Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

KULA

Vaste opération de rapports intertribaux, incluant un système d'échange très développé, qui a fait l'objet de l'étude de Malinowski consignée dans son ouvrage célèbre, Les Argonautes du Pacifique occidental (Argonauts of the Western Pacific, 1922). Le commerce kula implique un type de relations sociales réciproques qui sont réglementées de la manière la plus rigoureuse. Il constitue un mécanisme sociologique atteignant une grande ampleur : ce système d'échange, fondé sur les prestations et les contre-prestations, s'étend à une partie importante des populations primitives du Pacifique et de la Micronésie. La transaction qui forme la partie essentielle du kula est un échange mi-cérémoniel, mi-commercial qui est destiné à donner aux partenaires du prestige, donc un pouvoir social, c'est-à-dire une valeur dépassant de beaucoup la satisfaction des besoins élémentaires. Ceux qui pratiquent le kula gardent par devers eux, pendant un certain temps, un certain nombre d'objets distincts qui sont de deux sortes ; ils s'en défont pour en recevoir d'autres en alternant toujours les catégories. Ainsi sont échangés des colliers de coquillages rouges, dans un sens, et, dans l'autre, des bracelets de coquillages blancs. Le kula peut être regardé, pour reprendre l'expression de Marcel Mauss, comme un « phénomène social total » : il constitue, en effet, un système global d'échanges à la fois culturels, économiques et psychiques.

L'objet échangé dans le kula, le vaygu'a, n'est jamais utilisé comme moyen de paiement ni considéré comme unité de valeur, alors qu'il constitue la base de la monnaie. Chaque vaygu'a a pour destin d'être possédé et échangé — exhibé — durant toute la vie de son possesseur, sa seule fonction étant de passer de main en main lors du circuit kula. De tels échanges sont circonscrits à une aire géographique bien déterminée et le statut des partenaires est défini rigoureusement. Le kula ne s'apparente point au troc, car le vaygu'a ne peut être qu'échangé et non conservé ; la valeur qui lui est prêtée découle directement de cette continuité dans la transmission. Il demeure, pour son possesseur, quelque chose qui confère à celui-ci de la considération. Le comportement par rapport au kula tient de l'attitude rituelle et se trouve empreint d'une charge émotionnelle. Les vaygu'as sont, par exemple, de grandes lames de pierre polie, des ceintures dites xaloma et des pendentifs dits doga. Pour les Trobriandais étudiés par Malinowski, les vaygu'as détiennent par eux-mêmes une vertu intrinsèque et ne sont pas considérés comme une richesse monnayable. Ils accumulent d'autant plus de valeur qu'ils ont beaucoup circulé. Le propre du kula est de relever de plusieurs activités différentes, de deux mondes distincts : le magique et l'économique. Malinowski note que le vaygu'a est un objet qui « réchauffe le cœur » et produit du réconfort à son possesseur ; les mourants sont enveloppés de tels objets. Marcel Mauss, dont l'ouvrage Essai sur le don a été inspiré par les recherches de Malinowski sur le kula, définit celui-ci comme un potlatch intertribal. Un échange de ce type, même si apparemment il ne profite pas à celui qui le pratique, lui donne du prestige social et amènera son groupe à lui fournir en retour biens et femmes.

— Yvan BARBÉ

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Yvan BARBÉ. KULA [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par et
    • 16 158 mots
    • 1 média
    ...mais où production, échange, consommation et compétition sociale sont réglés par la coutume. Quelques années plus tard, en décrivant le cycle de la kula (système particulier d'échange entre les îles Mélanésiennes), B. Malinowski (The Argonauts of the Western Pacific, 1922) rejoignait les...
  • DOBU

    • Écrit par
    • 525 mots

    Peuple mélanésien habitant quelques îles volcaniques de l'archipel d'Entrecasteaux, situé au large de la pointe sud-est de la Nouvelle-Guinée et au sud de la région connue sous le nom de Massim. Les familles conjugales, appartenant à des unités villageoises exogames et pratiquant la culture...

  • DON

    • Écrit par
    • 3 524 mots
    • 1 média
    ...l'archipel tout entier ne semblent avoir d'autre but que ces cérémonies où des parures étaient unilatéralement offertes. Mauss a bien observé dans la kula un « commerce noble » qui engageait le statut des partenaires. Il ne lui a pas échappé que cette circulation des biens de prestige était doublée d'un...
  • MAUSS MARCEL (1872-1950)

    • Écrit par
    • 1 623 mots
    ...exactement de l'obligation de donner, de recevoir et de rendre. Ainsi, dans le potlatchdes Indiens de la côte du Pacifique nord, ou dans le commerce kulades Mélanésiens, on observe de vastes systèmes de prestations réciproques dans lesquels se manifeste un lien intime et magique entre les objets et...