Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MAUSS MARCEL (1872-1950)

Magie, religion, morphologie

De cette conception du phénomène social total découle l'idée féconde que des compensations et des transferts peuvent s'établir entre les divers phénomènes sociaux, et aussi que les uns s'éclairent par les autres. C'est ainsi par exemple que le principe du mana, puissance impersonnelle surnaturelle, avec ses divers équivalents suivant les peuples observés, permet de comprendre le symbolisme qui l'exprime dans les rites religieux tels que le sacrifice et la prière. Malgré son caractère individualiste, la magie est de ce fait d'origine sociale tout comme la religion. Le sacrifice, d'autre part, a pour objet de faire communiquer le sacré avec le profane. Quant à la prière, on peut saisir la genèse à partir de formules élémentaires qui ne s'adressent pas à des divinités, mais ne sont pourtant pas magiques. La plupart des rites peuvent être interprétés comme des langages symboliques. Par exemple, les pratiques du deuil ainsi que les usages réglementant la plaisanterie servent à manifester des liens de parenté.

Quant à la morphologie sociale, elle présente des rythmes variés qui sont des phénomènes totaux et traduisent aussi des structures fondamentales sous des formes complexes. L'exemple de la société eskimo, qui se présente comme dispersée ou même individualiste en été et, au contraire, rassemblée et communautaire en hiver, montre que c'est bien la totalité de l'existence, sous tous ses aspects, qui change selon des alternances que symbolisent les saisons.

Ainsi Mauss, dans ces diverses recherches, a saisi avec acuité les ressorts cachés de la vie sociale dans ce qu'elle a de significatif et de concret.

— Jean CAZENEUVE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par Élisabeth COPET-ROUGIER, Christian GHASARIAN
    • 16 158 mots
    • 1 média
    ...anthropologie économique. En France, la dimension anthropologique fut donnée à l'ethnologie naissante par des sociologues, notamment Émile Durkheim et Marcel Mauss. Avec le premier, celle-ci se libère quelque peu des préoccupations évolutionnistes et tend, comme la sociologie, à considérer « les faits...
  • ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

    • Écrit par Olivier LESERVOISIER
    • 3 448 mots
    ...restituer le plus fidèlement possible les conditions réelles de production des données. Cette démarche s'impose d'autant plus que, comme le relevait Claude Lévi-Strauss dans ses commentaires sur l'œuvre de Marcel Mauss : « Dans une science où l'observateur est de même nature que son objet, l'observateur...
  • ART (Aspects culturels) - Public et art

    • Écrit par Nathalie HEINICH
    • 6 256 mots
    • 1 média
    ...pour analyser le processus de construction de la notion même d'œuvre d'art. Ce processus est, avant tout, un phénomène de croyance, comme l'a montré Marcel Mauss à propos du fait magique, dont on peut transposer les propriétés au fait artistique : « Ce qui leur [magiciens] donne des vertus magiques,...
  • BIEN, sociologie

    • Écrit par Michel LALLEMENT
    • 627 mots
    • 1 média

    La science économique a longtemps revendiqué avec succès le monopole légitime de l’analyse des biens. Dans sa version dominante, elle rend compte de la production et de l’appropriation d’un bien privé, qu’il s’agisse d’une tomate ou d’un soin dentaire, en suivant les règles d’une institution,...

  • Afficher les 36 références

Voir aussi