GASSENDI PIERRE GASSEND dit (1592-1655)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Savant et philosophe français, né près de Digne, reçu docteur en théologie en 1614 à Avignon, Gassendi est ordonné prêtre en 1616 et enseigne la philosophie à l'université d'Aix-en-Provence de 1617 à 1623. Il y fait des observations astronomiques détaillées, se déclare partisan de Copernic et entre en correspondance avec Galilée. Il partage ensuite son temps entre Digne, où il est depuis 1626 prévôt de la cathédrale, et Paris, où il se lie d'amitié avec le monde savant et où il enseigne les mathématiques au Collège royal de 1645 à 1648.

On peut voir d'abord en Gassendi le critique d'Aristote et de Descartes. En 1624, il publie les Exercitationes paradoxicae adversus Aristoteleos (Dissertations en forme de paradoxes contre les aristotéliciens, trad. B. Rochot, Paris, 1959). Sous l'influence de Sextus Empiricus, de Montaigne, de Pierre Charron, et à la recherche d'une voie moyenne entre scepticisme et dogmatisme, il lance une attaque contre Aristote, puis en général contre tous ceux qui prétendent avoir découvert un savoir nécessaire et indubitable de la nature réelle des choses. Pour lui, tout le savoir provient de l'expérience sensible ; il est impossible de parvenir à des principes premiers entièrement vrais ni à des définitions véritablement essentielles. L'induction ne peut fournir de propositions universelles. Cependant, si nous ne connaissons que les apparences des choses, du moins pouvons-nous élaborer un savoir utile de ces apparences. Gassendi rejoint ainsi Mersenne et le courant de pensée que l'on a pu qualifier de phénoménaliste et de pragmatiste avant la lettre. En 1641, à la demande de Mersenne, il écrit ses Objections aux Méditations de Descartes, répertoriées comme étant les Cinquièmes Objections et développées, après réception des Réponses, dans la Disquisitio metaphysica, publiée à Amsterdam en 1644 (Recherches métaphysiques, trad. B. Rochot, Paris, 1962). Certaines remarques ne manquent pas d'humour (ainsi à propos de la

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification


Autres références

«  GASSENDI PIERRE GASSEND dit (1592-1655)  » est également traité dans :

ATOMISME

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 362 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'atomisme à l'époque moderne »  : […] Le principal théoricien de l'atomisme au xviie siècle est Pierre Gassendi (1592-1655). Épicure, qu'il a longuement étudié, lui fournit un modèle épistémologique, qui lui évite également de tomber dans les pièges d'un rationalisme dogmatique et d'un scepticisme ravageur. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atomisme/#i_38

BERNIER FRANÇOIS (1625-1688)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 301 mots

Philosophe et médecin français qui reçoit en même temps que Chapelle les leçons de Gassendi, dont il défendra les idées par de vigoureux libelles latins. Après un grand voyage à travers l'Europe et des études médicales à Montpellier, Bernier s'embarque en 1656 pour l'Orient ; il demeure de longues années auprès d'Aurangzeb, Grand Moghol de l'Inde, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-bernier/#i_38

CYRANO DE BERGERAC SAVINIEN (1619-1655)

  • Écrit par 
  • Jeannine ETIEMBLE
  •  • 1 674 mots

Dans le chapitre « Cyrano entre Descartes et Gassendi »  : […] avait permis d'observer des montagnes dans la Lune et des taches sur le Soleil, qu'en 1636 Gassendi avait établi la première carte de la Lune et qu'en 1648 un Italien avait expérimenté une machine volante. Comme Cyrano avait plus que de solides connaissances scientifiques (peut-être lui doit-on la rédaction au moins de l'un des livres de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/savinien-cyrano-de-bergerac/#i_38

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les controverses »  : […] de six séries d'objections (celles de Caterus, de Mersenne, de Hobbes, d'Arnauld, de Gassendi et d'un groupe de philosophes, de géomètres et de théologiens qui se réunissaient chez Mersenne), et des réponses de Descartes. La seconde édition de l'ouvrage paraîtra à Amsterdam, chez Louis Elzevier, en 1642. Elle ajoutera aux textes de 1641 les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-descartes/#i_38

FLUDD ROBERT (1574-1637)

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 1 580 mots

Dans le chapitre « Une œuvre considérable »  : […] avec son Sophiae cum moria certamen. Mersenne pressa alors son ami Gassendi de le soutenir, ce que fit celui-ci dans une Epistolica exercitatio (1630), qui expose et réfute avec sérénité et pondération la doctrine fluddienne. Fludd lui répondit longuement dans sa Clavis philosophiae et alchymiae Fluddanae […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-fludd/#i_38

LIBERTINAGE

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 3 274 mots

Dans le chapitre « Le libertinage érudit »  : […] Pierre Gassendi se libère des principes de la tradition philosophique pour relire Épicure, et en réapprécier la physique et la morale. Composée en latin et lourdement érudite, son œuvre ne se diffuse que dans un cercle étroit. Mais elle est caractéristique d'un refus des dogmes, d'une volonté de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libertinage/#i_38

LIBERTINS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Antoine ADAM
  •  • 5 708 mots

Dans le chapitre « Le libertinage épicurien »  : […] même sur une culture de l'individu. On le trouve déjà chez Théophile. Il reçoit sa consécration philosophique avec Pierre Gassendi (1592-1655). Puis J. Des Barreaux, N. Vauquelin des Yveteaux (1567-1649), Mme Deshoulières (1637-1694) exaltent une morale où les fausses valeurs de l'or et de l'ambition sont condamnées, une morale qui préconise l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libertins/#i_38

MÉCANISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Joseph BEAUDE
  •  • 5 205 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Antiquité »  : […] mécanistes, tels Galilée, qui se référa à Démocrite, et Gassendi, qui écrivit une vie d'Épicure et se déclara épicurien. Ils reprirent à leur compte l'idée d'une composition atomique de la matière ; elle leur permettait de se débarrasser de la physique aristotélicienne et des philosophies naturelles de la Renaissance. En faisant des corps des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanisme-philosophie/#i_38

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « GASSENDI PIERRE GASSEND dit (1592-1655) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gassendi/