MATURIN CHARLES ROBERT (1782-1824)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Personnage qui séduit les surréalistes par son extravagance : danseur, dandy, allant à la pêche en bas de soie ou portant une hostie rouge au front pour signaler qu'il se livre à la composition littéraire, Maturin débute pourtant dans la carrière ecclésiastique après de sérieuses études à Dublin, puis à Trinity College. D'impérieux besoins d'argent le poussent à écrire pour le théâtre, et sa première pièce, Bertram (1816), avec ses mariages forcés, ses fausses reconnaissances, ses naufrages et ses assassinats, connaît un vif succès. Mais c'est dans le roman qu'il va vraiment se distinguer, et Melmoth ou l'Homme errant (Melmoth the Wanderer, 1820) assure sa réputation jusqu'à nos jours. Son héros, qui tient à la fois de Faust, de Méphistophélès et du Juif errant, signe un pacte avec le diable, puis parcourt le monde à la recherche de quelqu'un qui veuille prendre sa place de maudit. Cinq aventures imbriquées les unes dans les autres, sans compter les récits intercalés, répètent telles des miroirs la quête inlassable du héros. À peine esquissée au début du roman, la silhouette de Melmoth se précise peu à peu, et ses crimes variés fascinent à chaque fois le lecteur. Cette construction en boîtes chinoises multiplie les narrateurs et permet à Maturin de friser l'hérésie : pour lui, toutes les institutions humaines, toutes les classes, toutes les sectes contribuent à pervertir la religion et à en faire un instrument de tyrannie sadique. Chacun des épisodes illustre cette idée. Maturin utilise toute la « machinerie » des romans dits « frénétiques » (les scènes de torture, les enlèvements au clair de lune), mais il le fait avec lyrisme et génie. Si Melmoth est un héros du mal, un héros maudit dans la tradition romantique, sa solitude, sa grandeur tragique et son désespoir en font déjà un héros moderne.

—  Ann Daphné GRIEVE

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  MATURIN CHARLES ROBERT (1782-1824)  » est également traité dans :

GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

  • Écrit par 
  • Gilles MENEGALDO
  •  • 6 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un art de la transgression »  : […] La plupart des récits gothiques se démarquent de la narration linéaire en lui substituant un emboîtement de récits qui brise le pouvoir d’une voix narrative unique et omnisciente. Cette fiction est le lieu où les éléments liés à l’imaginaire dominent, où l’étrange, l’insolite, voire le surnaturel sont privilégiés au détriment d’une peinture de la normalité quotidienne. Le récit gothique suscite au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-et-cinema-gothique/#i_2485

NODIER CHARLES (1781-1844)

  • Écrit par 
  • Pierre MOREAU
  •  • 1 876 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le polygraphe »  : […] De Besançon, où il naquit quelques années avant la prise de la Bastille, à Paris, où il mourut au crépuscule du romantisme, Charles Nodier reste à maints égards un homme du xviii e  siècle. Et d'abord en raison de sa précocité : en 1791 et 1792 il prononce des discours à la Société des amis de la Constitution ; en 1798, il écrit une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-nodier/#i_2485

Pour citer l’article

Ann Daphné GRIEVE, « MATURIN CHARLES ROBERT - (1782-1824) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-robert-maturin/