MAGNÉTOCHIMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Bromure d'éthyle : spectre R.M.N.

Bromure d'éthyle : spectre R.M.N.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Déplacements chimiques des protons appartenant à différents groupes fonctionnels

Déplacements chimiques des protons appartenant à différents groupes fonctionnels
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Porphyrindine

Porphyrindine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ions : exemples de représentation schématique

Ions : exemples de représentation schématique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Les propriétés magnétiques sont intimement liées à la structure de la matière, à l'échelle moléculaire, et l'on conçoit que l'étude de ces propriétés a pu jouer un grand rôle dans l'élaboration des théories modernes de l'atome (effet Zeeman, par exemple) et continue à rendre de grands services dans la recherche d'une meilleure connaissance des structures moléculaires, géométriques et électroniques.

L'ensemble de tels travaux, qui consistent dans un premier temps à rechercher les relations existant entre le magnétisme des composés et leur structure microscopique, ensuite à utiliser ces résultats pour résoudre les problèmes de structure les plus variés, a reçu le nom de magnétochimie.

Il est apparu que les propriétés magnétiques pouvaient trouver des applications intéressantes dans des domaines de la chimie autres que ceux de la chimie structurale : séparation des minerais de fer, chimie analytique.

En ce qui concerne la chimie analytique, on a pu mettre au point et même parfois commercialiser des appareils permettant dans certains cas favorables une analyse rapide, précise et non destructive ; par exemple, pour le dosage de l'oxygène dans les gaz, des métaux dans les verres, du carbone dans les aciers.

Le regroupement de ces études sous un même mot « magnétochimie » ne doit pas faire oublier la richesse et la diversité des techniques magnétochimiques, qui proviennent en particulier de l'origine très différente du diamagnétisme, du paramagnétisme, du ferromagnétisme ou de l'antiferromagnétisme, ainsi que de l'imagination des chercheurs.

Le diamagnétisme, lié à un moment magnétique induit correspondant au mouvement orbital des électrons, est caractérisé par une susceptibilité de l'ordre de − 0,5.10-6 u.é.m. C.G.S. pratiquement indépendante du champ magnétique et de la température.

Ce diamagnétisme, propriété universelle de la matière, est quelquefois masqué par suite de l'existence de moments magnétiques permanents à l'échelle atomique ou moléculaire, liée le plus souvent au spin des électrons. Lorsque le couplage entre ces moments atomiques ou moléculaires est faible, le composé est dit paramagnéti [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Bordeaux-I, responsable de l'équipe de recherche de physicochimie théorique associée au C.N.R.S., laboratoire de chimie-physique de l'université de Bordeaux-I

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean HOARAU, « MAGNÉTOCHIMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetochimie/