BERIO LUCIANO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La voix au cœur de l'œuvre

Cette démarche se manifeste aussi dans sa manière d'écrire pour la voix. Lors d'une interview prononcée dans le cadre du festival Présences qui lui était consacré en 1997 à Radio France, Berio a très clairement expliqué l'intérêt qu'il a toujours éprouvé pour la voix : « Tout ce qui est lié à la voix m'intéresse énormément : que ce soit la voix naturelle ou la voix avec microphone, le parler, la résonance, la voix de tête, de nez, de poitrine ou... comment dire ?... d'utérus. La voix est le phénomène le plus riche du monde. »

La voix constituera de fait le fil conducteur de nombreuses œuvres de Berio ; elle sera en tout cas toujours au cœur de son processus créateur. Il faut cependant souligner que l'ensemble de ses pièces vocales s'opposent à la tradition du bel canto – qui, selon lui, efface toutes les particularités naturelles de la voix –, pour renouer avec une tradition plus ancienne, celle d'un Giulio Caccini ou d'un Claudio Monteverdi. Berio va explorer, avec des techniques d'écriture contemporaines, toute l'étendue des capacités expressives de la voix : bruits, onomatopées, claquements de la langue sur le palais, claquements des lèvres, voix parlée, Sprechstimme, voix chuchotée, cris, rires, résonances diverses de la cavité buccale... Dans le domaine de la musique vocale, Berio aura tout osé.

Inspiré par la mezzo-soprano Cathy Berberian, son épouse pendant seize ans, et qui demeurera son interprète privilégiée jusqu'à sa mort, Berio va tirer profit de l'intégralité des sons que la voix peut produire, libérant un matériau d'une richesse et d'une sonorité étonnantes, où le cri, le rire et les interjections se combinent en un nouveau langage d'une rare puissance dramatique, comme dans Sequenza III, pour voix de femme (1966). Contrairement à Thema, Omaggio a Joyce (1958), œuvre dans laquelle subsiste encore quelques bribes intelligibles du texte original, la Sequenza III aboutit à une véritable négation du langage, pratiquement rien ne demeurant perceptible du « texte-prétexte » de Markus Kutter ; le matériau vocal naît de la fragmentation et de l'atomisation de ce texte, dont Berio ne garde que les composantes phoniques, et qui devient ainsi incompréhensible : le signifié est aboli au profit de la transmutation des sonorités et la musique, émancipée du signifiant, se charge en affects. Berio recourt aussi bien à des mots inventés qu'à des éclats de mots, inventant le parlando susurré alterné avec des gémissements lointains, le tout semblant émaner d'une voix désincarnée. Dans ce prodigieux foisonnement sonore surgissent cependant des éléments traditionnels : trilles, trémolos, petites notes (ce qu'on appelait « ornements ») ; on rencontre aussi des échos instrumentaux – glissandos, sforzandos à l'intérieur d'un son –, auxquels Berio ajoute des effets plus inattendus : tapements de main sur la bouche, claquements de langue ou de bouche. Le compositeur ne s'installant jamais dans un mode figé d'utilisation de la voix, le subtil jeu de contrastes entre le statisme des sons tenus et l'extrême volubilité des rires et du parlé confère à cette partition une fluidité toute particulière. Ce recours à une palette de techniques vocales non conventionnelles apparaît dès Circles, pour voix de femme, harpe et deux percussionnistes, où Berio montre que le chant peut faire corps avec le son des instruments et l'imiter.

En 1958, la découverte d'un passage du chapitre ix, « Les Sirènes », d'Ulysse de James Joyce, avait inspiré à Berio une pièce électroacoustique : entièrement composée à partir d'éléments provenant de la voix de Cathy Berberian, Thema, Omaggio a Joyce résulte d'une élaboration sonore extrêmement complexe. Les premières étapes de ce travail ont consisté en de simples lectures du texte, soit dans sa version anglaise originale, soit dans ses traductions française et italienne. Puis, par des lectures à plusieurs voix plus ou moins désynchronisées, les différentes langues ont été réunies dans un contrepoint vocal générant de multiples correspondances musicales. Une écoute attentive révèle par exemple que « Chips picking chips » correspond à des staccatos ou que « Imperthnthn thnthnthn » est apparenté aux trilles. Du point de vue auditif, le passage continuel d'une langue à l'autre à travers le filtre de l'enregistrement effa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Autres références

«  BERIO LUCIANO (1925-2003)  » est également traité dans :

BERIO LUCIANO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 935 mots

24 octobre 1925 Luciano Berio naît à Oneglia (Ligurie), dans une famille de musiciens.1950 Luciano Berio épouse la cantatrice américaine Cathy Berberian. Mars 1953 Chamber Music, pour voix de femme, violoncelle, […] Lire la suite

SEQUENZA III (L. Berio)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 251 mots
  •  • 1 média

Passionné par la voix, Luciano Berio donne avec la Sequenza III, pour une voix de femme, dédiée à son ex-épouse Cathy Berberian, qui la crée à Brême en 1966, un des sommets de la musique vocale contemporaine, domaine dans lequel le compositeur it […] Lire la suite

BERBERIAN CATHY (1925-1983)

  • Écrit par 
  • Claude SAMUEL
  •  • 1 074 mots
  •  • 1 média

Ayant choisi, plus par goût que par accident, la route périlleuse de la création contemporaine, Cathy Berberian n'appartenait pas au monde des stars d'opéra. Le public de mélomanes, celui qui lance tous les trois mois une nouvelle diva, l'a superbement ignorée ; mais, alors que les divas d'un trimestre tombent rapidement dans les trappes de l'oubli, le souvenir de Cathy Berberian survivra, associé […] Lire la suite

CITATION, musique

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 049 mots
  •  • 1 média

La pratique de la citation a de tout temps existé en musique. Elle apparaît même comme une des composantes les plus importantes de l'écriture musicale, comme en témoigne la variété des termes techniques qui désignent et recouvrent cette pratique : arrangement, coloration, contrafacture, fragments, paraphrase, parodie, pastiche, pot-pourri, transcription, variations sur un thème... En musique, l'em […] Lire la suite

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Fragmentation et ouverture »  : […] Quand Schönberg orchestre le Premier Quatuor avec piano de Brahms, il entreprend non de transcrire en l'amplifiant une partition de musique de chambre, mais de restituer à celle-ci la splendeur de timbres qui aurait dû être la sienne, si Brahms ne l'avait, d'emblée, réduite, amenuisée, minimisée ; comme si le texte avait préexisté à Brahms lui-même, comme si Brahms n'en avait légué qu'une lectur […] Lire la suite

HAUTBOIS

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 771 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Œuvres majeures »  : […] Le répertoire pour hautbois est extrêmement varié. Parmi les œuvres les plus importantes, on citera, au xviii e  siècle, les trois concertos pour hautbois de Haendel ainsi que le Quatuor pour hautbois et cordes , en fa majeur, de Mozart (1781). L'instrument tient un rôle important dans la Scène aux champs de la Symphonie fantastique d'Hector Berlioz (1830) : dans ce passage, le compositeur fait […] Lire la suite

SANGUINETI EDOARDO (1930-2010)

  • Écrit par 
  • Brigitte OLIVIERI
  •  • 1 481 mots

Dans le chapitre « « Autobiographie » et langage »  : […] De 1956 ( Laborintus comprenant deux « cycles » poétiques) à 1978 ( Postkarten ), Sanguineti a publié, outre romans et poésies, des ouvrages critiques sur Dante, Gozzano et Moravia, des articles sur les sujets les plus divers et des textes théoriques sur l'art et la littérature. On ne saurait pas plus, à l'intérieur de cette très vaste production, dissocier le critique du poète que le théoricien […] Lire la suite

Sinfonia, BERIO (Luciano)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 880 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Le catalogue du compositeur italien Luciano Berio constitue une sorte de résumé des recherches musicales de la seconde moitié du xx e  siècle: Berio a utilisé toutes les techniques, du sérialisme à l'électroacoustique. Son œuvre, d'une étonnante diversité, manifeste une prédilection pour la voix: la mezzo-soprano Cathy Berberian, son épouse, fut son inspiratrice et son interprète privilégiée. De s […] Lire la suite

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « BERIO LUCIANO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/luciano-berio/