MACHINISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Essor du machinisme

La révolution technique anglaise du xviiie siècle marque le triomphe définitif du machinisme. Les nécessités d'une production largement accrue, la disposition de matériaux plus facilement utilisables (métal) entraînent naturellement une mécanisation plus poussée. La machine, dans beaucoup de domaines, prend alors en quelque sorte en charge l'outil, la machine-outil va faire son apparition.

La machine à vapeur symbolise le nouveau système technique. Après des essais plus ou moins fructueux de Denis Papin et de Thomas Savery, l'appareil est mis au point en 1712 par Thomas Newcomen et prend, entre 1772 et 1782, sa forme définitive avec James Watt. Postérieurement, les perfectionnements ne porteront que sur des détails dont l'un des plus importants est la chaudière tubulaire de Marc Seguin, mise en service à partir de 1827-1828. Utilisée dans les mines pour l'exhaure de l'eau, la machine à vapeur doit son expansion à la mécanisation d'un grand nombre de fabrications. Jouffroy d'Abbans l'adapte à un navire (1766), Joseph Cugnot à une voiture (1769), inaugurant ainsi l'ère des transports à vapeur.

Pompe à feu de Savery

Pompe à feu de Savery

Photographie

Gravure sur cuivre représentant la «pompe à feu» du mécanicien anglais Thomas Savery (1650-1715). Appelée aussi l'«Amie du mineur», cette machine à vapeur atmosphérique (brevet no 356 déposé le 25 juillet 1698), qui ne comportait ni piston ni soupape de sûreté, était utilisée pour... 

Crédits : Photos.com/Jupiterimages

Afficher

Machine à vapeur : Les améliorations de James Watt

Machine à vapeur : Les améliorations de James Watt

Vidéo

Après avoir analysé la machine à vapeur de Thomas Newcomen, qui a été mise au point en 1712, James Watt dépose, en 1769, un premier brevet pour la perfectionner. Dans les machines précédentes, c'est la pression atmosphérique, du fait de la condensation de la vapeur, qui repousse le piston.... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Machine à vapeur : les premières machines

Machine à vapeur : les premières machines

Vidéo

Si l'idée de se servir de la vapeur remonte au moins à Héron d'Alexandrie au Ier siècle après J.-C., il faut attendre la fin du XVIIe siècle pour en voir les premières utilisations pratiques. Les premières machines, développées par Thomas Savery et Denis Papin puis par Thomas Newcomen,... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

C'est sans doute dans le textile que les progrès furent les plus spectaculaires, suscités pour une bonne part par les déséquilibres qu'ils provoquèrent successivement dans la production. La navette volante de J. Kay en 1733 puis la spinning jenny en 1770 entraînent la mécanisation de la filature. Le tissage s'adapte également en deux étapes : d'abord grâce au métier de Richard Arkwright en 1767, puis au métier automatique d'Edmund Cartwright en 1784. Vers la fin du siècle, les industries lainière et cotonnière sont en possession de machines perfectionnées. En France, le même processus intervient pour la soie. Entrevu par de Gennes, le métier automatique pour tisser la soie fut réalisé par Vaucanson en 1744-1745. L'égreneuse de coton e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages



Médias de l’article

Pompe à feu de Savery

Pompe à feu de Savery
Crédits : Photos.com/Jupiterimages

photographie

Machine à vapeur : Les améliorations de James Watt

Machine à vapeur : Les améliorations de James Watt
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Machine à vapeur : les premières machines

Machine à vapeur : les premières machines
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Locomotive Rocket

Locomotive Rocket
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  MACHINISME  » est également traité dans :

ARKWRIGHT sir RICHARD (1732-1792)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 351 mots

Le « père du système usinier » est l'un des grands inventeurs et hommes d'affaires de la révolution industrielle anglaise. Né de parents pauvres, barbier de profession à Bolton à partir de 1760, Richard Arkwright s'intéresse à la mécanique ; aidé par l'horloger Kay, volant peut-être les idées de High, il met au point en 1768 une machine à filer le coton qui, mue par la force hydraulique, sera con […] Lire la suite

CALCUL ET RATIONALISATION - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 732 mots

1623 L'astronome allemand Wilhelm Schickard invente une « horloge à calcul ». Mais celle-ci disparaît dans un incendie et Schickard ne poursuit pas ce projet qui n'aura donc aucune influence historique. 1637 René Descartes, dans le Discours de la méthode , définit la méthode rationnelle de résolution des problèmes : diviser chaque difficulté en opérations ou en éléments aussi simples que possibl […] Lire la suite

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le mirage de l'industrialisation »  : […] Si le xix e  siècle est un siècle d'inventions – innombrables sont les brevets déposés par des auteurs qui appartiennent à l'histoire anonyme du temps –, encore faut-il distinguer les vraies inventions des simples perfectionnements apportés à des techniques anciennes ou des substituts aux méthodes artisanales, proposés pour produire à meilleur compte. D'emblée, les contradictions sont flagrantes e […] Lire la suite

EXPOSITIONS UNIVERSELLES

  • Écrit par 
  • Christiane DEMEULENAERE-DOUYÈRE
  •  • 3 593 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un hymne au progrès »  : […] Gouvernées par un idéal de paix universelle et la conviction que la prospérité partagée doit concourir à maintenir la concorde entre les nations, les expositions sont d’abord de grandes messes du commerce et de l’industrie, où les marchandises sont présentées en amoncellements hétéroclites et les machines en mouvement. Pour les participants, elles sont d’abord des concours où sont distribuées avec […] Lire la suite

FOURNEYRON BENOÎT (1802-1867)

  • Écrit par 
  • Florence HACHEZ-LEROY
  •  • 926 mots
  •  • 1 média

Ingénieur civil des Mines, Benoît Fourneyron a été l’un des acteurs majeurs de l’introduction du machinisme en France, grâce à des travaux fondés sur les calculs mathématiques. Il a mis au point en 1827 un modèle de turbine, la première capable de fonctionner en totale immersion . Son invention a permis de développer la mécanisation de l’industrie, en transformant le mouvement de l’eau en énergie […] Lire la suite

FRIEDMANN GEORGES (1902-1977)

  • Écrit par 
  • Jean-Daniel REYNAUD
  •  • 978 mots

Par son œuvre, par son enseignement, par son exemple, Georges Friedmann a été l'un des principaux responsables de la renaissance des sciences sociales en France au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Le jeune intellectuel des années 1930 est d'abord un philosophe : entré, après de premières études de chimie, à l'École normale supérieure, agrégé de philosophie (1926), il interroge la société e […] Lire la suite

GIRARD PHILIPPE DE (1775-1845)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 208 mots

Inventeur et industriel français, né à Lourmarin (Provence) et mort à Paris. En 1804, Napoléon lance un concours, doté d'un prix de un million, pour une machine qui permettrait de filer convenablement le lin, l'étirage mécanique ne parvenant pas encore à donner aux fibres la qualité requise. Philippe de Girard inventera cette machine, installée à Paris (1815). Préalablement trempée dans une solut […] Lire la suite

HOWE ELIAS (1819-1867)

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 389 mots
  •  • 1 média

L’Américain Elias Howe est moins connu que son compatriote Isaac Merritt Singer (1811-1875) ou le Français Barthélemy Thimonnier (1793-1857), mais c’est pourtant ce mécanicien qui a mis au point la machine à coudre dans le principe qui subsiste aujourd’hui . Né le 9 juillet 1819 à Spencer (Massachusetts), Howe est considéré outre-Atlantique comme le véritable inventeur de la toute première machine […] Lire la suite

TRAVAIL/TECHNIQUE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 939 mots

Dans le chapitre « Le travail en miettes »  : […] Ce système économique est parfaitement cohérent si l’on accepte le fait qu’un être humain puisse être considéré comme une marchandise évaluable parmi d’autres. Si l’on s’y refuse, on parlera alors d’«  aliénation  », celle-ci résultant de cette évaluation, mais aussi de l’abstraction du travail lui-même. La société industrielle a en effet bien souvent détruit le travail concret, particulier – un […] Lire la suite

INDUSTRIE - La civilisation industrielle

  • Écrit par 
  • John NEF
  •  • 8 085 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] La naissance de la civilisation industrielle, rappelle-t-on d'ordinaire, commence par une invention technique : celle de la machine à vapeur, au début du xviii e siècle ; servant d'abord à évacuer les eaux des mines de charbon, elle ne fut perfectionnée et largement diffusée qu'à la fin du siècle. À ne considérer que les aspects économiques de l'histoire, l'idée de révolution industrielle telle q […] Lire la suite

JACQUARD JOSEPH-MARIE (1752-1834)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 369 mots

Mécanicien français, né à Lyon et mort à Oullins (Rhône). À la fin du xviii e siècle, le tissage des étoffes brochées s'effectuait encore à la main. Les fils de chaîne, entre lesquels on passait les fils de trame polychromes du dessin, étaient soulevés par des « tireurs de lacs ». Tisserand comme son père, Joseph-Marie Jacquard recherche dès 1790 un mécanisme susceptible de lever automatiquement […] Lire la suite

LANTERNE, mécanique

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 108 mots

Décrivant le moulin à eau, Vitruve signale un engrenage de renvoi qui transmet à la meule inférieure le mouvement reçu de la roue à palettes. Un axe vertical, solidaire de la meule, porte un pignon cylindrique, formé de deux disques plus ou moins écartés l'un de l'autre mais reliés par des fuseaux. Tournant avec la roue hydraulique, une roue à chevilles engrène avec le pignon ; les chevilles agiss […] Lire la suite

MACHINE

  • Écrit par 
  • Sophie JANKÉLÉVITCH
  •  • 1 170 mots
  •  • 3 médias

La machine est une réalité technique qui joue un rôle dans la production, mais c'est aussi une réalité humaine et sociale qui a des effets profonds sur la vie matérielle des hommes, sur l'organisation du travail et les rapports sociaux. Ce dernier aspect alimente depuis Aristote la réflexion des philosophes dont l'attitude vis-à-vis de la machine s'est modifiée en même temps qu'évoluaient les tech […] Lire la suite

MACHINE À COUDRE DE THIMONNIER

  • Écrit par 
  • Olivier LAVOISY
  •  • 194 mots

Le Français Barthélémy Thimonnier brevète, en 1830, la première machine à coudre. Celle-ci, construite en bois, peut effectuer une couture continue à un fil, en point de chaînette. Pour confectionner des uniformes militaires, Thimonnier en fabrique 80 exemplaires. C'est l'Américain Elias Howe qui améliore ensuite cette machine, en combinant un second fil, une aiguille et une navette. Il dépose un […] Lire la suite

MACHINE À FABRIQUER LE PAPIER EN CONTINU

  • Écrit par 
  • Olivier LAVOISY
  •  • 246 mots

Après avoir conçu son projet en 1798, le Français Louis-Nicolas Robert, alors contremaître à la papeterie Didot à Essonnes, obtient un brevet l'année suivante pour construire une machine « à faire du papier d'une très grande longueur ». Celle-ci doit assurer toutes les opérations nécessaires pour obtenir un ruban continu de 10 à 12 mètres de longueur, remédiant ainsi aux inconvénients de la fabric […] Lire la suite

HARGREAVES JAMES (1720-1778)

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 580 mots
  •  • 1 média

Le tisserand et charpentier anglais James Hargreaves (1720-1778) met au point vers 1765 une machine à filer le coton qui marque une étape importante dans le processus de mécanisation de l’industrie textile en Angleterre. Elle est appelée spinning jenny , littéralement « machine à filer », jenny étant probablement un terme argotique pour engine . Le contexte économique de l’Angleterre du milieu […] Lire la suite

MACHINE À VAPEUR DE WATT-BOULTON

  • Écrit par 
  • Olivier LAVOISY
  •  • 221 mots
  •  • 2 médias

En 1775, le mécanicien écossais James Watt (1736-1819) s'associe à l'entrepreneur Matthew Boulton pour fabriquer, à partir de 1776, des machines à vapeur pour lesquelles il a déposé des brevets dès 1769. Reprenant le principe des premières machines de Thomas Newcomen (1712) – qui était lui-même associé à Thomas Savery alors détenteur d'un brevet déposé en 1698 –, Watt fait passer la puissance de c […] Lire la suite

MACHINES-OUTILS

  • Écrit par 
  • René LE BRUSQUE, 
  • Jean-Paul MATHIEU
  •  • 9 057 mots
  •  • 6 médias

L'expression «  machine-outil » contient en elle-même sa définition : un matériel ayant pour but de faire mouvoir l'outil par une transmission actionnée au moyen d'un moteur, au lieu de la laisser manier par la main de l'ouvrier. D'une manière plus précise, la définition proposée par le Syndicat des constructeurs français de machines-outils à l'Organisation internationale de standardisation (I.S.O […] Lire la suite

MACHINES SIMPLES

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 666 mots

Il est malaisé de déterminer le moment précis de l'apparition des différentes machines simples dans l'histoire de la civilisation ; le levier a sans doute été utilisé très tôt, peut-être avant la période historique, alors que la poulie et la balance, de conception plus difficile, lui sont bien postérieures. L'utilisation de la balance est attestée par les peintures égyptiennes anciennes et celle […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bertrand GILLE, Pierre NAVILLE, « MACHINISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/machinisme/