeu/#i_26588

LES ANNÉES FOLLES DE L'ETHNOGRAPHIE. TROCADÉRO 28-37 (ouvrage collectif) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Frédéric KECK
  •  • 1 192 mots

Dans le chapitre « Collecter, diffuser »  : […] La seconde partie de l’ouvrage montre le travail scientifique effectué par Rivet et Rivière à travers la coordination de nombreuses collectes ethnographiques dans toutes les régions du monde : non seulement les missions dirigées par Marcel Griaule entre Dakar et Djibouti et par Claude Lévi-Strauss en Amazonie (un article évoque la figure méconnue de l’anthropologue physique Jehan Vellard), mais au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-annees-folles-de-l-ethnographie-trocadero-28-37/#i_26588

MAGIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Roger BASTIDE
  •  • 11 230 mots

Dans le chapitre « Le fonctionnalisme et le structuralisme »  : […] Devant les oppositions doctrinales de l'ancienne anthropologie, la nouvelle anthropologie, négligeant les problèmes d'origine et de catégorisation, s'attache plutôt, depuis B.  Malinowski, aux problèmes des fonctions. Il est facile de classer les fonctions manifestes de la magie : magie offensive, destinée à provoquer la maladie, la folie ou la mort de l'adversaire, et magie protectrice, destinée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magie/#i_26588

MANA

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 387 mots

Le terme polynésien mana désigne une force surnaturelle dont l'Anglais R. R. Marett (1866-1943) et le Français Marcel Mauss (1872-1950) ont tenté, dans le contexte de l'ethnologie religieuse, d'évaluer les propriétés : « Ce mot, précise le second, subsume une foule d'idées que nous désignerions par les mots de : pouvoir de sorcier, qualité magique d'une chose, chose magique, être magique, avoir d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mana/#i_26588

MYTHE - Épistémologie des mythes

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 8 612 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mémoire de l'oreille »  : […] Depuis la fin des années 1960, après les travaux de Havelock et dans le prolongement des enquêtes de Parry, une nouvelle problématique tend à s'imposer qui analyse, dans le monde grec, l'émergence progressive de l'écriture au-dedans d'une civilisation traditionnelle. Havelock a montré de manière décisive que l'épopée homérique, dont Parry avait reconnu l'appartenance à l'oralité, ne pouvait plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-epistemologie-des-mythes/#i_26588

PAULME DENISE (1909-1998)

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 867 mots

Denise Paulme est restée jusqu'au terme de sa vie au service d'une discipline – l'anthropologie et son illustration muséographique – et d'un africanisme de terrain qui ne céda jamais au désenchantement. Le musée de l'Homme, l'Afrique occidentale, l'École des hautes études en sciences sociales (E.H.E.S.S.) ont jalonné son parcours intellectuel, les étapes de son activité scientifique et les moments […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denise-paulme/#i_26588

PERCEPTION (sociologie)

  • Écrit par 
  • Gauthier FRADOIS
  •  • 888 mots

Dans un ouvrage qui a révolutionné la théorie de la connaissance, Critique de la raison pure , Emmanuel Kant expose l'existence de deux formes pures de l'intuition sensible, l'espace et le temps, comme fondements a priori de la connaissance du sujet. Ces cadres formels de l'expérience, inhérents à l'esprit humain, sont la condition de possibilité de nos intuitions empiriques, la seule forme sous l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perception-sociologie/#i_26588

POTLATCH

  • Écrit par 
  • Claude MEILLASSOUX
  •  • 2 927 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie du prêt à intérêt »  : […] La plus ancienne interprétation, remontant à 1897, est celle de Franz Boas qui fournit les premières observations ethnographiques du phénomène et d'abondants matériaux réunis surtout par l'intermédiaire de G. Hunt, un Indien Kwakiutl formé par Boas aux techniques ethnographiques de l'époque (Boas et Hunt, 1921). Boas, ayant constaté qu'afin de faire face aux obligations du potlatch l'organisateu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/potlatch/#i_26588

RITES

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 3 731 mots

Dans le chapitre « Les catégories et les problèmes »  : […] Marcel Mauss divisait les rites primitifs en deux catégories : les rites positifs et les rites négatifs, ces derniers consistant en des interdictions. D'un autre point de vue, on peut aussi distinguer entre les rites simplement insérés dans la vie quotidienne et les rites commémoratifs qui se réfèrent à des modèles mythologiques et qui présentent un caractère synchro-diachronique, mis en évidence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rites/#i_26588

RITUEL

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 5 523 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'approche fonctionnaliste »  : […] Le rituel fait classiquement référence à des séquences d'actes ordonnés et prescrits, répétitifs, « expressifs et dramatiques », à des comportements standardisés qui, à première vue, ne peuvent être expliqués en termes de rationalité (de fins et de moyens) et qui semblent donc s'appuyer sur des représentations symboliques, c'est-à-dire, au sens de R. Needham, des représentations qui « tiennent lie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rituel/#i_26588

SACRÉ, religion

  • Écrit par 
  • Dominique CASAJUS, 
  • André DUMAS, 
  • Universalis
  •  • 10 203 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sources des théories durkheimiennes »  : […] Le sacré est donc, chez Durkheim, on le voit, à la confluence de deux mouvements. Il est, d'une part, le lieu de l'interdit et, d'autre part, le siège d'une puissance pouvant se manifester dans certaines circonstances. Pour résumer le fait d'une formule, disons qu'il est au croisement de W. R.  Smith et de Hubert et Mauss. Que l'ethnographie australienne autorise effectivement ce croisement est sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacre-religion/#i_26588

SACRIFICE

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 520 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La nature du sacrifice »  : […] Au lieu de chercher l'unité du sacrifice dans un point de départ bien hypothétique, car on ne sait rien des origines, ne vaudrait-il pas mieux la chercher, par exemple avec H. Hubert et M.  Mauss, dans le mécanisme même de la cérémonie ? Le sacrifice est avant tout une consécration : l'homme et le divin ne sont pas en contact direct, il faut un intermédiaire entre eux pour qu'ils puissent communi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacrifice/#i_26588

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Durkheim et l'école française de sociologie »  : […] En France, ils sont plusieurs à se faire concurrence au sein d'un espace scientifique en construction. Outre Le Play déjà cité, il faut d'abord compter avec René Worms, qui se signale moins par l'originalité de ses écrits que par son action en faveur de la reconnaissance de la discipline. Il crée ainsi la Revue internationale de sociologie et fonde un Institut international de sociologie. Juge pu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-histoire/#i_26588

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Affirmation »  : […] La pensée de Lévi-Strauss commence de s'imposer, pour un cercle restreint de spécialistes, avec la publication en 1949 des Structures élémentaires de la parenté , et, un an plus tard, pour un public plus large, avec celle de l'« Introduction à l'œuvre de Marcel Mauss », sur laquelle s'ouvre le recueil Sociologie et anthropologie . De l'« Introduction », on retient principalement, dans la visée d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_26588

THANATOMANIE

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 290 mots

Décrite par Marcel Mauss dans son étude intitulée Définition de la suggestion collective de l'idée de mort , la thanatomanie est un comportement par lequel, dans une société primitive (notamment en Australie et en Nouvelle-Zélande), un individu qui a péché ou croit avoir péché et qui est enchanté ou se croit enchanté se laisse mourir, souvent très vite, parfois à une heure qu'il a prévue. Selon Ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thanatomanie/#i_26588

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Théâtre et sociétés

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRADIER
  •  • 9 668 mots

Dans le chapitre « La distinction des genres »  : […] Au cours des leçons sur les phénomènes esthétiques qu'il avait données à l'Institut d'ethnologie de l'université de Paris, entre 1926 et 1939, Marcel Mauss avait rappelé la tendance de nos sociétés à fragmenter et à isoler ce qui, pour d'autres, restait ou est encore profondément unifié. Les notions de rite, rituel, cérémonie, fête, théâtre, danse, musique, parade, revue, défilé, procession ou jou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-theatre-et-societes/#i_26588

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CAZENEUVE, « MAUSS MARCEL - (1872-1950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-mauss/