LIBERTINAGE

Le libertinage érudit

René Pintard a proposé de nommer « libertinage érudit » le mouvement de pensée et la sociabilité intellectuelle qui s'émancipent des dogmes. Ce libertinage se nourrit d'une immense culture grecque et latine. Il s'intéresse à l'atomisme de l'Antiquité (Démocrite, Épicure, Lucrèce), à son scepticisme et à son pyrrhonisme (Sextus Empiricus), aux hypothèses panthéistes de l'École de Padoue (Pietro Pomponazzi, Cesare Cremonini), à la récente critique de la religion comme invention politique (Vanini, Machiavel). Il s'aventure sur des pistes diverses, voire contradictoires, en insistant sur la relativité des savoirs humains, sur la toute-puissance du politique, sur la religion naturelle ou sur l'infinie fécondité de la nature. Le relativisme était déjà la leçon de Montaigne qui conclut à la nécessaire indulgence. Son ami Pierre Charron (1541-1603) en reprend la démarche dans La Sagesse (1601). Montrant la place de la superstition et l'influence du milieu dans les croyances de tous les hommes, il condamne donc toute forme d'intolérance et de fanatisme. La Mothe Le Vayer (1588-1672) a été précepteur du duc d'Anjou et a composé des Dialogues faits à l'imitation des anciens (1630-1631), parmi lesquels un important « Dialogue sur le sujet de la divinité ». La forme de l'entretien permet de présenter des opinions peu orthodoxes sans les reprendre à son compte et, plus généralement, de privilégier la recherche par rapport à l'affirmation dogmatique. Si les pyrrhoniens et les sceptiques de l'Antiquité se défiaient de la raison jusqu'à nier toute possibilité de vérité humaine, le scepticisme de La Mothe Le Vayer est essentiellement critique : à la prétention du christianisme à être la seule vraie religion, il oppose les rites et dogmes de tous les peuples, dans un foisonnement d'énumérations et de contradictions. L'idée de Dieu elle-même n'est sans doute pas inhérente à la nature humaine, et l'argument du consentement universel est ruiné. La Mothe Le Vayer ne conclut nullement à la suppression des religions, car elles sont utiles et même indispensables au peuple, mais à la nécessité de l'esprit crit[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LIBERTINAGE  » est également traité dans :

ABŪ L-‘ATĀHIYA (747 env.-env. 825)

  • Écrit par 
  • Régis BLACHÈRE
  •  • 1 420 mots

Dans le chapitre « Du libertinage à l'ascétisme »  : […] Vers ce temps, de nombreuses anecdotes nous montrent le jeune homme en rapport avec des libertins passionnés de poésie ; il semble notamment avoir fréquenté la petite coterie qui se pressait autour du trop fameux Wāliba, personnage trouble et licencieux dont, en dépit de quelques brouilles, il paraît avoir subi la perversion comme le jeune Abū […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-l-atahiya/#i_2792

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 292 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La poésie en quête d'elle-même »  : […] autre part, attribuer aux poètes d'origine persane l'entière responsabilité du modernisme libertin, alors que déjà 'Umar b. Abī Rabī‘a célèbre ses victoires galantes d'aristocrate mekkois, alors que surtout le calife al-Walīd donne la parole à tout désir en des vers qui pourraient être attribués à Abū Nuwās ? En vérité, le clivage s'est produit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_2792

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 739 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les belles-lettres »  : […] du Cantique des cantiques. Par là, et par d'autres traits de son œuvre et de ses idées, Yuan Mei se rattachait au mouvement « libertin » du xviiie siècle chinois, qui sur le plan de la pensée religieuse se manifestait par la réaction contre le néo-confucianisme, et sur le plan littéraire par la critique philologique des textes canoniques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_2792

CONTES DE FÉES, Madame d'Aulnoy - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 226 mots

Dans le chapitre « Le conte, aux sources de la société »  : […] de ces contes implique que le jeu porte sur les vérités en apparence les plus sûres. C'est là que le conte révèle le libertinage philosophique et sexuel, qu'il brouille les identités et déstabilise le monde. Lorsque, dans « Belle Belle » ou « le Chevalier Fortuné », une jeune fille déguisée en homme séduit un prince en même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-de-fees-madame-d-aulnoy/#i_2792

DOM JUAN, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un texte mythique »  : […] pierre, ou le Fils criminel, 1660), Don Juan était devenu le type du jeune homme libertin ne croyant ni en Dieu, ni au Diable, ni au pouvoir du Père. Molière connaît tout cela lorsqu'il écrit cette pièce. Sa comédie, dont on pense qu'elle fut vite écrite, reprendra donc tous ces éléments pour les mettre au service du libertinage philosophique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dom-juan-moliere/#i_2792

DOM JUAN (mise en scène B. Jaques)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 003 mots

Le deuxième acte représente le libertinage de mœurs face à la naïveté des paysannes, entre ciel et terre, sur une plage où les corps s'étreignent sous le regard de Sganarelle (Bruno Sermonne). Dieu n'a rien à y voir et dom Juan, comme on le sait depuis Tirso, est au monde pour séduire et punir les femmes : jamais elles n' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dom-juan/#i_2792

DON JUAN

  • Écrit par 
  • Michel BERVEILLER
  •  • 5 639 mots

Dans le chapitre « Le « donjuanisme » avant la lettre »  : […] Dans la mesure où « donjuanisme » signifie libertinage des mœurs, on peut en voir déjà des préfigurations, bien avant le Siècle d'or espagnol, dans maintes formes d'insurrection contre la morale communément reçue et l'institution monogamique prévalente en nos sociétés d'Occident (le cas du Genji japonais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/don-juan/#i_2792

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 798 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Imprimerie et syphilis »  : […] Après la mort d'Henri IV, en 1610, l'Église catholique tente d'augmenter son emprise sur les consciences. Elle se heurte de front aulibertinage qui ne va plus cesser de mener sa révolte. Pendant tout le xviie siècle continuent de circuler en France, à la moindre occasion, libelles et pamphlets souvent d'une rare violence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_2792

JOUISSANCE

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 413 mots

Dans le chapitre « Transgression du péché »  : […] Sous l'obscurantisme moral du xviie siècle couve un courant épicurien où le libertinage s'allie à l'esprit de scepticisme. La mort d'un roi ombrageux et dévot et le défoulement de la Régence le verront s'épanouir au xviiie siècle. Le mot « plaisir » l'emporte cependant en fréquence sur le mot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jouissance/#i_2792

LES LIAISONS DANGEREUSES, Choderlos de Laclos - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 179 mots

de La Nouvelle Héloïse (1761) de Rousseau. C'est en disciple de Jean-Jacques Rousseau que Laclos entreprend de critiquer les mœurs dépravées de la noblesse de cour pour laquelle la morale religieuse est devenue conformisme et formalisme, tandis que quelques libertins, qui se proclament « roués […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-liaisons-dangereuses/#i_2792

LA NOUVELLE JUSTINE, OU LES MALHEURS DE LA VERTU, D. A. F. de Sade - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 228 mots

Dans le chapitre « Philosophie et obscénité »  : […] L'originalité de l'œuvre tient à une alliance de la philosophie et de l'obscénité dont le seul exemple antérieur est peut-être fourni par Thérèse philosophe, roman attribué au marquis d'Argens et diffusé sous le manteau à la veille de 1750. Les Malheurs de la vertu présente une « Justine mauvaise philosophe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-nouvelle-justine-ou-les-malheurs-de-la-vertu/#i_2792

POINT DE LENDEMAIN, Dominique Vivant Denon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 901 mots

Dans le chapitre « Un conte libertin »  : […] Le récit est court et l’histoire simple. Comme s’il s’agissait de ses Mémoires, un jeune homme de vingt ans, un peu ingénu, raconte une aventure amoureuse qui a duré moins d’une journée. Il rencontre à l’Opéra Madame de T..., qui le conduit hors de Paris. « Point de morale, je vous en conjure », déclare-t-elle. On dîne en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/point-de-lendemain/#i_2792

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel DELON, « LIBERTINAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/libertinage/