LIBERTINAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le libertinage érudit

René Pintard a proposé de nommer « libertinage érudit » le mouvement de pensée et la sociabilité intellectuelle qui s'émancipent des dogmes. Ce libertinage se nourrit d'une immense culture grecque et latine. Il s'intéresse à l'atomisme de l'Antiquité (Démocrite, Épicure, Lucrèce), à son scepticisme et à son pyrrhonisme (Sextus Empiricus), aux hypothèses panthéistes de l'École de Padoue (Pietro Pomponazzi, Cesare Cremonini), à la récente critique de la religion comme invention politique (Vanini, Machiavel). Il s'aventure sur des pistes diverses, voire contradictoires, en insistant sur la relativité des savoirs humains, sur la toute-puissance du politique, sur la religion naturelle ou sur l'infinie fécondité de la nature. Le relativisme était déjà la leçon de Montaigne qui conclut à la nécessaire indulgence. Son ami Pierre Charron (1541-1603) en reprend la démarche dans La Sagesse (1601). Montrant la place de la superstition et l'influence du milieu dans les croyances de tous les hommes, il condamne donc toute forme d'intolérance et de fanatisme. La Mothe Le Vayer (1588-1672) a été précepteur du duc d'Anjou et a composé des Dialogues faits à l'imitation des anciens (1630-1631), parmi lesquels un important « Dialogue sur le sujet de la divinité ». La forme de l'entretien permet de présenter des opinions peu orthodoxes sans les reprendre à son compte et, plus généralement, de privilégier la recherche par rapport à l'affirmation dogmatique. Si les pyrrhoniens et les sceptiques de l'Antiquité se défiaient de la raison jusqu'à nier toute possibilité de vérité humaine, le scepticisme de La Mothe Le Vayer est essentiellement critique : à la prétention du christianisme à être la seule vraie religion, il oppose le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LIBERTINAGE  » est également traité dans :

ABŪ L-‘ATĀHIYA (747 env.-env. 825)

  • Écrit par 
  • Régis BLACHÈRE
  •  • 1 420 mots

Dans le chapitre « Du libertinage à l'ascétisme »  : […] Abū l-‘Atāhiya tirait son origine de paysans araméens fixés en Babylonie et qui étaient tombés en servage lors de la prise d'‘Ayn Tamr (en 634). Sa famille, après avoir embrassé l'islām, fut affranchie et vint se fixer à Coufa où son père, dit-on, aurait été potier ou poseur de ventouses. Les charmes physiques d'Abū l-‘Atāhiya et la précocité de ses dons poétiques lui épargnèrent toutefois un dest […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-l-atahiya/#i_2792

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 287 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La poésie en quête d'elle-même »  : […] Les mêmes textes qui codifient la poésie officielle laissent deviner l'existence d'une autre écriture qui serait le fait d'une génération ayant connu la notoriété au cours de la deuxième moitié du ii e / viii e  siècle. Emmenée par des hommes tels que Abū Nuwās, al-‘Abbās b. al-Aḥnaf, Abū l-‘Atāhi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_2792

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les belles-lettres »  : […] La tendance à faire revivre le passé est sensible dans toute la production littéraire de l'époque mandchoue, ainsi que dans ses arts. Dans les belles-lettres, on voit reparaître l'un après l'autre tous les styles, tous les genres du passé, sans qu'il s'agisse cependant de simples imitations artificielles et stériles : dans beaucoup de ces genres, les écrivains des Qing atteignent une rare perfecti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_2792

CONTES DE FÉES, Madame d'Aulnoy - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 226 mots

Dans le chapitre « Le conte, aux sources de la société »  : […] Qu'on se méfie donc de ce monde où tout, jusqu'au style, est apparemment charmant, et où tout, jusqu'aux mots, est interprétable en termes bien moins mièvres qu'on ne pourrait le croire. Le caractère ludique de ces contes implique que le jeu porte sur les vérités en apparence les plus sûres. C'est là que le conte révèle le libertinage philosophique et sexuel, qu'il brouille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-de-fees-madame-d-aulnoy/#i_2792

DOM JUAN (mise en scène B. Jaques)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 003 mots

À travers sa mise en scène d' Elvire Jouvet 40 , d'après les carnets de travail de Louis Jouvet, Brigitte Jaques s'était intéressée au Dom Juan de Molière, aux rôles et à la manière de les dire. Cette fois, sans abandonner le travail de l'acteur, elle se tourne aussi vers Le Festin de pierre . C'est en effet, le premier nom de cett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dom-juan/#i_2792

DOM JUAN, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un texte mythique »  : […] Avant Molière, Tirso de Molina en Espagne ( L'Abuseur de Séville , 1630 ) avait créé le mythe de Don Juan en utilisant une série de légendes populaires pour prouver que la Providence divine, pourtant largement disponible, ne pouvait être pervertie ni convoquée in extremis par un jeune homme trop confiant en son merveilleux pouvoir. En Italie, les acteur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dom-juan-moliere/#i_2792

DON JUAN

  • Écrit par 
  • Michel BERVEILLER
  •  • 5 639 mots

Dans le chapitre « Le « donjuanisme » avant la lettre »  : […] Dans la mesure où « donjuanisme » signifie libertinage des mœurs, on peut en voir déjà des préfigurations, bien avant le Siècle d'or espagnol, dans maintes formes d'insurrection contre la morale communément reçue et l'institution monogamique prévalente en nos sociétés d'Occident (le cas du Genji japonais pose évidemment des problèmes distincts). L'Antiquité gréco-latine en f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/don-juan/#i_2792

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Imprimerie et syphilis »  : […] À la fin du xv e  siècle deux événements de première importance vont modifier fondamentalement la vie sociale et la littérature européennes : l'apparition presque simultanée de la syphilis et de l'imprimerie, qui inaugureront toutes deux des façons nouvelles, fondamentales, de vivre l'érotisme. Passons sur la syphilis, dont on connaît l'apparition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_2792

JOUISSANCE

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 413 mots

Dans le chapitre « Transgression du péché »  : […] Il n'y a guère de témérité à conjecturer une coïncidence entre l'utilisation du mot marquée d'une connotation érotique et les époques ou milieux propices aux diverses formes d'hédonisme. Ce sens résonne dans le Gaudeamus igitur que propagent, au xii e et au xiii e  siècle, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jouissance/#i_2792

LES LIAISONS DANGEREUSES, Choderlos de Laclos - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 179 mots

Rien ne semblait destiner l'officier d'artillerie Choderlos de Laclos (1741-1803) à la littérature, ni son roman, Les Liaisons dangereuses , paru en 1782, à un tel succès de scandale. Sa formation lui assura une solide culture scientifique et technique ; son expérience, de garnison en garnison, lui permit de côtoyer le libertinage aristocratique plus que de le pratiquer lui-m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-liaisons-dangereuses/#i_2792

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « Les moralistes »  : […] Cette dimension morale que présentent aussi le théâtre de Racine ou la poésie de La Fontaine accorde au xvii e  siècle français une place éminente dans la longue histoire de la connaissance de soi, qui avait pris son essor lointain dans la Grèce antique. Un grand héritier de Socrate, Montaigne, veille d’ailleurs aux portes du siècle où la question […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_2792

LA NOUVELLE JUSTINE, OU LES MALHEURS DE LA VERTU, D. A. F. de Sade - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 228 mots

Dans le chapitre « Philosophie et obscénité »  : […] Sade s'est imposé à la mémoire collective comme l'auteur de Justine . Il est vrai que c'est la figure de la jeune fille vertueuse et pieuse qu'il a développée initialement dans un conte philosophique, Les Infortunes de la vertu , composé à la Bastille en 1787. C'est elle encore qui raconte sa vie dans un roman plus détaillé, qui paraît en 1790, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-nouvelle-justine-ou-les-malheurs-de-la-vertu/#i_2792

POINT DE LENDEMAIN, Dominique Vivant Denon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 901 mots

Dans le chapitre « Un conte libertin »  : […] Le récit est court et l’histoire simple. Comme s’il s’agissait de ses Mémoires, un jeune homme de vingt ans, un peu ingénu, raconte une aventure amoureuse qui a duré moins d’une journée. Il rencontre à l’Opéra Madame de T..., qui le conduit hors de Paris. « Point de morale, je vous en conjure », déclare-t-elle. On dîne en badinant. Monsieur se retire. On se promène sur la terrasse et on devient pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/point-de-lendemain/#i_2792

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel DELON, « LIBERTINAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/libertinage/