DIAMAGNÉTISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les corps qui, contrairement aux substances dites magnétiques, possèdent une perméabilité magnétique μ (rapport entre le vecteur induction B et le vecteur champ H) inférieure à celle du vide sont dits diamagnétiques. Les lignes de force d'un champ magnétique sont alors repoussées vers l'extérieur ; les points par lesquels pénètrent les lignes de force s'aimantent positivement, alors que ceux par lesquels elles sortent s'aimantent négativement.

Il en résulte l'apparition d'un moment magnétique m induit par le champ magnétique et qui lui est opposé (ce moment magnétique disparaît avec la cause excitatrice, contrairement à ce qui se passe dans le cas des corps ferromagnétiques).

Le plus souvent, ce moment induit est proportionnel au champ inducteur : m = k . H, et le corps est dit magnétiquement isotrope.

Le coefficient de proportionnalité qui caractérise le corps est appelé susceptibilité magnétique. Il est négatif et est relié à la perméabilité par la relation μ = 1 + 4 π k (systèmes non rationalisés) ou μ = 1 + k (système Giorgi rationalisé, ou S.I.).

Ce moment induit, opposé au champ inducteur, est lié à l'apparition de forces tendant à repousser le corps vers la région des champs faibles. Ces forces sont toujours très petites : la répulsion due à un électro-aimant produisant un champ d'un million d'ampères par mètre sur un gramme de substance diamagnétique est de l'ordre de 10-5 newton, ce qui explique pourquoi le diamagnétisme est demeuré longtemps inaperçu.

La quasi-totalité des molécules organiques, la plupart des gaz (l'oxygène et l'oxyde d'azote, NO, font exception), l'eau, les acides, les éléments chimiques non métalliques et de nombreux métaux sont diamagnétiques.

La susceptibilité magnétique d'une quantité donnée de substance diamagnétique est, à de rares exceptions près (métaux, bismuth, graphite), pratiquement indépendante de la température (loi de Curie).

—  Jean HOARAU

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Bordeaux-I, responsable de l'équipe de recherche de physicochimie théorique associée au C.N.R.S., laboratoire de chimie-physique de l'université de Bordeaux-I

Classification


Autres références

«  DIAMAGNÉTISME  » est également traité dans :

MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Damien GIGNOUX, 
  • Étienne de LACHEISSERIE, 
  • Louis NÉEL
  •  • 15 766 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Notion de susceptibilité magnétique »  : […] De même que l'application d'une contrainte mécanique peut déformer un objet élastique, l'application d'un champ magnétique H modifie les propriétés électromagnétiques de l'espace qui lui est soumis. On dit qu'il apparaît une induction magnétique B . Dans le vide, cette induction est proportionnelle au champ ( B  = μ 0 H ), et le coefficient de proportionnalité, μ 0 , vaut 4π × 10 -7 dans le syst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetisme/#i_14500

MAGNÉTISME (notions de base)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 752 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Diamagnétisme et paramagnétisme »  : […] La plupart des matériaux réagissent à la présence d’un champ magnétique  H en acquérant une aimantation. En première approximation, l’aimantation est proportionnelle à l’excitation et on appelle susceptibilité magnétique χ m le rapport de proportionnalité. Lorsque cette susceptibilité est négative (et en général très faible), on dit que le corps est « diamagnétique ». C’est le cas du carbone, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetisme-notions-de-base/#i_14500

MAGNÉTOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jean HOARAU
  •  • 5 364 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Application de la loi d'additivité de Pascal »  : […] L 'établissement et l'utilisation de la loi d'additivité des susceptibilités diamagnétiques par Paul Pascal font de lui un des créateurs de la magnétochimie moderne. D'après cette loi, la susceptibilité magnétique d'une molécule χ M est égale à la somme des susceptibilités χ A des atomes qui la constituent, corrigée éventuellement d'incréments λ caractérisant certaines particularités moléculair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetochimie/#i_14500

SUPRACONDUCTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Étienne GUYON, 
  • Jérôme LESUEUR, 
  • Pierre NÉDELLEC
  •  • 4 775 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Découverte et développement »  : […] La supraconductivité a été découverte en 1911 à Leyde (Pays-Bas) par Heike Kammerlingh Onnes, qui venait de réussir la liquéfaction de l'hélium (4,2 K). Mesurant la résistivité d'un barreau de mercure, il constata qu'au-dessous de 4,15 K celle-ci tombait brutalement à une valeur infiniment faible. Cette « superfluidité » des électrons est comparable à l'écoulement non visqueux de l'hélium 4 He a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supraconductivite/#i_14500

Pour citer l’article

Jean HOARAU, « DIAMAGNÉTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/diamagnetisme/