SURNATUREL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chez les Grecs, le surnaturel s'oppose à la nature physique et il signifie ce qui lui est immédiatement supérieur, à savoir la nature intellectuelle, ce qui appartient à l'intelligence, à l'intelligible, eux-mêmes considérés comme divins, en raison de l'immutabilité des idées qui suppose une coupure par rapport à la mobilité et à l'incertitude de l'expérience sensible. Le mot surnaturel a reçu ensuite une acception technique dans la théologie chrétienne. Il désigne la vie même du Dieu transcendant à la nature et, par analogie, soit la communication de son intimité, soit la grâce (don de Dieu), soit les effets produits par la grâce dans la nature de l'homme, soit les effets produits par Dieu, comme signes de sa présence de grâce, dans la nature extérieure. Les théologiens précisent que le surnaturel excède toute nature créée ou créable, tandis que le préternaturel n'excède que telle nature déterminée (ainsi est dit préternaturel l'état d'Adam avant la chute). Pascal a fait entrer le terme en littérature : il le prend au sens chrétien et le définit par la « vraie charité », qui est d'un « autre ordre » que ce que suscitent le mouvement des corps et le mouvement des esprits (cf. Pensées, éd. Brunschvicg, 793). En fait, le mot surnaturel, qui de lui-même marque seulement une supériorité sur la nature (sans énoncer de quelle nature, de quelle supériorité il s'agit), est souvent pris dans un sens lâche. Lévy-Bruhl, par exemple, compare nature et surnaturel dans la mentalité primitive : il entend par surnaturel l'ensemble des représentations ou des comportements qui relèvent d'une logique de l'affectivité, par opposition aux modes de penser et d'agir qu'inspire une logique de la raison (à la fin de sa vie, Lévy-Bruhl a critiqué sa propre distinction du logique et du prélogique).

—  Henry DUMÉRY

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  SURNATUREL  » est également traité dans :

ARCHAÏQUE MENTALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 026 mots

Dans le chapitre « La mentalité primitive selon Lévy-Bruhl »  : […] C'est contre la conception, commune à l'animisme et au rationalisme sociologique durkheimien, d'une homogénéité fondamentale de toutes les mentalités que Lévy-Bruhl a soutenu la spécificité de la mentalité qu'il nommait primitive et que nous appellerions plus volontiers aujourd'hui archaïque. Tandis que, pour l'animiste, les primitifs ont le même appareil intellectuel que nous, mais s'en servent […] Lire la suite

BLONDEL MAURICE (1861-1949)

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 1 877 mots

Dans le chapitre « Surnaturel et autonomie humaine »  : […] Après des années de discussions souvent très vives, la plupart des objections faites à Blondel, tant au nom de la raison qu'à celui de l'orthodoxie catholique, se sont révélées caduques. L'élargissement des études théologiques vers l'exégèse, la patrologie orientale, la philosophie moderne a brisé le cercle étroit en lequel un certain thomisme scolaire s'était enfermé. Depuis 1945, la pensée conte […] Lire la suite

CHAMANISME

  • Écrit par 
  • Roberte Nicole HAMAYON
  •  • 4 966 mots

Dans le chapitre « Le chamanisme de chasse : échange avec la surnature nourricière »  : […] De fait, dans les sociétés classiquement considérées comme chamaniques, le chamanisme est étroitement lié à la chasse : il a pour fonction essentielle d'assurer la perpétuation de la vie en soumettant à des règles l'obtention du gibier, lui imposant un ordre qui à la fois pallie les aléas de son apparition et justifie sa prise par l'homme ; c'est une fonction régulière, fondamentale. Elle repose s […] Lire la suite

CROW

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 473 mots

Peuple des plaines de l'Amérique du Nord, les Indiens Crow appartiennent à la famille linguistique sioux ; ils sont, par leur histoire, liés aux Hidatsa du haut Missouri. Probablement attirés par le commerce des chevaux, les Crow se séparèrent des Hidatsa pour s'établir plus à l'ouest, au xviii e siècle, dans la région de la rivière Yellowstone, dans les vallées de ses affluents (Powder, Wind et […] Lire la suite

DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Raymond BOUDON
  •  • 11 011 mots

Dans le chapitre « « Les formes élémentaires de la vie religieuse » »  : […] L'intérêt de Durkheim pour l'analyse des phénomènes religieux est ancien puisqu'il publie dès 1899, dans L'Année sociologique , une étude sur « La Définition des phénomènes religieux » et de nombreux comptes rendus sur des ouvrages de sociologie religieuse. Personnellement athée, convaincu que le rôle de la religion traditionnelle devait s'affaiblir avec le progrès scientifique et persuadé cepend […] Lire la suite

FANTASY

  • Écrit par 
  • Anne BESSON
  •  • 2 824 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fantasy dans le système des genres littéraires  »  : […] Depuis le tournant de notre siècle, on redécouvre le large registre d'expressions de la fantasy, résurgence la plus récente et vivace de la tradition immémoriale des récits merveilleux : à côté de l'œuvre modèle de Tolkien, à l'influence presque écrasante, la tradition du roman pour la jeunesse est revenue au premier plan avec Philip Pullman ou J. K. Rowling ; outre mythes et légendes, le conte in […] Lire la suite

GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

  • Écrit par 
  • Gilles MENEGALDO
  •  • 6 387 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un art de la transgression »  : […] La plupart des récits gothiques se démarquent de la narration linéaire en lui substituant un emboîtement de récits qui brise le pouvoir d’une voix narrative unique et omnisciente. Cette fiction est le lieu où les éléments liés à l’imaginaire dominent, où l’étrange, l’insolite, voire le surnaturel sont privilégiés au détriment d’une peinture de la normalité quotidienne. Le récit gothique suscite au […] Lire la suite

LÉVY-BRUHL LUCIEN (1857-1939)

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 1 650 mots

Dans le chapitre « La catégorie affective du surnaturel »  : […] Les trois derniers livres de Lévy-Bruhl estompent encore les oppositions et font disparaître toute possibilité d'une évolution qui ferait passer l'intellect d'un état prélogique à un état uniquement rationaliste et positiviste. En effet, c'est le rôle de l' affectivité qui est maintenant invoqué pour expliquer la pensée par participation ; et, même, ce qui paraît le plus important dans la mentalit […] Lire la suite

MANTRA

  • Écrit par 
  • André PADOUX
  •  • 3 511 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'hindouisme »  : […] Dans le brahmanisme, qui a suivi l'époque védique, et jusqu'à l'hindouisme (vers les débuts de l'ère chrétienne), les spéculations sur les mantras semblent relativement peu développées. Pourtant, dans les Brāhmaṇa et les Upaniṣad anciennes, la valeur symbolique de certaines syllabes est proclamée, comme l'est leur fonction cosmique. On les décrit aussi comme présentes dans le corps humain. On af […] Lire la suite

MERVEILLEUX

  • Écrit par 
  • Jacques GOIMARD
  •  • 6 673 mots

Dans le chapitre « Le critère de l'émerveillement »  : […] L'émerveillement, dans son double mouvement de surprise (impliquant la prise de conscience d'une distance) et d'admiration (entraînant la réduction de cette distance par la révélation d'une proximité ou même d'une fusion), peut apparaître comme une réponse programmée aux signaux que l'œuvre d'art nous adresse ; en ce sens, il est commandé par l'objet. D'autre part, l'émerveillement est une straté […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « SURNATUREL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/surnaturel/