GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mémoire et folie : le gothique américain

Charles Brockden Brown inaugure une thématique de l’enfermement géographique et psychique, et intègre au gothique la terreur archaïque de la wilderness (Edgar Huntly, 1799), cette frontière incertaine entre humanité et sauvagerie qui imprègne la culture américaine, jetant les bases d'une littérature nationale. Les romances de Brown sont aussi bien marquées par l'intrusion de la terreur que par la finesse psychologique du novel. Dans Wieland, or The Transformation: An American Tale (1798), Brown ouvre une hypothèse qui anticipe la double problématique exprimée par Poe, celle du fantastique ou celle de la folie.

Dans The Scarlet Letter (1850) et The House of the Seven Gables (1851), Nathaniel Hawthorne évoque le passé calviniste et traumatique de l’Amérique et explore le concept puritain du mal. Ses nouvelles revisitent des motifs gothiques comme la vaste demeure, la forêt hantée ou le portrait animé, mais mettent aussi en relief le paysage américain, en particulier la wilderness associée à un espace infernal et archaïque dans Young Goodman Brown. De son côté, dans les nouvelles réunies en recueil après sa mort (Tales of Mystery and Imagination et Tales of the Grotesque and the Arabesque), Edgar Allan Poe intériorise le gothique. Il conserve certains topoï (château, huis clos, brouillage des limites entre vie et mort, spectralité, vampirisme psychique, doubles, masques et miroirs), avec parfois une touche grotesque (Hop-Frog), tout en accentuant la dimension psychologique de ses fictions (obsession, fantasmes, phobies, identité clivée) et en leur ajoutant une dimension philosophique qui leur confère une grande modernité.

The Turn of the Screw (1898), version fin de siècle de Jane Eyre, a pour cadre un grand manoir, proche d’un étang, avec une tour médiévale où apparaît un spectre. Mais le récit très élaboré d’Henry James rejette les clichés gothiques pour mettre l’accent sur l’intériorité psychique de la jeune gouvernante qui est aussi la narratrice. Le roman maintient jusqu’au bout la possibilité de deux lectures différentes. Les fantômes qui possèdent les enfants Flora et Miles sont-ils réels ou, au contraire, ne sont-ils que des projections de l’esprit tourmenté et malade de la gouvernante, amoureuse de son inaccessible employeur ? Ce roman a fait l’objet de plusieurs adaptations cinématographiques, dont celle de Jack Clayton (The Innocents, 1961) qui renforce l’ambiance gothique en ajoutant des motifs comme les statues animées, mais maintient jusqu’au dénouement l’ambiguïté du sens.

L’imaginaire gothique se prolonge dans les années 1930 avec H. P. Lovecraft, en particulier dans ses récits inspirés par Poe (The Outsider, The Tomb), mais aussi dans le southern gothic. Ce sous-genre, d’abord représenté par William Faulkner, qui recycle de nombreux tropes gothiques dans Sanctuary, Carson McCullers (The Ballad of the Sad Cafe), Flannery O’Connor (Wise Blood) ou Tennessee Williams, s’est perpétué avec des écrivains comme Harry Crews ou Joe R. Lansdale. Ces textes ont en commun un imaginaire de la ruine, de la perversion et de la folie, un goût pour le macabre et le grotesque, un lien fort avec les lieux sudistes (la demeure coloniale, le marais), leurs mythes, leur culture, leurs peurs enfouies et leurs terreurs inavouées. Dans un autre registre, Shirley Jackson exploite les conventions gothiques pour mettre en scène différentes formes d’aliénation contemporaine. Dans The Haunting of Hill House (1959), elle explore des thématiques comme l’exclusion, les préjugés sur l’homosexualité au prisme d’un personnage féminin solitaire, inadapté et frustré qui tente, sans succès, de se forger une nouvelle identité, loin de l’emprise familiale et de la hantise de la mère morte. Ce roman sera porté à l’écran par Robert Wise (The Haunting, 1963).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Le Cauchemar, J. H. Füssli

Le Cauchemar, J. H. Füssli
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie

Frankenstein ou le Prométhée moderne, T. von Holst

Frankenstein ou le Prométhée moderne, T. von Holst
Crédits : Private Collection/ Bridgeman Images

photographie

Dracula, T. Browning

Dracula, T. Browning
Crédits : The Granger Coll NY/ Aurimages

photographie

Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête, T. Burton.

Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête, T. Burton.
Crédits : Paramount/Mandalay/The Kobal Collection/ Clive Coote/ Aurimages

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA  » est également traité dans :

ROMAN POPULAIRE

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 077 mots

Dans le chapitre « Histoire du roman populaire »  : […] Aux origines du roman populaire il y a la littérature de colportage – celle de la Bibliothèque bleue notamment – constituée de livres sans auteurs avoués, destinés à la « populace », qui, souvent illettrée, se les faisait lire le soir, à la veillée, par des conteurs ou des enfants. Transportés dans des besaces, où ils voisinaient avec des images pieuses ou guerrières, ces ouvrages offraient à l'i […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilles MENEGALDO, « GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-et-cinema-gothique/