MAUSS MARCEL (1872-1950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Magie, religion, morphologie

De cette conception du phénomène social total découle l'idée féconde que des compensations et des transferts peuvent s'établir entre les divers phénomènes sociaux, et aussi que les uns s'éclairent par les autres. C'est ainsi par exemple que le principe du mana, puissance impersonnelle surnaturelle, avec ses divers équivalents suivant les peuples observés, permet de comprendre le symbolisme qui l'exprime dans les rites religieux tels que le sacrifice et la prière. Malgré son caractère individualiste, la magie est de ce fait d'origine sociale tout comme la religion. Le sacrifice, d'autre part, a pour objet de faire communiquer le sacré avec le profane. Quant à la prière, on peut saisir la genèse à partir de formules élémentaires qui ne s'adressent pas à des divinités, mais ne sont pourtant pas magiques. La plupart des rites peuvent être interprétés comme des langages symboliques. Par exemple, les pratiques du deuil ainsi que les usages réglementant la plaisanterie servent à manifester des liens de parenté.

Quant à la morphologie sociale, elle présente des rythmes variés qui sont des phénomènes totaux et traduisent aussi des structures fondamentales sous des formes complexes. L'exemple de la société eskimo, qui se présente comme dispersée ou même individualiste en été et, au contraire, rassemblée et communautaire en hiver, montre que c'est bien la totalité de l'existence, sous tous ses aspects, qui change selon des alternances que symbolisent les saisons.

Ainsi Mauss, dans ces diverses recherches, a saisi avec acuité les ressorts cachés de la vie sociale dans ce qu'elle a de significatif et de concret.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  MAUSS MARCEL (1872-1950)  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'écologie culturelle à l'anthropologie française »  : […] Un autre courant américain se situe dans le cadre de cette anthropologie sociale et culturelle, qui, née d'une orientation matérialiste et néo-évolutionniste, rejeta l'intellectualisme et le psychologisme de l'anthropologie culturelle, provoquant aux États-Unis une véritable révolution et posant les principes d'une nouvelle recherche. Anthropologues et archéologues s'inspirèrent des travaux de J.  […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

  • Écrit par 
  • Olivier LESERVOISIER
  •  • 3 441 mots

Dans le chapitre « L'équation personnelle du chercheur »  : […] La publication en 1967 du journal posthume de Malinowski marque une étape importante dans la prise de conscience de la nécessité de ne plus passer sous silence les effets de la dimension intersubjective de l'enquête de terrain. En dévoilant les frustrations et les colères de l'ethnologue contre ses hôtes, l'ouvrage révèle le caractère illusoire d'une observation neutre et montre la manière dont l […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - Public et art

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 6 254 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La perception esthétique »  : […] Mais les variations dans l'appréciation des œuvres selon les différents publics ne touchent pas seulement les sujets et les formes, les contenus et les styles de représentation : elles concernent tout d'abord – et trop de recherches tendent à l'oublier – le statut même des œuvres, le fait qu'elles soient ou ne soient pas appréhendées comme des objets d'art. Car, avant même de faire l'histoire et l […] Lire la suite

BIEN, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 627 mots
  •  • 1 média

La science économique a longtemps revendiqué avec succès le monopole légitime de l’analyse des biens. Dans sa version dominante, elle rend compte de la production et de l’appropriation d’un bien privé, qu’il s’agisse d’une tomate ou d’un soin dentaire, en suivant les règles d’une institution, le marché, auquel elle prête la faculté d’allouer les ressources de façon optimale grâce à la concurrence […] Lire la suite

CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 115 mots

Dans le chapitre « La forme concrète de la civilisation »  : […] Une tentative a été faite par Marcel Mauss pour unir les différentes acceptions du terme. Il définit d'abord le phénomène de civilisation comme étant commun à plusieurs sociétés et à un passé plus ou moins long de ces sociétés. On peut donc le distinguer du simple phénomène culturel par son volume, de sorte que l'analyse conceptuelle est faite ici en extension plutôt qu'en compréhension. Ainsi, l […] Lire la suite

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'historicisation des catégories kantiennes »  : […] Dans son projet de fonder l'autonomie de la sociologie par rapport à la psychologie et la philosophie, Émile Durkheim apporte une contribution majeure à la sociologie de la connaissance en s'attaquant aux catégories les plus fondamentales de l'entendement et de la sensibilité (temps, espace, nombre, cause, substance, etc.) et de la pensée logique. Jusque-là domaine réservé aux philosophes qui l […] Lire la suite

CORPS - Données anthropologiques

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 251 mots

Dans le chapitre « Les techniques du corps »  : […] Les modalités dynamiques du corps – gestes, déplacements – sont étroitement dépendantes du contexte culturel. Marcel Mauss, l'un des premiers sociologues à avoir noté comment varient, en fonction de l'éducation reçue, les manières dont le corps se meut (dans la marche, l'absorption alimentaire, les relations sexuelles, etc.), a montré, comme d'autres ethnologues après lui, combien ces postures so […] Lire la suite

CORPS - Les usages sociaux du corps

  • Écrit par 
  • Luc BOLTANSKI
  •  • 2 595 mots

Dans le chapitre « Corps et culture »  : […] La diversité des pratiques corporelles entre les sociétés et, à l'intérieur d'une même société, entre les différents groupes sociaux (entre les sexes, les générations, les classes sociales, etc.) n'est ni « conditionnée » par des mécanismes héréditaires et fatals (que suppose l'explication par la « race » ou, aujourd'hui, par le « patrimoine génétique ») ni même « déterminée » de façon directe, pa […] Lire la suite

DON

  • Écrit par 
  • François POUILLON
  •  • 3 517 mots
  •  • 1 média

Donner est une opération des plus familières qui ne semble pas appeler de définition sociologique particulièrement précise : un bien change d'attributaire par la décision de son propriétaire qui manifeste à un tiers une disposition bienveillante puisqu'il n'exige rien en retour. Définition satisfaisante en première approximation, mais partielle, puisqu'elle en reste aux apparences, sinon aux conve […] Lire la suite

DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Raymond BOUDON
  •  • 11 011 mots

Dans le chapitre « Les durkheimiens »  : […] Ce qui distingue Émile Durkheim des autres « pères fondateurs » de la sociologie c'est qu'il fut à proprement parler un chef d'école. Son projet impliquait, en effet, que la fondation de cette nouvelle science fût le fruit d'un travail collectif où chacun des membres de l'équipe se spécialiserait dans une branche du savoir à constituer et ferait valoir le point de vue sociologique dans les discipl […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CAZENEUVE, « MAUSS MARCEL - (1872-1950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-mauss/