BERIO LUCIANO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'écoute du monde

Les contacts privilégiés que Berio a entretenus avec les grands solistes, les grands orchestres, la musique électroacoustique et électronique, le jazz, les différentes formes d'expression classiques mais également populaires, la littérature, la danse et le théâtre ont fait de lui un des compositeurs les plus ouverts sur tout ce que ce que le xxe siècle a nourri comme ambition artistique.

Parmi les compositeurs de sa génération, aucun n'a marqué comme lui un si grand intérêt pour des univers musicaux aussi variés que le jazz, des mélodies populaires, des traditions extra-européennes. Il s'est en fait intéressé aux expressions et aux techniques populaires qui lui ont permis d'embrasser des mondes apparemment hétérogènes : les folklores sicilien et serbo-croate, les chants arméniens, les polyphonies pygmées... À l'instar de Bartók ou de Stravinski, Berio a réussi à intégrer de manière particulièrement originale ces traditions populaires dans un langage contemporain.

Au premier rang des œuvres les plus caractéristiques de ce compositeur à l'écoute du monde figurent les Folk Songs, pour mezzo-soprano et sept instrumentistes (flûte, clarinette, deux percussionnistes, harpe, alto et violoncelle), créés en 1964 à Oakland, par Cathy Berberian, sa dédicataire, et le Juilliard Ensemble, sous la direction du compositeur. Ces Folk Songs sont fondés sur des thèmes populaires de différents pays et de différentes époques, de la Renaissance à nos jours : États-Unis, Arménie, France, Sicile, Italie, Sardaigne, Auvergne, Azerbaïdjan. Berio a procédé sur ces thèmes à un traitement métrique et harmonique particulier, et l'accompagnement instrumental qu'il a choisi ne reflète pas l'accompagnement original, d'ailleurs très difficile à déterminer. Dans une note écrite pour le programme du festival Présences 1997, Berio explique ses choix de traitement instrumental des Folk Songs par le fait que celui-ci « doit suggérer et commenter tout ce qui paraît refléter les racines expressives – à savoir culturelles – de chaque chanson ». Berio a doublement réussi cette démarche, qui était déjà celle d'un Manuel de Falla avec les Siete canciones populares españolas ou de Maurice Ravel composant les Cinq Mélodies populaires grecques : d'abord parce qu'il a su faire d'un répertoire de chants déjà existants une œuvre entièrement personnelle et originale, ensuite parce qu'il a réussi – ce qu'aucun compositeur n'était parvenu à faire auparavant – à conférer une unité parfaite à ce cycle de chansons appartenant à des cultures dont on pouvait penser qu'elles étaient complètement étrangères les unes aux autres, du fait notamment de leur éloignement géographique.

Coro, pour chœur mixte à 40 voix et orchestre, est créé en 1976 au festival de Donaueschingen. Dans cette œuvre monumentale qui se présente comme une grande symphonie, même si elle n'en a pas la forme musicale, et où le parcours narratif présente trente et un épisodes, la démarche de Berio diffère profondément de celle qu'il avait adoptée pour les Folk Songs. Cette fois, il ne se fonde sur aucun chant populaire existant, à l'exception d'une mélodie yougoslave pour l'épisode VI, mais son immense connaissance des caractéristiques musicales des chants populaires du monde entier lui permet d'insérer des intonations qui peuvent rappeler à l'auditeur certaines traditions ou certaines chansons. Les textes choisis se situent à deux niveaux, différents mais complémentaires. Il s'agit d'abord de deux poèmes de Pablo Neruda issus du recueil Residencia en la tierra (1933-1947) ; les autres textes choisis sont des textes traduits et Berio a volontairement effacé les références explicites afin d'homogénéiser l'ensemble du matériau musical. Les textes des chants populaires indiens, péruviens, polynésiens, gabonais et chiliens sont chantés en anglais, les chants persans sont chantés en allemand, les textes des chants croates sont en français. Seuls les textes en hébreu et en espagnol gardent leur langue d'origine. Cette œuvre présente donc deux plans narratifs différents mais complémentaires : les textes populaires dont les thèmes sont l'amour et le travail sont ancrés dans la réalité tandis que les textes de Neruda constituent une sorte de commentaire et de mise en perspective des premiers.

Avec la Sinfonia, pour huit solistes voc [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Autres références

«  BERIO LUCIANO (1925-2003)  » est également traité dans :

BERIO LUCIANO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 935 mots

24 octobre 1925 Luciano Berio naît à Oneglia (Ligurie), dans une famille de musiciens.1950 Luciano Berio épouse la cantatrice américaine Cathy Berberian. Mars 1953 Chamber Music, pour voix de femme, violoncelle, […] Lire la suite

SEQUENZA III (L. Berio)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 251 mots
  •  • 1 média

Passionné par la voix, Luciano Berio donne avec la Sequenza III, pour une voix de femme, dédiée à son ex-épouse Cathy Berberian, qui la crée à Brême en 1966, un des sommets de la musique vocale contemporaine, domaine dans lequel le compositeur it […] Lire la suite

BERBERIAN CATHY (1925-1983)

  • Écrit par 
  • Claude SAMUEL
  •  • 1 074 mots
  •  • 1 média

Ayant choisi, plus par goût que par accident, la route périlleuse de la création contemporaine, Cathy Berberian n'appartenait pas au monde des stars d'opéra. Le public de mélomanes, celui qui lance tous les trois mois une nouvelle diva, l'a superbement ignorée ; mais, alors que les divas d'un trimestre tombent rapidement dans les trappes de l'oubli, le souvenir de Cathy Berberian survivra, associé […] Lire la suite

CITATION, musique

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 049 mots
  •  • 1 média

La pratique de la citation a de tout temps existé en musique. Elle apparaît même comme une des composantes les plus importantes de l'écriture musicale, comme en témoigne la variété des termes techniques qui désignent et recouvrent cette pratique : arrangement, coloration, contrafacture, fragments, paraphrase, parodie, pastiche, pot-pourri, transcription, variations sur un thème... En musique, l'em […] Lire la suite

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Fragmentation et ouverture »  : […] Quand Schönberg orchestre le Premier Quatuor avec piano de Brahms, il entreprend non de transcrire en l'amplifiant une partition de musique de chambre, mais de restituer à celle-ci la splendeur de timbres qui aurait dû être la sienne, si Brahms ne l'avait, d'emblée, réduite, amenuisée, minimisée ; comme si le texte avait préexisté à Brahms lui-même, comme si Brahms n'en avait légué qu'une lectur […] Lire la suite

HAUTBOIS

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 771 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Œuvres majeures »  : […] Le répertoire pour hautbois est extrêmement varié. Parmi les œuvres les plus importantes, on citera, au xviii e  siècle, les trois concertos pour hautbois de Haendel ainsi que le Quatuor pour hautbois et cordes , en fa majeur, de Mozart (1781). L'instrument tient un rôle important dans la Scène aux champs de la Symphonie fantastique d'Hector Berlioz (1830) : dans ce passage, le compositeur fait […] Lire la suite

SANGUINETI EDOARDO (1930-2010)

  • Écrit par 
  • Brigitte OLIVIERI
  •  • 1 481 mots

Dans le chapitre « « Autobiographie » et langage »  : […] De 1956 ( Laborintus comprenant deux « cycles » poétiques) à 1978 ( Postkarten ), Sanguineti a publié, outre romans et poésies, des ouvrages critiques sur Dante, Gozzano et Moravia, des articles sur les sujets les plus divers et des textes théoriques sur l'art et la littérature. On ne saurait pas plus, à l'intérieur de cette très vaste production, dissocier le critique du poète que le théoricien […] Lire la suite

Sinfonia, BERIO (Luciano)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 880 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Le catalogue du compositeur italien Luciano Berio constitue une sorte de résumé des recherches musicales de la seconde moitié du xx e  siècle: Berio a utilisé toutes les techniques, du sérialisme à l'électroacoustique. Son œuvre, d'une étonnante diversité, manifeste une prédilection pour la voix: la mezzo-soprano Cathy Berberian, son épouse, fut son inspiratrice et son interprète privilégiée. De s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « BERIO LUCIANO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/luciano-berio/