NAUDÉ GABRIEL (1600-1653)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Érudit, bibliographe et historien français. Il fait de solides études littéraires et philosophiques accompagnées d'immenses lectures, avant d'entreprendre des études de médecine qu'il terminera en 1628. Il devient en 1622 bibliothécaire du président de Mesmes. Toute sa vie, il recherchera avec passion les éditions rares et les livres audacieux, cataloguera et classera une énorme masse d'ouvrages. Il apparaît comme « un type original et pittoresque d'humaniste parisien, capable d'enthousiasme, mais à qui on n'en impose pas, vigilant, caustique, ardent à apprendre, plus lent à croire, prompt à douter » (R. Pintard). S'il reste — et restera — fidèle à l'aristotélisme, c'est qu'il y trouve une méthode positive de pensée et l'incitation à un rationalisme rigoureux.

Il publie dès 1623 l'Instruction à la France sur la vérité de l'histoire des Frères de la Roze-Croix, et en 1625 l'Apologie pour tous les grands personnages qui ont esté faussement soupçonnez de magie : il y manifeste une vive méfiance à l'égard du surnaturel et, avec une verve impertinente, dénonce les superstitions et les préjugés populaires. Il fait un séjour à Padoue où il reçoit les leçons de Cremonini ; à son retour, il rédige un Advis pour dresser une bibliothèque (1627), et, admis dans le « cabinet » des Dupuy (« l'Académie putéane »), il se lie avec La Mothe Le Vayer, Diodati et Gassendi : les quatre amis formeront la Tétrade, le grand foyer (secret) de ce « libertinage érudit » qui constitue, entre la Renaissance et le siècle des Lumières un relais essentiel. Naudé est, avec La Mothe Le Vayer, l'un des mécréants du groupe. Il n'en accepte pas moins, en 1630, d'accompagner le cardinal de Bagni à Rome ; il y restera dix ans et en reviendra désenchanté sans doute, en tout cas totalement « déniaisé ». Il compose en 1630 une Addition à l'histoire de Louis XI, où il développe la théorie de l'universel et éternel retour, de l'inévitable « révolution » de toutes choses, et en 1632 les Considérations politiques sur les coups d'estat qu'il fera imprimer à Rome, à tirage limité, en 1639 et qui ne seront rééditées qu'en 1667 : en fidèle disciple de Machiavel il y « abolit toute idée de droits autres que ceux du chef » et rend « la politique autonome par rapport à la morale, souveraine par rapport à la religion » (R. Pintard), se faisant ainsi l'apologiste d'une monarchie vraiment absolue. Il publie en 1633 un traité de pédagogie, le Syntagma de studio liberali, où il énonce les principes de sa méthode, en 1637 un traité d'art militaire (qui traite de bien d'autres sujets), et en 1639 un opuscule De fato et fatali vitae termino, où il voit dans le destin un enchaînement purement naturel des causes.

À son retour de Rome, il devient le bibliothécaire de Mazarin, et donc le « domestique » d'un homme d'État au service de qui il aliénera sa liberté, du moins sa liberté d'étude. Il réunit quarante mille volumes dont il ne pourra empêcher la vente pendant la Fronde, mais dont il parviendra à préserver une partie : ce sera le noyau de l'actuelle bibliothèque Mazarine. Servant les ambitions et la politique du cardinal, il rédige un Mémoire confidentiel adressé à Mazarin après la mort de Richelieu et publiera le Jugement de tout ce qui a esté imprimé contre le cardinal Mazarin, communément appelé le Mascurat (1649), où se mêlent, à la compilation et à l'apologie, les digressions les plus diverses et où l'on retrouve, au milieu de ce fatras, les idées les plus intéressantes de l'auteur. Ayant sollicité du cardinal un congé, Naudé se rend en Suède en 1652 auprès de la reine Christine qui lui confie sa bibliothèque. Regagnant la France l'année suivante, il meurt au cours du voyage.

Cet héritier de l'humanisme, ce précurseur de Bayle et de Fontenelle aura plus promis, ou laissé attendre, que donné : « Son œuvre, qui contient en puissance maintes négations redoutables, ne leur donne point de forme achevée : le libertinage l'inspire, sans y trouver une expression complète, et ce vigoureux effort se termine sur un demi-échec » (R. Pintard).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  NAUDÉ GABRIEL (1600-1653)  » est également traité dans :

CONSIDÉRATIONS POLITIQUES SUR LES COUPS D'ÉTAT, Gabriel Naudé - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 780 mots

Considérations politiques sur les coups d'État, par G.N.P. à Rome, 1639 : à qui s'adresse cet ouvrage d'une centaine de pages qui paraît initialement en douze exemplaires ? Au cardinal de Bagni, selon la note préliminaire, puissant patron protecteur du bibliothécaire Gabriel Naudé (1600-1653), que sauront reconnaître tous ceux qui p […] Lire la suite

LIBERTINAGE

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 3 274 mots

Dans le chapitre « Le libertinage érudit »  : […] René Pintard a proposé de nommer « libertinage érudit » le mouvement de pensée et la sociabilité intellectuelle qui s'émancipent des dogmes. Ce libertinage se nourrit d'une immense culture grecque et latine. Il s'intéresse à l'atomisme de l'Antiquité (Démocrite, Épicure, Lucrèce), à son scepticisme et à son pyrrhonisme (Sextus Empiricus), aux hypothèses panthéistes de l'École de Padoue (Pietro Pom […] Lire la suite

LIBERTINS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Antoine ADAM
  •  • 5 708 mots

Dans le chapitre « Le matérialisme »  : […] Sans vouloir donner aux opinions des libertins une netteté qu'elles n'avaient pas, il semble, en effet, que l'on peut parler de deux « systèmes » suffisamment distincts. Le premier met l'accent sur la Nature, l'autre sur une Raison infinie qui est Dieu. Les origines de ces systèmes sont différentes et leur aboutissement aussi. Il faut, d'ailleurs, ne pas oublier qu'à l'époque les mots déiste et […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard CROQUETTE, « NAUDÉ GABRIEL - (1600-1653) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-naude/