GASSENDI PIERRE GASSEND dit (1592-1655)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Savant et philosophe français, né près de Digne, reçu docteur en théologie en 1614 à Avignon, Gassendi est ordonné prêtre en 1616 et enseigne la philosophie à l'université d'Aix-en-Provence de 1617 à 1623. Il y fait des observations astronomiques détaillées, se déclare partisan de Copernic et entre en correspondance avec Galilée. Il partage ensuite son temps entre Digne, où il est depuis 1626 prévôt de la cathédrale, et Paris, où il se lie d'amitié avec le monde savant et où il enseigne les mathématiques au Collège royal de 1645 à 1648.

On peut voir d'abord en Gassendi le critique d'Aristote et de Descartes. En 1624, il publie les Exercitationes paradoxicae adversus Aristoteleos (Dissertations en forme de paradoxes contre les aristotéliciens, trad. B. Rochot, Paris, 1959). Sous l'influence de Sextus Empiricus, de Montaigne, de Pierre Charron, et à la recherche d'une voie moyenne entre scepticisme et dogmatisme, il lance une attaque contre Aristote, puis en général contre tous ceux qui prétendent avoir découvert un savoir nécessaire et indubitable de la nature réelle des choses. Pour lui, tout le savoir provient de l'expérience sensible ; il est impossible de parvenir à des principes premiers entièrement vrais ni à des définitions véritablement essentielles. L'induction ne peut fournir de propositions universelles. Cependant, si nous ne connaissons que les apparences des choses, du moins pouvons-nous élaborer un savoir utile de ces apparences. Gassendi rejoint ainsi Mersenne et le courant de pensée que l'on a pu qualifier de phénoménaliste et de pragmatiste avant la lettre. En 1641, à la demande de Mersenne, il écrit ses Objections aux Méditations de Descartes, répertoriées comme étant les Cinquièmes Objections et développées, après réception des Réponses, dans la Disquisitio metaphysica, publiée à Amsterdam en 1644 (Recherches métaphysiques, trad. B. Rochot, Paris, 1962). Certaines remarques ne manquent pas d'humour (ainsi à propos de la Seconde Méditation : « Vous n'aviez pas besoin d'un si grand appareil pour prouver que vous êtes »), ni de sens commun (« Vous ne pouvez pas douter sérieusement des choses extérieures dont l'existence nous est révélée par nos sens, car vous marchez sur la terre ») ; enfin, sa conception des rapports entre l'animalité et l'humanité nous paraît plus moderne et plus sensée que l'aberrante conception cartésienne des « animaux machines » : « Le chien reconnaît son maître aux mêmes signes que nous reconnaissons des hommes sous des chapeaux et des manteaux [...] c'est un même acte d'imagination. » Gassendi s'efforce de montrer que l'usage méthodique du doute par Descartes n'ajoute rien à ce que proclamaient depuis des siècles les sceptiques ; il estime que la « clarté » et la « distinction » des idées sont des critères insuffisants de la vérité. Il émet enfin l'hypothèse que toute science, même claire et distincte, ne concerne peut-être rien qui soit effectivement extérieur à l'esprit. Descartes ressentit vivement cette attaque et n'y trouva d'autre réplique que celle-ci : « Si cela est vrai, contentons-nous d'être des singes et des perroquets. »

La pensée de Gassendi se caractérise par la recherche, au moyen de l'atomisme, d'une « voie moyenne » entre les dogmatiques, qui surestiment les capacités de l'esprit humain, et les sceptiques, qui surestiment les obstacles au savoir. Gassendi considère qu'il est au pouvoir de l'homme de bâtir une science intéressante et utile du monde des apparences. Il se sert, à titre de modèle hypothétique, de l'atomisme épicurien qu'il a longuement étudié, en humaniste classique, et sur lequel il a publié trois ouvrages en latin en 1647 et 1649 (B. Rochot, Les Travaux de Gassendi sur Épicure et sur l'atomisme, Paris, 1944). L'atomisme est le meilleur système qui puisse rendre compte, à titre d'hypothèse explicative, des qualités sensibles dont nous avons l'expérience et qui fournisse un modèle satisfaisant pour l'organisation des données du monde observable. Cet atomisme n'est pas une théorie métaphysique sur la véritable nature des choses ; il est i [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification

Autres références

«  GASSENDI PIERRE GASSEND dit (1592-1655)  » est également traité dans :

ATOMISME

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 362 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'atomisme à l'époque moderne »  : […] Avec l'émergence du mécanisme dans le premier tiers du xvii e  siècle, la conception corpusculaire de la réalité, héritée de l'atomisme antique, va trouver une nouvelle actualité scientifique. Sous-jacente aux apparences sensibles, la réalité physique se présente comme une série variable de combinaisons entre des éléments matériels. Le scientifique qui maîtrise les lois qui régissent cette combin […] Lire la suite

BERNIER FRANÇOIS (1625-1688)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 301 mots

Philosophe et médecin français qui reçoit en même temps que Chapelle les leçons de Gassendi, dont il défendra les idées par de vigoureux libelles latins. Après un grand voyage à travers l'Europe et des études médicales à Montpellier, Bernier s'embarque en 1656 pour l'Orient ; il demeure de longues années auprès d'Aurangzeb, Grand Moghol de l'Inde, dont il est devenu le médecin. Il ne rentrera en F […] Lire la suite

CYRANO DE BERGERAC SAVINIEN (1619-1655)

  • Écrit par 
  • Jeannine ETIEMBLE
  •  • 1 674 mots

Dans le chapitre « Cyrano entre Descartes et Gassendi »  : […] Il travaillait cependant à son Autre Monde , son grand œuvre. À l' Histoire comique des États et Empires de la Lune , qui en composait la première partie, il adjoignit celle des États et Empires du Soleil , à quoi devait succéder L'Étincelle . Il avait lu Thomas Morus, la Civitas Solis de Campanella, sans doute John Wilkins et Godwin qui circulaient en traduction. Giordano Bruno était son maître […] Lire la suite

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les controverses »  : […] Les travaux et les réflexions de Descartes se poursuivent cependant, mêlés à de constantes polémiques. Il s'oppose à Fermat au sujet des tangentes, discute avec Plempius sur le mouvement du cœur, soutient Waessenaer contre Stampioen. En 1641 paraissent à Paris, chez Soly, les Meditationes de prima philosophia ( Méditations métaphysiques ), suivies de six séries d'objections (celles de Caterus, de […] Lire la suite

FLUDD ROBERT (1574-1637)

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 1 580 mots

Dans le chapitre « Une œuvre considérable »  : […] Né à Milgate House (Kent), Fludd, qui latinisa son nom en de Fluctibus , entra en 1592 à St. John's College, à Oxford. Bachelier en 1596, maître ès arts en 1598, il voyagea ensuite pendant six ans sur le continent, étudiant la médecine paracelsiste et les sciences occultes. Il s'inscrivit ensuite à Christ Church College (Oxford) et fut reçu docteur en médecine (1605). Afin de s'installer à Londres […] Lire la suite

LIBERTINAGE

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 3 274 mots

Dans le chapitre « Le libertinage érudit »  : […] René Pintard a proposé de nommer « libertinage érudit » le mouvement de pensée et la sociabilité intellectuelle qui s'émancipent des dogmes. Ce libertinage se nourrit d'une immense culture grecque et latine. Il s'intéresse à l'atomisme de l'Antiquité (Démocrite, Épicure, Lucrèce), à son scepticisme et à son pyrrhonisme (Sextus Empiricus), aux hypothèses panthéistes de l'École de Padoue (Pietro Pom […] Lire la suite

LIBERTINS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Antoine ADAM
  •  • 5 708 mots

Dans le chapitre « Le libertinage épicurien »  : […] Quelques lignes suffiront pour évoquer une forme de pensée libertine qui se concilie sans peine avec les précédentes, mais sans se confondre avec elles. Puisque le libertinage était avant tout une attitude de non-adhésion, il était naturel qu'il préconisât l'épicurisme fondé lui-même sur une culture de l'individu. On le trouve déjà chez Théophile. Il reçoit sa consécration philosophique avec Pier […] Lire la suite

MÉCANISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Joseph BEAUDE
  •  • 5 206 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Antiquité »  : […] Très tôt dans l'histoire de la pensée grecque, on voit se constituer une école de philosophes atomistes, l'école d'Abdère. On ignore tout du fondateur de cette école, Leucippe, mais on connaît par quelques textes la pensée de son disciple Démocrite, un contemporain de Socrate. L'atomisme fut repris et développé par Épicure (341-271) , puis, au premier siècle avant J.-C., il s'introduisit à Rome, o […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « GASSENDI PIERRE GASSEND dit (1592-1655) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gassendi/