BECKFORD WILLIAM (1759-1844)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Riche héritier d'une vieille famille anglaise, fils d'un fastueux lord-maire de Londres, membre du Parlement et pair d'Angleterre, William Beckford, précurseur du romantisme, appartient à la lignée des mystiques de l'enfer. À vingt et un ans, « infernal amant » de sa cousine et amoureux des jeunes garçons, il compose Vathek, un « conte arabe », imitation des contes orientaux à la mode de l'époque. À peu près au même moment, le marquis de Sade, dans sa prison, écrit Les Cent Vingt Journées de Sodome, Restif de la Bretonne compose ses Nuits de Paris et Casanova vieillissant rédige ses Mémoires.

Vathek a été composé directement en français. Le livre ne sera publié, d'abord dans la traduction anglaise, qu'en 1787. Mais Vathek, écrit peut-être au lendemain d'une orgie « satanique » de plusieurs jours, est plus qu'un simple divertissement de grand seigneur oisif. C'est, avant Byron qui l'appellera sa « Bible », avant Disraeli et dans la lignée de tous les Faust du Sturm und Drang, le récit d'un pacte avec le diable, l'histoire d'une descente aux enfers.

C'est aussi un récit inspiré de circonstances biographiques, dans lequel il est facile de reconnaître, sous les traits du calife Vathek, Beckford lui-même. Ce calife, neveu de Haroun al-Rachid, qui fait construire une tour de onze mille marches pour défier le ciel, c'est Beckford le révolté, celui qui, accusé de sodomie et de sorcellerie, crimes abominables dans l'Angleterre de l'époque, échappera de peu à la hache du bourreau mais sera banni de sa patrie. Ce prince sensuel et voluptueux qui édifie un palais pour chacun de ses cinq sens, c'est Beckford traînant derrière lui, dans son exil, tout un faste de musiciens, d'équipages et de cuisiniers. Ce calife qui se « voue au mal », mais qui retombe sans cesse dans le respect de la religion de ses pères, est le miroir des faiblesses et des hésitations de Beckford, qui s'est pourtant, lui aussi, voué à ce qu'il convient d'appeler le mal.

Mais plus profondément, c'est surtout à une descent [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  BECKFORD WILLIAM (1759-1844)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Préromantisme »  : […] Le la fut donné par Pensées nocturnes ( Night Thoughts , 1742) d' Edward Young (1683-1765), qui inaugura la poésie sépulcrale, et surtout par la fameuse Élégie écrite dans un cimetière de campagne ( Elegy Written in a Country Churchyard , 1750), de Thomas Gray (1716-1771). Gray fut aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_5939

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 7 812 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Renaissance hellénique et néo-gothique : les « revivals » victoriens »  : […] Reprenant certaines analyses de ce que l'on appelle l'historicisme ou l'éclectisme, N. Pevsner a écrit qu'« en Angleterre au début du xix e  siècle, le bal travesti de l'architecture battait son plein ». Mais prendre ainsi position sur l'ensemble de la production d'une époque, n'est-ce pas substituer à l'analyse historique un jugement de valeur a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-architecture/#i_5939

BOCAGE MANUEL MARIA BARBOSA DU (1765-1805)

  • Écrit par 
  • António COIMBRA MARTINS
  •  • 1 674 mots

Dans le chapitre « Le néo-classique »  : […] Bocage est d'abord un néo-classique. Il vint après l'Arcadie lusitanienne (1756-1774) et, sans elle, il n'aurait pas été ce qu'il fut. Comme les Arcadiens, il adopta un surnom poétique, et il le borna à deux éléments (en littérature du moins, on avait voulu réduire la longueur ibérique des noms de famille, et mettre tous les poètes sur un pied d'égalité). Le premier élément était une anagramme du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bocage-manuel-maria-barbosa-du/#i_5939

EXOTISME

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 3 510 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'exotisme avant le romantisme »  : […] Il manque à la mode des chinoiseries cet ardent désir de délivrance des sens qui caractérise l'exotisme romantique : un âge intellectuel comme le xviii e  siècle admira surtout la civilisation raffinée des Chinois. On fit des Orientaux les porte-parole de la censure des mœurs européennes. On doit à un Italien, Giovanni Paolo Marana, l'invention d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exotisme/#i_5939

GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

  • Écrit par 
  • Gilles MENEGALDO
  •  • 6 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un art de la transgression »  : […] La plupart des récits gothiques se démarquent de la narration linéaire en lui substituant un emboîtement de récits qui brise le pouvoir d’une voix narrative unique et omnisciente. Cette fiction est le lieu où les éléments liés à l’imaginaire dominent, où l’étrange, l’insolite, voire le surnaturel sont privilégiés au détriment d’une peinture de la normalité quotidienne. Le récit gothique suscite au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-et-cinema-gothique/#i_5939

WYATT JAMES (1746-1813)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 392 mots

Architecte anglais né le 3 août 1746 à Burton Constable, dans le Staffordshire, mort le 4 septembre 1813 près de Marlborough, dans le Wiltshire. En 1762, James Wyatt part pour l'Italie où il restera six ans. À son retour en Angleterre, il conçoit le Pantheon de Londres (inauguré en 1772, il sera démoli plus tard), un bâtiment néo-classique s'inspirant de la basilique Sainte- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-wyatt/#i_5939

Pour citer l’article

Ann Daphné GRIEVE, « BECKFORD WILLIAM - (1759-1844) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-beckford/