GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Cauchemar, J. H. Füssli

Le Cauchemar, J. H. Füssli
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie

Frankenstein ou le Prométhée moderne, T. von Holst

Frankenstein ou le Prométhée moderne, T. von Holst
Crédits : Private Collection/ Bridgeman Images

photographie

Dracula, T. Browning

Dracula, T. Browning
Crédits : The Granger Coll NY/ Aurimages

photographie

Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête, T. Burton.

Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête, T. Burton.
Crédits : Paramount/Mandalay/The Kobal Collection/ Clive Coote/ Aurimages

photographie


Le terme « gothique » connaît de multiples acceptions. Outre le style bien connu et la référence au monde barbare, il permet de caractériser un ensemble d’œuvres romanesques publiées en Angleterre à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle (1764-1820) qui ont connu une grande popularité, en particulier auprès du public féminin. Ce courant littéraire baptisé « roman noir », « roman terrifiant » ou « roman gothique » naît durant la période néoclassique et se développe à l’époque romantique, dans le contexte de la Révolution française. Il est aussi tributaire de la graveyard poetry (l’amour des ruines et des cimetières), de l’héritage shakespearien (le contexte médiéval et la violence des passions) et de la tradition allemande des Märchen et autres récits de fantômes. Certains auteurs comme Horace Walpole, William Beckford, Ann Radcliffe, M. G. Lewis ou Charles Robert Maturin sont passés à la postérité. D’autres, les plus nombreux, sont oubliés mais ont pu faire l’objet d’une redécouverte critique.

Le courant gothique se prolonge bien au-delà de cette période pour se décliner en avatars multiples, d’abord littéraires et scéniques puis cinématographiques. Au cours des xxe et xxie siècles, il irrigue la culture populaire en Europe, aux États-Unis, mais aussi en Asie (les lolitas gothiques au Japon), et investit la bande dessinée, la musique et la mode (goth culture). Comme le rappelle Maurice Lévy, « peu de mots ont eu une évolution sémantique aussi tourmentée que le mot “gothique”. Sans doute est-il normal que les termes désignant des concepts de critique littéraire évoluent : les mots vivent et leur sens se transforme. […] Le terme en est venu à désigner tout ce qui, en littérature, sur nos écrans ou dans la vie, inspire peur, terreur, horreur, angoisse ou épouv [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA  » est également traité dans :

ROMAN POPULAIRE

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 077 mots

Dans le chapitre « Histoire du roman populaire »  : […] Aux origines du roman populaire il y a la littérature de colportage – celle de la Bibliothèque bleue notamment – constituée de livres sans auteurs avoués, destinés à la « populace », qui, souvent illettrée, se les faisait lire le soir, à la veillée, par des conteurs ou des enfants. Transportés dans des besaces, où ils voisinaient avec des images pieuses ou guerrières, ces ouvrages offraient à l'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-populaire/#i_57036

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilles MENEGALDO, « GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-et-cinema-gothique/