HEIZER MICHAEL (1944- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Américain né à Berkeley en 1944, Michael Heizer a signé en 1969 une des œuvres les plus emblématiques du land art, un chef-d'œuvre installé à quelque 60 miles de Las Vegas. Secret et mystérieux, Michael Heizer a incarné jusqu'au milieu des années 1970, la dimension pionnière et masculine de ce mouvement artistique. Depuis lors, retiré dans les plaines hostiles et désertiques du Nevada, il poursuit son grand œuvre commencé en 1972, Complex City, une ville-sculpture dont il élabore patiemment les modules. Peu d'images existent de cet ensemble qu'Heizer ne compte dévoiler au public qu'une fois achevé. Il existe aujourd'hui trois formes réalisées, entre mastaba et base minimaliste. Quant à la genèse du projet, Heizer est radical : « les seules sources que je trouvais valables pour ce projet étaient américaines... Cela peut être autant péruvien qu'Esquimau. Je voulais en finir avec l'impulsion européenne. » À elles trois, ces sculptures représentent la taille du Yankee Stadium.

Lorsque cet artiste rencontre la galeriste américaine Virginia Dwan à la fin des années 1960 (il emménagea à New York en 1966), les interventions qu'il réalise dans le paysage sont quasi confidentielles. Seules quelques traces photographiques documentent les entailles géométriques effectuées à la surface d'un lac asséché (Nine Nevada depressions, 1968). L'influence familiale est déjà palpable dans ces premiers travaux. Son père dirigea des fouilles sur les sites incas et son grand-père eut un passé de géologue. Pour Heizer, le bulldozer se substitue au pinceau, et son échelle d'action monumentale sera celle qu'il a héritée des expressionnistes abstraits.

Double Negative incarne la quintessence de son art. Depuis sa construction entre novembre 1969 et janvier 1970, elle est devenue une véritable icône. Financée à l'aide de la galerie Dwan pour la somme de 27 000 dollars, cette sculpture d'une longueur totale de 457,2 mètres consiste en deux canyons larges chacun de 9,14 mètres, et profonds de 15,24 mètres. Les deux entailles se font face de part et d'autre d'une falaise. 240 000 tonnes de roches ont été dynamitées et déplacées pour permettre la réalisation de cette sculpture en négatif, quasi invisible depuis le plateau qui lui sert d'accès. C'est dans le paysage éternel de ce coin de désert qu'Heizer a délibérément choisi de confronter son art à une échelle hors normes, à des conditions environnementales singulières et à une solitude propice à un rapport quasi archaïque au territoire. Il est également revenu aux fondements de la sculpture, le principe de soustraction de la matière et le rapport de masses. Les deux promontoires en vis-à-vis soulignent l'absence d'un élément et posent la pièce dans le champ de l'excavation et de l'archéologie, instillant un sentiment d'architecture. À l'instar des tumulus du plateau de Nazca au Pérou, la construction conserve une dimension énigmatique. Sans fonctionnalité apparente, elle offre une dimension quasi spirituelle.

Essentiellement connue via la photographie comme c'est le cas pour l'essentiel des œuvres du land art, qualifiée de Stonehenge de l'art contemporain, Double Negative se voulait pourtant au départ, une exposition visitable. L'œuvre ne s'évalue d'ailleurs pas d'une seule manière. L'expérience physique du tellurique est très différente du point de vue photographique omniscient et infléchit ainsi totalement l'appréhension de l'œuvre. Celle-ci appartient depuis 1985 au Museum of Modern Art de Los Angeles.

À partir de 1988, Michael Heizer réalise des sculptures dans d’énormes pierres taillées et polies à l’image des formes des outils et des armes préhistoriques. Il installe Levitated Mass (2012) à l’extérieur du Los Angeles County Museum of Art. Ce mégalithe de 340 tonnes vient prendre place au-dessus d’une tranchée de 139 mètres de longueur.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : critique d'art, historienne de l'art spécialisée en art écologique américain

Classification

Autres références

«  HEIZER MICHAEL (1944- )  » est également traité dans :

LAND ART

  • Écrit par 
  • Gilles A. TIBERGHIEN
  •  • 3 685 mots

Dans le chapitre « Land art »  : […] Travailler dans un environnement naturel ne signifie pas ipso facto faire du land art, comme on a trop souvent tendance à le croire aujourd'hui. Le land art est un mouvement historique né à la fin des années 1960 qui hérite souvent d'une esthétique minimaliste et qui, lié à une certaine compréhension du site, est caractérisé par l'utilisation de matériaux naturels, la terre et ses dérivés. Parmi c […] Lire la suite

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sculpter à l’échelle du monde »  : […] À une échelle tout autre, le land art a ouvert l’expérience de la sculpture à la nature dans son ensemble, en dépassant le cadre, jugé trop limité, des galeries, des musées, des villes. Qu’elles soient des Earthworks modifiant durablement le paysage ou qu’elles ressortissent davantage à l’art de l’éphémère, les œuvres du land art affrontent avec audace des sites naturels grandioses, à une échelle […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bénédicte RAMADE, « HEIZER MICHAEL (1944- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-heizer/