Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ANGLAIS (ART ET CULTURE) Sculpture

La « sculpture anglaise » existe-t-elle vraiment ? Si l'on a évidemment pratiqué de tout temps la sculpture en Angleterre, l'expression ne prend corps qu'à l'âge contemporain avec l'invention de la sculpture moderne. Le xxe siècle est en effet marqué par une véritable effervescence de la création sculpturale en Angleterre, phénomène qui a été analysé par maints critiques et a suscité de multiples expositions.

Alors que la notion de « peinture anglaise » renvoie à une histoire du paysage et du portrait qui s'étend sur plusieurs siècles, de Hogarth à Bacon ou Lucian Freud en passant par Turner et Constable, la « sculpture anglaise » est née à Londres à la veille de la Première Guerre mondiale. Marquée à ses débuts par des précurseurs tel que Jacob Epstein, elle connaît une véritable apogée avant et après la Seconde Guerre mondiale avec, plus particulièrement, Henry Moore et Barbara Hepworth. Dans les années 1960-1970, Tony Cragg, Anthony Caro ou encore Richard Long s'inscrivent eux aussi dans cette même lignée. Plus récemment, des artistes tels que Damien Hirst ou Mark Wallinger sont généralement considérés comme les descendants du mouvement et participent au renouveau de la « nouvelle sculpture anglaise ».

Mais qu'y a-t-il de spécifiquement anglais dans cette sculpture ? Des lieux d'enseignement prestigieux, tels, entre autres, le Royal College of Arts et la Saint-Martin's School à Londres, jouent un rôle considérable de transmission des connaissances et contribuent à développer cette capacité de s'insérer dans la « tradition moderniste » tout en en contestant périodiquement son héritage. La sculpture anglaise – qu'il serait plus juste d'appeler britannique car, par exemple, un Paolozzi se considère comme écossais – s'affirme, depuis les années 1940 comme une chaîne continue de révoltes et de réinventions.

1914, Londres, creuset de la sculpture moderne

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin - crédits : Simon Bilbault

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

En 1914, à côté de Paris qui continue de jouer un rôle de capitale des arts bien connu, Londres s'affirme comme un des creusets de la sculpture moderne. Rodin lui-même, qui fréquente l'Angleterre depuis 1881 et y a rencontré d'importants succès, s'y réfugie pour échapper aux troubles de la guerre. Il présente au South Kensington Park une importante exposition, alors que ses célèbres Bourgeois de Calaisont été installés dans les jardins de Westminster devant le Parlement dès 1911, à un moment où aucune de ses œuvres ne trouve place dans l'espace parisien. Brancusi, figure centrale dans l'invention de la sculpture contemporaine, même s'il ne réside pas dans la capitale anglaise, y expose aussi : il présente en 1913 au London Salon of the Allied Artists Association trois œuvres saluées par le critique Roger Fry comme « les plus remarquables œuvres de sculpture de l'Albert Hall ».

Epstein dans son atelier - crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

Epstein dans son atelier

Surtout, deux émigrés s'y côtoient, qui jouent chacun un rôle décisif dans l'histoire de la sculpture anglaise. Jacob Epstein (1880-1959), sculpteur juif né à New York et formé à Paris, s'est installé à Londres dès 1905 et y reçoit ses premières commandes monumentales qu'il réalise pour partie avec Eric Gill. Eptsein rénove l'ancestrale technique de la taille directe et s'impose dans la sculpture anglaise jusqu'en 1930. Après le succès de scandale de la tombe d'Oscar Wilde (1910-1912, Paris, cimetière du Père-Lachaise), l'extraordinaire Rock Drill (1913-1915, aujourd'hui disparu), torse en plâtre surmonté d'un réel marteau-piqueur et Female Figure in Flenite (1913, Londres, Tate Gallery) le consacrent comme le maître de la sculpture moderne. Henri Gaudier-Brzeska (1891-1915), sculpteur français mort précocement après un début de carrière fort prometteur (Femme assise, 1915, Orléans, musée des Beaux-Arts),[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire et de théorie de l'art contemporain, université de Paris VIII

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin - crédits : Simon Bilbault

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

Epstein dans son atelier - crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

Epstein dans son atelier

La Mère et l'Enfant, B. Hepworth - crédits : Fox Photos/ Getty Images

La Mère et l'Enfant, B. Hepworth

Voir aussi