ASAM LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Famille d'artistes allemands. Cosmas Damian (1686-1739) fut fresquiste et Egid Quirin (1692-1750) sculpteur et stucateur ; les frères Asam eurent, en outre, tous les deux une activité d'architectes (on peut les comparer avec les frères Johann-Baptist et Dominikus Zimmermann). Leur père, Hans Georg Asam (1649-1711), jouissait déjà en Bavière d'une certaine réputation comme peintre à fresque. En 1712, ils furent envoyés pour deux ans à Rome par l'abbé du monastère de Tegernsee (Bavière). Cosmas Damian y reçoit en 1713 le prix de l'Académie de Saint-Luc ; de retour à Munich, il est chargé de commandes qui laissent supposer que son talent était déjà très apprécié (fresques de l'église de la Trinité de Munich, 1714), tandis que son frère poursuivait son apprentissage. Leur première œuvre importante, et peut-être leur chef-d'œuvre, est l'église du monastère de Weltenburg, près de Ratisbonne. La reconstruction du monastère avait commencé en 1714 et Cosmas Damian fut appelé deux ans plus tard comme architecte pour édifier une nouvelle église. Son frère collabora avec lui à la décoration, qui ne fut achevée qu'en 1735. L'édifice, de dimensions très modestes, si on le compare aux églises des monastères de l'Allemagne du Sud et d'Autriche reconstruites à cette époque, se compose d'un narthex, d'une nef sur plan ovale longitudinal couverte d'une coupole sans tambour et d'un chœur allongé terminé par une abside semi-circulaire ; entre le chœur et l'abside se dresse un groupe monumental, Saint Georges terrassant le dragon, éclairé latéralement par des baies invisibles pour les fidèles. Les différents éléments de l'architecture dérivent plus ou moins directement d'exemples italiens. L'église tire son originalité et son charme de son décor polychrome, un des plus harmonieux que l'on puisse rencontrer en Allemagne du Sud. La coupole est partagée en deux zones, une large couronne inférieure, ornée de bas-reliefs et de grisailles, et où dominent le vert et l'or, et la calotte où Cosmas Damian a peint une grande composition allégorique (le Triomphe de l'Église) éclairée indirectement par une lumière filtrant à sa base.

Parmi les autres œuvres importantes des frères Asam, citons la décoration intérieure de la cathédrale de Freising et celle de l'église Saint-Emmeran de Ratisbonne, la reconstruction et la décoration de l'ancienne église des Augustins de Rohr (1717-1722, d'après les plans d'Egid Quirin, à qui l'on doit également l'extraordinaire maître-autel en stuc représentant L'Assomption), et surtout l'église Saint-Jean-Népomucène à Munich, connue sous le nom d'« église des frères Asam » (Asamkirche), qu'ils édifièrent à côté de leur propre maison, et qui est restée leur œuvre la plus populaire. Elle fut commencée en 1733, mais sa décoration n'était pas achevée à la mort d'Egid Quirin ; cependant, Cosmas Damian avait peint à la voûte une vaste fresque, détruite lors du bombardement de la ville en 1945 (l'église, qui avait été très endommagée, a été restaurée). Les frères Asam ont su admirablement tirer parti du terrain disponible, un étroit rectangle. Malgré sa forme très allongée, l'église conserve, par la disposition des éléments de l'architecture et du décor, le souvenir d'un plan ovale, prolongé par le chœur. Le premier étage, où court une galerie, est désigné par la décoration comme étant l'étage noble (on trouve une disposition analogue à la chapelle de Versailles et à la chapelle de la Résidence de Würzburg) ; l'espace est dominé par une représentation monumentale de La Trinité, œuvre d'Egid Quirin, qui surplombe le chœur et dont l'éclairage rappelle, par l'effet de vision surnaturelle, celui du Saint Georges de Weltenburg.

Église Saint-Jean-Népomucène, C. D. et E. Q. Asam

Photographie : Église Saint-Jean-Népomucène, C. D. et E. Q. Asam

Cosmas Damian et Egid Quirin Asam, Église Saint-Jean-Népomucène, Munich, 1733-1746. 

Crédits : Bildarchiv Monheim/ AKG

Afficher

Outre son activité d'architecte, Cosmas Damian fut à son époque l'un des peintres à fresque les plus féconds et les plus brillants d'Europe centrale. Formé à l'exemple de Pierre de Cortone et surtout du père Pozzo, le grand virtuose de l'illusionnisme baroque, il a été appelé à l'abbaye de Weing [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

Classification

Autres références

«  ASAM LES  » est également traité dans :

FÜRSTENFELD ABBAYE DE

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 346 mots

L'abbaye cistercienne de Fürstenfeld, à l'ouest de Munich, est un ouvrage assez caractéristique de la première phase du rococo germanique. Les travaux, commencés en 1701, interrompus par la guerre et repris après 1715, durèrent jusqu'en 1736 (consécration de l'église), et l'on travailla encore de longues années à la décorer. L'architecte est Giovanni Antonio Viscardi, l'un de ces Italiens fixés au […] Lire la suite

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 059 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'Europe centrale »  : […] Alors que les peintres français et italiens avaient derrière eux une tradition et des modèles, ceux de l'Europe centrale s'en trouvent dépourvus. Certes, des académies se fondent, à Vienne, à Augsbourg, après 1700, mais il faut attendre le deuxième quart du xviii e  siècle pour qu'elles commencent à fonctionner, et on ne cessera jamais de faire appel à des artistes étrangers. L'exemple le plus not […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre VAISSE, « ASAM LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-asam/